La guerre de l’information menée par les États-Unis et le Royaume-Uni est à l’origine de la tentative de changement de régime en Biélorussie


Par Kit Klarenberg – Le 15 juin 2021 – Source Moon of Alabama

Des manifestants à Minsk

Les manifestations, parfois enflammées, qui ont fait rage en Biélorussie tout au long de l’année 2020 s’étaient quasiment éteintes lorsque Roman Protasevich, un militant local apparemment néonazi, a été arrêté de manière spectaculaire en mai de cette année.

Du coup, le pays est de nouveau mis en avant dans les titres des médias grand public, avec un nouveau regard vers les appels, jusqu’ici ignorés, de la présidente autoproclamée et controversée, Svetlana Tikhanovskaya, aux dirigeants occidentaux pour qu’ils la reconnaissent comme le leader légitime de la Biélorussie.

Fidèle à leurs habitudes, aucun média grand public n’a daigné mentionner que, pendant de nombreuses années avant l’éruption des troubles, Londres et Washington ont financé, formé et encouragé les éléments qui sont descendus dans la rue pour s’opposer au président Alexandre Loukachenko.

« Cela ne vaut pas le sang du peuple »

En avril 2019, la RAND Corporation – un groupe de réflexion du gouvernement américain – publiait un rapport intitulé « Extending Russia : Competing from Advantageous Ground ».

Ce rapport décrit « une gamme de moyens possibles pour étirer la Russie », définis comme « des mesures visant à appâter la Russie pour qu’elle s’étende trop » afin de « miner la stabilité du régime. »

S’appuyant sur des données quantitatives et qualitatives provenant de sources occidentales et russes, ce rapport examine les vulnérabilités et les anxiétés économiques, politiques et militaires de la Russie, puis « analyse les options politiques potentielles pour les exploiter – sur le plan idéologique, économique, géopolitique et militaire », ainsi que « la probabilité que [ces options politiques] puissent être mises en œuvre avec succès. »

Une section spécifique de ce rapport de 354 pages est consacrée à la « promotion du changement de régime au Belarus ». Il note que, parmi d’autres résultats positifs, le fait de priver la Russie de « son seul et unique véritable allié » constituerait « un gain géopolitique et idéologique évident pour l’Occident », en sapant l’Union économique eurasienne proposée par Moscou, en compliquant « toute tentative d’utiliser la force militaire contre les États baltes » et en isolant davantage Kaliningrad, l’enclave russe située entre la Lituanie et la Pologne.

Le fait de fomenter des troubles en Biélorussie était considéré comme « une occasion d’étirer la Russie en aidant l’opposition, en éliminant un dictateur allié de longue date de la Russie et en soutenant la libéralisation ». L’aide à l’opposition de Loukachenko « pourrait prendre diverses formes, allant de déclarations publiques de soutien par les dirigeants américains à une assistance financière et organisationnelle plus directe pour aider les partis d’opposition. »

Une telle démarche était néanmoins considérée comme extrêmement risquée et susceptible d’échouer. D’une part, il était peu probable que l’opposition bélarussienne lance un « défi sérieux » à Loukachenko et, en tout état de cause, cela inciterait probablement la Russie à « utiliser des moyens politiques et économiques pour maintenir le régime en place », voire à intervenir militairement dans la situation, et entraînerait une « répression locale accrue » de la part des autorités.

En outre, il y avait peu d’appétit public tangible pour la démocratisation. RAND cite une enquête menée en 2015 par l’Institut indépendant de recherche socio-économique et politique, qui révèle que 78 % des Biélorusses estiment qu’un changement de régime « ne vaut pas le sang du peuple » et que 70 % « ne voulaient pas d’une révolution à l’ukrainienne. »

« Les gens ne veulent pas plus de liberté. Ils veulent plus de gouvernement. Ils veulent la vie meilleure qu’ils avaient auparavant », déclarait, en 2017, un expert biélorusse cité dans le rapport.

Promouvoir la libéralisation en Biélorussie nécessitait le soutien de l’Europe, et étant donné que le bloc était confronté à « une foule d’autres défis, de l’Ukraine aux immigrants réfugiés en passant par le Brexit », Bruxelles [l’Union européenne] « pourrait ne pas vouloir ajouter la Biélorussie à ces problèmes », avec « les vagues que cela provoquerait ».

Pourtant, il était considéré comme utile de tenter de précipiter un changement de régime, même si l’effort échouait en fin de compte, car une telle campagne « créerait des appréhensions parmi les dirigeants russes », les faisant « s’inquiéter de la perspective d’un tel mouvement dans leur propre pays. » Cela inciterait ensuite Moscou à renforcer sa présence militaire et son influence politique au Bélarus, faisant peser sur la Russie le poids « d’un pays faible et corrompu » et pouvant même générer « un certain degré de résistance locale », suggère le rapport.

Essentiellement, si Moscou « engage des ressources pour préserver son emprise sur le Bélarus », cela « étirerait » la Russie, et « pousserait les États-Unis et ses alliés européens à répondre par des sanctions plus sévères ». En d’autres termes, mission accomplie.

« Une structure politique de l’ombre »

La question de savoir quel impact, le cas échéant, cette section du rapport de RAND a eu sur les décideurs américains par la suite est discutable, étant donné que Washington était, depuis bien avant sa publication, manifestement engagé dans des efforts de déstabilisation proposés par ce rapport, par le biais de la National Endowment for Democracy (NED).

Fondé en novembre 1983 par le directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) de l’époque, William Casey a joué un rôle central dans sa création. Il a cherché à mettre en place un mécanisme public pour soutenir des groupes et des individus étrangers engagés dans la propagande et l’action politique afin de saper les gouvernements « ennemis » de l’intérieur – des activités historiquement organisées et payées clandestinement par l’Agence – mais avec l’alibi de la promotion de la démocratie et des droits de l’homme.

En 1991, Allen Weinstein, haut responsable de la NED, a reconnu que « beaucoup de ce que nous faisons aujourd’hui était fait secrètement depuis 25 ans par la CIA », et le travail de la NED complète souvent directement le travail de cape et d’épée de Langley.

Par exemple, au cours de la guerre secrète et brutale menée par l’administration Reagan contre le gouvernement progressiste sandiniste du Nicaragua dans les années 1980, qui a fait des dizaines de milliers de morts, la NED a alloué des millions de dollars à des entités d’« opposition civique », dont La Prensa, le principal journal antisandiniste du pays.

Parallèlement, la CIA a formé, financé et armé les opposants fascistes des Sandinistes, les Contras. En particulier, le manuel « Tayacan«  de l’Agence sur la guérilla a eu une grande influence, conduisant le groupe à inciter à la violence populaire, à « neutraliser » les responsables gouvernementaux et les dirigeants civils, et à attaquer des « cibles faciles » comme les écoles et les hôpitaux, entre autres atrocités hideuses.

Les données publiquement disponibles indiquent que la NED a financé au moins 159 initiatives de la société civile en Biélorussie, pour un montant de 7 690 689 dollars, rien qu’entre 2016 et 2020.

Bien que les projets portent des titres à consonance innocente – « renforcer les initiatives régionales pour la jeunesse ; favoriser la liberté des médias ; promouvoir le journalisme civique » – l’exemple de l’Ukraine indique que de telles entreprises peuvent avoir des résultats hautement incendiaires.

Comme le journaliste d’investigation Robert Parry l’a documenté après le coup d’État du Maidan en mars 2014, la NED avait financé 65 projets en Ukraine dans les années qui ont précédé ce soulèvement, créant ainsi « une structure politique fantôme de médias et de groupes d’activistes qui pouvaient être déployés pour provoquer des troubles lorsque le gouvernement ukrainien n’agissait pas comme souhaité ».

Six mois auparavant, Carl Gershman, chef expérimenté de la NED, écrivait un article d’opinion glaçant pour le Washington Post, dans lequel il décrivait les problèmes croissants de Moscou dans son « voisinage proche » – la constellation de pays qui formaient autrefois l’Union soviétique – et la manière dont son organisation les exploitait au maximum. Saluant l’Ukraine comme « le plus grand trophée », il y explique que la « démocratie russe » pourrait également « bénéficier » de l’absorption de Kiev par l’Occident.

« Le choix de l’Ukraine de rejoindre l’Europe va accélérer la disparition de l’impérialisme russe que représente Poutine », écrit Gershman. « Les Russes, eux aussi, sont confrontés à un choix, et Poutine pourrait se retrouver du côté des perdants, non seulement dans son proche voisinage, mais aussi en Russie même. »

Montrant davantage l’efficacité insidieuse des activités de « promotion de la démocratie » de la NED, en mai 2021, deux farceurs russes se faisant passer pour des figures de l’opposition biélorusse ont réussi à duper des représentants de haut rang de la NED pour qu’ils se vantent de leur implication dans les troubles en cours en Biélorussie depuis début 2020.

Parmi les nombreuses révélations d’une franchise étonnante, Nina Ognianova, qui supervise le travail de la NED avec les groupes d’opposition dans le pays, révélait que « beaucoup de personnes » qui ont été « formées » et « éduquées » par le biais des divers efforts de l’organisation à Minsk ont joué un rôle central dans « les événements, ou la préparation des événements, de l’été dernier ».

Gershman ajoute que l’organisation travaillait avec Svetlana Tikhanovskaya et son équipe « de manière très, très étroite ».

L’ingérence des États-Unis au Bélarus remonte pourtant à bien avant 2016. Cinq ans plus tôt, un communiqué de presse officiel de la Maison Blanche sur les « efforts américano-polonais pour faire progresser la démocratie dans le monde » comportait une section dédiée au travail du duo pour « faire pression » sur le gouvernement Loukachenko et « soutenir la société civile », qui indiquait que le Broadcasting Board of Governors (BBG) travaillerait avec la station de télévision Belsat, basée à Varsovie, « pour développer du contenu et des programmes sur l’éducation à la démocratie. »

Fondée en décembre 2007 par le ministère polonais des affaires étrangères, Belsat se présente comme « s’inspirant » des organes de propagande américains Radio Free Europe et Voice of America, instruments du BBG [désormais Agence américaine pour les médias mondiaux]. Il décrit sa mission comme « une promotion du processus de démocratisation » à Minsk, et se vante que les événements en Ukraine « ont montré que Belsat TV a influencé l’opinion publique non seulement au Belarus, mais aussi ailleurs dans la région ».

Belsat pourrait bien avoir influencé l’action politique et la politique aussi, avec des conséquences mortelles. Par exemple, en mai 2015, elle a diffusé un documentaire bien fait sur un jeune homme parti combattre dans la guerre du Donbass pour le « Groupe tactique Biélorusse », un groupe de volontaires biélorusses issu du tristement célèbre « Secteur droit » ukrainien, une milice néonazie pro-gouvernementale.

Le film était présenté comme l’histoire émouvante d’un protagoniste courageux  » [risquant] sa vie … parce qu’il croit que le sort de sa patrie en dépend « , alors qu’il risque chaque jour d’être extradé vers Minsk et de passer des années en prison, sa présence en Ukraine étant illégale. Comme on pouvait s’y attendre, Loukachenko a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y avait pas de place au Bélarus pour les citoyens qui combattent dans le Donbass, et des centaines de personnes ont été poursuivies pour avoir pris part au conflit.

Le sous-texte politique du documentaire ne pouvait pas être plus flagrant, et six mois après sa diffusion, le président de l’époque, Petro Porochenko, a répondu à cet appel apparent, en modifiant la loi pour permettre aux étrangers de servir légalement dans les forces armées ukrainiennes, et en donnant des instructions à la police et aux services de migration pour aider les recrues potentielles à s’engager.

Cette évolution a été accueillie avec enthousiasme par Belsat : dans une émission annonçant cette décision, le radiodiffuseur est allé jusqu’à fournir l’adresse électronique et le numéro de téléphone du « Groupe tactique Biélorusse » à tout auditeur désireux d’« aider les gars ».

On peut se demander combien de Biélorusses ont répondu à cet appel aux armes et sont allés tuer et/ou être tués sur les lignes de front, mais cette considération évidente n’a manifestement guère entamé la réputation de la chaîne auprès des puissances occidentales.

Lors d’une visite officielle à Varsovie fin 2017, Theresa May, alors Premier ministre britannique, a alloué 5 millions de livres sterling de financement britannique à des organisations polonaises pour « détecter et contrer la propagation des opérations d’information russes », une partie de l’argent étant spécifiquement destinée à Belsat.

Des fichiers du Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO) du Royaume-Uni, divulgués par le collectif de cyber-pirates Anonymous, ont permis de faire la lumière sur le soutien apporté par Londres à la station via la Thomson Reuters Foundation (TRF), la branche caritative de la chaîne d’actualité de renommée internationale.

Au total, Belsat a reçu 150 jours de conseils intensifs sur une période de trois mois – « dont 97 ont été fournis dans le pays » – de la part de consultants, d’interprètes et de gestionnaires de projets et de finances, parmi lesquels des employés de Reuters.

Si TRF a cherché à renforcer considérablement les capacités de propagande de Belsat, ses conseils ont certainement été efficaces. Un rapport de Media IQ sur le respect par la station des normes journalistiques « lors de la couverture de l’actualité politique publique », de septembre à décembre 2019, fut très accablant. Il concluait que la station violait « malicieusement » l’obligation de séparer les faits des opinions, 75 % de ses émissions d’actualité contrevenant à ce principe de base au cours de la période évaluée.

« Contrer l’influence malveillante du Kremlin »

Il semble probable que les orientations de la TRF aient été inspirées par les conclusions d’une vaste « analyse du public cible«  sur les perceptions et les motivations des citoyens biélorusses, menée en janvier 2017, qui visait à « identifier les opportunités » de « communiquer de manière appropriée » avec eux. L’étude a été commandée par l’OFDD en janvier 2017, sous les auspices de Whitehall, pour 100 millions de livres sterling, et visait à affaiblir l’influence de la Russie chez « ses proches voisins ».

En particulier, Londres s’intéressait aux « griefs existants ou potentiels des Biélorusses contre leur gouvernement national » qui pourraient être exploités, ainsi qu’aux « canaux et messages » par lesquels le gouvernement britannique pourrait « s’engager de manière appropriée avec différents sous-groupes. »

L’« analyse du public cible » de l’OFDD a été réalisée par Albany Associates, ancien contractant de Whitehall, qui joue un rôle central dans un certain nombre d’opérations secrètes dans la guerre de l’information menées par Londres contre la Russie.

Dans le cadre d’une de ces connivences, la société a cherché à « développer une plus grande affinité » entre la minorité russophone de la région et le Royaume-Uni, l’Union européenne et l’OTAN. Dans une autre, elle a collaboré avec l’ONG française IREX Europe pour « promouvoir la pluralité, l’équilibre et l’alphabétisation des médias en Asie centrale ».

Dans les documents qu’elle a soumis à l’OFDD, Albany indique qu’IREX travaillait en Biélorussie depuis 2006 « avec des médias imprimés, en ligne et radiophoniques » pour « améliorer la qualité de leur couverture » et « accroître leur compréhension de l’UE et de ses États membres ». Dans le cadre de son offre destinée aux jeunes dans le pays, l’organisation a fondé Euroradio, basée à Varsovie, ainsi que le site en ligne 34mag.

L’IREX est étroitement lié à la NED et a créé Euroradio en 2006 avec des fonds de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), une autre entité qui a souvent été utilisée pour saper insidieusement les gouvernements dans le collimateur de Washington. Tout comme le FCDO, l’USAID, aujourd’hui sous la direction de la va-t-en-guerre Samantha Power, gère un programme à multiples facettes ciblant « le voisinage proche » de la Russie, pour « contrer l’influence maléfique du Kremlin », « en accord avec la stratégie de sécurité nationale des États-Unis ».

Un rapport de 2015 sur le soutien apporté par l’IREX aux médias « indépendants » d’Europe de l’Est dans le cadre de son « accord de coopération » avec l’USAID décrit en détail la croissance exponentielle d’Euroradio après son lancement. En l’espace de quatre ans, elle a également reçu des fonds importants de l’Union européenne et de nombreux gouvernements étrangers, et a mené des campagnes multimédias promotionnelles élaborées.

En 2008, elle parrainait 300 événements par an dans la région, bénéficiant d’une « exposition gratuite importante » en « plaçant ses bannières lors d’événements musicaux et culturels », notamment le concert annuel « Right to be Free » à Lviv, en Ukraine. Des groupes de Biélorussie, d’Ukraine et d’ailleurs ont joué devant une foule de 10 000 personnes, « dont beaucoup sont venues en bus de Biélorussie ».

Pendant les élections de 2010, Euroradio a diffusé, sur le Web, sur Skype et sur diverses plateformes de messagerie instantanée, des images en direct des manifestations qui ont suivi le vote. Elle a « interviewé les principaux candidats de l’opposition, rendu compte des arrestations de manifestants, fait un compte rendu de la commission électorale et fourni des comptes rendus provenant de six régions par l’intermédiaire de correspondants régionaux », en adaptant son « contenu et ses efforts de marketing » spécifiquement aux 17-35 ans.

Ces activités, parmi d’autres, ont fait d’Euroradio le « principal radiodiffuseur externe » du Belarus et, en 2012, son « audience potentielle pour les émissions terrestres » était de deux millions de personnes, soit plus d’un cinquième de la population du pays, tandis que le site web recevait des centaines de milliers de visiteurs par mois.

Le « papa gâteau des opérations secrètes »

Tout au long de 2020 et au-delà, Euroradio a publié presque inlassablement des images de violentes répressions contre les manifestants à Minsk, qui ont à leur tour été régulièrement diffusées par les médias grand public. La BBC est allée jusqu’à lancer un appel ouvert aux militants sur le terrain pour qu’ils soumettent des photos et des vidéos à utiliser dans sa couverture, ce qu’Euroradio a amplifié avec enthousiasme.

Il ne serait pas du tout surprenant qu’une grande partie du contenu des reportages occidentaux sur les troubles ait été créée par des personnes et des organisations recevant secrètement des fonds et des formations de l’Open Information Partnership (OIP), le volet « phare » de l’offensive de propagande multidimensionnelle du FCDO contre la Russie.

L’OIP entretient un réseau de 44 partenaires à travers l’Europe centrale et orientale, dont « des journalistes, des organisations caritatives, des groupes de réflexion, des universitaires, des ONG, des militants et des vérificateurs de faits ».

Des documents internes de Whitehall révèlent que l’un de ses principaux objectifs est d’influencer « les élections qui se déroulent dans les pays présentant un intérêt particulier » pour l’ODCE. L’OIP réalise cette perturbation en aidant des organisations et des individus à produire une propagande habile déguisée en journalisme citoyen indépendant, qui est ensuite amplifiée à l’échelle mondiale via son réseau.

En Ukraine, par exemple, l’OIP a travaillé avec une douzaine d’« influenceurs » en ligne pour « contrer les messages soutenus par le Kremlin grâce à des stratégies éditoriales innovantes, à la segmentation de l’audience et à des modèles de production qui reflètent l’environnement politique complexe et sensible », ce qui leur a permis « d’atteindre un public plus large avec un contenu convaincant qui a été vu plus de quatre millions de fois ».

De même, en Russie et en Asie centrale, l’OIP a établi un réseau de Youtubers, les aidant à créer des vidéos « promouvant l’intégrité des médias et les valeurs démocratiques. »

Les participants ont appris à « effectuer et recevoir des paiements internationaux sans être enregistrés comme sources de financement externes » et à « élaborer des stratégies éditoriales pour diffuser des messages clés », tandis que le consortium a minimisé leur « risque de poursuites judiciaires » et a géré les « communications du projet » afin de garantir que l’existence du réseau et le rôle de l’OIP restent « confidentiels. »

La Biélorussie, avec la Moldavie et l’Ukraine, est désignée dans les fichiers divulgués comme « l’espace le plus vital de tout le réseau [OIP] » et un pays « prioritaire à fort impact » pour Londres. Cela suggère que son élection de 2020 a été très « intéressante » – et les résultats choquants du vote présidentiel de novembre 2020, en Moldavie, suggèrent que l’influence informationnelle de l’OIP a pu être décisive.

Cette élection opposait l’opposant pro-occidental Maia Sandu au dirigeant pro-russe sortant Igor Dodon, le premier sortant vainqueur d’une victoire largement reconnue par les médias occidentaux comme surprenante. Deux organisations moldaves, l’Association de la presse indépendante et Newsmaker, sont membres du réseau de l’OIP et pourraient bien avoir servi de canaux pour le matériel pro-Sandu et anti-Dodon financé par l’OFDD.

Le membre slovaque de l’OIP, MEMO 98, qui, quelle coïncidence, est également financé par la NED, a publié une étude approfondie de la campagne électorale, attribuant le succès de Sandu à son média social intitulé « Nous ».

MEMO 98 a également suivi de près les manifestations en Biélorussie, publiant plusieurs analyses des reportages des médias et de l’activité des médias sociaux liés à l’agitation, attirant au passage une attention particulière sur la production de nul autre que Belsat, faisant l’éloge de sa « couverture étendue des manifestations et de l’intimidation des activistes « .

En septembre 1991, le Washington Post publiait un article sur le thème des « coups d’État sans espions » à l’étranger, dans lequel il qualifiait la NED de « papa gâteau des opérations visibles » et notait que, tout au long de la fin des années 1980, elle avait « distribué de l’argent aux forces anticommunistes situées derrière le rideau de fer ».

« Un financement secret de ces groupes aurait été le baiser de la mort, s’il avait été découvert. Il semblerait que ce financement visible ait été le baiser de la vie », conclut le journal.

Le financement de la NED a très clairement été un « baiser de la vie » pour un grand nombre d’acteurs de l’opposition souvent douteux à l’intérieur et à l’extérieur de la Biélorussie, déclenchant à son tour toute sorte de chaos – et qui plus est, son statut de « papa gâteau » est maintenant contesté par un certain nombre d’autres acteurs occidentaux aussi malveillants.

Que ces efforts échouent ou réussissent à renverser le gouvernement de Loukachenko n’a aucune importance pour les individus et les organisations qui en sont les instigateurs, car le simple fait de tenter de le faire sert à « étirer », et donc à isoler internationalement, Minsk et Moscou.

Kit Klarenberg

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF