Trump les premiers couacs : tout est normal, le bordel continue


Saker US

Par The Saker – Le 3 février 2017 – Source thesaker.is

C’est un rare privilège de pouvoir critiquer un politicien pour avoir réellement accompli ses promesses de campagne, mais Donald Trump est un président unique et cette semaine, il nous a offert cette opportunité avec pas une, mais trois SNAFU 1 différentes à signaler.

Premièrement, il y a eu le raid rampant contre un prétendu complexe d’al-Qaïda à Yakla, au Yémen. Tout d’abord, permettez-moi ici une pensée criminelle en rappelant à tous que dans tous les grands films de Hollywood, les Américains ont un immense record d’opérations spéciales. La dernière en date est typique. Tout d’abord, il s’agissait de Navy SEALS, l’une des forces spéciales les plus catastrophiques. Deuxièmement, il y avait aussi des forces spéciales des Émirats arabes unis – ne demandez pas pourquoi, tout simplement ne demandez pas. Je suis assez sûr que l’utilisation de Rangers américains aurait à elle seule donné de meilleurs résultats. Troisièmement, comme toujours, ils ont été repérés tôt. Puis ils ont commencé à subir des pertes. Cette fois de la part de combattants d’al-Qaïda. Finalement, ils ont raté leur évacuation. Ils ont tué quelques enfants et, disent-ils, un chef d’al-Qaïda. Plus sur ce raid ici et ici. Comme je l’ai dit, c’est à peu près dans les normes habituelles. Mais je suis sûr que certains films hollywoodiens le rendront très héroïque et tactique. La conclusion, dans le monde réel, reste inchangée : les Américains devraient renoncer à des opérations spéciales, ils ne peuvent tout simplement pas le faire correctement.

Deuxièmement, il y a eu la terrible conférence de presse du général Flynn. Voyez vous-même :

Non seulement Flynn a mis l’Iran « en garde » comme un directeur d’école le ferait à un adolescent boudeur, mais FOX TV parle déjà de « lignes dans le sable ». Attendez, les « lignes dans le sable » n’étaient-elles pas une des caractéristiques les plus stupides de la présidence Obama ? Et maintenant, juste après une semaine à la Maison Blanche, on voit Trump faire exactement la même chose ?

Cela soulève également la question de savoir si un homme très intelligent comme Flynn croit sérieusement et sincèrement qu’il peut intimider ou autrement effrayer l’Iran. S’il le fait – alors nous sommes tous face à beaucoup de problèmes.

Il y a aussi l’aspect troublant du langage choisi. Au lieu de parler de « préoccupation internationale » ou de la volonté du Conseil de sécurité des Nations unies, Flynn a décidé d’utiliser le type de langage typique d’un aspirant hégémonique mondial. Encore une fois du style, j’ai été là – j’ai fait ça. 2 Croient-ils vraiment que ce genre d’impudicité impériale fonctionnera mieux pour eux que pour les néocons ?

Enfin, les Ukronazis sont apparemment de retour sur le sentier de la guerre. Depuis plusieurs mois, ils ont bombardé les Novorusses, et ils ont même essayé quelques attaques locales plutôt pathétiques. Cette fois-ci, c’est différent : les frappes d’artillerie ne se comptent pas en dizaines, mais en milliers et les bombardements se produisent tout au long de la ligne de contact. Bien sûr, ce n’est pas directement la faute de Trump, mais cela montre que les Ukronazis à Kiev prennent leurs ordres de l’ancienne configuration de puissance – c’est-à-dire les Allemands, les néocons et les pleurnichards, de l’Europe de l’Est à la Pologne et la Lituanie. Au moment de la rédaction de cet article, il n’y avait aucun signe que Trump ait la situation sous contrôle. La bonne nouvelle est que les Russes attendent toujours, mais avec ce niveau de violence, il ne pourront plus attendre beaucoup avant de donner aux Novorusses le feu vert pour une contre-attaque, les forces de Novorussie sont déjà engagées, mais elles n’ont pas encore poussé leurs forces vers l’avant.

J’espère sincèrement que cette semaine n’est pas un présage de ce à quoi ressemblera le reste de la présidence Trump.

Pourtant, il n’est pas trop tard pour changer de cap et revenir à une politique fondée sur la réalité.

Tout d’abord, le truc facile. Comme je l’ai dit, le Pentagone devrait renoncer aux opérations spéciales. Si, pour des raisons politiques et pour se sentir bien de « rendre l’Amérique grande à nouveau », les États-Unis doivent absolument montrer leurs muscles, je recommanderais d’envahir à nouveau la Grenade, pourvu qu’un seul des Services s’en charge. Je recommande les Marines. Pour le reste, et surtout au Moyen-Orient, les États-Unis devraient finalement accepter le fait qu’ils ne peuvent pas et ne devraient plus mettre de bottes américaines sur le terrain. Jamais.

Un peu plus difficile, mais toujours très gérable, Trump doit régner sur les Ukronazis. La façon de le faire est simple : envoyer un représentant spécial à Kiev et expliquer aux membres de la junte que les temps ont changé, qu’il y a un nouveau patron à la Maison Blanche, et qu’à partir de maintenant ils doivent se comporter mieux ou sinon… Les Ukronazis sont habitués à ce genre de langage, ils retiendront le message, et ils seront même humblement conformes, à condition qu’ils sentent que les États-Unis sont sérieux. Bien sûr, ce n’est qu’une solution rapide, une solution à court terme pour gagner du temps et pour travailler sur une solution à long terme à la débâcle ukrainienne, ce qui sera un exercice beaucoup plus complexe et coûteux et devra impliquer non seulement les États-Unis, mais l’ensemble de l’UE et la Russie, les sommes d’argent nécessaires pour reconstruire l’Ukraine étant astronomiques.

Le grand problème est maintenant l’Iran. Bon, pas l’Iran en lui-même, bien sûr, mais la stupide rhétorique anti-iranienne de la campagne de Trump avant les élections. Ma plus grande crainte est que, tandis que Trump, et les gens autour de lui, sont apparemment venus à la conclusion – correcte – qu’ils ne peuvent pas intimider la Russie pour la soumettre, ils ont décidé qu’ils pourraient le faire avec l’Iran. Si c’est vraiment leur plan, alors ils se dirigent vers une catastrophe majeure.

Tout d’abord, l’Iran a vécu avec la menace d’une attaque anglo-sioniste depuis 38 ans, y compris 23 ans de pouvoir néocon aux États-Unis. Penser qu’en ce moment ils seront soudainement effrayés et se conformeront avec humilité aux exigences de l’Oncle Shmuel est très naïf. Les Iraniens se préparent à une guerre contre les États-Unis et Israël depuis près d’un quart de siècle – ils sont prêts, militairement et psychologiquement. Certes, les États-Unis peuvent frapper définitivement l’Iran avec des missiles de croisière et des frappes aériennes, mais à quel coût et qu’est-ce que cela permettrait d’atteindre ? En termes de réalisation, cela aurait un effet psychothérapeutique bénéfique sur les Américains qui se sentaient peu assurés de leur valeur militaire et qui veulent se sentir grands et puissants à nouveau. Cela va aussi tuer un grand nombre d’Iraniens et détruire une quantité inconnue de cibles iraniennes, y compris la possibilité de cibles liées aux missiles ou à la technologie nucléaire. Mais cela ne changera pas la politique iranienne, même un peu, et n’empêchera pas l’Iran de continuer à utiliser des technologies nucléaires ou des missiles.

Mais bien sûr,  cela n’a jamais été une question de technologie nucléaire ou de missiles. C’est un non-sens destiné à gaver les masses orwelliennes.

En réalité, il s’agissait toujours d’une seule chose : Israël voulait être la superpuissance régionale au Moyen-Orient et l’Iran devait être empêché de menacer ce statut de monopole par tous les moyens. En d’autres termes, si un pays islamique est mal géré et dirigé par des fanatiques incompétents, c’est formidable. Mais quand un pays islamique est dirigé par une direction sage et extrêmement capable qui ne peut être renversée en raison du soutien populaire, alors ce pays islamique devient un précédent absolument inacceptable. Et l’Iran, avec ses technologies avancées, son pouvoir militaire, sa forte économie et son modèle politique et social généralement couronné de succès, est un immense affront aux illusions racistes du régime sioniste en Palestine. Ajoutez à cela que l’Iran ose ouvertement défier les États-Unis et vous verrez immédiatement les véritables raisons de tous les bruits de bottes et des menaces constantes. Le problème de Trump est exactement le même que le problème d’Obama, Dubya Bush, ou Clinton : les États-Unis ne peuvent pas gagner une guerre contre l’Iran. Pourquoi ?

Parce qu’une guerre doit avoir un objectif politique, une définition de ce que la victoire signifie. Dans le cas de l’Iran, il n’y a pas de victoire possible. Même si les États-Unis lancent 1 000 à 2 000 frappes de missiles contre l’Iran, et que toutes réussissent, ce ne sera pas une victoire.

Il y a bien des années, j’ai écrit un article intitulé « Options d’intervention asymétrique de l’Iran ». Il est démodé maintenant, beaucoup de choses se sont produites depuis 2007, mais les conclusions fondamentales sont toujours valables : les États-Unis ne peuvent pas gagner et l’Iran a beaucoup d’options asymétriques allant de la maîtrise de l’attaque jusqu’à des frappes contre des cibles du CENTCOM dans tout le Moyen-Orient. Mais le plus grand changement depuis 2007 a été la guerre civile en Irak et en Syrie et les promesses de Trump d’éradiquer Daesh. C’est crucial.

Il n’y a absolument aucun moyen, vraiment aucun, d’éradiquer Daesh sans mettre des bottes sur le terrain. Je pense que nous pouvons tous convenir que ces bottes ne seront pas américaines. Elles ne seront pas non plus russes. L’approche d’Obama était d’utiliser un mélange de bottes irakiennes, kurdes et turques, avec la menace de celles des Saoudiens et d’autres États du Golfe jetés dans la mêlée pour faire bonne mesure. Nous savons tous comment cela a fonctionné jusqu’ici : très mal. Et cela ne fonctionnera jamais. Alors voici l’horrible secret que tout le monde connaît ou, du moins, devrait connaître : les seules bottes sur le terrain pour vaincre Daesh ont été, sont et seront toujours, des bottes iraniennes. C’est un fait de la vie, désolé. Les Turcs sont partis, après la tentative de coup d’État contre Erdogan et les purges subséquentes, l’armée turque n’est plus que l’ombre de ce qu’elle était autrefois. Les Kurdes n’ont aucun désir d’être utilisés comme chair à canon dans une guerre dangereuse et difficile contre Daesh. Les Saoudiens et les autres sont une blague, à peine capable de terroriser les civils, et ils seront instantanément battus par Daesh lors de la première escarmouche. Donc, à moins que les Canadiens, les Britanniques, les Polonais, les Lituaniens et, disons, les Géorgiens, ne souhaitent mener la lutte contre Daesh – je plaisante ! –, le seul pays qui puisse faire passer la promesse de campagne de Trump est l’Iran (et le Hezbollah).

En outre, je soutiens que l’Iran est assez puissant pour empêcher toute politique d’avoir du succès au Moyen-Orient à moins qu’il ne l’accepte au moins passivement. D’une certaine manière, la position de l’Iran au Moyen-Orient est semblable à celle de la Russie dans l’ex-Union Soviétique : alors que ni l’Iran, ni la Russie ne peuvent imposer quoi que ce soit à tout le monde, ils peuvent interdire, ou prévenir tout résultat dont ils ne voudraient pas.

La principale conséquence de cela est que, même si l’Iran décidait de renoncer complètement à toute forme de contre-attaque contre les États-Unis ou Israël, il pourrait péniblement mener des représailles contre une telle attaque en disant simplement à Trump : « Nous pouvons vous assurer que, quoi qu’il arrive, vous échouerez partout, en Irak, en Syrie, au Pakistan, au Yémen et partout ailleurs au Moyen-Orient. » Et ce ne sera pas une menace en l’air : les Iraniens peuvent absolument le faire.

En plus de cela, une attaque américaine sur l’Iran va également descendre en vrille la relation entre les États-Unis et la Russie. L’ampleur de la catastrophe dépendra de la gravité de l’attaque, mais, alors que la Russie n’interviendra pas militairement dans un conflit entre les États-Unis et l’Iran, l