Non. Israël n’a pas attaqué de cibles iraniennes en Irak


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 30 juillet 2019

Les journaux israéliens font écho à une dépêche affirmant que des avions israéliens ont frappé des cibles iraniennes en Irak.

Haaretz : Dans une escalade majeure, Israël a frappé deux fois des cibles iraniennes en Irak à l’aide d’un F-35.

Ynetnews : Rapport : des avions de combat israéliens ont frappé des cibles iraniennes en Irak

Jerusalem Post : Rapport : Israël a lancé deux attaques contre des cibles iraniennes en Irak, en juillet

Extrait du dernier article :

L'IAF [l’armée de l’air israélienne, NdT] a utilisé ses chasseurs furtifs F-35i pour frapper deux bases irakiennes utilisées par les forces et les mandataires iraniens pour stocker des missiles balistiques, a rapporté mardi le quotidien Asharq Al-Awsat, basé à Londres.

Asharq Al-Awsat appartient à Faisal bin Salman, membre du clan dirigeant saoudien. Comme d’autres journaux arabes, il est souvent utilisé pour blanchir la désinformation et la propagande israéliennes qui sont ensuite reprises par la presse israélienne.

Le rapport original d’Asharq Al-Aswat se lit comme suit :

Israël a élargi la portée de ses cibles iraniennes en Irak et en Syrie, ont déclaré des sources diplomatiques occidentales à Asharq Al-Awsat, au vu des informations selon lesquelles Tel-Aviv aurait effectué une frappe aérienne, au début du mois, contre un dépôt iranien de roquettes situé au nord-est de Bagdad.

L'attaque du 19 juillet a été menée par un avion de chasse israélien F-35, ont-ils précisé.

Dimanche, la base d'Achraf en Irak, une ancienne base utilisée par le parti d'opposition nommé les Moudjahidin du Peuple Iranien, a été la cible d'un raid aérien, ont indiqué des sources.

La base se trouve à 80 kilomètres de la frontière avec l'Iran et à 40 kilomètres au nord-est de Bagdad.

Les sources ont révélé que ces frappes visaient des "conseillers" iraniens et une cargaison de missiles balistiques récemment arrivée d'Iran.

La semaine dernière, Tal al-Hara, situé en Syrie, a été frappé par des avions de chasse israéliens.

Des sources diplomatiques ont déclaré que l'attaque visait la tentative de l'Iran de prendre le contrôle d’une colline stratégique, située dans la campagne de Daraa, au sud de la Syrie.

La promotion faite ci-dessus du F-35 se poursuit avec l’éloge de la défense aérienne anti missiles Arrows-3 israélienne, payée par les États-Unis.

Sur les trois incidents que mentionne Asharq Al-Awsat un seul, celui qui a touché la Syrie, s’est réellement produit.

Le 19 juillet, un incendie a éclaté dans un camp de la 16e Brigade des Forces de mobilisation populaire irakiennes (PMF). Cela a déclenché l’explosion de munitions. La 16e est une brigade d’infanterie légère. Elle ne possède pas de missiles balistiques. Bien que l’incident ait d’abord été signalé comme une attaque de missile, une enquête a révélé (en arabe) ensuite que l’incendie avait été causé par un défaut de certains équipements (traduction automatique).

La Commission centrale d'enquête envoyée par l'Assemblée du peuple a annoncé, dimanche, les résultats de l'enquête sur le bombardement du Camp des martyrs de la Commission, qui est situé près de la ville d'Ameri.
 
Le rapport du comité spécialisé a confirmé que les enquêtes menées ont prouvé que l'explosion n'était pas due au fait qu’une cible militaire ait été touchée par un avion ou un missile guidé, mais causée par un incendie de combustible solide dû à un défaut interne.

Personne n’a été tué dans l’incident.

La prétendue attaque du dimanche n’a jamais eu lieu :

TØM CΛT @TomtheBasedCat - 17:29 UTC - 30 juil. 2019

L'incident du camp d'Achraf n'était rien de plus qu'une rumeur qui a débuté sur Facebook. Le camp ne s'appelle même plus Achraf mais porte le nom du commandant de la Brigade 27 qui est tombé en martyr pendant la bataille de Diyala.

Les Saoudiens travaillent dur pour créer des infox.

Ce ne sont pas les Saoudiens qui ont créé cette infox, mais les « sources diplomatiques occidentales », alias l’ambassadeur d’Israël à Londres, qui ont informé le journaliste d’Asharq Al-Awsat.

Le troisième incident, en Syrie, s’est vraiment produit :

Les médias syriens ont déclaré mercredi qu'une attaque de missiles israéliens avait visé la province de Daraa, dans le sud du pays, mais n'ont fait état d'aucune victime.

L'agence de presse d'Etat SANA et la télévision d'État ont ajouté que l'"agression israélienne" avait frappé la colline de Tal al-Hara qui abrite des postes de l'armée syrienne, ajoutant qu'elle n'avait causé que des dégâts matériels. 
...
La colline de Tal al-Hara, une zone stratégique surplombant le plateau du Golan occupé par Israël, a été pendant de nombreuses années un important avant-poste radar militaire russe jusqu'à ce que les rebelles en prennent le contrôle en 2014, avant que l'armée syrienne ne la reprenne l'année dernière.

Israël n’a frappé aucune cible, iranienne ou autre, en Irak. L’histoire d’Asharq Al-Awsat est de la pure propagande.

Si l’aviation israélienne était assez stupide pour bombarder des cibles en Irak, elle verrait probablement des conséquences qu’elle n’aimerait pas :

TØM CΛT @TomtheBasedCat - 18:08 UTC - 30 juil. 2019

Et en plus de ça,

Si Israël veut vraiment gaspiller son temps et ses ressources en frappant des sites en Irak, par tous les moyens.

Ils ne feront qu'accélérer la décision d'acheter ou non le système S-400.

Il y a beaucoup d'officiers de la défense aérienne parlant déjà couramment le russe.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF