La tactique de Biden contre la Russie et la Chine consiste à menacer d’une guerre ET à demander de coopérer. Elle échouera.


Moon of Alabama – Le 17 avril 2021

La politique de l’administration Biden vis-à-vis de la Russie et de la Chine est délirante. Elle pense pouvoir faire pression sur ces pays tout en réussissant à leur demander de coopérer. Elle surestime la position des États-Unis et présuppose donc que la Chine et la Russie sont beaucoup plus faibles qu’elles ne le sont en réalité.

Sa politique est également pleine de projection. Les États-Unis accusent les deux pays de vouloir créer un empire, de vouloir annexer davantage de terres et de violer les droits de l’homme. Mais les États-Unis sont les seuls à avoir des aspirations d’expansion. Ni la Chine ni la Russie ne sont intéressées par la gestion d’un empire. Elles n’ont aucun intérêt à implanter des bases militaires dans le monde entier. Bien que toutes deux aient des conflits frontaliers marginaux, elles ne veulent pas acquérir davantage de terres. Et tandis que les États-Unis critiquent ces deux pays pour de prétendus problèmes de droits de l’homme, ils affament des populations entières (Yémen, Syrie, Venezuela) par la violence et les sanctions économiques.

Les structures de pouvoir américaines du Pentagone et de la CIA utilisent des accusations mensongères contre la Russie et la Chine comme prétexte à des guerres militaires froides et économiques chaudes contre ces deux pays. Ils utilisent des techniques de révolution de couleur (Ukraine, Myanmar) pour créer des forces par procuration contrôlées par les États-Unis près de leurs frontières.

En même temps qu’ils essaient de faire pression sur ces pays, les États-Unis cherchent à obtenir leur coopération dans certains domaines. Ils croient, à tort, que cela aura un pouvoir magique.

Considérez cet échange tiré du point de presse de la Maison Blanche d’hier, à propos de Biden qui demande un sommet avec Poutine tout en appliquant, dans le même temps, davantage de sanctions contre la Russie :

Q. Et si [Poutine] dit "non", alors ? Cela n'indiquerait-il pas une certaine faiblesse de la part de l'administration américaine ?

MME. PSAKI : Eh bien, je pense que le Président considère que la Russie est en dehors de la communauté mondiale à bien des égards, à l'heure actuelle. C'est le G7, pas le G8. Ils ont - évidemment, nous avons mis en place des sanctions afin d'envoyer un message clair qu'il devrait y avoir des conséquences pour les actions ; les Européens ont également fait cela.
Ce que le président propose, c'est un retour en arrière. Et donc, certainement, il croit qu'il est dans leur intérêt d'accepter cette offre.

Le G7 n’est pas la « communauté mondiale ». Ils comptent au total quelque 500 millions d’habitants sur une population mondiale forte de 7,9 milliards. Ni la Chine ni l’Inde ne sont membres du G7, pas plus que les pays d’Amérique du Sud ou d’Afrique. De plus, la Russie a rejeté un retour de la Russie dans le format G7/8 :

"La Russie se concentre sur d'autres formats, en dehors du G7", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, dans une brève déclaration.

La Russie n’a aucun intérêt pour un sommet qui ne serait utilisé par les États-Unis que pour dénigrer davantage la Russie. Pourquoi donnerait-elle ce plaisir à Biden alors que la Russie n’y gagnerait rien. La Russie n’a pas besoin d’un « retour en arrière ». Il n’y aura pas de sommet.

Biden a également appelé à la tenue d’un sommet sur le climat au cours duquel il espère montrer le « leadership américain » et dicter aux autres pays, notamment à la Chine, dans quelle mesure ils devront réduire leur production de gaz à effet de serre :

L'administration Biden est sur le point de conclure des accords avec le Japon, la Corée du Sud et le Canada afin de renforcer les objectifs de réduction des émissions de carbone dans les quatre pays, en prévision d'un sommet des dirigeants mondiaux très surveillé qui aura lieu le 22 avril, Journée de la Terre.

Mais, dernier signe en date de la difficulté qu'aura le président Biden à faire du changement climatique un élément central de sa politique étrangère, des accords similaires avec la Chine, l'Inde et le Brésil, des puissances économiques qui produisent ensemble plus d'un tiers des émissions mondiales, restent incertains.

John Kerry, l'envoyé de M. Biden pour le climat mondial, se prépare à faire un voyage de dernière minute en Chine et en Corée du Sud avant le sommet, dont M. Biden sera l'hôte.

La Chine n’est toutefois pas d’accord avec le « leadership » des États-Unis :

La Chine a démontré son ambition dans la gouvernance mondiale du climat, et a également envoyé un signal aux États-Unis que les négociations sur le climat entre les deux pays se tiendront sur un pied d'égalité, et que la Chine n'est pas et ne sera pas l'"accompagnateur" de la campagne climatique centrée sur les États-Unis, ont commenté mercredi des observateurs chinois. ...
Les observateurs chinois ont qualifié la démarche de Washington de "tentative de former un cercle de coopération climatique centré sur les États-Unis" afin de renforcer son leadership sur les questions mondiales. 

Cependant, la Chine assume désormais la responsabilité de la gouvernance mondiale du climat, car les fréquents départs et retours des États-Unis dans la coopération mondiale sur cette question ont entaché cette coopération mondiale et diminué les efforts des autres pays, a déclaré Li.

Kerry est actuellement en Chine, où il espérait tenir des réunions de haut niveau. Mais le président chinois Xi lui a réservé un accueil froid. La veille de l’arrivée de Kerry, Xi a tenu son propre sommet sur le climat avec la chancelière allemande Merkel et le président français Macron. Ce sommet a fait la une des médias chinois, tandis que le passage de Kerry fut à peine mentionné :

Agrandir
Le président chinois Xi Jinping a participé vendredi à un sommet vidéo avec le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel à Pékin.

Les dirigeants des trois pays ont échangé des vues approfondies sur la coopération pour faire face au changement climatique, les relations Chine-Europe, la coopération anti-pandémie et les grandes questions internationales et régionales. ...
Les trois dirigeants ont convenu qu'il était nécessaire de défendre le multilatéralisme, de mettre pleinement en œuvre l'Accord de Paris et de construire conjointement un système de gouvernance climatique mondial équitable, raisonnable, coopératif sur le mode gagnant-gagnant, et de promouvoir ce sommet pour obtenir des résultats positifs, équilibrés et pragmatiques.

En revanche, Kerry n’a rencontré qu’un envoyé chinois pour le climat et a eu une réunion virtuelle avec le vice-Premier ministre Han Zheng. Aucun nouvel engagement n’a été pris à son égard.

Les exhortions de Biden et Kerry sur les questions climatiques sont également extraordinairement hypocrites alors que les États-Unis attaquent actuellement l’industrie solaire chinoise au Xinjiang avec des allégations d’abus de main-d’œuvre sans fondement.

Si Biden souhaite coopérer avec la Russie ou la Chine, il doit mettre un frein aux va-t-en-guerres et cesser ses attaques contre ces pays. Comme il y est peu disposé, ou pas capable de le faire, toute nouvelle tentative de coopération tombera à plat.

Les États-Unis doivent réaliser qu’ils ne sont plus les maîtres du jeu. Ils ne peuvent pas s’attaquer sans relâche à la sécurité militaire et économique de la Russie et de la Chine et s’attendre à ce qu’elles coopèrent. S’ils veulent arriver à quelque chose, ils devront d’abord cesser leurs attaques et accepter des relations multilatérales.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF