Le Saker s’entretient avec Jorge Valero, ambassadeur du Venezuela à l’ONU


Par The Saker – Le 19 février 2019 – Source thesaker.is via Unz Review

2015-09-15_13h17_31-150x112Le Saker :  Ma première question vous concerne personnellement. Il y a une entrée Wikipedia sous votre nom mais puisque Wikipedia est, au mieux, une sorte de source aléatoire, que pouvez-vous dire à nos lecteurs de vous-même ? Que doivent-ils savoir avant de passer à la question de la situation actuelle au Venezuela ?

Résultat de recherche d'images pour "Jorge Valero"

Ambassadeur Valero : Je suis né à Valera, dans l’État de Trujillo, au Venezuela, le 8 novembre 1946. Je suis diplômé de l’Université de Los Andes (ULA, pour son acronyme en espagnol) en tant qu’historien. J’ai fait mes études supérieures à l’University College London, en études latino-américaines. Je suis un expert en archives diplomatiques. J’étais professeur de premier cycle à l’Université de Los Andes et professeur diplômé à l’Université centrale du Venezuela (UCV, pour son acronyme en espagnol). J’ai été élu membre du Congrès à l’Assemblée législative de l’État de Trujillo, puis membre du Congrès au Congrès national. J’étais l’ambassadeur du Venezuela en République de Corée. Quand le président Chávez a été élu en 1998 ; il m’a nommé sous-ministre des Affaires étrangères. J’ai présidé la commission présidentielle nommée par le président Chávez, chargée d’organiser le deuxième sommet de l’OPEP à Caracas en septembre 2000. J’ai été ambassadeur –  représentant permanent du Venezuela auprès de l’OEA ; l’ONU – à New York et actuellement à l’ONUG. J’ai produit une œuvre littéraire dans différents genres. Plus de vingt essais ; poésie ; diplomatie et analyse socio-politique. Des dizaines de conférences nationales et internationales.

Le Saker : Hugo Chavez a notamment cherché à mettre en place un certain nombre de cadres et d’accords multilatéraux tels que l’ALBA, le CELAC, l’UNASUR et des projets tels que le SUCRE, le Petrocaribe, le TeleSUR ou le PetroSUR. Dans quelle mesure ces cadres et projets ont-ils été efficaces pour soutenir la lutte du Venezuela contre l’impérialisme américain ? Pensez-vous que ces entités jouent un rôle utile ou non ?

Ambassadeur Valero : Hugo Chávez était un modèle de l’intégration de l’Amérique latine et des Caraïbes. À cet égard, il a joué un rôle clé dans la création de ALBA, UNASUR, CELAC, PETROCARIBE et TELESUR. Chávez a revendiqué l’idéologie intégrationniste de notre libérateur, Simón Bolívar, qui avait prôné la création de « La Patria Grande, Nuestroamericana », afin de défendre les intérêts de nos peuples et de faire face à toute menace étrangère en brandissant les drapeaux de l’unité, de la paix, de la souveraineté et de l’autodétermination des peuples. PETROCARIBE est une initiative solidaire en faveur des pays en développement, notamment des pays de notre environnement caribéen bénéficiant d’une facture pétrolière réduite et de longs délais de paiement. Chávez a également été un modèle pour la promotion d’un monde multipolaire, où les relations entre nations sont fondées sur l’égalité souveraine des États, surmontant ainsi l’unilatéralisme en déclin de l’empire nord-américain. C’est ainsi que la fureur de l’Empire s’est déchaînée contre la révolution bolivarienne : coups d’État, sabotage de l’industrie pétrolière, promotion de la violence et du terrorisme contre le peuple vénézuélien. Désormais, le coup d’État permanent promu par le gouvernement suprématiste, raciste, xénophobe et belliqueux de Donald Trump, qui vise à imposer une marionnette au pouvoir et menace notre patrie d’une invasion militaire, font partie du contexte décrit ci-dessus.

Hugo Chávez a plaidé pour le renouvellement du multilatéralisme sous un autre type. Respect des principes fondateurs du droit international et de la Charte des Nations Unies. Le multilatéralisme est perturbé par le gouvernement Trump, qui a ignoré les accords universels sur le changement climatique, s’est retiré de l’UNESCO et du Conseil des droits de l’homme ; a ignoré l’accord sur l’utilisation pacifique de l’énergie atomique avec l’Iran, signé par les États-Unis, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Chine et l’Union européenne ; révisé la voie tracée pour normaliser les relations bilatérales avec Cuba ; déclenché une guerre commerciale contre la Chine et menacé la Fédération de Russie d’une guerre atomique dans son différend sur le contrôle de l’espace extra-atmosphérique. Face à ces politiques irresponsables et agressives qui menacent l’existence humaine, il est nécessaire de brandir encore plus haut l’étendard du multilatéralisme.

The Saker : L’Empire a créé le soi-disant « groupe de Lima », qui est une combine typique pour contourner l’ONU ou les organisations régionales légitimes. C’est exactement ce que les États-Unis ont fait avec les soi-disant « amis de la Syrie » et l’objectif est le même : renverser un gouvernement légitime élu démocratiquement et le remplacer par un régime fantoche fictif. Pourtant, des pays comme l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, le Guatemala, le Honduras, le Panama, le Paraguay et le Pérou ont tous accepté de participer à cette farce anti-vénézuélienne. Comment expliquez-vous une telle trahison de la part d’un si grand nombre de ces pays d’Amérique latine ? Leur accord pour trahir le Venezuela et servir les intérêts de l’Empire ne prouve-t-il pas que ces États n’ont pas de réelle souveraineté ni de politique étrangère et qu’ils sont tous de facto des colonies américaines ?

Ambassadeur Valero : Certainement, l’auto-proclamé « groupe de Lima » est un cartel composé de gouvernements satellites du gouvernement impérial visant à briser l’unité de l’Amérique latine et des Caraïbes, faute d’avoir pu utiliser l’OEA, qui est le ministère des Colonies, pour isoler le Venezuela au sein de cette organisation. L’empire et ses sbires ne pouvaient pas approuver l’article 20 de la Charte démocratique inter-américaine du Conseil permanent de l’OEA et avaient eu recours au Conseil de sécurité des Nations Unies, où ils avaient également échoué. La création de gouvernements fantoches par les États-Unis n’est pas nouvelle. C’est ce qui s’est passé en Irak, en Iran, en Libye et en Syrie. Les marionnettes imposées dans les pays où elles étaient soutenues par des groupes terroristes armés, y compris des armées de mercenaires entraînées et financées par l’étranger.

Néanmoins, au Venezuela, la marionnette n’a aucun soutien du peuple ni de l’armée, car dans notre pays, il existe une alliance cohérente et patriotique entre civils et militaires, qui garantit et garantira quel que soit le résultat, la défense de la juridiction souveraine et sacrée de la patrie de Simon Bolivar. Les gouvernements satellites américains contre le Venezuela sont une minorité même en Amérique latine et dans les Caraïbes. Sur les 193 pays membres des Nations Unies, seuls 34 soutiennent la marionnette, ce qui représente 17,6%. Par exemple, un seul pays sur 54 en Afrique, un en Océanie sur 15, un au Moyen-Orient sur 16, 15 pays en Europe sur 50 et enfin 16 pays en Amérique latine et dans les Caraïbes où il y en a 35. Vous avez raison, les pays satellites qui suivent les ordres de l’Empire n’ont pas de politique étrangère autonome et souveraine. Certains de ces gouvernements, en particulier d’Amérique latine, sont présidés par des personnes ayant des antécédents criminels : trafic de drogue, corruption, génocide, para-militarisme, crimes sexuels. Certains sont le résultat d’un coup d’État.

The Saker :  Une autre initiative intéressante a été la création du Petro, une crypto-monnaie. Maintenant que l’inflation rend le Bolivar presque inutile, quelle est selon vous l’efficacité de cette monnaie alternative pour d’abord contourner les sanctions américaines et le sabotage et ensuite servir de monnaie alternative pour aider l’économie vénézuélienne à se remettre de la crise actuelle ?

Ambassadeur Valero : La crypto-monnaie Petro a été créée pour nous libérer de la tyrannie du dollar américain sur le marché financier international. Par conséquent, le gouvernement de Trump a mis en place des mesures draconiennes pour bloquer la circulation de cette crypto-monnaie. Incidemment, la guerre économique et les mesures coercitives unilatérales entraînent une inflation galopante, des migrations et une relocalisation des personnes à l’étranger. Nous sommes bloqués pour accéder aux marchés des capitaux. Ils volent les biens de l’État vénézuélien aux États-Unis. Ils séquestrent les comptes bancaires de l’État vénézuélien dans ce pays. Les mesures coercitives unilatérales et les sanctions provoquent des morts et des souffrances, comme l’a expliqué l’ancien expert indépendant des Nations Unies, Alfred de Zayas. Les mesures prises à l’encontre du droit international et de la Charte des Nations Unies privent le peuple vénézuélien de ses droits fondamentaux. Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les mesures coercitives unilatérales, Idriss Jazairy, l’a reconnu.

The Saker : La Russie et la Chine ont travaillé sur une alternative à SWIFT. Est-ce quelque chose que le gouvernement vénézuélien étudie également ?

Ambassadeur Valero : Des experts de Chine et de Russie fournissent des conseils à l’État vénézuélien afin de surmonter avec succès le blocage financier et les sanctions pénales imposés au gouvernement Trump.

The Saker : Que pouvez-vous nous dire sur l’état actuel de l’industrie pétrochimique vénézuélienne ? Maintenant que les États-Unis ont volé 7 milliards de dollars appartenant à PDVSA, comment PDVSA peut-il continuer à fonctionner après avoir été délesté d’une si grosse somme d’argent ? À quels niveaux le Venezuela produit-il et raffine-t-il actuellement du pétrole ?

Ambassadeur Valero : Les dégâts causés à l’économie vénézuélienne dépassent les 35 milliards de dollars en blocus des avoirs et des comptes. Ils tentent de voler aux Vénézuéliens la société CITGO, établie à Dallas (Texas), qui distribue du carburant à des milliers de stations-service sur la côte est des États-Unis. Le gouvernement bolivarien engagera toutes les actions juridiques nécessaires pour éviter que le gouvernement Trump ne vole le patrimoine national. PDVSA, notre compagnie pétrolière nationale, est entièrement opérationnelle pour garantir la production, la distribution et la commercialisation de notre pétrole brut. Nous avons trouvé de nouveaux partenaires sur le marché mondial des hydrocarbures, principalement la Chine, la Russie, l’Inde et la Turquie.

Le Saker : Depuis la tentative de coup d’État de Guaido, appuyée par les États-Unis, il y a eu remarquablement peu de violence dans les rues du Venezuela, et tout indique que Guaido n’a pas le soutien de la majorité de la population. Pourtant, il bénéficie de suffisamment de soutien dans certains secteurs de la société vénézuélienne – le genre de types qui vont protester contre Nicolas Maduro tout en brandissant des drapeaux américains. Comment le gouvernement a-t-il réussi à empêcher cette minorité de faire au Venezuela ce qui a été fait en Libye et en Syrie : inciter à la violence brute pour justifier une intervention « humanitaire » étrangère ? À Kiev, des tireurs embusqués ont ouvert le feu sur les forces de sécurité et les manifestants – ce qui est également arrivé à Caracas en 2002 – et je m’attendais à ce que cela se reproduise, mais cela n’a pas été le cas – du moins jusqu’à présent. Comment pouvez-vous expliquer ça ?

Ambassadeur Valero : Depuis que l’Assemblée nationale constituante a été élue, la paix règne dans la république.

La marionnette que les États-Unis veulent imposer n’a pas le soutien du peuple ni de l’armée pour perturber la paix publique. En général, au Venezuela, il y a la paix et la tranquillité. Le peuple vénézuélien aime la paix. La paix est un élément essentiel de la politique de l’État. Néanmoins, des groupes terroristes et violents financés par l’étranger, en particulier les États-Unis et la Colombie, agissent dans des quartiers populaires de certaines villes du pays. Le gouvernement de Trump, le marionnettiste et la marionnette, tentent de perturber la paix publique. Ils appellent à détruire l’État de droit démocratique et la justice au Venezuela. Ils refusent de dialoguer et favorisent l’intolérance et la violence. La marionnette demande au marionnettiste d’envoyer des troupes américaines pour envahir notre patrie. Des appels stériles puisque notre peuple continue de défendre activement la démocratie participative, ainsi que les institutions démocratiques.

Le gouvernement Trump tente de reproduire le format utilisé par l’Empire en Syrie et en Libye : un gouvernement parallèle de transition, en préparant des mercenaires des pays voisins à l’invasion du territoire national. Ils visaient à utiliser l’OEA et le Conseil des droits de l’homme. N’oubliez pas que la Libye a été exclue du Conseil des droits de l’homme par le biais d’une résolution, qui a ensuite été confirmée par l’Assemblée générale des Nations unies immédiatement après l’approbation d’une résolution par le Conseil de sécurité, qui approuvait la création d’une zone d’exclusion aérienne. Ce qui a suivi est bien connu : des missiles contre la Libye qui ont causé des milliers de morts et des destructions dans les infrastructures civiles et militaires. Le gouvernement de Trump veut mettre en œuvre la même stratégie contre le Venezuela. Il a appelé le Conseil de sécurité à valider son objectif d’invasion militaire au Venezuela. Heureusement, tant pour la paix mondiale que régionale, les gouvernements de Russie et de Chine ont déclaré qu’ils utiliseraient leur droit de veto pour bloquer un tel objectif criminel.

La paix dans notre région est cruciale. La CELAC a proclamé l’Amérique latine et les Caraïbes zone de paix. Une invasion militaire du gouvernement Trump au Venezuela aura des conséquences continentales et mondiales. Le président Nicolás Maduro a affirmé qu’une invasion des Yankees créerait un nouveau Vietnam.

Le Saker : Le Venezuela se sent-il suffisamment soutenu aux Nations Unies en général et au CSNU par la Russie et la Chine ou pensez-vous que le Venezuela a besoin de plus d’aide de ces pays ?

Ambassadeur Valero : La Russie et la Chine sont les alliés stratégiques du Venezuela. Avec ces deux puissances militaires commerciales et technologiques, nous avons des accords de coopération dans de nombreux domaines. De même, le Venezuela bénéficie d’un appui et d’un soutien solidaire abondants de la plupart des pays du monde.

Le 26 janvier 2019, le gouvernement Trump a décidé de condamner le Venezuela au Conseil de sécurité. Ils sont repartis la queue entre les jambes, aucune résolution n’ayant été approuvée contre notre pays. La plupart des membres permanents et non permanents de ce Conseil ont rejeté l’objectif interventionniste et ont au contraire approuvé la promotion du dialogue entre les Vénézuéliens. Nous sommes en mesure de surmonter par nous-même nos défis. Le dialogue entre le gouvernement et l’opposition, sans conditions préalables, est la voie à suivre. Désormais, notre gouvernement a soutenu avec enthousiasme le « mécanisme de Montevideo » proposé par les gouvernements du Mexique, de l’Uruguay, de la Bolivie et des pays membres de la CARICOM.

Le Saker : Il est assez évident que M. Guaido a commis un certain nombre de violations de la loi vénézuélienne, allant de l’organisation d’une manifestation illégale à une tentative de coup d’État anticonstitutionnel. Dans une situation normale, cet homme devrait être inculpé et poursuivi en justice pour ses crimes – y compris, à mon avis, pour subversion et trahison. Pourtant, les États-Unis ont menacé de faire la guerre au Venezuela – « conséquences graves » – si Guaido était arrêté, ce qui constitue en soi une violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations Unies. À votre avis, que peut faire le gouvernement vénézuélien pour faire ce que tout autre gouvernement ferait : rétablir la loi dans l’ordre sans risquer de fournir un prétexte à une invasion américaine ?

Ambassadeur Valero : La marionnette a continuellement violé la Constitution bolivarienne. De même, elle a ignoré les principes fondamentaux du droit international et de la Charte des Nations Unies. L’État vénézuélien est composé de cinq pouvoirs. Si quelque chose a caractérisé le gouvernement bolivarien c’est la défense active de l’indépendance de chacun de ces pouvoirs. Ce sont l’Assemblée nationale constituante et le ministère public qui prendront les décisions nécessaires. Et vous avez raison : ce sont des crimes de subversion et de trahison. Briser la légalité démocratique et usurper à tort des fonctions ne devrait pas être toléré.

Les appels permanents de la marionnette à la violence et à la déstabilisation, son auto-proclamation dans une rue de Caracas et son appel à une intervention militaire étrangère le place en violation du droit national et international, faisant de lui un criminel qui devrait être puni avec force par les lois vénézuéliennes.

Le Saker : En parlant d’une possible invasion américaine, croyez-vous qu’il s’agit là d’une simple menace vide de Donald Trump ou pensez-vous qu’il existe en réalité un risque d’agression militaire américaine manifeste contre votre pays ? Qu’en est-il de l’agression secrète déjà en cours ? Que pouvez-vous nous dire sur les opérations secrètes menées par les États-Unis et la Colombie – certains disent Israël [notamment des Drones, NdSF] – contre le Venezuela ?

Ambassadeur Valero : Les menaces de Donald Trump ne sont pas vides. L’agression bat son plein. Trump est le porte-parole de la guerre et de l’intervention étrangère. Ses menaces font partie des objectifs de recolonisation de l’Empire. Le gouvernement de la nation de l’Oncle Sam, ses alliés et ses laquais imposent une politique néolibérale aux peuples du monde entier. Trump a épousseté la doctrine de Monroe et le corollaire de Roosevelt. Il recrute et entraîne des mercenaires dans ses bases militaires en Colombie, prépare son arsenal pour faire la guerre au Venezuela. C’est pourquoi nous devrions fermer les yeux sur les provocations. Les gouvernements des États-Unis et de la Colombie sont des experts en création de faux drapeaux.

Nous insistons : la menace d’une incursion militaire de l’empire est une possibilité qui ne devrait pas être exclue. Notre peuple et nos Forces armées nationales bolivariennes (FANB, pour son acronyme en espagnol) sont prêts à réagir avec héroïsme et détermination face à un tel événement. Le patriotisme a resurgi comme jamais auparavant dans l’histoire. Nous sommes prêts à garantir notre indépendance définitive.

Le Venezuela est devenu un sujet de discussion dans le monde entier. Notre richesse naturelle, notre position géographique dans l’hémisphère américain, notre principe politique de construction d’un modèle de société où règne la justice sociale, nos relations de solidarité et de coopération avec les autres pays du monde, notre ferme décision d’être un pays libre et souverain, émancipé de toute sorte de domination, font de nous, comme on dit, le joyau de la couronne.

Le Saker : Il est assez clair que les Israéliens n’ont jamais pardonné à Hugo Chavez d’avoir défendu les droits des Palestiniens et d’avoir dénoncé ouvertement la politique israélienne. À votre connaissance, les Israéliens sont-ils actuellement impliqués dans des activités anti-vénézuéliennes, notamment du sabotage économique, de la subversion politique, des opérations secrètes, etc. ? Quelle est la pertinence d’Israël dans ce qui se passe aujourd’hui ?

Ambassadeur Valero : Le gouvernement israélien n’a rien à nous pardonner. Notre condition de pays souverain nous accorde le droit de décider de nos relations avec les autres pays du monde. La défense de la cause palestinienne est au centre de notre politique étrangère. Nous dénonçons en public le génocide israélien contre le peuple palestinien, nous demandons la cessation de l’occupation de la bande de Gaza, afin de mettre fin à la politique d’extermination d’Israël contre la Palestine et les territoires arabes occupés. Nous reconnaissons la Palestine comme un pays libre et souverain avec lequel nous entretenons de solides liens de coopération. Là réside la haine d’Israël contre la révolution bolivarienne. Ce n’est pas une nouvelle que ce gouvernement participe aux plans interventionnistes contre notre pays. Le gouvernement israélien parie sur le renversement du président Nicolás Maduro par le gouvernement de Donald Trump. Il a reconnu sa marionnette.

Le Saker : Enfin, que pensez-vous de ce qui va se passer dans l’avenir à court et à moyen terme ? Croyez-vous que le coup d’État de Guiado a déjà échoué ou croyez-vous qu’il ne s’agissait que d’un revers temporaire pour l’Empire et que nous verrons maintenant de nouvelles tentatives pour écraser la révolution bolivarienne au Venezuela et dans le reste de l’Amérique latine ?

Ambassadeur Valero : L’union civilo-militaire est en train de vaincre catégoriquement le coup d’État. Néanmoins, l’Empire ne renoncera pas à ses prétentions déstabilisantes et aux coups de force contre la révolution bolivarienne. Comme il a été démontré, notre peuple est inspiré par l’héritage de nos libérateurs et du commandant suprême Hugo Chávez Frías. Et à l’avant-garde de la lutte pour notre souveraineté et notre autodétermination, le président Nicolás Maduro. Le Chavismo est le nouveau visage du Venezuela.

Le peuple vénézuélien résistera avec héroïsme et esprit patriotique au siège constant du gouvernement Trump. La Révolution bolivarienne a conçu un nouveau projet national visant à obtenir le bonheur, l’égalité, l’équité, la liberté et la fraternité pour tous les Vénézuéliens. Ce sont des principes inhérents à notre démocratie et au socialisme vénézuélien.

Le peuple vénézuélien a résisté avec dignité et stoïcisme aux terribles conditions auxquelles il a été soumis en raison des prétentions impériales à empêcher l’avancement de notre processus révolutionnaire. Aucune puissance étrangère avec son pion domestique ne pourra mettre fin à la marche triomphale de la révolution bolivarienne.

Le Saker : Votre Excellence, merci de m’avoir accordé cette interview !

Traduit par jj, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF