La majorité des citoyens étatsuniens approuveraient une attaque nucléaire préventive contre la Corée du Nord


Par Moon of Alabama − Le 25 juin 2019

2015-05-21_11h17_05C’est aujourd’hui le 69e anniversaire de la guerre de Corée. La guerre n’est pas terminée. Ce sont les États-Unis qui refusent de signer un traité de paix. La poursuite de l’état de guerre est la raison pour laquelle la Corée du Nord a acquis des armes nucléaires et les moyens de les lancer.

Pour que la Corée du Nord redevienne un État non nucléaire, il faut mettre fin à la guerre, conclure un traité de paix et garantir sa sécurité.

Mais peut-on compter sur les États-Unis même lorsqu’un traité de paix est signé ? Ou sont-ils intrinsèquement trop belliqueux pour qu’on puisse leur faire confiance ?

Lorsque le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un lira ce rapport, il en conclura probablement qu’il faut répondre par l’affirmative à cette dernière question :

Plus d'un tiers des Américains soutiendraient une frappe nucléaire préventive contre la Corée du Nord si ce pays testait un missile à longue portée capable d'atteindre les États-Unis, selon de nouvelles recherches, même si cette frappe préventive pourrait tuer un million de civils.

L'enquête, menée auprès de 3 000 Américains par le Bulletin of the Atomic Scientists et la société de recherche britannique YouGov, demandait aux gens d'envisager un scénario dans lequel la Corée du Nord aurait testé un missile à longue portée et que le gouvernement des États-Unis se demanderait comment y réagir.

La question de l’enquête est un peu bizarre car la Corée du Nord a déjà testé un « missile à longue portée capable d’atteindre les États-Unis« .

Heureusement, tous les Américains ne sont pas des brutes :

La plupart d'entre eux ne voudraient pas que leur gouvernement lance une attaque préventive, mais une large minorité serait d’accord pour une telle attaque, que ce soit par des armes conventionnelles ou nucléaires.

"Pour beaucoup de ces faucons, soutenir une attaque, même préventive, ne diminue pas de manière significative lorsque le scénario raconte que les États-Unis utiliseraient des armes nucléaires qui pourraient tuer un million de civils nord-coréens", selon le rapport.

"Comme nous l'avons déjà constaté, le public américain n'a qu'une aversion limitée pour l'utilisation des armes nucléaires et une volonté choquante d'appuyer le meurtre de civils ennemis."

L’utilisation d’une arme nucléaire contre la Corée du Nord bénéficierait d’un soutien encore plus important après qu’elle se soit produite :

On leur a également demandé s'ils "approuveraient" une telle frappe, ordonnée par le président.

Les gens se "rallieraient au drapeau", selon l'enquête : alors que 33 % du public préféreraient une frappe nucléaire qui tuerait 15 000 civils nord-coréens, 50 % ont déclaré qu'ils l’approuveraient si elle avait lieu.

Il n’est pas étonnant que beaucoup de ces personnes se disent « conservatrices » :

Les républicains ont exprimé un plus grand soutien pour des frappes militaires que les démocrates, et les partisans de Trump ont exprimé un soutien encore plus fort : une majorité d'entre eux ont préféré une frappe militaire dans cinq des six scénarios décrits dans l'enquête.

Parmi les partisans de la peine de mort, le soutien à une frappe nucléaire est passé de 38 % à 49 % lorsque le nombre de victimes nord-coréennes attendues est passé de 15 000 à 1,1 million ; un répondant a expliqué que "c'est notre meilleure chance d'éliminer les Nord-Coréens".

Il faudrait une bombe nucléaire équivalente à 1 mégatonne de TNT pour provoquer un million de morts à Pyongyang. La ville serait totalement détruite.


Estimation via Nukemap Agrandir

Plus de vingt-cinq millions de personnes vivent en Corée du Nord. Les citoyens américains qui ont été interrogés et qui sont prêts à les frapper semblent croire que les survivants nord-coréens d’une attaque préventive ne pourraient pas ou ne voudraient pas riposter.

Bien sûr, qu’ils le pourraient et qu’ils le feraient. La défense antimissile balistique américaine ne fonctionne pas. Elle n’empêcherait pas un missile nord-coréen de viser Seattle, Washington DC ou toute autre ville.

Avec un Donald Trump profondément perturbé assis à la Maison-Blanche, que ses partisans soutiendraient s’il utilisait des armes nucléaires, Kim Jong Un en conclura bien sûr que la Corée du Nord devra garder sa capacité dissuasive. Les autres pays réfléchiront à construire la leur.

Une discussion détaillée sur l’enquête et ses résultats est disponible ici.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF