L’étrange horodatage dans les nouvelles preuves concernant l’affaire du Novichok


Par Moon of Alabama – Le 5 septembre 2018

Aujourd’hui, à un moment politiquement opportun, le gouvernement britannique a publié de nouvelles informations sur l’empoisonnement de l’espion britannique Sergueï Skripal, sa fille et trois autres personnes. Il affirme avoir identifié deux hommes munis de passeports russes qui sont arrivés à Londres, en provenance de Moscou, le 2 mars et se sont rendus à Salisbury le 3 mars pour un voyage de « reconnaissance », sont revenus à Salisbury le 4 mars pour mettre du poison Novitchok sur la poignée de porte du domicile de Skripal et sont revenus de Londres à Moscou le même jour en avion. Les noms des hommes ont été donnés comme étant Alexandre Petrov et Ruslan Bochirov, qui sont les équivalents en russe de Pierre Dupont et Jacques Durand. Ces noms sont probablement faux.

La police dit que des photos de vidéosurveillance ont été prises à plusieurs étapes de leur voyage. L’agence de presse britannique Reuters semble les distribuer allègrement. Plusieurs médias en ont reçu des copies.

Voici des captures d’écran de deux images de vidéosurveillance, prises à partir d’une galerie de 18 photos présentées dans un article de The Independent, les suspects de l’empoisonnement de Salisbury qui seraient des assassins russes mandatés par l’État, selon ce qu’a déclaré Theresa May aux députés.

Voici les photos 7 et 8 d’une galerie de 18 photos tirées de l’article.

Photo 7 ­- entière. Non découpée.

Photo 8 – entière. Non découpée.

(Mise à jour : Ces photos sont aussi disponibles sur le site de la Metropolitan Police : 1, 2.)

Remarquez que l’horodatage sur les deux photos est identique, 02/03/2018 16:22:43. Mais les photos montrent deux hommes différents, chacun marchant seul sur la même partie d’un tunnel de sortie à leur arrivée en Grande-Bretagne. Comment se fait-il que ces deux photos aient été prises à la même seconde ? Et qui a incliné la caméra de vidéosurveillance installée à poste fixe entre les deux prises de vue [On voit nettement ce changement d’angle en comparant la partie supérieure droite des deux photos, NdT]. Comment l’angle de la caméra a-t-il pu changer entre la photo 1 et la photo 2 qui ont apparemment été prises au même endroit et au même moment [alors que les caméras sont fixes, NdT] ?

Si l’on ne peut pas faire confiance à ces deux images, dans quelle mesure peut-on faire confiance aux autres images de vidéosurveillance que le Met a montré pour étayer ses affirmations ?

La déclaration complète de la police métropolitaine est ici. Des extraits de la déclaration du Premier ministre Theresa May sont ici.

Alors que May affirme que les deux hommes ont été envoyés par le GRU, le service d’espionnage militaire russe, la police métropolitaine ne fait pas de telles allégations. Theresa May n’a pas dit sur quelle preuve elle a fondé sa conclusion. Il semble qu’il n’y en ait pas.

Il semble également un peu curieux qu’une équipe d’« assassins russes », qui proviendrait d’un service secret hautement professionnel, voyage ensemble et utilise des vols directs de Moscou à Londres, aller et retour. Cela semble extraordinairement négligent. Pourquoi ne pas voler séparément et via un pays tiers ?

Et pourquoi une équipe d’assassins professionnels jetterait-elle un flacon de parfum contenant ce même poison, emballé dans du cellophane et non ouvert, dans une poubelle de charité derrière les magasins de la rue Catherine à Salisbury où Charlie Rowley le trouvera 14 semaines ( !?) plus tard ?

La police dit qu’elle a trouvé des traces de Novitchok dans l’hôtel pourri où les  « agents russes » sont restés entre le 2 et le 4 mars. Elle a trouvé ces traces le 4 mai, mais a attendu jusqu’à aujourd’hui pour demander publiquement aux autres clients de l’hôtel de contacter la police ?

Si l’incident était une tentative d’assassinat professionnel avec un produit chimique, le très puissant Novitchok, pourquoi 4 personnes sur 5 ayant été en contact avec lui ont-elles survécu ? Ce taux d’échec de 80 % n’est pas conforme à l’effrayante histoire que l’on nous raconte autour du très puissant poison « russe » Novitchok. Une bonne dose de Megachok est probablement plus mortelle.

 

 

Sergueï Skripal n’a pas été vu en public ni même en vidéo depuis l’incident. Sa fille Ioulia Skripal est apparue dans une vidéo filmée par le gouvernement britannique, mais a ensuite disparu. L’ambassade de Russie à Londres dit qu’elle ne peut pas avoir accès à elle. Le policier, qui aurait également été blessé au cours de l’incident, n’est jamais réapparu en public. Pourquoi ces personnes sont-elles mises au secret et en état d’arrestation ?

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone.

 

 

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF