Ces arrogants Britanniques auraient bien besoin d’une bonne gifle.


Par Moon of Alabama – Le 23 juin 2021

Les Britanniques se sont montrés un peu arrogants aujourd’hui, alors les Russes ont répondu en ouvrant le feu :

Un patrouilleur et un avion de chasse russes ont tiré des coups de semonce après que le destroyer britannique HMS Defender a violé la frontière du pays en mer Noire. L'attaché à la défense de l'ambassade du Royaume-Uni a été convoqué par des responsables à Moscou.

Selon le ministère russe de la défense, le navire britannique a pénétré dans les eaux territoriales du pays à 11 h 52, heure locale, et a parcouru 3 km à l'intérieur de la frontière, près du cap Fiolent, en Crimée. La péninsule n'est pas reconnue par le Royaume-Uni comme une terre russe et Londres estime qu'il s'agit d'un territoire ukrainien illégalement occupé.

"À 12h06 et 12h08, un navire de la patrouille frontalière a tiré des coups de semonce", a déclaré le ministère de la Défense. "(Et) à 12:19, un avion Su-24m a effectué un bombardement d'avertissement (4 OFAB-250) devant la trajectoire de l'USS Defender."

Quatre minutes plus tard, à 12:23, le destroyer quittait le territoire russe.

Les Britanniques ont nié que des coups de feu aient été tirés sur (!) eux :

Le ministère britannique de la Défense a affirmé que le HMS effectuait un « passage innocent dans les eaux territoriales ukrainiennes conformément au droit international » et a rejeté les affirmations du ministère russe de la Défense selon lesquelles des coups de semonce ont été tirés ou des bombes ont été larguées sur la trajectoire du destroyer. « Le navire de la Royal Navy a effectué un innocent passage dans les eaux territoriales ukrainiennes conformément au droit international », déclarait mercredi sur Twitter le service de presse du ministère de la Défense, faisant référence au droit internationalement reconnu de naviguer dans les eaux territoriales d’un pays à condition de ne pas vouloir nuire. « Nous pensons que les Russes effectuaient un exercice de tir en mer Noire et auraient averti la communauté maritime de leur activité. Aucun tir n’a été dirigé vers le HMS Defender et nous ne reconnaissons pas l’affirmation selon laquelle des bombes ont été larguées sur sa trajectoire. » Le ministère de la Défense a également affirmé que le destroyer se déplaçait dans un « couloir de séparation du trafic internationalement reconnu. »

C’est un démenti qui n’en est pas un. Les tirs d’avertissement ne visent jamais directement la cible.

Un journaliste de la BBC qui se trouvait à bord du navire britannique ne pense pas qu’il s’agissait d’un simple « innocent passage » :

L'équipage était déjà en action lorsqu'il s'approchait de la pointe sud de la Crimée occupée par la Russie. Les systèmes d'armes à bord du destroyer de la Royal Navy avaient déjà été chargés.

Il s'agissait d'une manœuvre délibérée pour se faire remarquer de la Russie. Le HMS Defender allait naviguer dans la limite des 12 milles (19 km) des eaux territoriales de la Crimée. Le capitaine a insisté sur le fait qu'il ne cherchait qu'un passage sûr à travers un couloir de navigation reconnu internationalement.

Deux navires des garde-côtes russes qui suivaient de près le navire de guerre de la Royal Navy ont tenté de le forcer à changer de cap. À un moment donné, l'un des navires russes s'est approché à environ 100 m (328 pieds).

Des avertissements de plus en plus hostiles ont été lancés par radio, dont un qui disait "si vous ne changez pas de cap, je vais tirer". Nous avons entendu des tirs au loin, mais nous pensions en être hors de portée.

Alors que le HMS Defender naviguait dans le couloir de navigation, il a été bombardé par des jets russes. Le capitaine, Vincent Owen, a déclaré que le navire a détecté plus de 20 avions militaires à proximité. Le commandant Owen a déclaré que sa mission était de confiance mais non conflictuelle.

Le journaliste de la BBC faisait son rapport par téléphone. On peut entendre les avions de chasse russes bombarder le navire.

Agrandir

Un passage innocent avec des armes chargées ? C’est un non bien négatif. Faire passer un navire de guerre prêt au combat dans les eaux territoriales russes sans nécessité ? Il n’y a pas de « voies de navigation » dans cette zone, mais beaucoup de place à l’ouest pour contourner la Crimée.

Donc non. Les Britanniques cherchaient clairement la confrontation. Un avion espion américain volait également dans la zone pour enregistrer la réaction des Russes.

Agrandir

Cette décision est intervenue quelques heures seulement après la signature par le Royaume-Uni d’un accord avec l’Ukraine pour « renforcer les capacités navales ukrainiennes » :

Des travaux contractuels vont maintenant commencer pour mettre en œuvre les projets suivants :

- L’achat de missiles et leur intégration sur des plates-formes de patrouille et aéroportées de la marine ukrainienne, nouvelles et en service, y compris un ensemble de mesures de formation et de soutien technique.

- Le développement et la production conjointe de huit navires de guerre à missiles rapides.

- La création d'une nouvelle base navale sur la mer Noire en tant que base principale de la flotte ukrainienne et d'une nouvelle base sur la mer d'Azov.

- Babcock participera au projet ukrainien visant à fournir une capacité de flotte militaire moderne.

- Une vente, de gouvernement à gouvernement, de deux navires anti-mines de la classe Sandown, remis à neuf.

Le rédacteur en chef du journal chinois Global Times estime que la Grande-Bretagne devrait recevoir une « leçon qui ressemble à une gifle » pour l’incident d’aujourd’hui. C’est probablement une bonne idée. Mais la Russie a tendance à ne pas réagir hâtivement sur de telles questions. La vengeance est un plat qui se mange froid.

Sans rapport avec ce qui précède, une leçon qui ressemble à une gifle a été donnée à la Grande-Bretagne aujourd’hui lorsque le secrétaire d’État américain Tony Blinken est arrivé en Allemagne :

"Je pense qu'il est juste de dire que les États-Unis n'ont pas de meilleur partenaire, de meilleur ami dans le monde que l'Allemagne", a déclaré M. Blinken. Il doit rencontrer la chancelière Angela Merkel et le ministre des affaires étrangères Heiko Maas.

Londres ne va pas apprécier cette déclaration.

La semaine prochaine, l’OTAN organisera son exercice Seabreeze en mer Noire et à proximité, auquel participeront des soldats et des marins de quelque 30 pays. À la lumière de la provocation d’aujourd’hui, les militaires russes vont peut-être leur préparer quelques surprises.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Ces arrogants Britanniques auraient bien besoin d’une bonne gifle. »

Les commentaires sont fermés.