L’Empire contre-attaque …


…crash du bitcoin, menace de destitution de Trump par les démocrates, la Fed gave les banques de cash

« Je change les termes du contrat, prie pour que je ne les modifie pas plus. » Darth Vador – L’empire contre-attaque

Par Tom Luongo − Le 26 septembre 2019 − Source Russia Insider

Tom LuongoVous savez, je pense qu’il n’y a pas de coïncidences en politique. Tout se passe selon un agenda particulier. Alors, quand je vois une journée aussi folle que celle d’aujourd’hui, je dois me poser la question : « Pourquoi cela, pourquoi maintenant ? »

Regardez les gros titres et vous verrez de quoi je parle. Toutes ces choses se sont passées depuis mon réveil à 7h30 ce matin en Floride :

  1. La Cour suprême britannique s’est arrogée un pouvoir sans précédent en s’immisçant dans un différend opposant le gouvernement et le parlement. Cela perturbe plus de 300 ans de processus constitutionnel.
  2. Les démocrates ont annoncé leur intention de poursuivre en justice le président Trump parce qu’un lanceur d’alerte, par un ouï-dire non vérifié, avait porté plainte au sujet d’un appel téléphonique entre Trump et le président ukrainien Volodymyr Zelenski. La probabilité d’une mise en accusation est montée en flèche du jour au lendemain, alors que quelqu’un était au courant du plan des démocrates.
  3. La puissance de minage du bitcoin s’est effondrée mystérieusement de plus de 40%, présageant une chute massive de 1 500 dollars.
  4. Donald Trump a exprimé une critique virulente du socialisme à l’Assemblée générale des Nations Unies. Dommage qu’il soit presque aussi mauvais que ceux qu’il combat à l’extrême gauche.
  5. Le trio européen des Gloires Fanées – le Royaume-Uni, la France et l’Allemagne – s’associe au chœur des condamnations non vérifiées contre l’Iran dans l’attaque de la raffinerie de pétrole saoudien du 14 septembre.
  6. La Réserve fédérale continue de renflouer les banques à hauteur de 65 à 75 milliards de dollars par jour grâce à des opérations de prise en pension au jour le jour, dont personne ne peut nous expliquer la raison.

Cela me semble être un coup d’État, à plusieurs niveaux, contre ceux qui osent défier la structure du pouvoir globaliste. Le leadership des deux institutions, britanniques et américaines, fait l’objet d’une attaque en règle.

Le message pas si subtil est : «Nous vous tenons. Nous sommes aux manettes et nous le serons toujours. » Vos champions seront harcelés jusqu’à ce qu’ils soient complètement paralysés et privés de toute capacité à mettre en œuvre les changements que vous souhaitez.

Pendant ce temps, les moyens de contrôle, que vous avez mis en place dans votre intérêt s’effondrent et nécessitent encore plus de soutien. Il est donc temps de saboter tout ce que vous envisagez de faire pour vous protéger du chaos que nous avons créé.

Les référendums démocratiques sont ignorés. Le réseau du bitcoin a mystérieusement été attaqué. Les parlements honnis ignorent leurs peuples et restent au pouvoir. Des siècles de traditions et de conventions ont été jetées par la fenêtre pour servir la prochaine grande affaire globalisante.

Selon une jeune Suédoise de seize ans souffrant de stress post-traumatique et de troubles anxiogènes, le monde va finir dans huit ans, mais nous sommes censés faire confiance à la nécessité et à la permanence de super-gouvernements transnationaux pour prévenir l’apocalypse ?

Lorsque vous perdez le contrôle de la narration en déroulant une histoire fabriquée de toute pièce, vous ne pouvez que doubler la mise. C’est ce que font les Démocrates dans le cas de l’Ukraine.

Ils doivent rester à l’offensive contre Trump parce que sinon leur candidat principal – ouais, lui, exactement ! –  au poste de président, sera disgracié. La chose naturelle à faire est donc, selon Alinsky, d’accuser Trump de la même chose que Joe Biden a faite, et qui a été enregistrée : brailler comme l’âne qu’il est.

Est-ce sur cela que Trump doit être attaqué ?

Oser révéler la vérité sur un problème de corruption réelle dans un pays profondément impliqué dans la fausse histoire de collusion du Russiagate qui visait à l’origine à l’éliminer du Bureau ovale ? Cela atteint-il en quelque sorte le niveau des Crimes et Délits graves ?

C’est ce qui arrive lorsque l’on vit dans un monde régi par des hommes et non par des lois.

Trump avait déjà, à tous égards, été acquitté de toute accusation d’entrave à la justice au sujet du Russiagate. Alors, comment ose-t-il inciter un homologue étranger à s’intéresser à la corruption réelle perpétrée par une personne étroitement liée à un ancien vice-président américain ?

C’est son travail de poursuivre les membres du gouvernement pour malversation, n’est-ce pas ?

La décision de Trump de publier les transcriptions non expurgées de l’appel téléphonique était la bonne décision. Et les poursuites continues des Démocrates dans cette voie les feront ressembler à des abrutis.

Mais voici où ça coince. Tirez une leçon du fiasco britannique. Tout le processus devant les tribunaux était un simulacre. La conclusion était courue d’avance dès le moment où la contestation de la suspension du Parlement par Johnson a été engagée.

Le reste était du théâtre parce que la Cour suprême allait toujours décider de cette façon.

Alors devinez quoi ? De la même façon, les Démocrates ne feraient pas pression en ce sens s’ils ne pensaient pas avoir les voix à la Chambre et au Sénat pour y parvenir. Ignorez la sagesse conventionnelle à ce sujet. Elle a été bafouée au Royaume-Uni.

Ils se tromperont ici, à moins que Trump n’ait d’autres atouts dans sa manche.

Son limogeage de John Bolton et son refus d’attaquer l’Iran ont conduit les néocons au bord de l’apoplexie. Ils veulent leur guerre sainte contre les chiites apostats, et ils l’obtiendront. Mike Pence sera leur avatar jusqu’à ce qu’il puisse être démis de ses fonctions par un simulacre d’élection en 2020.

Si ce n’était pas le cas, ils ne risqueraient pas ce qui leur reste d’avenir politique en défendant un vieil homme sénile, Joe Biden, qu’ils ne souhaitent pas réellement comme candidat, de toute façon.

C’est un coup d’État, les gars.

boba-fett-darth-vader-lando

Et toute la presse courtisane est dans ce coup pour votre santé mentale, et pour vous radicaliser dans la violence. Ils nous défient de riposter maintenant, pour pouvoir ensuite justifier la mise au pas complète et annuler de futures élections.

Ils doivent le faire. Leurs marchés financiers sont au voie d’effondrement. La crise de liquidité du dollar a commencé et va vider l’Europe de son sang.

Cela rappelle le goût des mois qui ont précédé la faillite de Bear Stearns, qui a abouti à Lehman Brother en 2008, faisant caler le moteur du monde.

La manière de réagir des élites était prévisible. Ils font toujours comme ça. Mais le problème est que, même si vous pouvez rendre légal, sur le plan juridique, quelque chose d’horrible, cela ne règle pas le problème. Et les gens savent ce qui est correct et juste. Rompre le pacte entre les gouvernants et les gouvernés crée un dangereux précédent pour une violence réciproque.

Car renverser un président des États-Unis pour avoir fait son travail et détruire un gouvernement britannique pour annuler un référendum démocratique sont des points de non-retour.

Les Britanniques et les Américains apprennent la terrible leçon qu’il est temps de mettre de côté des choses infantiles comme un gouvernement représentatif et que les élections sont  importantes. Elles ne le sont pas. À partir de maintenant, vous ne verrez que des choix de Hobson : « C’est à prendre ou à laisser ».

L’image que vous avez dans la tête de votre pays n’est pas la réalité de celle dans laquelle vous vivez.

La dystopie est réelle.

Tom Luongo

Traduit par jj, relu par Kira pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF