Les Allemands ont bousculé l’armée rouge en 1941 parce que les Soviétiques étaient prêts à attaquer, pas à se défendre

Ce qui suit est tiré du chapitre 1 de Germany's War: The Origins, Aftermath and Atrocities of World War II de John Wear, publié en 2014, qui peut être lu en entier sur The Unz Review ou obtenu sur Amazon. Vous pouvez en savoir plus sur le travail de Wear dans son site Web.

Dans cette section, Wear décrit comment l'armée rouge était clairement en position offensive en 1941. Les Soviétiques avaient cessé de produire des armes défensives telles que des mines antipersonnel, des armes antichars et des canons anti-aériens. Ils avaient mis en place une infrastructure de transport sur leur frontière occidentale, ce qui n’aurait eu de sens que s’ils avaient l’intention d’attaquer. Leurs commandants avaient reçu des cartes des régions situées à l'ouest de la frontière soviétique.

Après avoir été capturé par les troupes allemandes, le fils de Staline a été interrogé au sujet d'une lettre retrouvée dans sa poche faisant référence à une "promenade vers Berlin", à propos de laquelle le prince soviétique a marmonné, "merde...".

Par John Wear − Le 20 novembre 2019 − Source Russia Insider

Après la division de la Pologne entre l’Union soviétique et l’Allemagne, les troupes soviétiques auraient pu créer une zone de défense puissante à la nouvelle frontière germano-soviétique. En 1939, les possibilités de défense le long de la frontière germano-soviétique étaient nombreuses : forêts, rivières, marécages, peu de routes et du temps devant soi. Cependant, au lieu de rendre la zone infranchissable, elle a rapidement été rendue plus pénétrable. L’Armée rouge a démoli des fortifications existantes et les a ensevelies sous des monceaux de terre. L’Union soviétique a également cessé de produire des canons antichars et antiaériens. Elle disposait d’une énorme production de mines terrestres qui aurait pu être utilisée pour la défense, mais après la création d’une nouvelle frontière avec l’Allemagne, cette production a été réduite. 1

612px-eastern_front_1941-06_to_1941-12
Attaque allemande sur l’URSS, 1941

L’Armée rouge a également démantelé la barrière de sécurité créée précédemment sur les anciennes frontières occidentales et n’en a pas créé de nouvelle sur le territoire polonais annexé par l’Union soviétique. L’Armée rouge a appris à ses dépens, en Finlande, que les fortifications pouvaient alléger la position de la défense et compliquer la position de l’agresseur. Tous les commandants soviétiques ont exprimé leur crainte devant la ligne de défense finlandaise. L’Union soviétique a dû consacrer énormément de temps, de force, de ressources et d’hommes pour franchir les paliers successifs de la défense finlandaise. Cependant, l’Union soviétique a démantelé son système de sécurité en 1940, car elle ne souhaitait pas mener une guerre défensive. 2

L’Union soviétique a également construit de nouveaux chemins de fer et ponts ferroviaires dans les régions frontalières occidentales, presque toutes les troupes attelées à la construction des chemins de fer étaient concentrées dans cette région. Les troupes ont travaillé d’arrache-pied pour moderniser les anciens chemins de fer et en construire de nouveaux jusqu’à la frontière. Simultanément à la construction de voies ferrées, des routes ont été construites dans les régions occidentales. L’Armée rouge construisait des chemins de fer et des routes d’est en ouest, ce qui se fait généralement lors des préparatifs d’avance, de transfert rapide de réserves et de ravitaillement des troupes après leur passage des frontières. Tout ce dispositif était conçu pour attaquer, entravant l’Union soviétique en cas de guerre défensive. Lorsque l’Allemagne a attaqué l’Union soviétique, ses troupes ont utilisé les routes, les fournitures, les rails et les ponts construits par les Soviétiques dans les régions occidentales pour faciliter leur avancée sur le territoire soviétique. 3

L’Union soviétique a également détruit son mouvement de partisans à la fin des années 1930. Les dirigeants soviétiques savaient que les partisans – la tactique de guérilla – pouvait faire la guerre à tout agresseur. Avec le plus grand territoire au monde, l’URSS a toujours naturellement facilité la guerre de partisans (cf les guerres napoléoniennes en Russie, NdT). Dans les années 1920, Staline a créé des unités mobiles légères et les a installées dans les bois en cas d’attaque allemande. Ces unités de partisans n’étaient composées que de commandants, d’organisateurs et de spécialistes agissant en tant que cellule de commando. Au tout début d’une guerre, chaque unité partisane en temps de paix se développerait en une puissante formation comptant des milliers de personnes 4

partisans_attack_village
Partisans en action

Les groupes partisans soviétiques en temps de paix avaient des bases secrètes dans des forêts et des îlots impénétrables au milieu des marécages. En cas d’urgence, les partisans pouvaient facilement s’évanouir dans les forêts minées et les marécages infranchissables pour l’ennemi. Des unités de partisans ont été installées dans la zone de sécurité soviétique, où, lors du retrait des troupes soviétiques, tous les ponts seraient dynamités, les tunnels enterrés, les voies ferrées et les routes détruites. Les groupes de partisans ont été formés pour empêcher l’ennemi de restaurer les infrastructures détruites. En outre, certains partisans ont été formés aux activités d’infiltration. Ces partisans ne se sont pas retirés dans les forêts, mais sont restés dans les villes et villages pour «gagner la confiance de l’ennemi» et «lui offrir de l’aide».

Lors de l’invasion de la Finlande par l’Union soviétique, l’Armée rouge a rencontré la ligne Mannerheim, une zone de défenses, ainsi que de légères escouades de combattants partisans. Les unités légères à ski des partisans finlandais ont procédé à des frappes soudaines avant de disparaître  immédiatement dans les forêts. L’Armée rouge a subi des pertes énormes à cause de ces frappes. Toute la technologie moderne de l’Armée rouge n’était d’aucune utilité dans le combat contre un ennemi qui fuyait la bataille ouverte.

1_yqdetsdypbuxzsyjy6la0w
Troupes à ski finlandaises

Cependant, après avoir appris une leçon cruelle en Finlande, Staline n’a pas changé d’avis et n’a pas créé d’unités de partisans dans les régions occidentales de l’Union soviétique. À mesure que la puissance industrielle et militaire de l’Union soviétique grandissait, Staline envisageait de combattre ses ennemis sur leur sol plutôt que sur son territoire. Dans la seconde moitié des années 1930, les systèmes de défense et les unités partisanes sont devenus inutiles pour l’Union soviétique. 5 Staline ne rétablit des unités de partisans qu’après que l’Allemagne eut envahi l’Union soviétique.

De 1926 à 1937, l’Union soviétique a construit 13 régions fortifiées le long de ses frontières occidentales, connues officieusement sous le nom de Ligne Staline. Il existait de nombreuses différences entre la Ligne Staline et la Ligne Maginot française. Contrairement à la ligne Maginot, la ligne Staline a été construite dans le secret et n’a pas été rendue publique. La ligne Staline était beaucoup plus profonde et avait été construite non seulement pour arrêter l’infanterie, mais surtout pour arrêter les chars. Les Soviétiques ont également utilisé d’énormes quantités de blocs d’acier et de granit en plus du béton. La ligne Staline a été construite de la mer Baltique au nord à la mer Noire au sud et ne pouvait être contournée. Enfin, contrairement à la ligne Maginot, la ligne Staline n’a pas été construite à la frontière même, mais plus loin en territoire soviétique. 6

Les 13 régions fortifiées de la ligne Staline ont été construites pour la défense et ont coûté très cher en efforts et en argent. Chaque région fortifiée était également une formation militaire capable de mener des opérations de manière autonome pendant une longue période et dans l’isolement. En 1938, il fut décidé de renforcer les 13 régions en y construisant des installations d’artillerie lourde. L’Union soviétique a également commencé la construction de huit autres régions fortifiées. Puis, lorsque le pacte Molotov-Ribentrop a créé une frontière commune entre l’Allemagne et l’Union soviétique, Staline a ordonné l’arrêt de la construction des régions fortifiées. Les régions fortifiées existantes ont été désarmées et tout ce qui touche à la défense a été démantelé et détruit. 7

La construction d’une nouvelle ligne de régions fortifiées a commencé au cours de l’été 1940 à la nouvelle frontière germano-soviétique. Ces nouvelles régions ont été officieusement appelées la ligne Molotov, mais elles n’ont jamais été achevées. La construction de la défense sur les nouvelles frontières s’est déroulée très lentement, tandis que la destruction de la Ligne Staline était étonnamment rapide. Lorsque l’Allemagne attaqua l’Union soviétique le 22 juin 1941, la ligne Molotov n’était pas encore construite. Les généraux et les maréchaux soviétiques après la mort de Staline [1953] ont unanimement exprimé leur colère. Ils ont demandé : comment Staline pouvait-il liquider et désarmer les régions fortifiées des anciennes frontières sans mettre en place les défenses nécessaires aux nouvelles frontières occidentales ? La réponse est que Staline n’avait pas l’intention de se battre sur son territoire. Staline préparait une guerre offensive contre toute l’Europe. 8

Un autre système de défense de l’Union soviétique était la flottille militaire Dniepr. Tous les ponts de la rivière Dniepr étaient minés avant 1939 et pouvaient être complètement démolis afin de ne rien laisser à restaurer. La flottille militaire Dniepr a été créée au début des années 1930 pour empêcher l’établissement de ponts temporaires sur la rivière en cas de guerre. La flottille comprenait 120 navires de guerre et bateaux à moteur, ainsi que des batteries de défense du littoral et de défense antiaérienne. La flottille Dniepr pouvait fermer les routes menant aux régions industrielles du sud de l’Ukraine et aux bases de la marine en mer Noire. Une attaque allemande pourrait être stoppée sur la ligne Dniepr ou, du moins, être contenue pendant plusieurs mois. Cependant, quand Hitler a attaqué la France, Staline a ordonné le déminage des ponts sur le Dniepr et a dissous la flottille militaire. La flottille Dniepr ne pouvait être utilisée que dans une guerre défensive sur le territoire soviétique et Staline ne croyait pas en avoir besoin. 9

gunboat_2_of_the_dnieper_flotialla_in_the_russian_civil_war
Élément de la flottille Dniepr

Staline a divisé la flottille défensive Dniepr en deux flottilles : la flottille du Danube et la flottille de Pinsk. La flottille du Danube serait inutile dans une guerre défensive. Dans une guerre offensive, cependant, la flottille du Danube pourrait être mortelle pour l’Allemagne. Il lui suffisait de parcourir quelques centaines de kilomètres le long du fleuve pour atteindre le pont d’importance stratégique de Chernavoda, où il pourrait perturber l’approvisionnement en pétrole de Ploiesti [zone de production de  pétrole] vers le port de Constanta. Toute la machine de guerre allemande pourrait être arrêtée simplement parce que les chars, avions et navires de guerre seraient à court de carburant. Cependant, lorsque l’Allemagne a attaqué l’Union soviétique, la flottille du Danube s’est retrouvée coupée des troupes soviétiques sans possibilité de retraite. La plupart de ses navires ont dû être coulés, tandis que des stocks gigantesques ont été détruits ou abandonnés. 10

La flottille de Pinsk serait aussi difficile à utiliser pour la défense. La flottille de Pinsk comptait 66 navires de guerre et patrouilleurs, un escadron d’avions, une compagnie de marines et d’autres unités. Dans la guerre défensive subie en 1941, les Soviétiques ont dû faire sauter et abandonner tous les navires de la flottille de Pinsk. Cependant, lors d’une guerre d’agression, la flottille de Pinsk aurait pu utiliser le canal nouvellement construit entre Pinsk et Kobryn, qui permettrait ensuite à ses navires d’atteindre le bassin de la Vistule et de se diriger plus à l’ouest vers les fleuves allemands. En 1945, un amiral soviétique a atteint Berlin avec sa flottille. 11

Les comptes rendus d’une conférence du haut commandement soviétique tenue à Moscou du 23 décembre 1940 au soir du 31 décembre 1940 indiquent également que l’Union soviétique préparait une offensive massive contre l’Europe. Cette réunion extrêmement secrète a réuni 274 des plus hauts dirigeants de l’Armée rouge. La plupart des intervenants ont discuté de l’importance de la nouvelle tactique de l’attaque surprise. La défense sur les principaux lieux de l’attaque n’était pas prévue, même théoriquement. Les chefs militaires soviétiques ont clairement indiqué lors de la conférence qu’ils n’avaient pas de théorie établie pour une défense moderne. Les chefs militaires soviétiques n’ont pas non plus travaillé sur les questions de défense après la conférence. Le but de l’Armée rouge était de mener des opérations grandioses, soudaines et offensives qui submergeaient l’ennemi sur son propre territoire. 12

Lors de l’invasion allemande de l’Union soviétique le 22 juin 1941, Yakov Iosifovich Dzhugashvili, fils de Staline, fut fait prisonnier par les Allemands. Le fils de Staline a été fouillé et interrogé. Une lettre datée du 11 juin 1941 a été trouvée dans sa poche, envoyée par un autre officier et déclarant : «Je suis aux camps d’entraînement. J’aimerais bien être chez moi à l’automne, mais la promenade prévue vers Berlin pourrait gêner cela.» Les agents des services de renseignement allemands ont demandé à Yakov Dzhugashvili de clarifier la déclaration concernant «la promenade prévue vers Berlin». Le fils de Staline a lu la lettre et a murmuré doucement : « Merde … » Il est évident que la lettre indique que les forces soviétiques prévoyaient d’envahir l’Allemagne plus tard au cours de cette année. 13

stalins_son_yakov_dzhugashvili_captured_by_the_germans_1941_1
Yakov Dzhugashvili, le fils de Staline en captivité 1941

Les officiers de renseignement allemands ont également demandé au fils de Staline pourquoi l’artillerie soviétique, dotée des meilleurs canons et obusiers du monde, tirait si mal. Le fils de Staline répondit la vérité : « Les cartes manquaient à l’armée rouge, parce que la guerre, contrairement aux attentes, s’était déroulée à l’est de la frontière de l’État. » Les cartes soviétiques représentaient des territoires dans lesquels l’armée rouge prévoyait de progresser et étaient donc inutiles pour défendre le pays. Les lieux de stockage des cartes topographiques situés à une distance déraisonnablement proche de la frontière ont été détruits par l’armée allemande en progression ou par les forces soviétiques en retraite. En 1941, l’armée rouge se battait sans carte et l’artillerie soviétique ne pouvait pas tirer avec précision. 14

Chaque commandant soviétique, à partir du niveau d’un régiment et au-dessus, avait dans son coffre-fort un soi-disant «paquet rouge», qui contenait les plans de guerre. Lors de l’invasion par l’Allemagne, les commandants ont ouvert leurs «paquets rouges», mais ils n’ont rien trouvé d’utile pour la défense. L’Armée rouge ne s’était pas préparée à la défense et n’avait mené aucun entraînement aux opérations de défense. Les opérations défensives de l’Armée rouge à l’été 1941 étaient de la pure improvisation 15.

Les actions de l’Armée rouge au cours des premiers jours de la guerre dévoilent mieux des intentions de l’Union soviétique de mener une guerre offensive. Jusqu’au 30 juin 1941, le général Joukov a insisté pour que seuls les commandants des forces soviétiques visant la Roumanie et la Hongrie attaquent. Joukov n’a mis fin à l’attaque que lorsque ses collègues et lui ont conclu que ses armées ne pouvaient plus avancer. Le 22 juin 1941, plusieurs autres commandants soviétiques ont également suivi les plans d’avant-guerre sans attendre les ordres de Moscou et ont attaqué les régions suivantes : la région de Rava-Russkaya, Tilzit en Prusse orientale et la ville polonaise de Suvalki.

Les actions de la flotte soviétique pendant les premiers jours de la guerre montrent également avec suffisamment de clarté ses plans offensifs. Le 22 juin 1941, les sous-marins de la flotte de la Baltique ont navigué vers les côtes allemandes dans le but de couler tous les navires ennemis conformément aux règles de la guerre sans restriction. Aucune exception n’a été faite, pas même pour les navires médicaux battant pavillon de la Croix-Rouge. Les sous-marins soviétiques de la flotte de la mer Noire ont immédiatement navigué dans la mer en direction des côtes de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Turquie. Les 25 et 26 juin 1941, les croiseurs de la flotte de la mer Noire ont effectué un raid d’artillerie intensif dans les environs du port roumain de Constanta. Au même moment, la flottille militaire du Danube a lancé un assaut dans le delta du Danube. La garnison de la base navale soviétique Hanko a également mené des opérations d’assaut intensives au début de la guerre, prenant le contrôle de 19 îles finlandaises en plusieurs jours. 16

Les forces aériennes soviétiques ont également agi de manière agressive au début de la guerre. Le 25 juin 1941, malgré les pertes subies le premier jour, les forces aériennes soviétiques bombardèrent tous les terrains d’aviation connus du sud de la Finlande. Le 23 juin 1941, agissant selon les plans, les bombardiers soviétiques à longue portée ont lancé une attaque massive contre des cibles militaires à Koenigsberg et à Dantzig. Des bombardiers soviétiques ont également commencé à attaquer les champs de pétrole de Ploiesti en Roumanie le 26 juin 1941. Après quelques jours de raids, la quantité de pétrole que l’Allemagne a obtenue en Roumanie a été réduite de presque moitié. Si Hitler n’avait pas attaqué en premier, l’aviation soviétique aurait été beaucoup plus dangereuse et aurait pu totalement paralyser tout l’effort de guerre allemand grâce à ses frappes contre les régions productrices de pétrole. 17

Andreï Vlasov, un général soviétique qui avait été capturé par les Allemands, apporte une preuve supplémentaire de la volonté de l’Union soviétique d’attaquer l’Allemagne. Au cours d’une conversation en 1942 avec le SS Richard Hildebrandt, on demanda à Vlasov si, et quand, Staline avait l’intention d’attaquer l’Allemagne. Hildebrandt a déclaré plus tard : «Vlasov a répondu que l’attaque était prévue pour août-septembre 1941. Les Russes préparaient l’attaque depuis le début de l’année, ce qui a pris un certain temps à cause du mauvais réseau ferroviaire russe. Hitler avait parfaitement évalué la situation et s’était attaqué directement aux préparatifs de la Russie. C’est ce qui explique les formidables succès initiaux allemands a déclaré Vlasov » . 18

John Wear

Note du Saker Francophone

L'auteur de l'article peut se classer parmi les révisionnistes qui remettent en cause le narratif, construit par les vainqueurs au cours du XXème siècle, à propos des événement des deux guerres mondiales. Tant en ce qui concerne les responsabilités dans l'origine des conflits, et leurs conséquences, que dans le déroulement des conflits eux-mêmes.

Cette démarche révisionniste est d'autant plus salutaire lorsque l'on voit comment des conflits aussi récents que ceux en Syrie ou en Ukraine sont présentés, contre toute vraisemblance, par les médias de masse.

Chaque lecteur se fera une opinion sur les faits présentés.

Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

Notes

  1. Suvorov, Viktor, The Chief Culprit: Stalin’s Grand Design to Start World War II, Annapolis, MD: Naval Institute Press, 2008, p. 162.
  2. Ibid., p. 165.
  3. Ibid., pp. 166-167.
  4. Ibid., p. 168.
  5. Ibid., pp. 168-169.
  6. Ibid., pp. 168-169.
  7. Ibid., pp. 171-173.
  8. Ibid., pp. 173-176.
  9. Ibid., pp. 190-191.
  10. Ibid., pp. 191-192.
  11. Ibid., pp. 193-194.
  12. Ibid., pp. 184-186.
  13. Ibid., p. 258.
  14. Ibid., pp. 258-259.
  15. Ibid., pp. 252-253.
  16. Ibid., pp. 253-256.
  17. Ibid., p. 254.
  18. Michaels, Daniel W., “New Evidence on the 1941 ‘Barbarossa’ Attack: Why Hitler Attacked Soviet Russia When He Did,” The Journal of Historical Review, Vol. 18, No. 3, May/June 1999, p. 41.
www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF