Trente-deux astuces pour s’orienter dans une société saturée de propagande et de manipulation


Par Caitlin Johnstone – Le 3 juin 2019 – Source Medium.com

1_ucqcyIYV2jAR_7FLr5wl-wDepuis que le langage humain existe, les humains l’utilisent pour se manipuler mutuellement. Le fait qu’il soit possible de tisser ensemble habilement une suite de sons de bouche à valeur symbolique de manière à extraire des faveurs, des concessions, des votes et le consentement d’autres humains a rendu la manipulation si commune qu’elle envahit maintenant notre société de fond en comble, des relations interpersonnelles aux relations internationales entre les organismes gouvernementaux et le grand public.

Ce phénomène rend difficile la compréhension de ce qui se passe dans nos vies et dans le monde. Voici quelques conseils pour vous orienter dans ce paysage complexe plein de manipulations, que ce soit celles que vous pouvez rencontrer dans vos interactions personnelles à petite échelle, ou celles à grande échelle, qui ont un impact sur le monde entier :

1. Comprendre le fait que les humains sont des animaux qui adorent les récits…

… et que quiconque contrôle les récits contrôle les humains. Le récit mental domine la conscience humaine ; la pensée est essentiellement un monologue ininterrompu, bouillonnant sur le soi et ce qu’il estime qu’il se passe dans son monde, et ce monologue est composé entièrement de récits mentaux. Ces histoires peuvent être manipulées et le seront, à une échelle individuelle par des personnes que nous rencontrons, et à grande échelle par d’habiles propagandistes. Nous fondons nos actions sur nos évaluations mentales de ce qui se passe dans le monde, et ces évaluations mentales peuvent être manipulées par contrôle narratif.

2. Soyez assez humble et ouvert pour savoir que vous pouvez être dupé.

Votre câblage cognitif est sensible aux mêmes piratages que tout le monde, et les manipulateurs de toutes sortes cherchent toujours à exploiter ces vulnérabilités. Il n’est pas honteux d’être trompé, il est honteux de tromper les gens. Ne laissez pas la honte et la dissonance cognitive vous empêcher d’envisager la possibilité que vous avez été dupé d’une manière ou d’une autre.

3. Observez le comportement des gens et ignorez les histoires qu’ils racontent sur leur comportement.

Cela s’applique aux gens qui traversent votre vie, aux politiciens ainsi qu’aux gouvernements. Les récits peuvent être facilement manipulés et déformés de différentes façons, alors que le comportement lui-même, lorsqu’il est examiné avec autant d’objectivité que possible, ne peut l’être. Concentrez-vous de cette façon sur le comportement et, finalement, vous commencerez à remarquer un grand écart entre ce que les actions de certaines personnes et ce que leurs mots racontent. Ces gens, ce sont les manipulateurs : méfiez-vous d’eux.

4. Méfiez-vous des gens qui ne cessent de vous dire ce qu’ils sont et comment ils sont, parce qu’ils essaient de manipuler votre récit sur eux.

Méfiez-vous doublement des gens qui ne cessent de vous dire ce que vous êtes et comment vous êtes, parce qu’ils essaient de manipuler votre récit sur vous-même.

5. Apprenez à étudier de quelle manière les manipulateurs utilisent  la confiance et la sympathie pour appâter les gens jusqu’à ce qu’ils souscrivent à leurs récits concernant les faits.

Tout manipulateur utilise la confiance et/ou la sympathie comme base de ses manipulations, parce que si vous n’avez pas confiance ou de sympathie envers eux, vous ne souscrirez pas mentalement à ses récits. Ceci est vrai pour les médias, ceci est vrai pour les communiqués de presse du Département d’État qui vous implorent d’avoir de la sympathie pour le peuple de telle nation X, et ceci est vrai pour les membres de votre famille et vos collègues. Une fois que vous avez repéré des manipulateurs, votre tâche est de tuer toute votre sympathie et votre confiance envers eux, peu importe comment ils se mettent à jouer les victimes pour vous appâter à nouveau.

6. Méfiez-vous de quiconque refuse de s’exprimer clairement.

La salade verbale est une tactique notoirement utilisée par les pervers narcissiques, parce qu’elle maintient la victime dans un état de confusion et incapable de comprendre les faits. Si on n’arrive pas à comprendre clairement ce que dit le pervers manipulateur, on ne peut pas se forger une position solide à son égard, et le pervers le sait. Insistez pour établir une communication lucide, et si elle vous est refusée, retirez votre confiance et votre sympathie. Appliquez [« en même temps », NdT.] ce conseil aux personnes qui traversent votre vie, aux fonctionnaires du gouvernement et aux concepts propagandistes sur 8chan.

7. Familiarisez-vous avec les biais cognitifs, ces imperfections de la cognition humaine qui nous font percevoir les choses d’une manière irrationnelle.

Concentrez-vous particulièrement sur le biais de confirmation, l’effet de rebond et l’effet de vérité illusoire. Les humains ont une fâcheuse tendance à rechercher le confort cognitif dans leurs combinaisons d’informations et à éviter la dissonance cognitive, plutôt que de chercher la vérité sans égards pour les dissonances et le confort cognitifs. Ce qui implique que nous avons tendance à choisir ce que nous croyons, selon que nous le trouvons confortable plutôt que solidement appuyé par des faits et des preuves. C’est une faiblesse de notre câblage cognitif, que les manipulateurs peuvent exploiter… ce qu’ils font inlassablement. Et, à nouveau, soyez assez humble pour être conscient que cela vous concerne également.

8. Placez avec confiance votre propre compréhension au-dessus de celle des autres.

Ce n’est peut-être pas parfait, mais c’est toujours mieux que de laisser votre compréhension des faits aux mains des professionnels du récit et de la niaise pensée collective partisane, ou littéralement par n’importe qui d’autre qui se situe dans un paysage narratif saturé de propagande et de manipulation. Vous ne comprendrez pas avec certitude, mais parier sur votre propre compréhension est l’option disponible la plus sûre. Il peut être intimidant de se tenir seul et trier le vrai du faux par vous-même au cas par cas mais l’alternative est de donner à quelqu’un d’autre une autorité sur votre compréhension du monde. Abdiquer votre responsabilité d’arriver à comprendre clairement ce qui se passe dans votre monde est une chose honteuse et lâche. Soyez donc assez courageux pour insister sur le fait que vous avez raison jusqu’à ce que vous parveniez vous-même à comprendre que vous aviez tort.

9. Comprenez que la propagande est l’aspect le plus négligé et sous-estimé de notre société.

Tout le monde parle constamment de ce qui ne va pas dans le monde, mais pratiquement aucune de ces discussions n’a pour point de départ le fait que le public a été manipulé par la propagande des médias pour soutenir la création et la poursuite de ces problèmes. Le fait que des personnes puissantes manipulent constamment notre façon de penser, d’agir et de voter devrait être au premier plan de la conscience de chacun, et non pas relégué aux discussions occasionnelles des cercles marginaux.

10. Respectez le fait que la science de la propagande moderne est en phase de recherche et développement depuis plus d’un siècle.

Pensez à toutes les avancées militaires qui ont été faites au cours du dernier siècle pour vous faire une idée du niveau de sophistication actuel de cette science. Ils sont très, très en avance sur nous en termes de recherche et de compréhension des méthodes de manipulation de la psyché humaine à des fins qui profitent aux puissants. Si jamais vous doutez que les professionnels de la narration pourraient être avancés et assez rusés pour tirer les ficelles d’une manipulation donnée, vous pouvez particulièrement mettre ce doute de côté. Ne les sous-estimez pas.

11. Comprenez que la propagande des médias de masse occidentaux consiste rarement en des mensonges purs et simples.

Tout au plus, les médias publieront avec crédulité les récits des organismes gouvernementaux qui mentent tout le temps. Plus souvent, la tromperie prend la forme de distorsions, de demi-vérités et d’omissions. Accordez plus d’attention à l’écart entre ce qui est couvert et ce qui ne l’est pas, et à ce qui n’est pas dit.

12. Faites des efforts pour développer votre rapport à l’information, le sens de ce qui est intéressant et de ce qui ne l’est pas.

Cela prend du temps et de la pratique, mais vous permet de voir quels événements dignes d’intérêt ne sont pas signalés par les médias de masse et quels non-événements sont mis en valeur pour façonner un récit favorable aux classes dirigeantes. Quand vous aurez compris, vous distinguerez en permanence des récits de type « Pourquoi font-ils comme s’il s’agissait d’une nouvelle ? » et des récits de type « Pourquoi personne ne raconte cela ? »

13. Soyez patients et compatissants avec vous-même lorsqu’il s’agit de développer vos compétences de navigation narrative.

Comme dans littéralement n’importe quel ensemble de compétences, vous serez inefficace pendant un certain temps. Si vous apprenez que vous vous êtes trompés, il suffit de se saisir de la nouvelle information, l’ajuster de manière appropriée, et se rebrancher plus loin. Ne vous attendez pas à maîtriser ce sujet avant d’avoir eu le temps de le maîtriser. Comme pour tout le reste, si vous y mettez du temps, vous deviendrez bons.

14. Trouvez des journalistes fiables qui ont un bon sens de l’orientation pour naviguer dans la matrice narrative, et suivez leur trace pour vous orienter et rester au courant de ce qui se passe.

Utilisez des journalistes individuels et non des organisations : aucune organisation n’est solide à 100 %, mais certains journalistes sont assez précis sur certains sujets. Cliquez sur ce lien pour un article sur une façon de construire un flux de nouvelles personnalisé et fiable. Cliquez sur ce lien pour obtenir une liste de tous mes journalistes préférés sur Twitter dès maintenant.

15. Ne laissez pas la paranoïa devenir votre principal ou unique outil pour naviguer dans la matrice narrative.

Le seul moyen pour certains de comprendre le monde est de se méfier radicalement de tout et de tout le monde, ce qui est aussi utile qu’une boussole qui vous dit que chaque direction est au nord. Si vous passez du temps dans les cercles de conspirationnistes et de critique des médias, vous rencontrerez beaucoup de ces gens. Rejeter tout comme faux vous laisse avec rien comme vrai. Trouvez des outils positifs pour apprendre ce qui est vrai.

16. Tenez votre vision du monde assez librement pour pouvoir la changer à tout moment à la lumière de nouvelles informations…

… mais pas si librement qu’il peut être éjectée de votre tête par une personne qui vous dit quoi penser d’un ton confiant et autoritaire. Comme l’a dit un jour Carl Sagan : « Il vaut la peine de garder l’esprit ouvert, mais pas au point de perdre votre cerveau. »

17. En parlant de ton confiant et autoritaire, méfiez-vous des tons confiants et autoritaires.

Il est incroyable d’observer le pouvoir d’attraction que des gens ont avec un récit, simplement en faisant mine de savoir que ce qu’ils disent est vrai, qu’ils soient experts de MSNBC ou conspirationnistes populaires sur Youtube. Tant de gens ne font que simuler, parce que cela fonctionne. Vous rencontrez cela tout le temps dans les débats des forums politiques en ligne : des gens viennent vers vous avec une attitude suprêmement confiante, mais si vous les poussez à présenter leurs connaissances sur le sujet et la force de leurs arguments, il n’y a vraiment rien là-dessous. Ils sont simplement habitués à ce que les gens présument qu’ils savent de quoi ils parlent et ne contestent pas leurs affirmations revendications. Or ils sont complètement rebutés lorsque quelqu’un ne gobe pas leur truc de feinte confiance.

18. Soyez conscients que les sociopathes existent.

Il y a des gens qui, à divers degrés, ne se soucient pas de ce qui arrive aux autres, et ce sont les types de personnes qui utiliseront la manipulation pour parvenir à leurs fins, chaque fois qu’elle leur sera utile. Or si vous ne vous souciez de la vérité ou des autres personnes que dans la mesure où vous pouvez les utiliser, alors il n’existe aucun obstacle à la manipulation.

19. Soyez conscients du phénomène de projection, et conscient du fait qu’elle fonctionne dans les deux sens.

Les personnes malsaines ont tendance à projeter leur malveillance sur les autres, tandis que les personnes saines ont tendance à projeter leur bienveillance. Ne laissez pas votre bienveillance vous tromper en pensant qu’il n’y a pas de monstres pour vous tromper et vous manipuler, et ne laissez pas les sociopathes projeter leurs propres motifs sinistres sur vous en vous disant combien vous êtes pourris. Ce mélange concerne beaucoup de personnes bienveillantes, surtout dans leur vie personnelle. Tout le monde n’est pas bienveillant, et tout le monde n’est pas honnête, voyez-le clairement.

20. Méfiez-vous de ceux qui préconisent excessivement la civilité, les règles et la politesse.

Les manipulateurs prospèrent sur les règles et la civilité, parce qu’ils savent comment les manipuler. Quelqu’un qui est prêt à colorier en dehors des lignes et à se fâcher contre une personne nocive, même quand elle agit dans les règles, met un manipulateur très mal à l’aise. Souvent ceux qui vous disent de vous calmer et comment vous comporter quand vous êtes à juste titre poussé à bout sont des manipulateurs qui ont un intérêt direct à vous faire adhérer aux règles dans lesquelles ils ont appris à fonctionner.

21. La méditation, la pleine conscience, l’introspection et d’autres pratiques sont des outils puissants qui peuvent vous aider à comprendre vos propres processus intérieurs…

… ce qui vous aide alors à comprendre comment les manipulateurs peuvent vous manipuler et comment ils manipulent les autres. Assurez-vous simplement que vous les utilisez à cette fin, et non pas à des fins d’évasion, comme le font la plupart des types « spirituels ». Vous essayez de devenir pleinement conscient de ce qui vous anime mentalement, émotionnellement et énergiquement, vous n’essayez pas de devenir un petit bambi en pleine béatitude spirituelle. Le but n’est pas de se sentir mieux, mais d’être meilleur dans le ressenti. Meilleur pour ressentir consciemment votre propre monde intérieur.

22. Soyez implacablement honnête avec vous-même au sujet de vos propres récits intérieurs et des diverses façons dont vous êtes engagés dans la manipulation.

Vous ne pouvez pas naviguer à travers la matrice de contrôle narratif si vous n’êtes pas clair sur votre propre rôle dans celui-ci. Observez à l’intérieur et faites votre inventaire en toute conscience.

23. Comprenez que les conséquences de la vérité ne sont généralement pas agréables à l’ego, c’est-à-dire de la manière dont les scripts d’Hollywood y font appel.

Tout récit qui pointe vers une fin hollywoodienne où le méchant est propulsé dans la lave d’un mawashi-geri bien ajusté et où le héros embrasse la fille est de la pure fabrique industrielle. Le Russiagate et QAnon sont deux exemples parfaits d’un récit agréable pour les égos avec promesse d’une fin hollywoodienne, soit que Trump et ses cohortes soient entraînés dans les chaînes ou que les Chevaliers blancs submergent l’État profond et jettent tous les Démocrates et les opposants Républicains à Trump en prison pour pédophilie. Ça n’arrivera pas, les gars.

24. Essayez de voir le monde avec des regard neuf plutôt qu’avec vos vieux yeux fatigués d’adulte qui vous ont appris à considérer ce cirque comme normal.

Gardez une image de ce à quoi ressemblerait un monde parfaitement sain et harmonieux : le contraste élevé entre cette image et le monde actuel vous servira de révélateur à la campagne des propagandistes pour normaliser des choses comme la guerre, la pauvreté, l’écocide ainsi qu’à l’impuissance électorale qui vous oblige à accepter le même comportement des gouvernements, de quelque bord que soient les élus. Or rien de cela n’est normal.

25. Sachez que la vérité n’a pas de parti politique, et les ingénieurs sociaux non plus.

Tous les partis politiques sont habitués à manipuler les masses de diverses façons, et des pépites de vérité vont émerger potentiellement de n’importe lequel d’entre eux. Penser selon des lignes partisanes garantit de vous donner une vision déformée. Ignorez les lignes imaginaires entre partis. Vous pouvez être certains que vos dirigeants le font.

26. Restez toujours conscients de cette simple dynamique : les gens qui deviennent milliardaires sont généralement ceux qui sont assez sociopathes pour avoir fait tout ce qu’il faut pour y parvenir.

Cette classe a été en mesure d’acheter un contrôle narratif presque total grâce à la propriété/l’influence des médias, au lobbying des entreprises, au financement des groupes de réflexion et à celui des campagnes électorales. Ses représentants sont ainsi capables de manipuler le public en contribuant à des agendas qui ne profitent qu’aux ploutocrates et à leurs laquais. Cela explique à peu près tous les grands problèmes auxquels nous faisons face actuellement.

27. Comprenez que les nations sont de pures constructions narratives : elles n’existent que dans la mesure où les gens acceptent de prétendre qu’elles existent.

Les créateurs de récit le savent, et ils exploitent le fait que la plupart d’entre nous ne le savent pas. Prenez le cas de Julian Assange, un exemple parfait : il a été expulsé de l’ambassade et emprisonné par suite d’une collaboration totalement évidente entre les États-Unis, le Royaume-Uni, la Suède, l’Équateur et l’Australie. Pourtant chacune prétendait agir séparément, comme nation souveraine complètement indépendante des autres. La Suède prétendait qu’elle était profondément préoccupée par les accusations de viol, le Royaume-Uni prétendait qu’il était profondément préoccupé par une violation du système de caution, l’Équateur prétendait qu’il était profondément préoccupé par le skateboard et l’hygiène du chat de l’ambassade, les États-Unis prétendaient qu’ils étaient profondément préoccupés par les détails de la façon dont Assange avait aidé Chelsea Manning à dissimuler ses traces, et enfin l’Australie prétendait qu’elle était trop profondément préoccupée par le fait d’honorer les questions souveraines de ces pays pour intervenir au nom de son citoyen. Et tout a convergé d’une façon qui se trouve être exactement la même chose que d’emprisonner un journaliste pour avoir publié des faits. Or on assiste constamment à la même dynamique, qu’il s’agisse d’interventions militaires, d’accords commerciaux ou de campagnes narrative contre des gouvernements non alignés.

28. Comprenez que la guerre est le ciment qui maintient l’empire centré sur les États-Unis.

Sans la carotte de l’alliance militaire / économique et le bâton de la violence militaire / économique, l’empire centré sur les États-Unis cesserait d’exister. C’est pourquoi la propagande belliciste est constante et parfois si forcée que des trous dans la trame du complot deviennent flagrants. C’est tellement important qu’ils doivent passer en force, même s’ils ne peuvent pas obtenir de matrice narrative construite de manière adéquate. S’ils arrêtaient cette fabrique de consentement aux guerres incessantes de l’Empire, les gens perdraient toute confiance dans le gouvernement et les institutions médiatiques, et ces institutions perdraient elles-mêmes la capacité de propager efficacement leurs récits dans le public. Et sans cette capacité de propager efficacement leurs récits dans le public, nos dirigeants ne peuvent plus diriger.

29. Rappelez-vous que lorsqu’il s’agit de politique étrangère, les néocons ont toujours tort.

En ceci ils ont été si remarquablement cohérents depuis si longtemps que chaque fois qu’il y a un récit impliquant des hostilités entre l’alliance centrée sur les États-Unis et n’importe quel autre pays, il vous suffit d’écouter ce que Bill Kristol, Max Boot et John Bolton disent à ce sujet puis de croire exactement le contraire. Ils constituent en fait un très efficace outil de navigation.

30. Remarquez comment les manipulateurs aiment diviser la population en deux, puis amener les deux parties à se disputer sur la façon dont on devrait servir les classes dirigeantes.

Se demander s’il vaut mieux voter Démocrate ou Républicain, s’il vaut mieux intensifier la tension avec l’Iran et le Venezuela ou avec la Syrie et la Russie, s’il vaut mieux soutenir le Président américain ou le FBI, se demander comment la censure sur internet devrait être appliquée et qui devrait être censuré plutôt que si la censure devrait être appliquée en premier lieu. Le plus longtemps ils peuvent nous faire discuter sur la meilleure façon de lécher la botte impériale, le plus longtemps ils nous empêchent de dire si nous voulons vraiment la lécher.

31. Méfiez-vous des appels à l’émotion.

Il est beaucoup plus facile de manipuler quelqu’un en faisant appel à ses sentiments plutôt qu’à sa capacité d’analyse rationnelle. C’est pourquoi, chaque fois qu’ils veulent fabriquer un soutien à l’interventionnisme militaire, vous voyez des photos d’enfants morts partout sur les écrans d’information plutôt qu’un argumentaire logique sur les avantages à recourir à la violence militaire fondé sur une présentation approfondie des faits et des preuves. Vous voyez la même stratégie utilisée dans le schéma de culpabilité qu’ils font reposer sur les électeurs de partis tiers : c’est de l’hyperbole émotionnelle qui s’effrite sous n’importe quelle analyse factuelle, mais ils l’utilisent parce que ça fonctionne. Ils s’en prennent à votre cœur pour contourner votre tête.

32. Observez la quantité de propagande utilisée pour maintenir opérationnelle la machine de propagande elle-même.

Ceci est fait parce que la propagande est à ce point cruciale pour le maintien des structures du pouvoir dominant. Beaucoup d’efforts sont consacrés à bâtir la confiance dans les officines de gestion narrative de l’établissement tout en semant la méfiance envers les sources de désaccord. Vous verrez des campagnes de propagande entièrement construites autour de ces seuls objectifs.

Caitlin Johnstone

Traduit par Stünzi pour le Saker francophone

Note du traducteur

Deux remarques. Très modestement, j’ajouterai un 33ème paragraphe que Caitlin Johnstone frôle d’ailleurs au point 30 :

1. Cherchez toujours ce qu’il y a derrière ces « débats à la c.n » dont les médias raffolent, habituellement sous les espèces d’un lynchage de presse ou d’un clash soigneusement télévisé. Ce sont des écrans de fumée vraisemblablement destinés à consommer stérilement du temps, de l’énergie cérébrale et de la cohésion sociale. Refusez ces clivages tribaux de supporters de football, utilisez votre « temps de cerveau disponible » pour observer les lignes arrière, là où se préparent les offensives.

2. Sur les biais cognitifs abordés au point 7, voir la remarquable note de lecture de Michel Drac sur le livre de Daniel Kahneman, Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF