Voici comment les nouvelles négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine pourraient prendre fin


Par Brandon Smith − Le 10 octobre 2019 − Source Alt-Market.com


Alors que les États-Unis et la Chine sont au beau milieu d’un nouveau cycle de négociations commerciales de haut niveau, ce jeudi marque le 22e mois depuis le lancement du relevage des barrières douanières et le début de la guerre commerciale. Loin d’être « facile à gagner », la guerre commerciale a duré beaucoup plus longtemps que ne l’avaient prédit la plupart des analystes des médias grand public et alternatifs.

Dans des articles précédents, j’ai averti que la guerre commerciale elle-même n’est probablement pas destinée à être réellement gagnée ; c’est plutôt une distraction massive et un bouc émissaire pratique alors que les banques mondiales mettent en mouvement l’implosion de la Bulle de Tout. Je maintiens cette évaluation et c’est pourquoi je pense qu’il est peu probable que les pourparlers actuels avec la Chine aboutissent à quelque chose.


Cette conclusion contraste fortement avec tout le battage médiatique que nous avons entendu dans le milieu de l’investissement en septembre. Vu la façon dont les marchés boursiers lévitaient, on aurait pu croire qu’un accord était assuré. Ne jamais sous-estimer le pouvoir de l’optimisme aveugle, je suppose. Je crois qu’il y a un nombre très limité d’enjeux à ces réunions, aucun d’entre eux n’aboutissant à un véritable « deal ». Cependant, il est important de comprendre la dynamique en jeu ici.

D’abord et avant tout, si nous voulons aborder la guerre commerciale à partir d’un simple examen de surface, il n’y a vraiment aucune incitation pour la Chine à capituler devant les exigences de Trump. Il ne reste plus qu’un an avant les élections de 2020, et bien que les DEUX économies connaissent certainement une forte baisse, la Chine est à peine paralysée par les droits de douane sur les exportations vers les États-Unis. La Chine peut simplement attendre de voir comment les élections américaines se déroulent. Plus l’économie américaine sera instable en 2020, moins il est probable que Trump remporte un second mandat. Trump a tellement lié son destin à la performance de l’économie et des marchés boursiers que quoi qu’il arrive, il est maintenant tenu pour le résultat final.

Les États-Unis ne représentent que 18 % du total des exportations chinoises, ce qui n’est certes pas négligeable, mais c’est loin d’être suffisant pour pousser la Chine vers des concessions à long terme. La Chine a déjà commencé à remplacer les produits agricoles américains en se tournant vers d’autres marchés dans des pays comme le Brésil et le Mexique. Il y a six mois, le mème des pom-pom girls de la guerre commerciale était que « le peuple chinois serait affamé en quelques mois sans le soja et le porc américains », et le gouvernement chinois « aurait une révolution sur les bras ». J’espère que ces gens voient maintenant à quel point cette affirmation était ridicule. Les États-Unis ne sont pas les seuls en ville, il y a beaucoup d’autres marchés agricoles dans le monde.

La Chine est le plus grand exportateur/importateur au monde et le plus grand centre manufacturier. Avec une telle infrastructure et une main-d’œuvre bon marché, la nation est beaucoup plus durable économiquement que beaucoup d’analystes ne le croient. La question de la création de la dette de la Chine est souvent soulevée comme preuve que son économie est sur le point de s’effondrer. Je tiens toutefois à souligner que le caractère énorme de la dette de la Chine était en fait planifié. En fait, l’inclusion de la Chine dans le panier de droits de tirage spéciaux du FMI en 2016 l’obligeait à distribuer de grandes quantités de titres de créance afin d’accroître la liquidité de ses marchés et de sa monnaie.

Au-delà du commerce extérieur, la Chine dépend de plus en plus de la consommation intérieure par rapport aux exportations. La consommation intérieure a représenté 78 % de la croissance du PIB de la Chine en 2018 et environ 40 % du PIB total. La perte du consommateur américain n’est pas suffisante pour défaire l’économie chinoise. Point final.

Les avoirs de la Chine en bons du Trésor américain sont toujours en baisse, et le pays a accéléré le rythme de ses achats d’or pour le dixième mois consécutif. Cela montre que les Chinois se préparent à un conflit à long terme avec les États-Unis.

Il est important de noter ici que je n’approuve pas la façon dont le gouvernement chinois gère l’économie ou la façon dont il gère sa société. Ce sont, à toutes fins pratiques, des monstres collectivistes. Le problème est que d’autres monstres collectivistes en Occident ont jugé la Chine utile. Comme George Soros l’a admis publiquement, la Chine va devenir le « moteur économique«  du « nouvel ordre mondial », remplaçant le consommateur américain. La chute de la Chine n’est tout simplement pas dans les cartes comme ils le voient.

Donc, voici l’essentiel : même si nous mettons de côté tous les obstacles géopolitiques à un accord commercial, y compris les problèmes tels que les protestations à Hong Kong ou l’échec des pourparlers de dénucléarisation avec la Corée du Nord, rien n’oblige la Chine à conclure un accord à court terme, et cela rend les négociations commerciales de ce mois plutôt prévisibles.

L’idée que les personnages de l’establishment à la Maison-Blanche de Trump ne sont pas du tout au courant de ces facteurs est un peu absurde. Ainsi, en plus des divers avantages que la guerre commerciale présente, comme une distraction pour les banques mondiales, je ne peux que conclure que cette « guerre » commerciale n’est rien d’autre que du théâtre Kabuki. La tendance actuelle des annonces tarifaires entre les États-Unis et la Chine appuie cette théorie, ce qui nous amène à deux résultats possibles.

Le premier résultat probable est que les négociations commerciales échoueront très rapidement. Les États-Unis ont récemment ajouté 28 entreprises chinoises à la « liste des entités », ce qui restreint leur capacité de faire des affaires aux États-Unis. Des rumeurs de restrictions potentielles sur les achats chinois d’actions américaines ont également provoqué des tensions accrues. La Chine a également réduit les paramètres de ce qu’elle est prête à discuter en termes de concessions quelques jours seulement avant la réunion, ce qui indique qu’il n’y aura pas de pourparlers sérieux.

Ce scénario entraînera probablement une vente immédiate des actions à l’échelle mondiale, bien qu’il soit possible que les investisseurs achètent à court terme dans l’hypothèse où, pour apaiser les craintes du marché, la Réserve fédérale réagira par d’autres réductions de taux ou promesses d’assouplissement quantitatif. À plus long terme (les deux prochains mois), je m’attends à ce que les marchés actions chutent et à ce que l’or reprenne sa tendance à la hausse amorcée cet été. (Une fois que la « Semaine d’or » de la Chine sera terminée et que la nation reprendra ses affaires, les hausses reprendront ; un échec sur un accord commercial ne fera qu’accélérer les choses).

Une rupture des pourparlers stimulerait également l’augmentation des tarifs douaniers, ou amènerait Trump et la Chine à officialiser la suspension des droits de douanes. Des pourparlers renouvelés seront suggérés, mais aucune date ne sera confirmée, et cette fois-ci, l’attente pour une autre réunion sera beaucoup plus longue.

Le deuxième scénario probable est l’annonce soudaine par les deux parties d’une « discussion positive » et d’un accord potentiel. Ce sera encore une autre fausse nouvelle, et il n’y aura pas d’accord, mais cela ajoutera certainement de l’enthousiasme sur les marchés pendant quelques semaines ; du moins, jusqu’à ce que les gens réalisent que cet optimisme n’était qu’une farce. Il s’agit d’un cycle courant dans le différend commercial, les responsables chinois et américains injectant des rumeurs d’un accord inévitable, pour anéantir les espoirs environ un mois plus tard avec des hausses de droits de douanes abruptes et une rhétorique de colère.

Dans ce cas, regardez les actions léviter pendant une courte période. Si la Fed maintient ses taux stables, comme Powell l’a dit ce mois-ci, il y aura une tendance à la baisse plus lente jusqu’à ce que l’événement Brexit soit décidé ou reporté à la fin octobre. Les métaux précieux continueront de grimper à mesure que les Chinois reviendront sur le marché et continueront d’acheter.

La guerre commerciale est une aubaine pour les banques globales, car elle cache leur culpabilité dans l’éclatement de la plus grande bulle financière de l’histoire moderne. Il n’y a que deux façons d’y mettre fin : après que le crash en cours ait atteint son point culminant, un moment de Lehman s’ensuivra, ou une autre distraction encore plus grande (telle qu’une guerre quelque part dans le monde) prendra sa place. Ce qui est moins sûr, c’est la réaction de la population à ce séisme financier. La majorité croira-t-elle que c’est la guerre commerciale qui a causé le krach et non les banques centrales et les banques internationales ? Ou verront-ils à travers la ruse ?

Pour ceux qui ont déjà les yeux ouverts, je vous suggère de vous préparer suffisamment pour protéger vos économies et votre capacité d’assurer la sécurité de votre famille. La fin de 2019 est sur le point de devenir encore plus intéressante.

Brandon Smith

Traduit par Hervé, relu par San pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF