Cette infox était-elle une tentative pour faire interdire Khamenei sur Twitter ?


Par Moon of Alabama – Le 23 janvier 2021

Hier, Reuters a publié cette fausse information :

« Un haut dirigeant iranien affiche une image ressemblant à celle de Trump, avec un drone, et promet de se venger » :

DUBAI (Reuters) - Le compte Twitter du Guide suprême iranien a diffusé vendredi l'image d'un golfeur ressemblant à l'ancien président Donald Trump apparemment visé par un drone avec un texte jurant de se venger du meurtre d'un général iranien de haut rang lors d'une attaque de drone américain.

Le message reprenait des remarques de l'ayatollah Ali Khamenei faites en décembre, dans lesquelles il déclarait "La vengeance est certaine", renouvelant son vœu de vengeance à l'approche du premier anniversaire de l'assassinat du général Qassem Soleimani, commandant militaire de haut rang, lors de l'attaque en Irak. ...
Il n'y a apparemment pas eu d'action immédiate prise par Twitter au sujet du tweet en persan de Khamenei, la plus haute autorité iranienne, vendredi. (https://twitter.com/khamenei_site/status/1352349195114569739?s=24)

Le compte Twitter @khamenei_site n’a jamais été le compte Twitter de l’ayatollah Khamenei, ni même associé à lui.

Les 886 605 personnes qui suivent Khamenei sur Twitter, en anglais, savent que son véritable compte (en anglais) est @khamenei_ir. Il a également des comptes qui postent dans d’autres langues, mais ceux-ci sont répertoriés comme officiels. @khamenei_site n’en fait pas partie.

Agrandir

On se demande comment les journalistes de Reuters basés à Dubaï ont pu faire une telle « erreur ». L’intention était-elle de faire censurer Khamenei par Twitter ? Israël avait déjà essayé de le faire.

Peu après la parution de l’article de Reuters, Twitter a interdit le faux compte @khamenei_site. Cela a généré d’autres infox.

NPR [Radio publique nationale US] a continué à mettre en avant les nouvelles informations comme si le compte supprimé était lié à Khamenei :

Twitter interdit un compte lié au Guide suprême iranien :

Twitter a interdit définitivement un compte qui serait lié au leader suprême iranien, vendredi, après avoir publié une image menaçante qui montrait l'ancien président Donald Trump.

Le compte, @khamenei_site, était lié au site web de l'Ayatollah Ali Khamenei, a rapporté The Associated Press. Et le même compte avait déjà publié des parties des discours et du contenu officiel de Khamenei. Cependant, un porte-parole de Twitter a déclaré à l'AP que le compte était faux, sans préciser comment il l'avait déterminé.

Le faux compte n’était pas « lié » au site web de Khamenei. Il a parfois rediffusé des éléments du site de Khamenei. Mais ce n’est pas parce qu’un compte Twitter s’appelle @NYT_site et qu’il renvoie peut-être des articles du site du New York Times qu’il est « lié » à celui-ci.

Comment NPR peut-elle alors prétendre que le compte est « lié » à Khamenei même après que Twitter ait déclaré qu’il était faux ? Et pourquoi le gros titre ne dit-il pas que le compte était faux ?

L’interdiction du faux compte sur Twitter a entraîné des dizaines de titres mensongers supplémentaires – en voici un du Washington Times :

« Twitter affirme que le tweet du leader iranien menaçant de mort Trump était posté sur un faux compte. »

Si c’était un faux compte, comment aurait-il pu être un « tweet du leader iranien » ?

CBSNews a essayé de jouer sur les deux tableaux en mettant les fausses citations en doute :

« Twitter interdit le ‘faux’ compte lié au leader suprême de l’Iran après qu’un post semble menacer Trump »

Tout cela prouve une fois de plus que la précision journalistique n’est pas prise en compte lorsque l’objet d’un reportage est perçu comme un ennemi des États-Unis.

En dehors de tout cela, l’image qui est à l’origine de toute cette question existe bel et bien. Elle montre Trump jouant au golf sous l’ombre d’un drone.

Agrandir

Il s’agit d’une affiche de propagande en langue farsi qui a été publiée sur le site web de Khamenei en langue farsi. Mais il ne peut être trouvé sur aucun compte Twitter en rapport avec lui.

L’utilisation d’une telle propagande n’est pas du tout inhabituelle. En septembre dernier, une unité de l’armée de l’air américaine portait cet insigne lors d’une manœuvre d’assaut qui simulait une attaque sur une île chinoise dans la mer de Chine méridionale.

Agrandir

Il représente un drone américain de type « Reaper » lâchant la mort sur toute la Chine. L’insigne a suscité un certain scandale à Pékin.

Une version en très haute résolution de l’affiche « L’ombre du drone sur Trump » est disponible en téléchargement gratuit et imprimable.

N’hésitez pas à l’utiliser.

Moon of Alabama

Note du Saker Francophone 

Twitter n’a plus vraiment besoin d’excuse pour censurer. S’il voulait censurer, ou même bannir, le compte de Khamenei, il le ferait tout simplement, comme il l’a fait pour le compte de Trump. Une autre interprétation possible est qu’une telle infox est répandue pour faire peur à Trump et continuer à lui mettre la pression afin qu’il abandonne toute ambition politique et laisse à leur sort les 70 millions de votants qui compte sur lui pour « nettoyer le marigot ».

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF