Porochenko demande à l’Ouest des soldats de la paix! Est-ce le début de la partition de l’Ukraine?

Par Russkiy Malchik – Le 18 février 2015 – Source  Fort Russ

265296_original

La situation évolue rapidement. Porochenko, immédiatement après sa victoire à Debaltsevo, est sorti du bois avec l’initiative suivante: inviter l’UE à organiser une mission de maintien de l’ordre en Ukraine auprès de l’ONU et à mener des exercices militaires multinationaux.

Il a immédiatement prévenu qu’il avait discuté de ces points à Minsk avec la Russie, la France et l’Allemagne. Il est facile de comprendre pourquoi vous avez besoin du consentement de tous les membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU pour faire avancer les choses.

C’est sans aucun doute une grosse affaire, car cela ne peut signifier qu’une chose: la Russie, avec l’Europe et Porochenko, ont accepté de facto le partitionnement de l’Ukraine en sphères d’influence qui seront contrôlées par le personnel militaire de maintien de la paix. Il est évident que le Donbass acceptera uniquement les Russes, les Biélorusses, et des forces de pays couverts par le Traité sur la sécurité collective. Dans le même temps, Kiev n’acceptera que des troupes de l’UE. Ici, on doit être certain que nous parlons des troupes de l’UE (EUROFOR, qui a agi en tant que force indépendante dans plusieurs conflits), et pas de troupes de l’OTAN, surtout pas des troupes états-uniennes. C’est une considération importante, car Porochenko et Washington pourraient essayer de tirer les marrons du feu, il faut donc être prudent.

A ce propos, Porochenko et  l’Ouest sont en train de proposer la partition de l’Ukraine le long de la frontière actuelle avec la LPR et la DPR, afin d’éviter de perdre encore plus de terrain dans le cas d’une guerre prolongée. Je ne sais pas si c’est un choix approprié pour le moment, étant donné que la taille de la Novorussie est loin d’être optimale. Mais tout dépend de la stratégie choisie par les Novorusses: soit continuer à étrangler la junte à l’aide du cessez-le-feu, afin de renforcer leurs propres forces et créer de nouveaux chaudrons (dans ce cas on ne peut pas accepter de gardiens de la paix), ou choisir l’option pacifique de l’étranglement économique du régime de Kiev – qui ne doit plus être trop loin (et puis d’introduire des soldats de la paix, geler la situation avant qu’un conflit direct avec l’Occident n’arrive). Ici il y a beaucoup de choses à dire. Mais c’est peut-être pour cette raison qu’ils ont passé seize heures à discuter à Minsk?

Commentaire de J. Hawk traducteur du russe

Compte tenu de la façon dont le cessez-le-feu version allégée et ses dispositions ont été discutés, il est très probable qu’il y ait eu une discussion sur la sphère d’influence lors de la réunion de Minsk. Pas possible qu’on ait discuté seize heures pour entériner le paquet de mesures que tout le monde a rapidement ignoré! Cependant, les trois dirigeants présents se sont montrés intéressés à désamorcer la situation. Ce que Porochenko pense n’est pas concret sur le terrain – la Russie, l’Allemagne et la France détiennent collectivement l’avenir de l’Ukraine dans leurs mains, et pas Washington. Par ailleurs, M. Poutine a fait mention des soldats de la paix comme souhaitable dans cette situation, mais il a aussi mentionné les frontières administratives des régions de Donetsk et de Lugansk, alors que l’accord de Minsk 2.0 ne précise pas les limites de la Novorussie. Donc, il y a beaucoup de détails à débattre.

Il a été rapporté par ailleurs que l’appel aux casques bleus a été également émis par le Conseil national de la défense et de la sécurité ukrainien, qui est dirigé par Alexandre Turchinov. La loi martiale ne semble pas être dans les plans, et l’Ukraine semble finalement se diriger vers une désescalade du conflit. Nous allons voir si la tendance se maintient. Une chose semble relativement sûre: ni Merkel, ni Hollande ne voudraient voir la provocation des forces de l’OTAN en Ukraine, ce qui signifierait que la plus discrète EUROFOR semblerait être la plus probable candidate pour la mission. Si elle était déployée, on se demande quelles seront ses relations avec le Secteur Droit et les bataillons de volontaires néo-nazis, sachant que ces derniers considèrent que l’Occident avait trahi l’Ukraine dans sa lutte civilisationnelle contre la Russie…

Russkiy Malchik

Traduit par Toma, relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF