Quelques réflexions rapides sur l’IL-20


Par Andrei Martyanov − Le 19 septembre 2018 − Source Reminiscence of the Future

Résultat de recherche d'images pour "il20 images"

Et c’est ainsi que ça commence. La Russie doit attaquer Israël, non, elle doit l’anéantir, Poutine est « doux », le monde touche à sa fin, les sionistes contrôlent le Kremlin, la Russie tend l’autre joue. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Le chœur des nobles guerriers sur les diaboliques sionistes devient de plus en plus fort chaque jour qui passe. Derrière cette hystérie entourant la tragédie de l’IL-20 de la VKS, tant bien que mal des nouvelles cruciales et largement médiatisées ont été complètement ignorées. Il n’est pas surprenant qu’elles aient été ignorées par toutes sortes de « spécialistes » en stratégie, en politique et par des stratéges de salon (j’en suis un moi-même). Les nouvelles sont assez simples. Le général de corps d’armée, Alexander Ionov, ancien chef d’état-major adjoint de l’armée de l’air russe de 1991 à 2001, a déclaré au média populaire russe Zvezda qu’il est certain que les forces de défense aérienne syriennes n’ont pas reçu de matériel et de codes IFF compatibles.

Pour ceux qui ne savent pas ce qu’est l’IFF (Interrogator Friend-Foe), c’est un système électronique qui fournit à la fois une défense contre le tir ami et une identification radar facile des forces amies. Sur les anciens radars, les forces amies sont généralement indiquées par des arcs (en dessous ou au-dessus) sur les marques radar des cibles et c’est ainsi que l’on sait comment ne pas tirer sur elles. La technologie IFF est extrêmement sensible, tout comme les « codes » avec lesquels elle fonctionne. Cela n’a pas été fourni, et pour une bonne raison, aux forces syriennes. Donc, la question, qui sera posée dans ce cas par les profanes, est : mais qu’en est-il de la « pleine intégration » de la défense aérienne russe et syrienne ? C’est une question légitime. Sans entrer dans les détails sur la façon dont un aspect clé de cette intégration est fourni – dans le langage occidental, on l’appelle CEC (Cooperative Engagement Capability) – il y a lieu de supposer que dans le cas des S-200 plus anciens, les données de ciblage auraient pu être fournies par des commandes radio. Mais voici le fait le plus important : le S-200 syrien et son radar avaient la trace, peut-être verrouillée, des F-16 israéliens. La certitude de ce fait, comme dans le vieux proverbe qui dit que l’on juge l’arbre à ses fruits, est que tous les avions avancés sont équipés de détecteurs d’émissions [d’ondes radar, NdT] qui sont un système d’alerte et que les avions israéliens ont utilisé un « écran » disponible sous forme de cet IL-20 russe en approche de la base aérienne de Khmeimim.

En d’autres termes, les avions israéliens ont été forcés de chercher une couverture et on ne peut qu’imaginer comment les avertissements hurlaient dans leurs cockpits. Ils ont vu l’IL-20 avec son énorme section transversale radar (RCS). Pour ceux qui ont une courte durée d’attention, cela vaut la peine de leur rappeler que la défense aérienne syrienne a fait ses preuves en abattant ou en endommageant des avions de l’IAF. En fait, à part le fait d’admettre leurs pertes, l’IAF est toujours silencieuse sur le sort des F-35 « endommagés par les oiseaux ». En d’autres termes, la défense aérienne syrienne suit et verrouille les avions de combat israéliens. Les missiles S-200 sont connus sous le nom de SARH (Semi-Active Radar Homing), ce qui signifie que le missile a besoin de l’illumination de la cible par le radar du complexe de la défense anti-aérienne et c’est là que le professionnalisme, en particulier aux portées significatives (dizaines et même centaines de kilomètres), devient absolument crucial. Mais il en va de même d’un protocole, ou ROE (Règles d’engagement), pour les personnes qui contrôlent une défense anti-aérienne complexe en particulier qui n’est pas « à l’intérieur » de la boucle des IFF très sensibles. À ce stade, j’ai des raisons de croire que, sous l’énorme pression de la situation qui se déroulait dans ce qui était autrefois un secteur calme des approches de la base aérienne de Khmeimim, qui avait été convenu entre Israël et la Russie, et où les avions de l’IAF n’étaient pas censés être, l’équipe radar syrienne s’est simplement focalisée sur la cible qui était clairement visible et « cachait » la RCS des plus petits avions israéliens.

Israël a violé dans ce cas non seulement une norme éthique en se cachant derrière l’IL-20, mais il a violé beaucoup plus – il a fait voler ses avions dans la zone qui a été spécifiquement désignée comme « hors de portée » pour l’IAF. Comme l’ancien militaire israélien Yakov Kedmi l’a déclaré après les événements, toute cette tragédie est le résultat de l’imprudence et du manque de professionnalisme d’Israël. Il a qualifié cette erreur des généraux israéliens d’erreur fatale. La réaction d’Israël à la suite des événements est révélatrice – elle est passée en mode de contrôle total des dégâts avec Netanyahou appelant Vladimir Poutine de toute urgence. Il a offert d’expédier le commandant de l’armée de l’air israélienne immédiatement à Moscou, toutes les voies diplomatiques, informationnelles et gouvernementales entre Israël et la Russie ont été immédiatement activées. C’est un signe très révélateur d’une réelle panique et d’une confusion du côté israélien qui a immédiatement offert ses condoléances. Ce n’est pas un acte de guerre, comme beaucoup aimeraient bien qu’il le soit, certains par haine souvent justifiée d’Israël espérant que la Russie se débarrasse de ce « mal », d’autres par pure poussée d’adrénaline en prévision des images télévisées de gens s’entretuant.

Mais la question de l’interaction entre la Russie et les forces syriennes est réelle et elle n’est pas facile à résoudre pour un certain nombre de raisons purement militaires et culturelles. Mais certaines conclusions peuvent déjà être tirées :

  1. Il n’y aura pas d’« annihilation » d’Israël, pas plus qu’il n’y aura de guerre meurtrière entre la Russie et l’État juif comme beaucoup l’aimeraient et le voudraient ;
  2. Il y aura toutefois une forme de zone d’exclusion aérienne et, comme l’a déclaré Vladimir Poutine, la Russie prendra « des mesures que tout le monde remarquera ». De toute évidence, cette déclaration importante du chef de l’État russe s’est noyée dans l’océan de rage, de spéculations, et de confusion, j’ajouterai, mais c’est devenu un schéma familier à présent.
  3. La question des règles d’engagement et de l’interaction – la plus importante. Les spécialistes doivent revoir les protocoles et les procédures tactiques. Les mises en garde concernant les engagements doivent être strictement appliquées.
  4. La formation du personnel syrien et, de toute évidence maintenant, la nécessité, une fois que les S-300 (PMU) avancés seront déployés, d’avoir des conseillers russes à plein temps avec n’importe quel équipe syrienne de défense anti-aérienne traitant avec une technologie beaucoup plus avancée que les vieux S-200.

En fin de compte, cette tragédie devrait servir de sérieuse leçon et, dans un sens militaire, d’avertissement qu’il vaut mieux s’en tenir aux accords ou que les choses peuvent dégénérer très rapidement. Israël a décidé qu’il était autorisé à rompre des accords. Israël devrait demander à la Turquie ce qui se passe quand on fait du mal à la Russie  l’armée de l’air turque le sait trop bien après avoir abattu SU-24 russe. Elle a été punie. Aujourd’hui, la Turquie est un allié situationnel de l’Iran et de la Russie dans la région. Selon le sens géopolitique plus large, il suffit d’attendre et de voir. Mais je n’ai pas été assez explicite à ce sujet. Je pourrais aussi bien me répéter, les chiens aboient, mais la caravane passe .

MISE À JOUR(S) : Superbes mises à jour de véritables officiers russes très réels par l’intermédiaire du célèbre observateur militaire Viktor Barantez (ancien officier supérieur) en réponse à la sortie très émotionnelle de Viktor Alxnis dans le journal Vzglyad. Réponse d’un officier supérieur en service (actif) de l’état-major principal du VKS, le colonel Sergei Paramonov dans une interview :

Pourquoi nous n’avons pas pu défendre l’IL-20

Une superbe réponse professionnelle à tous ces trolls et « experts » de l’internet qui, comme on s’y attendait, peignent déjà une nouvelle image « bien décorée » de la conspiration militaro-géopolitique franco-russo-israélienne massive. On n’a encore rien vu. Mais Paramonov fait littéralement voler en éclats tous les arguments en faveur de toutes sortes de théories conspirationnistes.

De plus, le lieutenant-colonel Victor Haustov, commandant adjoint du régiment de défense aérienne fraîchement arrivé de Syrie, explique les tactiques et les moyens techniques utilisés.

Pourquoi l’IFF n’a pas empêché la tragédie de l’IL-20 en Syrie

Victor Baranetz et Komsomolka (Komsomolskaya Pravda) ne méritent que les plus grands éloges pour avoir diffusé ces interviews avec de vrais professionnels et de solides critiques (dans le cadre d’une presse ouverte) autour de toute cette situation. Je ne traduirai qu’une seule phrase de l’interview de Haustov :

« К тому же, не забывайте, что С-200 – оружие старенькое. А подготовка сирийских спецов ПВО, мягко говоря, часто оставляет желать много лучшего… » 

Traduction : De plus, n’oubliez pas que le S-200 est une arme ancienne, et que la formation des spécialistes syriens de la défense aérienne laisse beaucoup à désirer.

MISE À JOUR : Le ministère russe de la Défense a aujourd’hui mis fin à toutes ces spéculations et confirmé ce que Ionov a déclaré dès le départ, quelques heures après que l’IL-20 a été abattu. Comme Konachenkov l’a dit :

Il n’y avait AUCUNE IFF impliquée, parce que la Russie NE LA FOURNIT PAS aux clients étrangers (en russe).

J’entends déjà des gémissements et des cris désespérés de souffrance totale de la part des vastes armées de guerriers dans leur canapé et de théoriciens de la conspiration, car une fois la question des IFF enlevée, le tableau devient très clair. Comme je l’ai dit dans les premières heures de cette tragédie :

Résumé temporaire : Il est donc clair que l’IAF a utilisé une vielle astuce en protégeant ses avions derrière l’IL-20 qui était en phase de descente pour un atterrissage – méthode très israélienne – et puis, bien sûr, a menti en disant qu’elle avait averti le côté russe. Oui… une minute avant. Je reviendrai sur Israël plus tard, car on sait maintenant que Bibi veut parler avec Poutine et qu’Israël est engagé avec la Russie dans toute une gamme d’activités diplomatiques, militaires et autres, qui que ce soit, pour essayer d’empêcher ce qui pourrait arriver.

Que l’enquête se poursuive à un rythme normal et que la décision soit prise sur la base des faits, et non des théories incompétentes de certains technophiles fantaisistes.

Andrei Martyanov

Note de Saker Francophone

Voici une première réaction de la Russie, doter la Syrie de S-300 pour verrouiller l'espace aérien aux intrusions israéliennes mais aussi des pays occidentaux.

Défense russe : les S-300 refroidiront les « têtes brûlées » en Syrie

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF