Lire Sun Tzu à Téhéran


Par Alastair Crooke − 15 janvier 2020 − Source Strategic Culture

crooke alastairL’Iran n’en a pas fini. Le général Hajizadeh, commandant de l’IRGC Aerospace Force, a déclaré hier dans un briefing que la récente frappe « était le point de départ d’une grande opération ». Il a également souligné que « les frappes n’étaient pas censées faire des morts : nous avions l’intention [plutôt] de porter un coup à la machine militaire ennemie ». Et le Pentagone dit également que l’Iran a intentionnellement évité les troupes américaines dans ses bases.

Pour le Pentagone, cela revient à admettre que l’Iran peut lancer des missiles avec une précision extrême sur une distance de plusieurs centaines de kilomètres – et de plus, cela s’est produit sans qu’aucun ne soit intercepté par les forces américaines. Éviter de viser des soldats sur une grande base militaire n’est pas une mince affaire – cela suggère une précision d’un mètre ou deux pour les missiles iraniens – et non dix mètres.

N’est-ce pas là le point important ? Cela suggère que les progrès des systèmes de guidage de l’Iran permettent de diriger des missiles avec une extrême précision. N’avons-nous pas vu quelque chose de similaire se produire récemment en Arabie saoudite à Abqaiq ? Et n’était-il pas clair après Abqaiq que les systèmes de défense aérienne américains très coûteux ne fonctionnent pas ? Les CGRI (Gardiens de la révolution) ont démontré de manière satisfaisante qu’eux-mêmes et leurs alliés peuvent pénétrer les systèmes de défense aérienne fabriqués aux États-Unis, en utilisant des missiles «intelligents» produits dans le pays et en utilisant leurs propres systèmes de guerre électronique.

Les bases américaines dans la région – en bref – représentent désormais une infrastructure américaine vulnérable, une faiblesse – et non une force. Idem pour ces flottes de porte-avions coûteuses. Le message iranien était clair et très explicite pour ceux qui comprennent – ou veulent comprendre. Pour d’autres, moins stratégiquement conscients, il pourrait sembler que l’Iran a tiré son coup  militaire et a montré sa faiblesse. Après tout, lorsque vous venez de démontrer votre capacité de bouleverser le statu quo militaire, il n’est pas nécessaire d’entonner une sonnerie de clairons. Le contenu du message lui-même est le « coup » porté à une «machine militaire». Soigneusement calibré : il évitait une guerre totale. Trump a reculé – et a revendiqué la victoire.

Alors, est-ce que tout est fini , terminé et dépoussiéré ? Affaire close ? Pas du tout. Le guide suprême et le général Hajizadeh ont déclaré, effectivement, que la frappe n’était qu’un début – un début. Mais une grande partie des médias de masse  – à la fois en Occident et parfois en Israël – font la sourde oreille à la façon dont l’Iran gère la guerre asymétrique – même lorsqu’elle est annoncée explicitement.

La guerre asymétrique n’est pas un exercice à la « mords-moi-le nœud ». C’est plus David contre Goliath. Goliath peut écraser David d’un coup de poing, mais ce dernier est agile ; rapide, danse autour du géant – juste hors de sa portée. David a de l’endurance, mais le géant pèse lourd, il est vite en colère et épuisé. Finalement, même un caillou bien ajusté – pas besoin d’un canon – le fait tomber.

Écoutez attentivement le message iranien : si les États-Unis se retiraient d’Irak, comme demandé par le Parlement irakien, et conformément à son accord avec le gouvernement de Bagdad, puis « partaient » de la région, la situation militaire s’améliorerait. Cependant, si les États-Unis insistent pour rester en Irak, les forces américaines subiront des pressions politiques et militaires pour partir – mais ne venant pas de l’État iranien. Elle viendront des habitants des États dans lesquels les forces américaines sont actuellement déployées. À ce stade, des soldats américains pourraient être tués – mais pas par des missiles iraniens. C’est le choix de l’Amérique. L’Iran a l’initiative.

Les dirigeants iraniens ont été très explicites : la «gifle» de la frappe sur la base d’Ain al-Assad n’est pas seulement une vengeance pour l’assassinat ciblé du général Soleimani. C’est plutôt une campagne consistant en une guerre informelle, quasi politique, quasi militaire et asymétrique contre la présence américaine au Moyen-Orient qui a été consacrée comme étant plus adaptée à sa mémoire [de Soleimani].

Voici David dansant autour de Goliath. L’assassinat de Soleimani a dynamisé et mobilisé des millions de personnes dans une nouvelle ferveur de résistance – et pas seulement les chiites, soit dit en passant. Et le saccage de la souveraineté de l’Irak par la réponse du président Trump au vote du parlement irakien appelant les forces étrangères à quitter l’Irak, a créé un nouveau paradigme politique que même le plus pro-américain des Irakiens ne peut facilement ignorer. Il s’agit notamment d’une mission non confessionnelle – l’élimination des troupes étrangères.

Et Israël, après une première auto-congratulation, parmi les partisans de Netanyahu, a compris que l’Iran avait «escaladé» et non «reculé». Ben Caspit, un vétéran de la sécurité israélienne, écrit :

La lettre du général William H. Sili, commandant des opérations militaires américaines en Irak, a été divulguée puis rapidement diffusée parmi les plus hauts responsables de la sécurité d’Israël le 6 janvier… Le contenu de la lettre – que les Américains s’apprêtaient à se retirer d’Irak immédiatement – a allumé tous les systèmes d’alarme du ministère de la Défense à Tel Aviv. Plus encore, la publication était sur le point de déclencher un «scénario cauchemardesque» israélien dans lequel, avant les prochaines élections américaines, le président Donald Trump évacuerait rapidement l’Irak et la Syrie.

Simultanément, l’Iran a annoncé qu’il mettait immédiatement un terme à ses divers engagements concernant son accord nucléaire avec les superpuissances, retournant à un enrichissement d’uranium de haut niveau en quantités illimitées et renouvelant ses efforts accélérés pour obtenir des capacités nucléaires militaires. « Dans de telles circonstances », a déclaré une source israélienne de défense à [Caspit], « nous restons vraiment seuls en cette période très critique. Il n’y a pas de pire scénario que cela, pour la sécurité nationale d’Israël… On ne sait pas comment cette lettre a été écrite, on ne sait pas pourquoi elle a été divulguée, pour commencer on ne sait même pas pourquoi elle a été écrite au départ. En général, rien n’est clair en ce qui concerne la conduite américaine au Moyen-Orient. Nous nous levons chaque matin face à une nouvelle incertitude. »

La destitution du président américain, lancée par la Chambre, a rendu Trump très vulnérable à la clique sioniste et évangélique au Sénat américain, dont les votes seront néanmoins essentiels à la tentative de Trump de rester au pouvoir lorsque les articles de destitution iront au Sénat. C’est un procès où Trump doit bloquer les démocrates qui s’allient avec les rebelles républicains afin d’obtenir une sentence «coupable» aux deux tiers des voix. L’effet de levier de la destitution a été utilisé à plusieurs reprises pour pousser Trump à agir au Moyen-Orient en contradiction directe avec son intérêt électoral – qui reste tributaire de la flambée des marchés et des pourparlers dans l’accord commercial avec la Chine.

Ce dont Trump a le plus besoin maintenant, en termes de campagne électorale, c’est une désescalade avec l’Iran – qui atténuerait la pression politique des fractions néocon et évangélique, et lui permettrait de se glorifier des marchés d’actifs gonflés aux stéroïdes.

Mais c’est précisément ce qu’il n’obtiendra pas.

Téhéran a repoussé, sans réserve, les tentatives de Trump de contenir la réponse iranienne au meurtre de Soleimani. Les missives américaines n’ont jamais été ouvertes, ni autorisées à être évoquées par les médiateurs. Il n’y a pas de place pour des pourparlers, à moins que Trump ne lève les sanctions et que les États-Unis ne se réengagent dans le traité JCPOA. Cela n’arrivera jamais. Il y aura maintenant une pression énorme de tous les lobbies israéliens pour que l’Amérique reste en Irak et en Syrie – voyez les commentaires de Caspit. Et le fantôme de la «vengeance» de Soleimani hantera les forces américaines dans la région pendant les mois, voire les années, à venir.

L’Iran – à bon escient – a évité un conflit militaire direct, d’État à État, pour une guerre plus subtile et pernicieuse contre la présence américaine au Moyen-Orient – une guerre qui, si elle réussit, redéfinira la région.

Non, ce n’est pas fini. L’escalade va s’intensifier, mais de manière asymétrique. Trump restera soumis au comportement vicieux des sénateurs sionistes.

Alastair Crooke

Traduit par jj, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF