Danse des canards dans le navire amiral des médias système


Le complot entre l’Ukraine et la CIA visant à inciter le Belarus à s’opposer à la Russie est dévoilé. Donc, l’article du « New York Times » tente de le dissimuler.


Par Moon of Alabama – Le 21 septembre 2020

Hier, nous dénoncions les articles faux et trompeurs sur le vaccin russe contre la Covid-19 publiés par le New York Times. Aujourd’hui, un autre article du New York Times, rédigé par Ivan Nechepurenko, qui a également un bureau à Moscou, s’avère de qualité tout aussi médiocre « En Biélorussie, les mercenaires russes sont passés du statut de saboteurs à celui d’amis. »

Le président Alexandre G. Loukachenko a accusé la Russie d'avoir envoyé un groupe de mercenaires pour perturber sa réélection. A cause des manifestations massives ayant touché le pays après le vote, il a brusquement changé de ton.

Les lecteurs assidus de Moon of Alabama se souviendront de l’histoire. Le 7 août, nous avions expliqué comment le service de renseignement ukrainien, le SBU, sous couvert d’une société de sécurité privée, a engagé d’anciens soldats russes et ukrainiens pour de prétendus boulots au Venezuela. Tous les hommes engagés avaient auparavant combattu du « côté russe » dans la guerre civile ukrainienne, dans la région du Donbass. On leur a dit de se rendre à Minsk, la capitale de la Biélorussie, d’où ils étaient censés être ensuite transportés par avion au Venezuela pour garder des installations pétrolières.

Le SBU ukrainien a ensuite informé le service de sécurité biélorusse, le KGB, que des mercenaires russes, ceux-là même qui attendaient dans un hôtel près de Minsk, étaient en Biélorussie pour renverser son président, Loukachenko. Les hommes ont été arrêtés et Loukachenko a fait publiquement toute une histoire au sujet du prétendu coup d’État russe contre lui. L’Ukraine a alors demandé l’extradition des mercenaires russes. Elle avait l’intention de les inculper pour leur implication dans la guerre du Donbass.

Mais quelques jours seulement après l’arrestation des hommes, le plan a tourné au vinaigre. Les médias russes ont prouvé, sans l’ombre d’un doute, que les hommes avaient été trompés avant d’être envoyés en Biélorussie et qu’ils n’avaient aucun plan pour renverser Loukachenko. Le président biélorusse s’est excusé et les hommes ont été renvoyés en Russie. Comme l’a résumé le journal russe kp.ru (traduction automatique) :

On peut affirmer que les services spéciaux ukrainiens ont réussi à créer un faux projet, dans lequel ils ont impliqué 180 citoyens russes, tout en incluant dans le premier groupe des vétérans de la guerre du Donbass. En même temps, il est tout à fait possible d'admettre que toute cette fascinante et instructive histoire a été expliquée au côté biélorusse sous une forme très tronquée - sans détails sur les billets d'avion.

Tout au long de cette opération, le SBU semble avoir voulu faire d'une pierre plusieurs coups - l'omniprésent, cauchemardesque et terrible PMC Wagner [société de mercenaires] était censé ricocher sur Rosneft - l'une des plus grandes compagnies russes, mais le coup principal, sans aucun doute, visait les relations russo-biélorusses. Sans parler de l'éventuelle extradition de citoyens russes vers l'Ukraine, dont Kiev serait incroyablement heureuse - une belle occasion de venger ses marins, que Porochenko a envoyés "se faire massacrer" dans le détroit de Kertch.

Cette version a depuis été confirmée par la partie ukrainienne (voir ci-dessous).

Mais un article du New York Times d’aujourd’hui ne raconte pas du tout cette histoire. Il donne l’impression que Loukachenko a changé d’avis sur le « coup d’État russe », non pas parce qu’il a pris connaissance du véritable complot, mais parce qu’il était sous la pression des manifestations qui ont suivi l’élection :

Le président biélorusse Alexandre G. Loukachenko, qui devait se présenter à l'élection présidentielle dans moins de deux semaines, a convoqué une réunion d'urgence de ses hauts responsables de la sécurité, en déclarant que les Russes arrêtés étaient des mercenaires avec des "objectifs sales".

S'exprimant lors de la réunion, Valery Vakulchik, à l'époque chef du KGB, a confirmé que les Russes appartenaient au groupe Wagner
...
Puis, 10 jours avant le vote du 9 août, les enquêteurs biélorusses ont accusé les Russes de comploter pour perturber l'élection.

"La Russie a peur de nous perdre", a déclaré M. Loukachenko, accusant le Kremlin de tenter d'"étouffer" le Belarus.

Jusque-là, le NYT a bien compris l’histoire. Mais cela dégénère lorsqu’il explique le déroulement de l’intrigue :

Selon cette nouvelle version des faits, les hommes avaient été attirés en Biélorussie par des espions ukrainiens, qui avaient prévu de saisir leur avion alors qu'il survolait l'Ukraine et de faire arrêter les hommes en raison de leur rôle dans les combats dans l'est de l'Ukraine.

Le fait que la Biélorussie ait changé son histoire de façon aussi spectaculaire montre à quel point le dirigeant du pays, M. Loukachenko, a rapidement réévalué ses intérêts politiques. ...

Le 14 août, après avoir échoué à contenir une première série de manifestations de rue malgré une frénésie de violence policière, il a ordonné la libération des mercenaires de Wagner et les a autorisés à retourner en Russie. Toutes les accusations portées contre eux ont été abandonnées. 
...
À leur retour en Russie, plusieurs mercenaires sont apparus à la télévision russe, affirmant qu'ils n'avaient aucun lien avec le groupe Wagner et qu'ils s'étaient simplement arrêtés en Biélorussie en route pour le Venezuela, où ils devaient garder une installation russe dont le nom n’a pas été divulgué.

Le NYT tente de faire croire que les services de renseignement ukrainiens et la CIA ne sont pas du tout impliqués et que le complot ukrainien révélé n’est pas réel. Le changement dans l’histoire du « coup d’État russe » est attribué uniquement à l’évolution des besoins de Loukachenko.

C’est bien sûr des conneries. Le complot ukrainien était réel. Nous le savons parce que les fonctionnaires du Bureau national ukrainien de lutte contre la corruption, qui est soutenu par le Département d’État américain, l’ont officiellement admis et parce que les médias ukrainiens ont fait tout un plat de cette histoire.

Comme le politologue canadien Ivan Katchanovski l’a relayé :

Ivan Katchanovski @I_Katchanovski - 0:35 UTC – 18 Aout 2020

Un agent du Bureau national anti-corruption ukrainien déclare que des mercenaires russes, qui ont combattu dans la guerre de Donbass, ont été attirés en Biélorussie par le Service de sécurité ukrainien en utilisant de fausses offres d’emploi au Venezuela et des billets d'avion pour s'y rendre via la Turquie.
>>> Агент НАБУ заявил о "госизмене Ермака с задержанными вагнеровцами"

Un agent du Bureau national anti-corruption ukrainien déclare que le SBU prévoyait de capturer les #mercenaires russes qui ont combattu dans la guerre de Donbass, en forçant leur avion de ligne en provenance de #Biélorussie et à destination de la Turquie à atterrir en #Ukraine.

Ses déclarations concordent assez bien avec les déclarations précédentes des officiels & médias russes, la libération et le renvoi en #Russie des mercenaires russes arrêtés par le #Belarus & les déclarations, dans les médias russes, des mercenaires libérés selon lesquelles ils ont été attirés par de telles offres d’emploi. ...
#Les médias ukrainiens rapportent que des agents des services de renseignement américains ont également été impliqués dans cette opération sous #fausse bannière et que des enregistrements vidéos et audios de mercenaires russes attirés au Belarus concernant leur implication dans la guerre du Donbass seront bientôt publiés en Ukraine.
>>> "Вагнеровцы", Ермак и измена Родине

Des sources du service de sécurité #ukrainien confirment aux médias ukrainiens l'opération sous #fausse bannière concernant le piège de mercenaires russes envoyés de #Russie vers la #Biélorussie. La plupart des mercenaires étaient également citoyens ukrainiens et ont combattu pour les séparatistes dans la guerre civile du Donbass.
>>> Затримання "вагнерівців" мало бути українською операцією, яка зірвалась після доповіді в ОП

Il ne fait aucun doute que le complot ukrainien, qui a été planifié et exécuté en collaboration avec la CIA, était réel. Il n’y avait pas du tout de mercenaires travaillant pour Wagner, juste d’anciens soldats russes et ukrainiens qui ont été attirés dans un piège. Le complot a échoué parce que les Ukrainiens ont fait des erreurs avec les billets d’avion, ce qui a permis aux Russes de découvrir facilement toute l’affaire.

C’est la découverte du complot ukrainien qui a fait changer d’avis Lukashenko, et non la pression de la révolution de couleurs, déjà morte, financée par le NED [une ONG américaine].

L’article du NYT, qui est publié près de six semaines après que Moon of Alabama a expliqué la véritable histoire, dissimule le complot raté de la CIA/SBU. Il attribue aux manifestations post-électorales contre Loukachenko l’échec du complot entre la fin juillet et la mi-août et le changement de ton de Loukachenko qui en a résulté.

Ce n’est pas qu’il y ait eu trop peu de place dans le NYT pour rapporter l’histoire complète. Sur les 26 paragraphes du rapport, 11 concernent l’hôtel datant de l’époque soviétique où les mercenaires russes se reposaient. Ces 11 paragraphes peuvent aider à justifier les frais de voyage du reporter et du photographe du NYT mais n’ont aucune valeur pour le lecteur.

La véritable histoire est celle du fiasco de l’opération organisée par la CIA/SBU. La rédaction du NYT et son bureau de Moscou semblent croire que les échecs de la CIA ne font pas partie de « toutes les nouvelles qui sont bonnes à imprimer« . Au lieu de rapporter ce qui s’est réellement passé, comme l’ont fait les médias ukrainiens, ils couvrent l’affaire en prétendant que c’est juste un fantasme de Loukachenko.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Danse des canards dans le navire amiral des médias système »

Les commentaires sont fermés.