L’Italie veut contourner les sanctions de l’UE contre la Russie

Le 22 mars 2015 – Source Russia Insider

L’UE fronce les sourcils, le premier ministre italien Renzi est à Moscou

De plus en plus de pays membres de l’Union européenne commencent à réaliser à quel point les sanctions contre la Russie nuisent à leurs propres économies.

 

Les exportations italiennes vers la Russie ont diminué de 1,2 milliard de dollars entre 2013 et 2014. Le Premier ministre Matteo Renzi veut stopper cette tendance et contourner les sanctions contre la Russie. Parce que le pays est en crise économique et que Renzi lutte pour sa survie politique.


L’Italie est le deuxième plus grand partenaire de la Russie dans l’Union européenne et le quatrième à l’échelle mondiale. Du coup, l’Italie est l’un des pays qui souffre le plus des sanctions contre la Russie. Selon The Economist, le constructeur automobile Fiat et plus de 500 entreprises italiennes sont actives sur le marché russe. L’Italie importe de Russie 15% de ses besoins en pétrole et 30% de son gaz. En outre, les Russes sont des acheteurs enthousiastes de produits de luxe italiens et le nombre de touristes russes en Italie a presque doublé entre 2008 et 2013.

Les exportations italiennes ont chuté de 10 milliards de dollars en 2013 à 8,8 milliards en 2014 ; c’est le résultat des conséquences économiques dues aux sanctions contre la Russie. Le fabricant italien de produits en cuir, Piquadro, propriétaire de plus de dix magasins en Russie, fait état d’une baisse de 40% de ses revenus en 2014 par rapport à l’année précédente. La société de mode Roberto Cavalli s’attend à ce que ses exportations vers la Russie baissent d’environ 20% cette année en comparaison de l’année dernière.

Ce sont de mauvaises nouvelles pour le Premier ministre italien Matteo Renzi, vu que son pays est déjà dans une crise économique profonde, qui comporte aussi des risques politiques. La Ligue du Nord, parti politique qui a sévèrement critiqué les sanctions contre la Russie, augmente son audience. Si Renzi veut survivre politiquement, il ne peut pas se permettre de suivre une trajectoire qui entraînerait une collision avec la Russie.

Lors de sa visite à Moscou au début de mars, Renzi s’est visiblement écarté de la ligne dure occidentale à l’égard de la Russie. Le Premier ministre italien a invité le président Poutine à inaugurer la Journée de la Russie à l’Expo de Milan le 10 juin prochain. Poutine a dit que la Russie apprécierait de travailler plus étroitement avec l’Italie dans «les secteurs de l’énergie, l’ingénierie mécanique et l’industrie nucléaire».

Article original traduit de l’allemand par Kristina Aleshnikova

Traduit par Diane, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les commentaires sont fermés.