Le Tranquillisant


Par James Howard Kunstler – Le 10 Mai 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "Joe Biden"
Une évaluation de la santé mentale du Parti démocrate suggère que la politique identitaire s’est récemment transformée en crise d’identité. Des années passées à rester éveillé ont finalement produit des hallucinations et des accès de violence. Il était temps de soigner le patient. Voici, à notre droite, le Tranquillisant, le souriant oncle Joe Biden, l’agent parfait pour réprimer un cas aigu de rébellion d’adolescents.

La plupart du temps, les subalternes ne semblent pas savoir quoi faire de l’arrivée de l’oncle Joe dans la course à l’investiture. C’est comme s’ils avaient pris 0,5 milligrammes de Xanax il y a une demi-heure et que tous les conflits intersectionnels qui semblaient si urgents le mois dernier s’étaient envolés de la pièce, comme autant de chauves-souris au nez écrasé dans une effroyable caverne ventée. La ruée vers les produits chimiques avec cette apparition d’Oncle Joe se reflète dans ses impressionnants résultats dans les sondages, qui ont récemment atteint près de 40% contre son plus proche poursuivant, Bernie Sanders – la réincarnation de mon professeur de mathématiques de 10e année, et donc une figure d’horreur et de dégoût – culminant à environ 18% selon les résultats. Le reste de la meute présidentielle s’enlise dans la boue de succion à un seul chiffre. Beaucoup sont des candidates dans un parti déterminé à produire le premier président de la persuasion féminine. Qu’est-ce que c’est que ça ?

La caractéristique psychodramatique saillante de la relation des démocrates avec Trump est qu’il représente Papa à la maison, une situation si alarmante qu’elle provoque chez ses détracteurs une fugue de fureur parricide qui dure depuis presque trois ans. En fait, il est d’un ordre de grandeur pire que Papa… il ressemble plus à Ole Massa … vivant dans cette grande Maison-Blanche… en train d’encombrer le portique sud de ce terrible costume capitaliste… à la pointe de l’oppression et de la misogynie. Parmi les femmes démocrates candidates à la présidence, seule Elizabeth Warren s’en est prise à Trump avec passion – et ensuite, comme une femme au foyer stéréotypée, elle a essayé de l’assommer avec une poêle à frire. Elle a juste rebondit sur son crâne épais, et il est passé à autre chose.

J’appelle Trump « The Golden Golem of Greatness », (« Le Golem d’or de la grandeur »), pour une raison (plusieurs en fait) mais surtout pour son comportement apparemment implacable. Il est exactement comme cette figure folklorique des brumes de l’au-delà du Pale of Settlement, un morceau animé d’argile impassible communiquant avec les esprits des morts, bredouillant aveuglément au sujet de la terre, faisant peur aux petits enfants et transformant le sang des paysans en eau glacée. On pourrait même dire qu’il a été invoqué par les diacres du wokesterisme qui tremblent maintenant à chacun de ses pas, dans le fracas du tonnerre.

Oncle Joe Biden est sûrement l’antidote à tout cela. Il a servi quatre ans sous les ordres du diacre en chef de Wokester, Obama, et a gaiement enduré sa castration rituelle, le rendant inoffensif pour tous ceux qui doivent y croire, et pour les autres sous-catégories de ceux qui sont lésés et oppressés. À 76 ans, il est bien plus âgé que n’importe qui (quelqu’un de sérieux, c’est-à-dire) qui s’est déjà présenté aux élections présidentielles, peut-être même à la limite de la faiblesse, et c’est un autre avantage : il ne pourrait pas blesser une mouche. Du moins, pas ici, aux États-Unis. Il n’a pas l’intention, semble-t-il, d’essayer de rendre l’Amérique grande à nouveau – mais il a toujours un appétit vif pour l’aventure internationale qui pourrait profiter à l’industrie de guerre américaine et à ses serviteurs sur K Street et à Capitol Hill.

Et, bien sûr, l’oncle Joe passe par ces soins palliatifs pour apporter la tranquillité à la ruée démocrate, son sourire réparé, ses dents brillantes, ses cheveux parfaits, ses serrages de mains frénétiques, alors que de plus en plus d’informations émergent sur l’effronterie spectaculaire de son argent sale international gagné comme vice-président. Il a fait quoi en Ukraine en 2014. Et le fils d’oncle Joe, Hunter, est parti avec combien de millions de dollars après avoir été nommé au conseil d’administration de la compagnie gazière ukrainienne Burisma Holdings ? L’oncle Joe s’est même vanté devant le Council on Foreign Relations d’avoir intimidé le président ukrainien Petro Porochenko pour qu’il renvoie leur équivalent du procureur général, qui était sur le point d’examiner cette affaire louche sur Burisma. Et puis il y a eu l’aubaine encore plus importante après que l’oncle Joe a fait appel à la Chine et que la société obscure de Hunter, Rosemont Seneca, a obtenu une opération de capital-investissement (quoi que cela signifie) d’une société tout aussi obscure qui sert de couverture au gouvernement chinois.

Tout cela signifie que la carrière d’oncle Joe Biden en tant que tranquillisant démocrate peut avoir à peu près la demi-vie de ce comprimé de Xanax. Les quatre piliers des médias traditionnels – The New York Times, The WashPo, CNN et NBC – ne veulent pas toucher à ces histoires, mais elles existent déjà, et personne ne peut les remettre sous le tapis, pas même les censeurs puissants de Twitter et Facebook.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF