D’abord ils sont venus pour les nazis et les pédophiles…


Saker US
.

Par le Saker – Le 30 août 2017 – Source The Saker

« Quand les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas communiste.

Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas social-démocrate.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,
je n’ai rien dit,
je n’étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus me chercher,
il ne restait plus personne
pour protester. »

Martin Niemöller (1892–1984)

Je dois commencer cette analyse en vous demandant votre compréhension pour les nombreuses citations intégrales que j’y introduirai. Dans des circonstances normales, je vous aurais simplement fourni des liens, mais compte tenu du sujet que je vais traiter, et du nombre de choses qui « disparaissent » subitement d’Internet, les citations intégrales sont probablement la meilleure solution. Le sujet dont je veux m’occuper est la répression brutale de la liberté d’expression par les Anglosionistes par le biais de leurs « entreprises loyales ».

D’abord ils sont venus pour The Daily Stormer

Je commencerai cette analyse par un résumé de ce qui est arrivé récemment au site nazi The Daily Stormer, tel que Wikipedia le décrit.  La raison pour laquelle j’utilise Wikipedia est qu’il est clairement hostile à l’égard du Daily Stormer, donc je ne peux pas être accusé de sympathie ou d’exagération de ce qui s’est passé. Voici cette description (c’est moi qui souligne) :

The Daily Stormer a aidé à organiser le rassemblement Unite the Right, un rassemblement d’extrême-droite à Charlottesville, en Virginie, les 11 et 12 août 2017, au cours duquel une contre-manifestante, Heather Heyer, a été tuée par une voiture bélier. Weev a aussi appelé des lecteurs du Daily Stormer à localiser l’endroit des funérailles de Heyer et à y assister, en la traitant de « grosse pouffiasse ».
Le 13 août, le site a été informé par son hébergeur GoDaddy qu’il avait violé les clauses du service en se moquant de Heyer, et a donné 24 heures à Anglin pour trouver un nouvel hébergeur pour le site. Le lendemain ce fut au tour de Google qui a presque immédiatement annulé son référencement pour violation des conditions, mettant également fin au compte YouTube du site. Le jour suivant, le site s’est enregistré sur Tucows, qui l’a annulé quelques heures plus tard pour incitation fréquente à la violence. Le 15 août, Weev a annoncé que le site était passé au dark web, et qu’il était maintenant accessible via Tor, tandis que Facebook interdisait des liens vers le site et que Discord interdisait sa chaîne. Le 16 août, Cloudflare, le fournisseur de DNS et le service proxy utilisé pour protéger The Daily Stormer a aussi résilié son service. Traditionnellement Cloudflare avait refusé de mettre fin à des sites sur la base de leur contenu, mais le PDG Matthew Prince a fait une exception, publiant une annonce publique et une explication sur le blog de la société. Le 17 août, après un transfert sur dailystormer.ru, l’organe russe de surveillance des médias Roskomnadzor a demandé une fermeture du domaine.
The Daily Stormer est brièvement retourné sur le clearnet avec un domaine de premier niveau .lol, dailystormer.lol, administré par Namecheap, mais après deux jours, Namecheap a annulé le domaine. Le PDG de l’entreprise Richard Kirkendall a déclaré que « la qualité et le contexte du matériel, associé au soutien à des causes et des groupes violents, passe de la liberté d’expression protégée à l’incitation », citant spécifiquement une déclaration publiée par The Daily Stormer : « Pas besoin d’un doctorat en mathématiques pour comprendre que hommes blancs + fierté + organisation = juifs fourrés dans des fours. » Le site est retourné sur le web sous le nom de punishedstormer.com le 24 août, hébergé par DreamHost, qui compte comme autres clients d’extrême-droite National Vanguard et le North-West Front. DreamHost a déclaré qu’ils « défendaient la liberté et la démocratie » ; des attaques de déni de service par Anonymous ont provoqué la mise hors ligne de tous leurs sites.

Ensuite, et c’est encore plus épouvantable, c’est le fournisseur suisse de messagerie cryptée ProtonMail (oui, celui que j’ai récemment recommandé à notre communauté) qui a fermé le compte du The Daily Stormer.  Voici comment Lee Rogers, membre du Daily Stormer, décrit ce qui s’est passé :

Je viens d’être exclu de ProtonMail
Lee Rogers
Daily Stormer
23 août 2017

 

ProtonMail vient de m’exclure de leur service de messagerie, affirmant que j’ai commis des abus et des fraudes. 
Biffez ProtonMail de la liste des entreprises avec qui faire des affaires.
J’ai souscrit un compte de messagerie avec eux lorsque la fermeture a commencé, J’avais besoin d’un moyen pour que les gens me contactent. Quelques personnes ont suggéré ProtonMail donc j’ai imaginé que ça donnerait une bouffée d’oxygène.
Passent quelques jours et je me retrouve chassé du compte, qui déclare qu’il a été bloqué pour abus et fraude. Comment peut-on prendre une telle décision en seulement quelques jours ? Ils m’ont à l’évidence interdit parce qu’un groupe de gens remplis de haine se sont plaints à eux.
Comme beaucoup de gens le savent, j’aime poster de jolies photos de chatons et des blagues drôles sur Internet. Bien que j’apprécie beaucoup ce genre de choses, je retire le plus de plaisir à soutenir financièrement les enfants juifs mourant de faim en Israël. C’est quelque chose qui me passionne beaucoup. En m’interdisant de leur service de messagerie, cela signifie que j’aurai plus de mal à soutenir ces pauvres enfants juifs. Cela me dérange beaucoup car je ne pourrait plus envoyer des messages aux donateurs chrétiens que je connais et qui voulaient soutenir cette noble cause.
En m’excluant de leur service de messagerie, ProtonMail a prouvé que leurs cœurs sont pleins de haine pour les enfants juifs. Ils ont certainement beaucoup d’explications à donner! Que dois-je dire à ces pauvres enfants juifs qui vont tous les jours se coucher le ventre vide ?
Assez curieusement, ils ont publié ce tweet à peu près au même moment où mon compte a été interdit. Aucune idée si cela signifie quelque chose ou non, mais je n’ai jamais appelé à la violence contre quiconque. Je m’oppose totalement à ce genre de choses.

À part Andrew Anglin, je pense que j’ai été interdit de plus de services Internet que n’importe qui dans l’histoire. La seule chose que ces entreprises technologiques ne m’ont pas encore fait est de me refuser le service sur mes noms de domaine enregistrés. Je suis cependant sûr que c’est la prochaine étape !

Avant d’aller plus loin, réglons immédiatement une question : je n’ai aucun intérêt pour les nazis (ou toute autre sorte de racistes ou de racialistes) et je n’ai absolument aucun intérêt pour ce que The Daily Stormer pourrait ou ne pourrait pas publier. En fait, jusqu’à très récemment, je n’avais jamais entendu parler de ces gens ou de leur site web.

Trois questions qui doivent être posées sur les nazis

Il y a cependant beaucoup de très bonnes raisons pour être consterné par ce qui se passe

Tout d’abord, pourquoi The Daily Stormer a-t-il été sélectionné pour de telles persécutions folles ? D’accord, d’accord, ce sont des racistes et des nazis. Et alors ? Cela les rend-il pires que d’autres ? La dernière fois que j’ai vérifié, aucune des personnes impliquées dans ou travaillant pour The Daily Stormer n’avait commis de crime personnel. En plus, s’ils avaient commis de tels crimes, pourquoi ne pas les poursuivre individuellement au lieu de s’attaquer à leur site ? Pourquoi les entreprises loyales essaient-elles d’étouffer la parole de certains individus ? Parce qu’ils « incitent à la violence » ? C’est ridicule. Tout le corpus de l’idéologie marxiste est fait de longues et infinies incitations à la violence (révolutionnaire) et pourtant personne n’a jamais essayé de fermer tous les sites marxistes ! Et nom d’une pipe, l’hymne national français est une incitation à la violence ! Depuis quand la « liberté d’expression » exclut-elle l’incitation à la violence ? Tous les présidents des États-Unis ont fait d’innombrables appels à la violence (Trump récemment, contre la RPDC) et pourtant personne ne les censure ? Se pourrait-il que la seule raison pour laquelle The Daily Stormer est visé soit dû au fait qu’il est relativement/comparativement faible/pauvre et incapable de se défendre ?

Ensuite, considérons l’idée insipide que les nazis étaient une sorte d’« horreur des horreurs », un phénomène exceptionnellement mauvais dans l’histoire de l’humanité et que par conséquent ils méritent une forme spéciale et unique de persécution politique. Ici, de nouveau, permettez-moi de mettre tout de suite quelque chose de côté : je considère que les nazis ont été une bande abominable de fous racistes génocidaires. Vraiment, vraiment. Je n’ai RIEN de bon à dire à leur propos. Mais ce que je rejette absolument est l’idée qu’ils étaient d’une certaine manière pire que tous les autres participants à la Seconde Guerre mondiale. Et les Soviétiques ? S’il vous plaît ! Lisez seulement Terrorisme et Communisme de Trotsky ou, de Lénine, Les enseignements de l’insurrection de Moscou si vous avez quelques doutes sur le fait que les Bolcheviques étaient des fous génocidaires ! Les Anglo-Saxons ? Dois-je rappeler à tout le monde que les Anglo-Saxons ont commis une boucherie unique dans l’histoire mondiale : l’extermination génocidaire de tous les groupes ethniques d’un continent entier (j’appelle cela un « pan-génocide »). Qu’en est-il de Hiroshima, Nagasaki ou des bombardements génocidaires de civils en Allemagne? Ouais, je sais, le génocide nazi n’a pas seulement reçu un nom spécial – l’Holocauste, une fausse appellation, d’ailleurs – mais ce génocide est le seul auquel est attaché un chiffre obligatoire de victimes : 6 millions (connaissez-vous UN autre génocide toujours cité en même temps d’un nombre obligatoire de victimes ? Qu’en est-il de tous les autres génocides dont le nombre exact de victimes ne peut pas être légalement recherché ?). Pendant soixante-dix ans maintenant (en fait moins, mais peu importe), on nous répète comme un leitmotiv : « Holocauste 6 millions, Holocauste 6 millions, Holocauste 6 millions. » Pourquoi ? Se pourrait-il que le véritable crime des nazis n’ait pas été qu’ils étaient des fous génocidaires, mais qu’ils ont perdu la Seconde Guerre mondiale et que leurs ennemis (pas moins génocidaires) ont gagné d’écrire l’histoire de cette guerre ?

D’autre part, il est vrai que de nos jours, tout le monde hait les nazis. Certains pour de bonnes raisons (ils étaient des fous génocidaires malfaisants) et certains pour de mauvaises (ils croient la propagande anti-nazie des siomédias). Mais que ce soit pour les bonnes ou les mauvaises raisons, la plupart des gens haïssent les nazis. Non seulement cela, mais la simple évocation des mots « nazi » ou « Hitler » déconnecte immédiatement les capacités critiques/analytiques (déjà pauvres en général) de la grande majorité des gens et cela fait des nazis des méchants idéaux. Se pourrait-il que les nazis aient été choisis pour la répression par l’Empire anglosioniste parce qu’ils étaient des méchants idéaux, des « méchants consensuels », si vous préférez?

Je veux ajouter ici que même si nous arrivons à la conclusion que The Daily Stormer a été choisi parce qu’il était faible et incapable de se défendre, et si nous concluons aussi que le crime principal des nazis était de perdre la Seconde Guerre mondiale, et même si nous concluons que les nazis sont de parfaits « méchants consensuels », cela n’implique en aucune manière que les nazis n’étaient pas aussi mauvais que la propagande impériale les décrit. Si je dis qu’un assassin n’est pas un violeur, cela n’implique en aucune manière qu’il est un bon citoyen honnête puisqu’il est quand même un meurtrier. Dans le cas des nazis, cela s’applique tout à fait. Par exemple, même si les nazis n’ont pas tué 6 millions de juifs dans les chambres à gaz, il est établi au-delà de tout doute raisonnable, et pas seulement par les propagandistes, que les Einsatzgruppen nazies ont assassiné un nombre immense de civils. En fait, Raul Hilberg, probablement le principal expert sur les atrocités nazies, estime que ces unités ont tué plus de deux millions de gens. Donc même si quelqu’un pouvait prouver que les chambres à gaz et les crématoires n’ont jamais été utilisés pour tuer qui que ce soit, cela ne blanchira pas les nazis de leurs atrocités.

Aparté
Il y a un paradoxe ici. Les propagandistes juifs ont utilisé très imprudemment le chiffre de 6 millions et les chambres à gaz + les crématoires pour montrer que les nazis étaient des monstres. Maintenant, les propagandistes nazis retournent l’argument et disent que puisqu’il y a d’assez bonnes preuves que 6 millions ne sont pas morts, que les chambres à gaz et les crématoires n’ont jamais été utilisés pour des meurtres de masse, les nazis étaient des colombes blanches comme neige qui n’ont jamais commis aucune sorte d’atrocités. Les deux mentent, bien sûr. Il n’est évidemment pas nécessaire de s’en tenir obstinément au récit des 6 millions + chambres à gaz + crématoires, qui sont des affirmations extrêmement douteuses, pour établir que les nazis étaient des monstres génocidaires. Après tout, même si les nazis ont assassiné « seulement » deux à trois millions de civils en utilisant des balles, des maladies, la famine et la torture cela les placerait quand même dans la même ligue que Pol Pot.  Mais c’est quelque chose que ni les juifs ni les nazis ne sont disposés à examiner, ils s’accrochent à leurs propres mythes en dépit de toutes les preuves concrètes.

Je voudrais relever qu’il y a un autre « méchant consensuel » que l’Empire aime à désigner à la peur et à la haine : les pédophiles. D’accord, avant que quelqu’un fasse un infarctus, permettez-moi aussi de déclarer immédiatement et clairement que je n’éprouve que du dégoût pour les pédophiles. Ce n’est pas la question.

La question est que l’Empire anglosioniste désigne des « méchants consensuels » pour développer des outils de répression (légale, technologique, politique, sociale) qui peuvent être ensuite utilisés contre tout le monde et n’importe qui.

Créer des méchants consensuels

Jetez un coup d’œil sur le petit collage que j’ai fait, qui représente un « nazi pédophile » :

Le nazi pédophile: le « méchant qui fait consensus »

Ce que j’essaie de montrer est la puissance de la réponse émotionnelle de chacun d’entre nous à une image qui mêle un enfant en détresse et des svastikas nazies. Ce que produit ce genre d’image, c’est de créer un tsunami émotionnel qui fracasse toutes les barrières critiques, rationnelles, sceptiques ou analytiques dans le cerveau de la personne qui y est exposée. Bien qu’une image soit probablement plus forte, les mots « nazi » et « pédophile » ont souvent le même effet : nous faire cesser de penser et tout accepter pour stopper les prétendus nazis et/ou pédophiles. Tout ce qui reste est de donner un nom comme « Loi pour la protection de nos enfants des pédophiles nazis » et on peut tout faire passer, même des lois justifiant la torture, les arrestations arbitraires ou les fouilles corporelles quotidiennes pour l’ensemble de la population.

C’est encore contestable ? D’accord.

Alors posez-vous la question suivante : comment se fait-il que dans une société saturée de pornographie et dans laquelle les homosexuels sont lentement en train d’atteindre ce qui ne peut que s’appeler un statut de héros, comment se fait-il que tout le monde soit TELLEMENT préoccupé par la pornographie enfantine ? Sérieusement, croyez-vous vraiment que quelqu’un parmi nos élites se soucie effectivement des enfants ? Si oui, j’ai une collection de bridges à vous vendre à des prix imbattables !

Bien sûr, nos dirigeants se fichent éperdument de nos enfants : le seul usage qu’ils ont pour nos enfants est dans les réseaux sexuels pédophiles, voilà (oh oui, alors que la pédophilie est un crime pour les gens du commun, c’est un symbole universel de statut social pour nos maîtres et nos chefs suprêmes ; Pizzagate il y a quelqu’un ?).  Idem pour la pornographie (l’industrie américaine du porno est beaucoup plus grande que Hollywood) ou la morale (nous sommes dans la société post-chrétienne, « Dieu est mort », n’est-ce pas ?).

Non, le pédophile a été désigné pour la même raison que le nazi : pas parce qu’ils sont mauvais (ce qu’ils sont, bien sûr !), mais parce que tous deux sont des cibles faciles, presque sans défense, et des « méchants consensuels » idéaux. Permettez-moi de le répéter : pour les Anglosionistes, la fonction des pédophiles et des nazis est de fournir un méchant sans défense idéal et leur but est de rendre possible de créer les instruments utilisés pour nous opprimer tous.

Aparté
Pour avoir une idée du point auquel les nazis ont été diabolisés, jetez un œil sur cette liste d’organisations défendant la pédophilie établie par Wikipedia (cette fois, j’ai laissé les notes, donc vous pouvez vérifier la source).
International
  • Ipce (anciennement International Pedophile and Child Emancipation, a modifié son nom en 1998 pour se dissocier du nom complet). Fondée au début des années 1990 ; en 2005, elle avait 79 membres dans 20 pays.[1][2][3] L’organisation a des sites internet consultables en anglais[4], français[5], allemand[6] et espagnol[7].
Australie
  • Australian Man/Boy Love Association (AMBLA).[8]
  • Australian Paedophile Support Group (APSG). Fondé en 1980 ou 1983 selon d’autres sources. The Boy Lovers and Zucchini Eaters (BLAZE) lui a succédé, un autre groupe démantelé par la police.[9]
Belgique
  • Dokumentatiedienst Pedofilie.[10]
  • Centre de recherche et d’information sur l’enfance et la sexualité (fr), 1982–1986. Fondé par Philippe Charpentier. Le groupe publiait le magazine L’Espoir.[11]
  • Fach Und Selbsthilfegruppe Paedophilie. Fondé au début des années 1970.[10]
  • Stiekum.[10]
  • Studiegroep Pedofilie.[10] Défunt.
Canada
  • Coalition Pédophile Québécoise.[8]
  • Fondation Nouvelle. Défunt.[1]
Danemark
France
  • Groupe de Recherche pour une Enfance Différente (GRED), 1979–1987. Le groupe publiait le bulletin Le Petit Gredin).[10]
Allemagne
Voir aussi : Pädophilie-Debatte (1970er und 1980er Jahre) (en allemand)
  • AG-Pädo. Fondé en 1991 par l’association Arbeitsgruppe des Bundesverbandes Homosexualität.[8][13]
  • Aktion Freies Leben (AFL).[8]
  • Arbeitskreis Päderastie-Pädophilie (APF). Actif au début des années 1980.[10]
  • Arbeitsgemeinschaft Humane Sexualität (de) (AHS).
  • Arbeitsgemeinschaft “Schwule, Päderasten und Transsexuelle” (« groupe de travail ‘gays, pédérastes et transsexuels’ »). Fraction du Parti des Verts allemands impliquée dans l’activisme pro-pédophile.[14][15][16][17] Voir en allemand : de:Pädophilie-Debatte (Bündnis 90/Die Grünen) (« Débat pédophilie – Alliance 90/Les Verts »).
  • Deutsche Studien- und Arbeitsgemeinschaft Pädophilie (DSAP). 1979–1983.[8]
  • Fach und Selbsthilfegruppe Paedophilie.[8]
  • Indianerkommune. Actif des années 1970 au milieu des années 1980.[10] Autodéfini comme une commune de libération des enfants, s’identifiant comme pédophile, actif de la fin des années 1970 à la fin des années 1980 ; selon certains auteurs il existe plusieurs groupes locaux indépendants actifs en Allemagne aujourd’hui.[18]
  • Kanalratten. Branche de l’Indianerkommune mais pour pédophiles femmes.[19]
  • Kinderfrühling.[20]
  • Krumme 13 (K13), 1993– actif jusqu’à aujourd’hui et présent sur Internet.[21][22]
  • Pädoguppe, Rat und Tat-Zentrum.[8]
  • Pädophile Selbsthilfe- und Emanzipationsgruppe München (SHG).[23] Fondé en 1979.[24] À partir de 2003, la police a commencé à traquer ses membres, ce qui a abouti à la saisie de plus d’un demi-million d’éléments de pornographie infantile et à de multiples arrestations.[25]
  • Verein für sexuelle Gleichberechtigung. Founded in Munich. 1973–1988[26]
  • Werkgruppe Pedophilie.[27]
Italie
  • Gruppo P. Fondé en 1989 par Francesco Vallini.[28] En dépit de son statut légal, Vallini a passé trois ans en prison pour diriger une association criminelle. Malgré cela, Babilonia, le magazine gay à la réputation bien établie, continue à employer Vallini et à soutenir ses idées, bien que Gruppo P n’existe plus. Le groupe publiait le bulletin Corriere dei pedofili.[29]
Pays-Bas
  • Enclave Kring. Fondé dans les années 1950 par le psychologue Frits Bernard.[30]
  • Jon. Fondé en 1979 par la Dutch Society for Sexual Reform.[8]
  • Partij voor Naastenliefde, Vrijheid en Diversiteit (Parti de la charité, de la liberté et de la diversité), 2006–2008. Parti politique néerlandais qui a défendu l’abaissement de l’âge de la majorité sexuelle légale à 12 ans et la légalisation de la pornographie infantile.[31]
  • Vereniging Martijn. Fondé en 1982. La plus importante association pédophile en Europe. Le 27 juin 2012, un tribunal néerlandais a statué que le groupe était illégal et a ordonné sa dissolution immédiate.[32] Cette décision a toutefois été annulée par un tribunal d’instance supérieure en avril 2013. Le juge a motivé sa décision en déclarant que l’association n’avait pas commis de crimes et jouissait de la liberté d’association.[33] Néanmoins, le 27 juin 2012, cette décision a été annulée par un tribunal supérieur, qui elle-même a été annulée par la Cour suprême des Pays-Bas le 18 avril 2014, débouchant sur une interdiction finale de l’association. Celle-ci a fait appel à la Cour européenne des droits de l’homme, mais il a été rejeté. Le groupe publiait le bulletin OK Magazine.[34]
Norvège
  • Norwegian Pedophile Group.[27]
  • Amnesty for Child Sexuality.[27]
Suisse
  • Schweizerische Arbeitsgemeinschaft Pädophile.[10]
Royaume-Uni
États-Unis

Avez-vous remarqué quelque chose d’intéressant ? Ces organisations pédophiles ont TOUTES leur site internet. Et pourtant personne dans la communauté des doublement-bien-pensants n’a même essayé de les fermer, sans même parler de les persécuter systématiquement comme The Daily Stormer !  Pourquoi donc ? Les nazis sont-ils tellement pires que les pédophiles ?

Il y a également un autre effet collatéral particulièrement toxique de la création de « méchants consensuels » : cela permet facilement aux méchants non consensuels de se cacher. Prenons un exemple très simple : le soi-disant « Holocauste ». On dit souvent que l’« enseignement sur l’Holocauste » est nécessaire pour s’assurer absolument qu’« une telle abomination ne se reproduira pas ». Ne se reproduise pas ? Elle n’a jamais cessé !!! La décolonisation de l’Afrique a été un bain de sang, les guerres américaines en Corée et aux Vietnam ont tué des millions de gens, tout comme la guerre civile financée par les États-Unis en Indonésie. Le génocide cambodgien, la guerre d’indépendance du Bangladesh, la guerre civile au Mozambique – chaque fois plusieurs millions de gens assassinés. Plus récemment, l’invasion soviétique de l’Afghanistan, le génocide au Rwanda, l’occupation américaine de l’Irak, la seconde guerre du Congo – tous ont tué plusieurs millions de personnes. C’est obscène, grotesque et scandaleux de dire « plus jamais ça » alors qu’en réalité cela ne s’est jamais arrêté. Ou prenons l’exemple de la pédophilie : je suis absolument convaincu que l’Empire persécute publiquement les pédophiles uniquement parce qu’il refuse de regarder les horreurs que l’industrie du porno engendre, non seulement parmi ses « acteurs », mais pour les millions d’individus et de familles qu’elle affecte (et si vous pensez que ce sont les divagations paranoïaques d’un fondamentaliste chrétien prude, lisez seulement cet article et réveillez-vous dans le monde réel ! Je vous recommande aussi chaudement le second chapitre, The Illusion of Love, dans le magnifique ouvrage de Chris Hedges, Empire of Illusion : The End of Literacy and the Triumph of Spectacle, que je considère comme un livre à lire absolument pour comprendre la société des États-Unis).

L’horrible vérité est que ni les nazis ni les pédophiles ne sont exceptionnels en aucune manière. Ils ne sont que les produits typiques d’un monde devenu fou d’arrogance, de haine et de perversion maniaque. On ne supprime pas toute forme de spiritualité, tout sens du sacré ou de l’absolu sans en payer les conséquences. La condamnation des nazis et des pédophiles n’est qu’une forme particulièrement hypocrite d’exhibition de la vertu par des forces et des individus qui sont tout aussi mauvais et pervertis que les Nazis et les pédophiles qu’ils dénoncent et condamnent avec tant de véhémence. Nous ne devrions pas laisser l’arbre cacher la forêt ni permettre à un seul de ces fils de pute de cacher une multitude d’autres fils de pute.

Sous-traiter la répression de la liberté d’expression à des entrepreneurs privés

Ce qui se passe en ce moment est que les néocons ont trouvé une manière intelligente de contourner les garanties constitutionnelles (comme le Premier amendement) en privatisant la répression de la liberté d’expression. Ce n’est vraiment rien de nouveau : le Pentagone a mené des guerres illégales, en nous espionnant également, en utilisant des « entrepreneurs privés » exactement comme les « agences à trois lettres » nous ont espionnés en utilisant aussi des sociétés de renseignement privées. Maintenant les néocons utilisent le secteur privé pour réprimer nos libertés : le capitalisme n’est-il pas merveilleux ?

Reprenons l’exemple du Daily Stormer : si le gouvernement étasunien avait interdit au Daily Stormer d’avoir un site web ou d’utiliser une messagerie électronique, l’ACLU [L’Union américaine pour les libertés civiles, NdT] serait montée aux barricades. Mais comme c’est fait par le secteur privé et non par le gouvernement, l’ACLU n’a absolument rien à dire. Pourquoi ? Parce que les « termes du service » (que personne ne lit jamais) donnent aux entreprises informatiques un pouvoir pratiquement illimité de faire ce qu’elles veulent avec vos données et le pouvoir de vous refuser n’importe lequel et la totalité de leurs services. Utiliser Google (ou n’importe quel service d’une entreprise informatique) n’est pas un droit. C’est aussi simple que ça.

