Petite mise à jour sur la (très dangereuse) situation en Ukraine


The Saker
The Saker

Par le Saker original – Le 5 juin 2015 – Source : thesaker.is

Chers amis,

Tout d’abord, je voulais juste vous faire savoir que je suis en train de travailler sur deux entretiens dont je pense que vous les trouverez intéressants : l’un avec Michael Hudson et l’autre avec un expert sur la Syrie, qui préfère rester anonyme. Les deux devraient être passionnants. Merci de me donner quelques jours de plus pour vous les communiquer.

Maintenant, à propos de l’Ukraine. S’il vous plait, lisez ce rapport
 et regardez celui-ci.

En définitive, cette situation est très tendue.

A écouter la propagande de la junte, on dirait que ces attaques préparent une reconquista imminente du Donbass, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Ma propre évaluation est que ce n’est probablement pas le prélude à une attaque ukronazie massive, mais certainement une tentative de provoquer la Russie et de saboter les négociations en cours, tout en donnant à l’Empire une raison de demander une extension des sanctions. Je dis ça parce que selon de nombreux rapports, les Ukrainiens ont maintenant très peur des Novorusses : deux fois déjà, leurs contre-attaques ont été arrêtées (Minsk 1 et Minsk 2) au dernier moment, mais personne ne croit qu’un Minsk 3 peut arriver. En d’autres termes, si les Ukronazis attaquent, ils vont prendre un risque énorme. J’ai peut-être tort, mais mon sentiment est qu’ils vont essayer de retarder le moment (de toute façon inévitable) où ils devront lancer leur dernière attaque.

L’Europe et l’OSCE prennent l’attitude typique de faiblesse face à ces événements. L’OSCE signale à contrecœur que les Ukronazis ont ramené beaucoup de leurs armes lourdes et que des civils sont tués chaque jour. L’UE regarde de l’autre côté avec application.

Il est manifeste que Kerry, Nuland & Co n’ont rien obtenu de Lavrov, ou de Poutine et que l’escalade punitive est la réponse des États-Unis au refus russe de bouger.

Officiellement, les Russes s’en tiennent à leur position originale. Cependant, j’ai aussi le sentiment d’un changement dans le ton. Il y a maintenant un débat public sur la nécessité de réunir le Conseil de la Fédération afin qu’il autorise à nouveau Poutine à mener une opération militaire en Ukraine, si nécessaire. Le consensus semble être le suivant, puisque les Ukronazis ont signé Minsk 2, ils ont maintenant à le respecter et qu’aucun Minsk 3 ou toute autre négociation n’aura lieu. Certains très hauts responsables politiques ont indiqué que si les Ukronazis attaquent de nouveau « tous les paris sont ouverts » ou, pour utiliser l’expression favorite américaine « toutes les options sont sur la table ».

J’ai de plus en plus le sentiment que la Russie va maintenant s’opposer à n’importe quel autre type d’effort ou de négociation. Les suggestions ukrainiennes selon lesquelles il faut rediscuter telle ou telle autre nouvelle idée sont sommairement rejetées par Moscou. Les Russes semblent avoir conclu qu’ils ont placé les Ukrainiens, l’UE et les Etats-Unis exactement où ils veulent, et que la meilleure chose à faire maintenant est d’attendre.

En d’autres termes, ni la junte ukronazie, ni leur patrons américains ne vont obtenir quoi que ce soit de la Russie à ce stade. Je crois qu’ils le comprennent. Pire (pour eux), le temps est compté et l’économie ukrainienne s’est quasiment effondrée et se trouve pratiquement en état de défaut (le vote de la Rada permettant à Iats [Iatseniouk, le premier ministre] de choisir quels créanciers doivent être payés – ou non – est, essentiellement, un aveu de faillite).

À moins d’un miracle, les Ukronazis doivent simplement aller à l’attaque puisqu’une guerre ou, mieux (de leur point de vue) une invasion russe (ce qui serait une libération, bien sûr) est maintenant la seule et dernière option qui reste pour dissimuler l’effondrement total, non seulement de la politique ukrainienne US, mais aussi de l’ensemble du projet d’Ukraine indépendante.

Bien sûr, une importante opération sous faux drapeau est aussi une véritable option.

Les prochaines semaines vont être très, très dangereuses.

Le Saker

Traduit par Claude, relu par Diane pour le Saker Francphone.

   Envoyer l'article en PDF   

Les commentaires sont fermés.