Meurtre de Soleimani : que pourrait-il se passer ensuite ?


Par The Saker − Le 3 janvier 2020 − Source thesaker.is

2015-09-15_13h17_31-150x112Nous devons commencer par résumer rapidement ce qui vient de se passer :

1 – Le général Soleimani était à Bagdad en visite officielle pour assister aux funérailles des Irakiens assassinés par les États-Unis le 29 décembre

2 – Les États-Unis ont officiellement revendiqué la responsabilité de ce meurtre

3 – Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a officiellement déclaré que « … de graves représailles attendent les criminels qui ont plongé leurs mains corrompues dans son sang et celui de ses compagnons martyrs la nuit dernière »


Les États-Unis et l’Iran s’enferment dans une impasse

Les Iraniens n’avaient tout simplement pas d’autre choix que de déclarer qu’il y aurait des représailles. Il y a quelques problèmes simples avec ce qui se passe ensuite. Regardons-les un par un :

1 – Tout d’abord, il est tout à fait évident, au vu des boniments et agitations chauvines du drapeau aux États-Unis, que l’oncle Shmuel est «armé et chargé» pour encore plus d’actions et de réactions machos. En fait, le secrétaire à la Défense, Esper, a, pour l’essentiel, enfermé les États-Unis dans un coin du ring par ce que j’appellerais une «réaction excessive» en déclarant que «le jeu a changé» et que les États-Unis prendront des «mesures préventives» chaque fois qu’ils se sentiront menacés. Ainsi, les Iraniens doivent supposer que les États-Unis réagiront de manière excessive à tout ce qui ressemble même de loin à des représailles iraniennes.

2 – Non moins alarmant est que cela crée les conditions absolument parfaites pour un faux drapeau du style « USS Liberty« . En ce moment, les Israéliens sont devenus un danger au moins aussi grand pour les militaires américains et leurs installations dans tout le Moyen-Orient que les Iraniens eux-mêmes. Comment ? Facile ! Actionnez un missile / une torpille / une mine contre n’importe quel navire de l’US Navy et blâmez l’Iran. Nous savons tous que si cela se produit, les élites politiques américaines feront ce qu’elles ont fait la dernière fois : laisser les militaires américains mourir et protéger Israël à tout prix – lisez ici l’incident de l’USS Liberty si vous ne le connaissiez pas.

3 – Il existe également un risque très réel de «représailles spontanées» de la part d’autres parties – pas de l’Iran ni de ses alliés. En fait, dans son message, l’ayatollah Ali Khamenei a spécifiquement déclaré que «le martyr Soleimani est un emblème international de la Résistance et tous les amoureux de la Résistance demandent des représailles pour son sang. Tous les amis – ainsi que tous les ennemis – doivent savoir que le chemin du combat et de la résistance se poursuivra avec une volonté redoublée et la victoire finale attend fermement ceux qui combattent sur cette voie.» Il a raison, Soleimani était aimé et vénéré par beaucoup de gens du monde entier, certains pourraient décider de venger sa mort. Cela signifie que nous pourrions bien voir une sorte de représailles qui, bien sûr, sera imputée à l’Iran, mais qui pourrait ne pas être du tout le résultat d’actions iraniennes.

4 – Enfin, si les Iraniens décident de ne pas riposter, nous pouvons être absolument sûrs que l’oncle Shmuel verra cela comme une preuve de son «invincibilité» présumée et prendra cela comme une licence pour s’engager dans des actions encore plus provocatrices.

Khemenei-Soleimani-300x168
Un père spirituel embrasse son fils bien-aimé – Khamenei et Souleimani

Si nous regardons ces quatre facteurs ensemble, nous devrions arriver à la conclusion que l’Iran doit riposter et doit le faire publiquement.

Pourquoi ?

En effet, que les Iraniens exercent des représailles ou non, ils ont presque la garantie d’une autre attaque américaine en représailles pour tout ce qui ressemble à des représailles, que l’Iran soit impliqué ou non.

La dynamique de la politique intérieure américaine

Voyons ensuite la dynamique politique interne aux États-Unis.

J’ai toujours prétendu que Donald Trump était un «président Kleenex (jetable)» pour les néocons. Qu’est-ce que je veux dire par là ? Je veux dire que les néocons ont utilisé Trump pour faire toutes sortes de choses vraiment incroyablement stupides – à peu près toutes ses décisions politiques au sujet d’Israël et / ou de la Syrie – pour une raison très simple. Si Trump fait quelque chose d’extrêmement stupide et dangereux, soit il s’en sortira, auquel cas les néocons seront satisfaits, soit il échouera ou les conséquences de ses décisions seront catastrophiques, alors les néocons le jetteront et le remplaceront par un individu encore plus servile, disons Pence ou Pelosi. En d’autres termes, pour les les néocons, voir Trump faire quelque chose d’extrêmement dangereux et d’incroyablement stupide, est une situation gagnant-gagnant !