Le problème principal ici est que, pour prendre l’exemple de The Daily Stormer, Godaddy + Google + YouTube + Facebook SONT à peu près Internet. Oh bien sûr, en ce moment The Daily Stormer se cache dans le the « dark web » (sous http://dstormer6em3i4km.onion/) et ne peut être atteint qu’en utilisant un réseau Tor où il n’est pas recensé par les moteurs de recherches (au moment où j’écris, il est aussi ici : https://dailystormer.al/, Dieu sait pour combien de temps). Mais c’est sans importance. L’Empire se fiche de ce qui se passe dans quelque coin reculé de l’Internet, il ne se soucie que d’être en mesure de contrôler ce qui se passe dans 90% de l’Internet, et ce 90% est contrôlé par une liste relativement courte d’entreprises loyales, qui sont plus qu’heureuses de suivre les instructions de l’Empire, même sans ordonnance d’un tribunal.

Il apparaît aussi maintenant, du moins selon l’article de Wikipedia cité ci-dessus, qu’Anonymous est disposé à agir comme homme de main de l’Empire. Bien sûr, cela pourrait être la NSA prétendant être Anonymous. Nous ne saurons jamais.

C’était inévitable, ajouterais-je. Les Pères fondateurs ont élaboré la Constitution américaine (et d’autres instruments juridiques) pour protéger le peuple d’abus du gouvernement. Ils n’auraient jamais pu imaginer que les élites dirigeantes démantèleraient autant que possible le gouvernement (principalement ses éléments les plus utiles) et le remplaceraient par des sociétés privées. Les dirigeants des droits civils américains étaient tellement obsédés par Oncle Sam qu’ils n’ont même jamais relevé à quel point le monde des entreprises aux États-Unis les asservissaient tranquillement et légalement, au nom de l’ « État profond », bien sûr, dont les néocons sont aujourd’hui la principale composante.

Alors que devons-nous faire avec ça ?

La libération de nos esprits et des technologies que nous utilisons

Je pense que nous devons accepter le défi conceptuel des néocons : ils nous mettent littéralement au défi de nous opposer à la persécution des nazis et des pédophiles. Nous, par conséquent, devons faire exactement cela – essayer de rendre impossible aux néocons de persécuter les nazis et les pédophiles. Pas pour eux, bien sûr, mais pour les nôtres ! Parce que si l’Empire peut faire cela aux nazis, ensuite l’Empire peut le faire à n’importe qui.  C’est vraiment « D’abord ils sont venus pour les nazis et les pédophiles… »

Aparté
Soixante-deux ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, les tables ont été entièrement retournées, et maintenant les célèbres vers du pasteur Niemöller devraient commencer par « D’abord ils sont venus pour les nazis et les pédophiles ». Je peux imaginer combien le pasteur Niemöller serait horrifié s’il découvrait que ces célèbres paroles anti-nazies sont maintenant utilisées pour défendre les libertés de nazis et de pédophiles. Ils serait horrifié, oui, et attristé, mais je suis sûr qu’il comprendrait aussi et serait d’accord.

Je soutiens qu’il est grand temps pour nous tous de refuser d’être traités comme des rats de laboratoires entraînés par conditionnement à adorer X (Barack Obama) et à détester Y (les nazis).  Les nazis et les pédophiles méritent totalement notre dégoût et notre rejet, mais pas parce qu’on nous a lavé le cerveau à les haïr, pas parce qu’ils représentent une sorte de « super-mal », mais simplement parce qu’ils sont vraiment détestables. Ceux qui veulent nous laver le cerveau pour que nous les haïssions ne nous font pas confiance pour arriver à cette conclusion sans lavage de cerveau et cela, je le soutiens, est très offensant et dégradant pour nous. Nous devons dire à ceux qui nous auraient lavé le cerveau de manière incurable que nous pouvons arriver à nos propres conclusions, merci beaucoup, et qu’ils peuvent garder leur lavage de cerveau pour eux-mêmes.

En plus de nous libérer du joug idéologique qui nous est imposé par la machine de propagande de l’Empire, il y a aussi des questions technologiques que nous devons examiner. Par exemple, avoir un site web et utiliser des courriels cryptés. Nous avons tous besoin de ça, n’est-ce pas ? À part que maintenant ce pourrait être quelque chose de très difficile à trouver. Et s’il y avait une grande entreprise là-bas qui déclarait ouvertement que ses services seraient refusés pour une raison quelconque ? Et si une entreprise déclarait, par principe, que les comptes nazis, pédophiles et terroristes ne seraient jamais fermés ou compromis ? Ne serait-ce pas exactement l’entreprise avec laquelle vous souhaiteriez ouvrir un compte ?

Tout d’abord, soyons réalistes et ne demandons à aucun fournisseur de service d’ignorer une ordonnance de tribunal. Dans l’abstrait, cela pourrait être très noble, mais pas très réaliste. Notre première condition, cependant, pourrait être que le fournisseur de service ne fermerait ou ne limiterait notre compte que s’il a reçu un ordre juridique légal. Les termes du service incluraient que la provision pourrait, en théorie, faire des États-Unis un juridiction sûre. La Suisse ou l’Islande seraient encore meilleures.

Je ne sais pas si c’est techniquement possible, mais ce serait encore mieux si le fournisseur de service se rendait techniquement impossible de fermer un compte. Quelques pas ont été entrepris vers cette sorte d’installation. Par exemple, ProtonMail crypte la boîte de réception de l’utilisateur de telle manière que même si un tribunal suisse ordonnait à ProtonMail de produire les contenus de la boîte d’un utilisateur, ProtonMail serait seulement en mesure de transmettre des fichiers extrêmement cryptés mais pas le le texte. Cela m’incite à me demander s’il serait possible d’avoir une autorité (le fournisseur de service) s’occupant de la création d’un compte mais que celui-ci, une fois créé, serait impossible à fermer pour le fournisseur de service. Qu’en serait-il si ce compte était hébergé sur un réseau P2P ou si les informations d’identification pour créer un compte étaient insuffisantes pour le fermer? Je ne sais pas, je ne fais que penser à haute voix ici. Des opinions ?

Ensuite, le siège social, les actifs financiers et les serveurs devraient être localisés dans des juridictions sûres. ProtonMail a son siège social et ses comptes bancaires en Suisse (leurs serveurs sont dispersés, certains sont même en Israël, soupir…). Peut-être vaudrait-il mieux les séparer dans différentes juridictions ? Des juridictions différentes, peut-être ?

Aparté
Ici, je dois avouer qu’à mon grand regret et à ma honte la Russie sous Poutine n’est pas mieux que les États-Unis et, franchement, que la Russie est encore pire à de nombreux égards. La triste réalité est que le gouvernement russe, sous le pieux prétexte de l’anti-terrorisme, a adopté de nombreuses lois réprimant la liberté et la vie privée et que les garanties légales offertes à la liberté d’expression y sont proches de zéro. Bon, maintenant, il y a un bon gars au pouvoir, mais si demain, que Dieu me pardonne, un genre d’« Eltsinoïde » arrive au pouvoir, rien n’empêche le gouvernement russe d’interdire complètement le cryptage, de fermes les sites « politiquement incorrects », etc. C’est la même chose pour l’Iran et la Chine, d’ailleurs. Je suis personnellement heureux que mon blog ne soit pas bloqué en Iran – oui, j’ai vérifié – mais beaucoup d’autres le sont. La Chine est peut-être le pire délinquant de tous : ils veulent maintenant introduire l’enregistrement obligatoire des données du passeport de chaque personne utilisant les médias sociaux. C’est paradoxal, mais les pays qui sont en première ligne de la résistance à l’Empire anglosioniste ont encore moins de culture de la liberté, en particulier sur Internet, que les États-Unis ou la plupart des pays de l’Union européenne. C’est une très mauvaise nouvelle pour nous parce que cela signifie que nous devrons probablement trouver une solution à nos problèmes en Occident plutôt que dans des pays comme la Russie, l’Iran ou la Chine. Il est assez parlant (voir ci-dessus) que Roskomnadzor, au lieu d’offrir un havre sûr en Russie à The Daily Stormer, a en fait demandé (et obtenu) que leur domaine russe soit fermé. Honte à la Russie, c’est tout ce que je peux dire !

Un tel fournisseur de service sera-t-il jamais créé ? Je veux espérer que oui. J’ai été vivement encouragé par la réaction de l’Electronic Frontier Foundation (voir ici pour le texte intégral) qui a fortement condamné les actes des entreprises loyales et qui a dit clairement :

Nous ne protégeons pas la liberté d’expression parce que nous sommes d’accord avec tout ce qui est protégé. Nous le faisons parce que nous croyons que personne – pas le gouvernement et pas les entreprises commerciales privées – ne devrait décider qui peut parler et qui ne peut pas.

Que Dieu bénisse leurs cœurs ! Je suis fier d’être membre de EFF.

La Free Software Foundation (FSF) [Fondation pour le logiciel libre], dont je suis aussi membre, pourrait arriver avec la technologie à garantir que personne, y compris les « méchants consensuels », ne soit privé du droit d’exposer ses idées ou de communiquer de manière sûre.

Je peux entendre l’objection : « Et les terroristes ? » À cela, je répondrais deux choses :

  1. Pour autant que je le sache, tous les terroristes sont parrainés par des États.
  2. Les terroristes peuvent facilement contourner toute forme de contrôle étatique (principalement en ne révélant pas quels comptes de messagerie ils utilisent).

Donc l’argument « nous donnerons aux terroristes les moyens de communiquer » est un bobard total.

En tant qu’instrument de liberté, l’Internet a été fantastique. Mais nous devons aussi reconnaître qu’il a ses points faibles, en particulier ses « points d’entrée » (ce qu’on appelle les points d’accès au réseau ou PA) et le mécanisme d’enregistrement du nom de domaine (via ICANN).  Les gouvernements ne peuvent pas fermer Internet. Mais le gouvernement et le secteur privé, ensemble, le peuvent probablement.

Et puis il y a le problème des moteurs de recherche. En ce moment, Google règne absolument, et le second (Yandex) se concentre beaucoup sur l’Internet russe. Il y a beaucoup d’autres moteurs de recherche, mais aucun d’entre eux n’offre les garanties d’être apolitique. Encore une fois, c’est un défi pour la communauté des logiciels libres qui devra trouver une solution, mais cela prendra du temps.

Prévenir certaines accusations inévitables

Avez-vous remarqué combien de fois, dans cet article, je devais m’éloigner de mon sujet pour prévenir l’accusation que j’ai quelque sympathie pour les nazis ? Bon, je suis quasiment sûr qu’un imbécile quelconque essayera de poster un commentaire m’accusant d’être un nazi, de toute façon. Lorsque cela arrive, veuillez le considérer comme un exemple de la facilité avec laquelle le mot « nazi » transforme le cerveau en bouillie. Certains m’accuseront aussi d’être un crypto-nazi (ou quelque chose de semblable), non parce qu’il le croient réellement, mais parce qu’ils manqueront de tout argument logique et basé sur les faits pour contester mes thèmes. Ils espéreront que l’étiquette de « nazi » servira simplement à supprimer mes arguments de la conscience des lecteurs bien conditionnés. Enfin, il y aura les inévitables « nazis offensés » qui seront absolument scandalisés qu’un type qui ose remettre en question les 6 millions + les chambres à gaz + les crématoires traite AUSSI les nazis de méchants fous génocidaires racistes (ils détestent également lorsque je parle d’Ukronazis – apparemment, le fait qu’il y ait des quantités de juifs dans la direction ukie est une preuve que les Ukronazis ne sont pas des nazis. On peut se demander si ces types réalisent à quel point les nazis et les sionistes se ressemblent ou s’ils ne ne comprennent pas que le gouvernement israélien est, idéologiquement parlant, tout simplement une version juive des idées, des politiques et même des méthodes national-socialistes). Ce genre d’argument commence habituellement par « il semble que » ou « en d’autres termes » ou « donc ce que vous dites », etc. Ma réponse est simple : j’ai écrit ce que j’ai écrit. SI je voulais écrire quelque chose de différent, je l’aurais fait. Donc s’il vous plaît, épargnez-nous la « paraphrase créative » habituelle de ce qui est effectivement dit.

Conclusion : les derniers groupes de résistance

L’hystérie actuelle autour d’Alt-Right, du Daily Stormer ou de Trump comme « candidat du KKK » n’est pas seulement le résultat du contrôle sur les médias commerciaux par des idiots sensationnalistes. C’est une campagne stratégique de psy-op délibérée dont le but est de renverser Trump et de réprimer les aspirations légitimes de millions d’Américains qui veulent simplement retrouver leur pays. Tout cela a commencé par une révolution de couleur contre Trump, suivie par un coup d’État réussi et maintenant les néocons tournent leur attention sur nous, les gens ordinaires. Dans leurs esprits malades, si nous ne sommes pas des Clinton-robots au cerveau lavé, alors nous sommes tous des néo-nazis d’une sorte ou d’une autre. Pour eux, le Daily Stormer ou l’Alt-Right ne sont que la preuve et le prétexte dont ils ont besoin pour écraser nos libertés civiles et nos droits humains. Pour aggraver encore les choses, la soi-disant Gauche (je dis « soi-disant » parce que, permettez-moi de le dire, il n’y a pas de véritable Gauche aux États-Unis, seuls des couillons ignorants diraient d’Obama que c’est un socialiste !) a totalement échoué à comprendre « D’abord ils sont venus pour l’Alt-Right » et, au contraire, a participé à la campagne « Trump est un raciste ». Franchement, je trouve les progressistes américains au-delà de tout espoir, en état de mort cérébrale terminale, et politiquement ce sont des idiots au service des néocons. Nous savons tous où se situent les néocons. Donc cela ne laisse que deux groupes capables de penser et ce sont les paléoconservateurs et les libertariens.  Ils ne sont pas exactement ma tasse de thé avec leurs idées et leurs mythes économiques, mais c’est vraiment sans importance à ce point. Ce qui importe est qu’ils sont les derniers qui défendent les principes de base suivants :

  1. Soutien aux libertés constitutionnelles et aux droits civils.
  2. Opposition à l’Empire et aux guerres étrangères.
  3. Résistance contre le projet social et politique des « coalitions de minorités ».

Je pense qu’en ce moment la plupart des paléoconservateurs et des libertariens ont compris que « la présidence de Trump est terminée » comme l’a dit Bannon. Trump est un nain intellectuel écrasé et châtré dans les mains des néocons. Mais ce que Trump a défendu pendant son élection mérite toujours qu’on combatte pour cela. Oubliez l’homme, mais rappelez-vous les valeurs, les idées, les principes qui l’ont fait élire. Ces valeurs sont tout ce qui se trouve entre nous et une vie de servitude aux néocons et à leur Empire anglosioniste. C’est aussi tout ce qui se trouve entre l’humanité et une éventuelle guerre mondiale.

Aparté
À mes (vrais) amis de gauche : non je ne reprends pas les opinions politiques des paléoconservateurs ou des libertariens. Mais je dis que dans le contexte des États-Unis ce sont les deux seules forces politiques qui sont mentalement capables de résistance. Comme je l’ai dit, il n’y a pas de vraie Gauche organisée au nord du Rio Grande, désolé.  Et, avant que vous ne posiez la question, les Antifas ne sont que des instruments stupides. Oui, il y a quelques individus vraiment de gauche aux États-Unis, étonnamment beaucoup dirais-je, mais rien d’organisé, pas de mouvement. C’est un désastre et une tragédie, mais c’est aussi la triste réalité.

Ce que la machine de propagande néocon a fait est d’essayer de mettre les paléoconservateurs et les libertariens dans la catégorie soit « agent de Poutine » (Ron Paul) soit nazi (Pat Buchanan).  S’ils réussissent, alors c’est vraiment la fin, les gens.

The Saker

L’article original a été écrit pour Unz Review

Traduit par Diane, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker francophone

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

3 réflexions au sujet de « D’abord ils sont venus pour les nazis et les pédophiles… »

Les commentaires sont fermés.