Un départ en grande pompe


Par Moon of Alabama – Le 7 janvier 2021

Les partisans de Trump veillent à ce que leur président puisse partir en beauté.

Agrandir

Nous assistons à un mordant retour de bâton de la politique étrangère américaine. Quelqu’un se souvient-il encore du moment où les tiques bleues de Twitter saluait cette action « pacifique » et « pro-démocratie » ?

Agrandir

La présidente de la Chambre, Nanci Pelosi, avait même dit, à propos des protestations à Hong Kong, : « C’est un beau spectacle à contempler ».

teleSUR Anglais @telesurenglish - 22:20 UTC – 6 Janvier 2021

Vous observez des similitudes ? Des images de la tentative de Juan Guaidó de prendre d'assaut l'Assemblée nationale du Venezuela et de la foule pro-Trump d'aujourd'hui occupant le bâtiment du Capitole américain, à un an d'intervalle.

Ces images de la chaîne ITV montrant des Américains moyens prenant d’assaut leur Capitole sont vraiment extraordinaires. Ces personnes ont le sentiment profond d’avoir été lésés et y croient vraiment.

Ruslan Moldovanov @Revolov - 00:50 UTC – 7 Janvier 2021

Washington, D.C., ressemble aujourd'hui à une capitale d'Europe de l'Est en pleine révolution de couleurs. ...
Les mêmes vibrations

Certains envahisseurs du Capitole ont été violents, mais il se pourrait bien qu’il s’agisse de saboteurs :

DR JANE'S DC 2.0 - @DrJaneRuby - 4:11 UTC - 7 janvier 2021

Les partisans de Trump ont physiquement empêché un Antifa de tenter de briser une fenêtre du Capitole.

Ils ont essayé de les interpeller

pic.twitter.com/JKr2bKm9ax

D’ailleurs, qui savait que les membres du Congrès ont des masques à gaz sous leurs sièges ?

Des gaz lacrymogènes ont été tirés dans la rotonde du Capitole, et il a donc été ordonné aux législateurs de préparer les masques à gaz qui sont stockés sous leurs sièges. Allred a aidé certains de ses collègues à sortir leurs masques, tandis que le représentant de l'Arizona, Ruben Gallego, un vétéran du corps des Marines, leur donnait des instructions.

"Quand vous mettez votre masque, respirez lentement ou vous allez hyperventiler", expliquait Gallego, selon Allred.

Il y a sûrement eu beaucoup d’hyperventilation à ce moment. Trump est accusé d’incitation à la violence.

Ce n’est pourtant pas ce que l’on peut lire. En fait, Trump s’est prononcé contre la violence et a appelé les gens à partir paisiblement, juste avant de se faire censurer par le monopole de la tique bleue :

Les manifestants, qui ont été vus en train de se battre avec des officiers à l'intérieur et à l'extérieur du bâtiment, ont été décrits comme des "personnes spéciales" par le président Donald Trump, qui a répondu aux appels à condamner la violence.

Dans une adresse vidéo partagée sur Twitter, il a exhorté ses partisans à "rentrer chez eux" mais a répété une affirmation non fondée selon laquelle l'élection avait été "volée".

Il a déclaré : "Je connais votre douleur, je sais que vous êtes blessés. Nous avons eu une élection qui nous a été volée, c'était une victoire écrasante et tout le monde le sait, surtout l'autre côté."

"Mais vous devez rentrer chez vous maintenant, nous devons avoir la paix, nous devons avoir la loi et l'ordre, nous devons respecter notre grand peuple dans la loi et l'ordre. Nous ne voulons pas que quelqu'un soit blessé".

Il a décrit cette période comme étant une "période difficile", et a répété de fausses déclarations selon lesquelles l'élection de novembre a été "frauduleuse".

Il a terminé le message vidéo en qualifiant les manifestants de "très spéciaux", ajoutant : "Nous ne pouvons pas être les jouets de ces gens.
"Nous devons avoir la paix. Alors rentrez chez vous. Nous vous aimons. Vous êtes très spéciaux".

Twitter a désactivé la vidéo pour qu'elle ne soit pas likée ou retweetée "en raison d'un risque de violence". Elle a ensuite été supprimée.

Expliquez-moi en quoi les citations ci-dessus incitent à la violence ou portent atteinte à l’« intégrité civique » ? Qu’est-ce que tout cela veut dire ?

TwitterSafety@TwitterSafety - 0:02 UTC – 7 Janvier 2021

Répondre à @TwitterSafety

De futures violations des règles de Twitter, y compris de nos politiques d'intégrité civique ou de menaces de violence, entraîneront la suspension permanente du compte @realDonaldTrump.

Au cours de la bagarre, un officier de la police du Capitole a tiré sur une femme non armée. C’était une vétérante pro-Trump. Trump et ses partisans seront déraisonnablement accusés de sa mort.

Alastair Crooke a qualifié ce moment d’épiphanie de l’Amérique :

La couverture du TINA (il n'y a pas d'autres alternatives) qui recouvrait le monde est en train de se déchirer. Elle se déchire pour l’instant au niveau des coutures. Maintenant que les tribunaux américains ont abdiqué leur rôle d’arbitre pour les élections du 3 novembre, il semble que le président Trump fera un dernier effort pour changer le cours des événements entre le 6 et le 20 janvier (jour de l'investiture). Au moment où nous écrivons ces lignes, quelque 140 représentants républicains affirment qu'ils contesteront le résultat de certaines élections le 6 janvier. La question de savoir si ce défi réussira (dans toutes ses dimensions) reste posée.

Que se passera-t-il alors ? Eh bien, l'Amérique rouge - à tort ou à raison - pensera que le 20 janvier est "une impasse" pour eux. Huit républicains sur dix pensent que l'élection a été volée ; que la course cruciale au Sénat de Géorgie sera probablement "volée" elle aussi ; que la destruction des petites et moyennes entreprises par le confinement est une stratégie préméditée pour consolider les oligarques du Big Business ; et qu'en fin de compte, les Américains rouges [ceux qui soutiennent Trump, NdT] seront confrontés au "totalitarisme mou" de la « Cancel Culture », orchestré par Big Tech. Telle est leur perspective - leur épiphanie. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est plutôt sombre. ...

Oui, de nombreux mythes américains (et occidentaux) sur l'identité et la politique américaines ont volé en éclats sur le terrain. Beaucoup sont encore en état de choc. Ils avaient imaginé que leurs élections étaient en quelque sorte sacro-saintes. Ils imaginaient que les tribunaux étaient comme des arbitres. Et ils n'auraient jamais imaginé voir un président américain ridiculisé et humilié de la sorte, par les médias grand public. Il se sont pris cette réalité comme on prend une gifle.

Et oui - TINA est terminé ; un marché des alternatives est maintenant ouvert aux preneurs. ...

Mais en plus de cela, la déchirure de la couverture TINA permet à d'autres États civilisationnels de rejeter avec assurance les critiques ou les politiques qui ont été utilisées comme des armes contre leurs systèmes de valeurs. Car si l'Amérique rouge peut rejeter totalement les valeurs du mouvement des Éveillés, et vice versa, alors pourquoi les autres civilisations ne rejetteraient-elles pas les valeurs occidentales héritées des Lumières ?

Cela fait un moment qu’on le voit venir.

Et cela ne fera que s’intensifier.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Un départ en grande pompe »

Les commentaires sont fermés.