En ce moment, les Démocrates – toujours le parti préféré des néocons – semblent être décidés à commettre un suicide politique avec cette absurdité ridicule – et perfide ! – de destitution. Pensez maintenant à cela du point de vue néocon. Ils pourraient peut-être amener les goyim américains à frapper l’Iran et se débarrasser de Trump en même temps. Je suppose que leur pensée sera quelque chose du genre :

Trump semble prêt à gagner en 2020. Nous n'en voulons pas. Cependant, nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour déclencher une attaque américaine contre l'Iran depuis à peu près 1979. Que Trump le fasse. S'il «gagne» - quelle que soit la définition de la victoire, plus de détails ci-dessous - nous gagnons. S'il perd, les Iraniens seront encore dans un monde douloureux et nous pourrons toujours larguer Trump comme un préservatif usagé - utilisé pour forcer en toute sécurité quelqu'un sans aucun risque pour soi-même. De plus, si la région explose, cela aidera notre bien-aimé Bibi et unira la communauté juive américaine derrière Israël. Enfin, si Israël est attaqué, nous exigerons immédiatement - et, bien sûr, obtiendrons - une attaque massive des États-Unis contre l'Iran, soutenue par l'ensemble de l'establishment politique et des médias américains. Et, enfin, si Israël est durement touché, alors nous pouvons toujours utiliser nos armes nucléaires et dire aux goyim que «l'Iran veut gazer 6 millions de Juifs et effacer la seule démocratie du Moyen-Orient de la surface de la terre» ou quelque chose d'aussi insipide.

Depuis que Trump est entré à la Maison Blanche, nous l’avons vu lécher le cul du lobby israélien avec une délectation extrême, même selon les normes américaines. Je suppose que ce calcul signifie « avec le lobby israélien derrière moi, je suis en sécurité à la Maison Blanche ». Il est évidemment trop stupidement narcissique pour réaliser qu’il a été manipulé depuis le début. À son crédit – ou à celui de l’un de ses principaux conseillers – il n’a pas permis aux néocons de déclencher une guerre majeure contre la Russie, la Chine, la RPDC, le Venezuela, le Yémen, la Syrie, etc. Mais l’Iran est un cas totalement différent, car il est la cible «numéro un» des néocons et Israël voulait le frapper et le détruire. Les néocons ont même brodé cette devise «les gosses vont à Bagdad, les vrais hommes vont à Téhéran». Maintenant que l’oncle Shmuel a perdu toutes les guerres qu’il a choisies, et que les forces armées américaines n’ont plus de crédibilité, il est temps de restaurer l’image de soi «machiste» de l’oncle Shmuel et, en effet, «aller à Téhéran» pour leur causer du pays.

Selection_728
Biden profite immédiatement de ces événements

Les Démocrates (Biden) disent déjà que Trump vient de «jeter un bâton de dynamite dans une poudrière», comme s’ils se souciaient de tout sauf de leurs propres objectifs mesquins et politiques et de leur pouvoir. Pourtant, je dois admettre que sa métaphore est correcte – c’est exactement ce que Trump, et ses vrais patrons, ont fait.

Si nous supposons que j’ai raison dans mon évaluation que Trump est le «président jetable» des néocons / israéliens, nous devons également accepter le fait que les forces armées américaines constituent les «forces armées jetables» pour les néocons / israéliens et que les États-Unis en tant que nation sont aussi la «nation jetable» des susdits. Il s’agit en effet d’une très mauvaise nouvelle, car cela signifie que du point de vue néocon / israélien, il n’y a aucun risque réel à jeter les États-Unis dans une guerre avec l’Iran.

En vérité, la position des Démocrates est un chef-d’œuvre d’hypocrisie qui peut se résumer comme suit : l’assassinat de Soleimani est un événement merveilleux, mais Trump est un monstre pour l’avoir assassiné.

À tous les coups on gagne. Génial, non ?

Quelle serait l’issue probable d’une guerre américaine contre l’Iran ?

J’ai écrit si souvent sur ce sujet que je n’entrerai pas dans tous les scénarios possibles ici. Tout ce que je dirai, c’est ce qui suit :

  • Pour les États-Unis, «gagner» signifie obtenir un changement de régime ou, à défaut, détruire l’économie iranienne.
  • Pour l’Iran, «gagner» signifie simplement survivre à l’assaut américain.

Il s’agit d’une énorme asymétrie qui signifie fondamentalement que les États-Unis ne peuvent pas gagner et que l’Iran ne peut que gagner.

Et non, les Iraniens n’ont pas à vaincre le CENTCOM ni l’OTAN ! Ils n’ont pas besoin de s’engager dans des opérations militaires à grande échelle. Il leur suffit d’être «debout» une fois la poussière retombée.

Ho Chi Minh a dit un jour aux Français : « Vous pouvez tuer dix de mes hommes pour chacun que je tue chez vous, mais même à ce niveau, vous perdrez et je gagnerai ». C’est exactement pourquoi l’Iran finira par l’emporter, peut-être à un coût énorme – Amalek doit être détruit, non ? Mais ce sera malgré tout une victoire.

Voyons maintenant les deux types de scénarios de guerre les plus élémentaires : à l’extérieur de l’Iran et à l’intérieur

Les Iraniens, y compris le général Soleimani lui-même, ont déclaré à plusieurs reprises publiquement qu’en tentant d’entourer l’Iran et le Moyen-Orient de nombreuses forces et bases, les États-Unis ont fourni à l’Iran une longue liste de cibles lucratives. Le champ de bataille le plus évident pour une guerre par procuration est clairement l’Irak où il y a beaucoup de forces pro et anti iraniennes pour créer les conditions d’un conflit long, et sanglant, Moqtada al-Sadr vient de déclarer que l’armée du Mahdi sera remobilisée. Mais l’Irak est loin d’être le seul endroit où une explosion de violence peut avoir lieu : le Moyen-Orient entier est largement à la « portée » de l’Iran, que ce soit par attaque directe ou par attaque de forces sympathisantes ou alliées. À côté de l’Irak, il y a aussi l’Afghanistan et, potentiellement, le Pakistan. En termes de choix des moyens, les options iraniennes vont des attaques de missiles aux frappes directes des forces spéciales, au sabotage et bien d’autres options. La seule limitation ici est l’imagination des Iraniens et, croyez-moi, ils en ont beaucoup !

Si de telles représailles se produisent, les États-Unis auront deux options de base : frapper des amis et alliés iraniens à l’extérieur de l’Iran ou, comme Esper l’a maintenant suggéré, frapper à l’intérieur de l’Iran. Dans ce dernier cas, nous pouvons supposer sans risque qu’une telle attaque entraînera des représailles iraniennes massives contre les forces et les bases américaines dans toute la région et une fermeture du détroit d’Ormuz.

Gardez à l’esprit la devise des néocons «les gosses vont à Bagdad, les vrais hommes vont à Téhéran», elle reconnaît implicitement le fait qu’une guerre contre l’Iran serait qualitativement, et même quantitativement, une guerre différente d’une guerre contre l’Irak. Et, c’est vrai, si les États-Unis envisagent sérieusement de frapper à l’intérieur de l’Iran, ils seraient confrontés à une explosion qui rendrait mineures, en comparaison, toutes les guerres depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais la tentation de prouver au monde que Trump et ses serviteurs sont de «vrais hommes» par opposition à des «gosses» pourrait être trop forte, en particulier pour un président qui ne comprend pas qu’il est un outil jetable entre les mains des néocons.

Voyons maintenant ce qui ne se produira pas

La Russie et / ou la Chine ne s’impliqueront pas militairement dans le conflit. Les États-Unis n’utiliseront pas non plus cette crise comme prétexte pour attaquer la Russie et / ou la Chine. Le Pentagone n’a clairement pas les cojones pour une guerre – conventionnelle ou nucléaire – contre la Russie et la Russie n’a aucune envie d’une guerre contre les États-Unis. Il en va de même pour la Chine. Cependant, il est important de se rappeler que la Russie et la Chine ont d’autres options, politiques et secrètes, pour vraiment heurter les États-Unis et aider l’Iran. Il y a l’ONU, où la Russie et la Chine bloqueront toute résolution américaine condamnant l’Iran. Oui, je sais, l’oncle Shmuel ne se soucie pas de l’ONU ou du droit international, mais ce n’est pas le cas de la plupart du reste du monde. Cette asymétrie est encore exacerbée par la durée d’attention à quelque chose de l’oncle Shmuel – des semaines tout au plus – avec celle de la Russie et de la Chine qui se compte en décennies. Est-ce important ?

Absolument !

Si les Irakiens déclarent officiellement que les États-Unis sont une force d’occupation – ce qu’elle est – une force d’occupation qui se livre à des actes de guerre contre l’Irak – ce qu’elle fait – et que le peuple irakien veut voir l’oncle Shmuel, et ses propos hypocrites sur la « démocratie », remballer ses affaires et partir, que peut faire notre oncle Shmuel ? Il essaiera de résister, bien sûr, mais une fois que la minuscule feuille de vigne du «nation building» (construction d’une nation) aura disparu, remplacée par une nouvelle occupation américaine odieuse et brutale, la pression politique exercée sur les États-Unis pour sortir de l’enfer deviendra extrêmement difficile à gérer, à l’extérieur, et même à l’intérieur des États-Unis.

En fait, la télévision d’État iranienne a qualifié l’ordre, donné par Trump, de tuer Soleimani de «plus grosse erreur de calcul des États-Unis» depuis la Seconde Guerre mondiale. « Les habitants de la région ne permettront plus aux Américains de rester », a-t-elle ajouté.

Ensuite, la Russie et la Chine peuvent aider l’Iran militairement avec des renseignements, des systèmes d’armes, des conseillers et économiquement, de manière ouverte ou secrète.

Enfin, la Russie et la Chine ont toutes les deux les moyens, disons-le, de «suggérer fortement» à d’autres cibles dans la «liste de pays à frapper» tenue par les États-Unis, que c’est maintenant le moment idéal pour attaquer les intérêts américains – par exemple, en Extrême-Orient [ou en Amérique du Sud, NdT].

Ainsi, la Russie et la Chine peuvent et vont aider, mais elles le feront avec ce que la CIA aime appeler un «déni plausible».

Retour à la grande question : que peut / va faire l’Iran ensuite ?

Les Iraniens sont des joueurs beaucoup plus sophistiqués que les Américains, généralement plus ignorants. Donc, la première chose que je suggérerais est qu’il est peu probable que les Iraniens fassent quelque chose que les États-Unis attendent d’eux. Soit ils feront quelque chose de totalement différent, soit ils agiront beaucoup plus tard, une fois que les États-Unis auront baissé la garde – comme ils le font toujours après avoir déclaré la «victoire».

J’ai demandé à un ami iranien bien informé s’il était encore possible d’éviter la guerre. Voici ce qu’il a répondu :

Oui, je crois que la guerre à grande échelle peut être évitée. Je crois que l'Iran peut essayer d'utiliser son influence politique pour unir les forces politiques irakiennes et demander officiellement le retrait des troupes américaines en Irak. Renvoyer les États-Unis hors d'Irak signifiera qu'ils ne pourront plus occuper l'est de la Syrie, car leurs troupes seront en danger entre deux États hostiles. Si les Américains quittent la Syrie et l'Irak, ce sera la vengeance ultime pour l'Iran sans avoir tiré un seul coup de feu.

Je dois dire que je suis d’accord avec cette idée : l’une des choses les plus douloureuses que l’Iran pourrait faire ensuite serait d’utiliser cet événement vraiment incroyablement imprudent pour expulser les États-Unis d’Irak en premier, et de Syrie ensuite. Cette option, si elle peut être exercée, pourrait également protéger la vie et la société iranienne d’une attaque américaine directe. Enfin, une telle issue donnerait au meurtre du général Soleimani un sens très différent et beau : le sang du martyr a libéré le Moyen-Orient !

Enfin, si telle est bien la stratégie choisie par l’Iran, cela ne signifie nullement que sur le plan tactique les Iraniens n’essaieront pas de faire payer les forces américaines dans la région ou même ailleurs sur la planète. Par exemple, il y a des rumeurs plutôt crédibles selon lesquelles la destruction du vol PanAm 103 au-dessus de l’Écosse n’était pas une action libyenne, mais iranienne en représailles directe pour l’attaque délibéré par l’US Navy de l’Airbus 655 au-dessus du golfe Persique. Je ne dis pas que je sais pertinemment que c’est ce qui s’est réellement passé, mais seulement que l’Iran a des options de représailles non limitées au Moyen-Orient.

Conclusion : nous attendons la prochaine décision de l’Iran

Le Parlement irakien devrait débattre d’une résolution demandant le retrait des forces américaines d’Irak. Je dirai simplement que même si je ne crois pas que les États-Unis accepteront gentiment, cela placera le conflit dans le domaine politique. C’est – par définition – beaucoup plus souhaitable que toute forme de violence, aussi justifiée qu’elle puisse paraître. Je suggère donc fortement à ceux qui veulent la paix de prier pour que les députés irakiens fassent preuve d’honneur et de courage et disent à l’oncle Shmuel ce que tous les pays ont toujours voulu des États-Unis : Yankees, go home !

Si cela se produit, ce sera une victoire totale pour l’Iran et une nouvelle défaite abjecte, une auto-défaite vraiment, pour l’oncle Shmuel. C’est le meilleur de tous les scénarios possibles.

Mais si cela ne se produit pas, tous les paris sont ouverts et l’élan déclenché par ce dernier acte de terrorisme américain entraînera de nombreuses victimes.

À l’heure actuelle (19:24 UTC), je pense toujours qu’il y a environ 80% de chances de guerre à grande échelle au Moyen-Orient et, encore une fois, je laisse 20% du reste de l’aléa à l’émergence d’«événements inattendus», espérons-les bons.

The Saker

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Meurtre de Soleimani : que pourrait-il se passer ensuite ? »

Les commentaires sont fermés.