Pourquoi le gouvernement britannique a-t-il interdit le Hezbollah ?


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 2 mars 2019

Cette semaine, le ministre britannique de l’Intérieur, Sajid Javid, a promulgué un ordre qui interdit le bras politique de l’organisation de résistance libanaise Hezbollah car il est considéré comme une organisation terroriste en vertu de la loi de 2000 sur le terrorisme. Le bras militaire du Hezbollah a déjà été désigné comme tel.

La raison invoquée par le ministre de l’Intérieur n’a guère de sens :

« Ma priorité en tant que ministre de l'Intérieur est de protéger le peuple britannique. Dans ce cadre, nous identifions et interdisons toute organisation terroriste qui menace notre sûreté et notre sécurité, quelles que soient ses motivations ou son idéologie, c'est pourquoi je prends aujourd'hui des mesures contre plusieurs organisations.

Le Hezbollah poursuit ses efforts pour déstabiliser la délicate situation au Moyen-Orient - et nous ne sommes plus en mesure de faire la distinction entre leur aile militaire déjà interdite et le parti politique. C'est pourquoi j'ai pris la décision d'interdire le groupe dans son ensemble. »

Au cours des dernières années, le Hezbollah s’est employé à stabiliser le gouvernement syrien et à défendre le Liban contre l’assaut de djihadistes franchissant la frontière syrienne.

Il est un peu difficile de comprendre comment cela est censé « déstabiliser la délicate situation au Moyen-Orient ». En outre, rien dans la définition du terrorisme figurant dans la loi contre le terrorisme ne parle de déstabilisation et rien ne semble s’appliquer au Hezbollah, en particulier pas à son bras politique et social. En dehors de ses opérations au Liban et en Syrie, le Hezbollah n’a commis aucune attaque en Grande-Bretagne ou ailleurs.

On se demande aussi si le gouvernement britannique s’est vraiment penché sur les conséquences de son acte.

Sajid Javid @sajidjavid - 17:59 utc - 1 Mar 2019

* A partir d'aujourd'hui, le Hezbollah est une organisation terroriste interdite au Royaume-Uni.

* Toute personne qui en est membre ou qui pousse à soutenir ce groupe enfreint la loi.

* Il est également illégal d'afficher des drapeaux du Hezbollah en public - et de nouvelles lois en feront son affichage sur internet un crime.

La loi donne une définition assez large du terme « soutien ». L’alinéa 12(2)c) dit, par exemple :

« Commet une infraction toute personne qui organise, dirige ou aide à organiser ou à gérer une réunion dont elle sait qu'elle doit être tenue par une personne qui appartient ou prétend appartenir à une organisation interdite. »

Il est donc illégal de convoquer le Parlement libanais où des parlementaires élus appartenant au Hezbollah prennent régulièrement la parole. Le Royaume-Uni inculpera-t-il le président du parlement libanais s’il se rend à Londres ? Et qu’en est-il des 300 000 électeurs libanais qui, en mai dernier, ont voté pour les candidats du Hezbollah ? Est-ce qu’ils enfreignent tous la loi britannique ? Se feront-ils arrêter quand ils passeront par Heathrow ?

Ah, au fait, voici le drapeau du Hezbollah, tout droit sorti de Wikipédia.

Est-ce que le fait d’afficher le drapeau rend ce blog, ou Wikipedia, interdit de lecture en Grande-Bretagne ?

Le mouvement Hezbollah représente environ 90 % de tous les chiites libanais, soit environ 30 % de la population libanaise. Il gère des hôpitaux et des écoles. Il soutient l’armée libanaise. Il fait partie intégrante du gouvernement et de l’État libanais. Le Hezbollah a qualifié l’interdiction britannique d’« insulte au peuple libanais ». En proscrivant le Hezbollah en tant qu’organisation terroriste et en lui interdisant tout « soutien », le gouvernement britannique rend extrêmement difficile pour lui-même et pour les autres de maintenir des relations avec l’État libanais.

On peut se demander ce que le gouvernement britannique est en train de faire et pourquoi il le fait maintenant. Est-ce que c’est censé détourner l’attention du désordre que le Brexit est en train de créer ? Israël et les États-Unis continuent de faire pression sur les gouvernements européens pour qu’ils prennent une telle mesure. Mais personne d’autre que la Grande-Bretagne ne l’a pris. Pourquoi alors le gouvernement britannique ressent-il le besoin d’agir de la sorte ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF