Le monde d’après, sous vos yeux …


La Russie et la Chine n’accepteront pas la supériorité nucléaire américaine


Par M. K. Bhadrakumar − Le 25 mai 2020 − Source Indian Punchline

Un OC-135B américain décolle à la base aérienne de Kubinka en Russie pour effectuer une surveillance aérienne des moyens militaires russes dans le cadre du traité Ciel ouvert.

La géopolitique est revenue en force, bien que Covid-19 soit toujours là et qu’une « deuxième vague » soit également attendue. Le négociateur du contrôle des armements du président américain Donald Trump, l’envoyé présidentiel spécial Marshall Billingslea, a déclaré jeudi, dans une présentation en ligne à un groupe de réflexion à Washington, que les États-Unis étaient prêts à passer la Russie et la Chine «aux oubliettes» en gagnant une nouvelle course aux armements nucléaires .

Comme il l’a dit :

«Le président a clairement indiqué que nous avons une pratique éprouvée ici. Nous savons comment gagner ces courses et nous savons comment envoyer les adversaires aux oubliettes. Si nous devons le faire, nous le ferons, mais nous aimerions certainement l’éviter.»

Nous sommes revenus à l’ère du projet Manhattan (1942-46). Les États-Unis relancent leur poursuite moribonde, vieille de 75 ans, de la supériorité nucléaire sur leurs adversaires. Son corollaire est également apparu jeudi lorsque l’administration Trump a annoncé qu’elle se retirerait du traité Ciel ouvert de 1992 – qui avait été proposé pour la première fois par le président américain Dwight Eisenhower en 1955 et a finalement été remis au goût du jour par le président George HW Bush comme moyen de promouvoir la stabilité en Europe après la fin de la guerre froide.

Le traité Ciel ouvert est entré en vigueur en 2002, avec la participation de quelque 34 pays, y compris la Russie, ce qui permet à chaque État partie d’effectuer des vols de reconnaissance non armés sur l’ensemble du territoire des autres pour collecter des données sur les forces et activités militaires selon des règles clairement définies de conduite en ce qui concerne le type d’équipement de surveillance à utiliser, les procédures, etc.

Les vols de reconnaissance / surveillance peuvent souvent être effectués à court terme afin que les missions d’espionnage puissent être réalisées plus rapidement qu’un site ne puisse être déplacé. De même, les avions utilisés sont hautement spécialisés et ont des observateurs embarqués des États espionnés. Le traité a conservé de nombreux avantages pour toutes les parties, et dans un contexte plus large, dans la mesure où il s’agissait d’une mesure de confiance unique qui a accompagné, en tant que fondement essentiel, les accords de maîtrise des armements.

Washington recourt au plaidoyer désormais familier qu’il se retire du traité en raison de violations répétées de ses termes par la Russie, un argument que l’administration Trump avait avancé l’année dernière également tout en sabordant le traité INF de 1987, qui interdisait aux États-Unis et à la Russie, tous les missiles balistiques terrestres, missiles de croisière et lance-missiles d’une portée de 500 à 1 000 kilomètres – courte à moyenne portée – et de 1 000 à 5 500 km – à portée intermédiaire.

Les États-Unis se retireront officiellement de l’accord Ciel ouvert dans six mois, ont annoncé des responsables américains. La nouvelle a été confirmée par Trump lui-même à midi, suivie d’un briefing spécial par le département d’État américain, donnant le coup d’envoi d’un délai de six mois avant la sortie officielle. Cette décision n’était pas une surprise, Washington ayant signalé à ses alliés européens vers la fin de l’année dernière que les États-Unis envisageraient de se retirer.

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi en disant qu’il n’avait pas violé le traité et qu’un retrait américain serait « très regrettable », ajoutant que l’administration Trump travaillait à « faire dérailler tous les accords sur le contrôle des armements ». La déclaration disait :

«Cette décision est une évolution déplorable pour la sécurité européenne. Ce traité initié par les États-Unis est un élément majeur de la sécurité européenne… Les préoccupations des États-Unis en matière de sécurité ne s’amélioreront pas non plus et leur prestige international ne manquera pas d’être compromis. La politique de rejet du traité Ciel ouvert remet en question la négociabilité et la cohérence de Washington. C’est une source de grave préoccupation même pour les alliés des américains. La politique de la Russie sur le traité sera fondée sur ses intérêts de sécurité nationale et en étroite coopération avec ses alliés et partenaires. »

En effet, ce n’est pas le premier accord de maîtrise des armements que l’administration Trump a abandonné. Ce à quoi nous assistons c’est  au démantèlement systématique, par l’administration Trump, de tout le tissu de maîtrise des armements hérité de la guerre froide. La clé de voûte de la maîtrise des armements, le nouveau traité stratégique de réduction des armements ou accord START, expire en 2021, et il y a peu d’enthousiasme aux États-Unis pour son extension.

Le rêve des États-Unis d’atteindre la supériorité nucléaire sur l’ex-Union soviétique s’est révélé chimérique. L’entreprise de l’administration Trump ne peut que subir un sort similaire. Dans la doctrine de défense russe, la stabilité mondiale est ancrée sur l’équilibre stratégique et il n’est pas question que Moscou concède la supériorité nucléaire aux États-Unis, quoi qu’il en coûte.

Une nouvelle dimension n’est pas apparue dans la déclaration russe à Moscou formulant sa politique à propos de la décision américaine sur le traité Ciel ouvert « en étroite coopération avec ses alliés et partenaires ». Elle fait allusion à une réponse politique russe en coordination avec la Chine. Si tel est le cas, l’entente russo-chinoise est élevée à un niveau qualitativement nouveau. On se souviendra qu’en marge d’une conférence des affaires internationales à Moscou l’année dernière, le président Vladimir Poutine avait révélé que la Russie aidait la Chine à construire un système pour avertir des lancements de missiles balistiques.

Poutine a ajouté que « c’est une chose très sérieuse qui améliorera radicalement la capacité de défense de la Chine ». Cette remarque apparemment involontaire a été calibrée pour signaler un nouveau degré de coopération en matière de défense entre la Russie et la Chine à un moment où Washington a présenté les deux autres comme des puissances révisionnistes qui ont défié les intérêts américains dans le monde et doivent être contrées.

La période depuis octobre est caractérisée par une belligérance croissante dans la projection des forces américaines vers la Russie et la Chine. Le chef d’état-major du commandement conjoint du Nord-Est de la Russie, Mikhaïl Bilichenko, a déclaré, en décembre, que les États-Unis renforçaient leurs activités près de la péninsule de Tchoukotka, « augmentant le regroupement et pratiquant, entre autres, le débarquement d’une force d’assaut amphibie ».

Navires de l’US Navy USS Porter, USS Roosevelt, USS Supply  dans la mer de Barents.

Plus tôt ce mois-ci, une force de frappe de la 6e flotte de l’US Navy a commencé à opérer dans la mer de Barents, au nord de la Russie, pour la première fois depuis la guerre froide, élargissant encore ses opérations dans l’Arctique par des porte-avions et des navires combattants de surface au cours des deux dernières années. Trois destroyers Aegis de classe Arleigh Burke – le USS Donald Cook, le USS Porter et le USS Roosevelt ainsi que le navire de soutien au combat rapide USNS Supply (T-AOE-6) sont dans la mer de Barents pour «affirmer la liberté de navigation et démontrer une intégration transparente entre alliés», selon un communiqué de presse de l’US Navy.

De même, une lutte à plus long terme entre les États-Unis et la Chine est à un tournant, alors que les premiers déploient de nouvelles armes et une nouvelle stratégie dans le but de combler un large fossé de missiles avec la Chine. Après s’être débarrassée des contraintes du traité INF, l’administration Trump prévoit de déployer des missiles de croisière à longue portée et lancés du sol dans la région Asie-Pacifique. Selon les demandes budgétaires de la Maison Blanche pour 2021 et les témoignages du Congrès en mars de hauts commandants militaires américains, le Pentagone a l’intention d’armer ses Marines avec des versions du missile de croisière Tomahawk désormais transporté par des navires de guerre américains. Il accélère également les livraisons de son premier nouveau missile anti-navires à longue portée, depuis des décennies.

Et, dans un changement radical de tactique, les mesures américaines visent à contrer l’avantage écrasant de la Chine dans les missiles de croisière et balistiques terrestres. L’US Navy maintient une présence importante au large des côtes chinoises. Le destroyer lance-missiles USS Barry a traversé le détroit de Taïwan à deux reprises en avril. Et le navire d’assaut amphibie USS America s’est exercé le mois dernier dans la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridionale. Un rapport spécial de Reuters, ce mois-ci, a cité un ancien haut fonctionnaire de la défense du gouvernement australien estimant : «Les Américains reviennent en force. D’ici 2024 ou 2025, l’Armée chinoise risque sérieusement que ses développements militaires soient obsolètes.»

Le destroyer lance-missiles USS McCampbell a effectué un transit dans le détroit de Taïwan, le 14 mai 2020.

Pékin a averti à plusieurs reprises qu’il ne resterait pas les bras croisés si les projections provocatrices de la force américaine se poursuivaient. Dans un article publié la semaine dernière dans le tabloïd du Parti communiste chinois Global Times, le rédacteur en chef du quotidien, Hu Xijin, a écrit que la Chine devrait augmenter le nombre de ses ogives nucléaires jusqu’à 1 000 « dans un laps de temps relativement court », et se procurer au moins 100 missiles stratégiques DF-41, la quatrième génération de ce missile pour le pays, et le dernier missile balistique intercontinental mobile routier à combustible solide avec une portée opérationnelle allant jusqu’à 15 000 kilomètres.

Hu, un faiseur d’opinion extrêmement influent, a fait valoir qu’il ne suffit plus que la Chine développe une dissuasion nucléaire adéquate, puisque le gouvernement américain a identifié la Chine comme son plus grand concurrent stratégique, et Washington est «plus susceptible d’exercer tout le pouvoir à sa disposition pour réprimer et intimider la Chine… il est fort probable qu’elle pourrait même prendre des risques similaires qui ont conduit à la crise des missiles cubains.» Par conséquent, la Chine doit posséder une puissance telle qu’elle empêche les politiciens américains de «jouer avec l’armement nucléaire et nuire à la Chine».

En termes clairs, a déclaré Hu, si les États-Unis tentent de maîtriser la Chine dans le détroit de Taïwan ou la mer de Chine méridionale, qui sont ses intérêts principaux, et considère que vaincre la Chine est nécessaire pour perpétuer son hégémonie mondiale, alors « la Chine doit combler son écart nucléaire avec les États-Unis. » À une époque où Washington augmente fortement ses investissements dans l’arsenal nucléaire en tant que «pierre angulaire de la politique et de la psychologie américaines», la Chine a besoin d’un plus grand stock d’armes nucléaires.

L’ère post-Covid est destinée à voir une accélération de la concurrence stratégique entre les grandes puissances. Les conventions stratégiques existantes sont abandonnées et de nouveaux systèmes d’armes sont mis au point, tels que des missiles hypersoniques à très grande vitesse. L’intelligence artificielle sape également la dissuasion. Pour tempérer la compétition géopolitique qui s’intensifie, un renforcement de l’ancien ordre de maîtrise des armements aurait pu aider, mais c’est l’inverse qui se produit.

M.K. Bhadrakumar

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le monde d’après, sous vos yeux … »

Les commentaires sont fermés.