Médias : l’aveu …


Max Blumenthal dit qu’il est un « commercial cynique se faisant passer pour un journaliste ». Il a tout à fait raison 


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 16 décembre 2019

En juillet 2017, nous dénoncions déjà trois « commerciaux cyniques «  travaillant pour des médias « progressistes » participant à une « campagne de désinformation visant à convaincre les Américains de soutenir de nouveau le renversement d’un gouvernement du Moyen-Orient pour qu’Al-Qaïda et ses alliés comblent le vide ». Ces trois « commerciaux cyniques » se « font passer pour des journalistes ».

Cinq ans après le début de la guerre contre la Syrie, ces trois « commerciaux cyniques « , qui n’avaient pas cessé de faire de la propagande pour attiser la guerre contre la Syrie, ont retourné leur veste et ont commencé à écrire en faveur du gouvernement syrien, en oubliant bien sûr de mentionner leur parti pris de l’époque, voire même en essayant de le cacher.

Tiré de notre article écrit en 2017, intitulé “Les prétentieux rénégats d’Alternet Grayzone – Blumenthal, Norton, Khalek” :

Max Blumenthal est un auteur connu et bien connecté ayant travaillé sur le problème palestinien d'un point de vue situé un peu gauche. C'est aussi un m’as-tu-vu arrogant et ignorant.

Blumenthal édite maintenant l’Alternet Grayzone. Dans leurs récents écrits, lui et ses coauteurs avouent qu'ils n'aiment pas l'opposition dirigée par Al-Qaïda en Syrie. Pourtant, c'est exactement la même opposition qu'ils appuyaient avec véhémence auparavant. 

Hier, le Real News Network interviewait Blumenthal au sujet de son récent article sur la promotion d'Al-Qaïda par CNN. Le titre était : «Max Blumenthal sur la façon dont les médias parlent de la Syrie». Au cours de l'interview, Blumenthal déplore l'échec des médias progressistes sur la Syrie : ...

Blumenthal est outré, outré, que les médias "progressistes" vendent le conflit syrien en suivant "la ligne officielle".

Pourtant, en 2012, Max Blumenthal démissionnait de son poste de chroniqueur du journal libanais Al Akhbar English parce que le journal ne publiait pas selon la "ligne officielle". Il a publiquement (également ici) calomnié et accusé ses collègues d'Al Akhbar d'adopter une position prudente, voire anti-opposition à l'égard de la Syrie.

Les journalistes d'Al Akhbar remettaient en question les récits du courant dominant, tandis que Blumenthal, comme le montrent ses articles à ce sujet et sa démission, s'alignait solidement sur le projet impérial. A l'époque, il suivait lui-même "la ligne officielle". ...
Aujourd'hui, Max Blumenthal a trouvé un journal qui le paye pour écrire selon la même ligne éditoriale qu'il condamnait lorsqu'il a démissionné d'Al Akhbar. Je ne trouve nulle explication donnée par Blumenthal pour justifier son changement de position. Il n'a pas présenté d'excuses publiques pour avoir dénigré ses anciens collègues.

De mars 2011 à mi 2016, Max Blumenthal et ses acolytes, Ben Norton et Raina Khalek, étaient d’enragés ‘pro-rebelles’. Après cinq longues années passées à encourager Al-Qaïda et consorts, qui ne cessaient de tuer des Syriens à tout va, ils ont retourné leur veste et ont commencé à écrire en faveur du gouvernement syrien.

Pour cacher leur « changement d’opinion », ils ont supprimé tous leurs anciens tweets et articles. Ce n’est qu’après que nous, et d’autres, avons continué à souligner leur malhonnêteté qu’ils ont publié un podcast pour livrer un mea culpa embrouillé. C’était en mai 2018, deux ans après leur virage à 180°. Tout comme les vieux tweets et articles de Blumenthal, ce podcast a depuis été supprimé. Mais des transcriptions partielles, faites par d’autres personnes, existent encore. Elles sont rassemblées dans l’article intitulé «Le rénégat donne de mauvaises excuses», écrit par Daniel, qui a écouté, cité et commenté le podcast :

Oui, Max "n'a pas sérieusement observé ce qui se passait réellement" en Syrie. Et ne l'a pas fait pendant les cinq années suivantes. ...
Il serait également bien que Max explique pourquoi, une fois qu'il a changé de position sur la Syrie après que la Russie a aidé à renverser la vapeur, lui, Ben et Rania ont effacé tous leurs messages anti-syriens/pro-"rebelles" sur Internet, sans explication. Comme c'est orwellien.

Mais il "n'a pas vraiment eu l'occasion de s'asseoir et d'écrire" des excuses et des explications.

Et une fois que la Russie est intervenue, Max a été "plutôt soulagé" qu'il n'ait pas eu "à s'engager" dans la catastrophe syrienne et il était donc "en quelque sorte fourbu". Attendez, je crois qu'il venait de dire que c'était à ce moment-là qu'il s'était enfin "connecté" et qu'il avait commencé à enquêter et à écrire sur ce qui s'y passait vraiment.

Ainsi, il poursuit en disant qu'après "l'opération à l’est d'Alep", il "a commencé à reprendre ses esprits". "Parce que j'ai commencé à réaliser qu'une intervention des États-Unis à ce moment serait la recette pour une catastrophe" ! Attendez ! Quoi ? C'était trop tard pour une "intervention", alors Max a changé de monture en chemin ? Et puis il a finalement pris quelques semaines pour lire ce qu'il pouvait sur la Syrie et se faire un "avis raisonnable".

Aujourd’hui, Max Blumenthal remet le couvert. Il dénigre d’autres « journalistes » pour avoir fait exactement ce qu’il a lui-même fait, en écrivant de la propagande pro-guerre. Citant un tweet du professeur Max Abrahms, le renégat Max Blumenthal commente :

blumhental

Max Blumenthal @MaxBlumenthal - 5:01 UTC - 16 déc 2019

Ce n'était pas une erreur, c'était une campagne de désinformation visant à convaincre les Américains d'appuyer le renversement d'un autre gouvernement au Moyen-Orient pour laisser Al-Qaïda et compagnie combler le vide. Après l'Irak et la Libye, cela a nécessité de réels efforts. Et de cyniques commerciaux se faisant passer pour des journalistes.

Tweet cité
Max Abrahms @MaxAbrahms - 0:39 UTC - 16 déc 2019

Les médias ont échoué dans leur couverture du conflit en Syrie. De toute ma vie à étudier les relations internationales, je n'ai jamais rien vu d'aussi flagrant. Les guerres en Irak et en Afghanistan ne sont rien comparées à la Syrie. L'écart entre la narrative médiatique et la réalité est gigantesque.

Cela ne me dérange pas que les gens changent honnêtement d’opinion ou de point de vue. Je le fais aussi de temps en temps. Mais il est profondément malhonnête de cacher à l’opinion publique ses propres travaux antérieurs tout en dénigrant ceux qui s’en tiennent encore aux points de vue qu’ils ont eux-mêmes utilisés. Cela doit être dénoncé.

Ne pas être capable d’expliquer de façon cohérente pourquoi son point de vue a changé laisse supposer que des arrière-pensées sont en jeu.

Les commerciaux sont payés pour vendre des produits dont ils font la promotion. Ils changent d’entreprise lorsqu’une autre les paie plus cher pour vendre un produit différent. Certains vendeurs qui vendaient des Ford comme « les meilleurs voitures du marché » vendent maintenant des Toyota avec un argument similaire.

Il semble que l’argent ait été la raison pour laquelle [l’entreprise] Blumenthal & Co a changé d’avis sur la Syrie. Elle a simplement commencé à vendre un « produit » différent parce que c’était plus rentable pour elle. Comme ce sont de « cyniques commerciaux », ils ont effacé leur dossier public de promotion de Ford. Leur dossier public montre maintenant qu’ils n’ont vendu que des Toyota.

C’est Orwellien, comme l’a dit Daniel : Nous avons toujours été en guerre avec Eastasia.

Qui, d’ailleurs, finance le Grayzone de Blumenthal. Son site Web ne le révèle pas.

L’argent sera-t-il encore la raison du prochain ‘changement d’avis’ de Blumenthal & Co ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Médias : l’aveu … »

Les commentaires sont fermés.