L’Amérique perdra la guerre commerciale parce que c’est ce que les globalistes veulent


Par Brandon Smith – Le 15 mai 2019 – Source Alt-Market.com


Les périodes de grandes crises politiques et sociales peuvent presque toujours être liées à une cause fondamentale commune – les faux paradigmes. Il y a beaucoup de gens qui n’ont aucune idée de ce que cette phrase signifie, tout comme ils n’ont aucune idée de ce que signifie l’expression « opposition contrôlée ». Certaines de ces personnes sont de nouveaux militants du mouvement pour la liberté qui se sont récemment joints au mouvement en raison de la ferveur de la campagne présidentielle Trump. Ils pensent que le monde de la souveraineté et du nationalisme tourne autour de Trump, parce que, franchement, ils ont eux-mêmes été dupés par un faux paradigme.

Les faux paradigmes sont une tactique de base de ce que l’on appelle la « guerre de 4e génération ». Le but de la guerre de 4ème génération est décrit dans le document « Des Psy-OP à la guerre psychologique ». Document diffusé au sein du Ministère de la défense par le 7è Groupe des opérations psychologiques et rédigé par l’ancien général Paul Vallely (épelé « Valley » dans le document) et l’ancien lieutenant-colonel Michael Aquino (un soi-disant sataniste, croyez-le ou non). Je le recommande pour comprendre comment les globalistes ont tendance à penser, comment ils utilisent la division pour conquérir des populations, et pour accepter le fait que ces gens ne sont pas tenus par l’empathie, la morale ou la raison.

En ce qui concerne la guerre de 4e génération, ce document  décrit une méthode de manipulation psychologique et de propagande utilisée par les gouvernements et les militaires comme un moyen de retourner une population cible contre elle-même. L’objectif est de gagner une guerre contre un groupe de personnes en les amenant à se détruire mutuellement pour que le gouvernement n’ait pas à les combattre directement.

Les faux paradigmes sont un outil de choix pour atteindre ce résultat. On y parvient en divisant une population par de faux dirigeants, des menaces extérieures fausses et parfois réelles, ainsi que par des crises fabriquées d’avance. Les institutions globalistes et les marionnettes politiques qu’elles contrôlent utilisent de faux paradigmes pour distraire le public de leurs activités criminelles. Alors que nous nous concentrons sur la gauche politique, ou la droite politique, ou les Russes, ou les Iraniens, ou les Chinois, ils exploitent notre peur et nos doutes pour obtenir plus de centralisation et plus de pouvoir.

Pour les globalistes, le grand prix est, bien sûr, la gestion économique globale OUVERTE (plutôt qu’une gestion secrète), une monnaie unique et une société sans numéraire à l’échelle globale, ainsi qu’un gouvernement global. Ils veulent un véritable État féodal global, une plantation à l’échelle mondiale – et ils veulent que les masses y adhèrent de leur plein gré, ou peut-être même qu’elles supplient pour cela. Pour obtenir ce prix, ils auront besoin d’un désastre économique considérable. L’économie américaine et le dollar devaient être sapés, car les Américains ne consentiraient pas à une gouvernance globale tant que notre société reste relativement riche et confortable.

Mais comment cela est-il accompli par les élites… ? Et qu’est-ce que la guerre commerciale a à voir avec leurs plans ?

Les élites bancaires globales et la démolition contrôlée des États-Unis

J’ai beaucoup écrit sur la démolition contrôlée de l’économie américaine depuis un certain temps déjà. En janvier 2018, j’ai prédit dans mon article « Faites la fête pendant que vous le pouvez – La banque centrale prête à faire éclater la bulle de tout » que Jérôme Powell et la Réserve fédérale poursuivraient le resserrement des politiques et continueraient jusqu’à ce que la bulle des fondamentaux – la dette des entreprises ; la dette des consommateurs ; le logement ; les ventes au détail ; les marchés boursiers, etc. – s’écroule. Jusqu’à présent, j’ai prouvé que j’avais raison ; les fondamentaux s’effondrent et il ne reste que les marchés boursiers. Au deuxième trimestre de 2019, la Fed continue de réduire ses actifs de manière exponentielle par rapport à son bilan et refuse toujours de baisser les taux d’intérêt par rapport au taux d’inflation « neutre », malgré les prédictions de nombreux médias grand public et alternatifs.

Par le passé, la Fed a utilisé la tactique des mesures de relance addictives et des taux d’intérêt artificiellement bas pour créer d’énormes bulles financières. De plus, elle a presque toujours recours à des politiques de resserrement en période de faiblesse économique pour faire éclater délibérément ces bulles. Par exemple, c’est exactement ce qui s’est produit au début de la Grande dépression. Comme l’ancien président de la Fed Ben Bernanke l’a admis ouvertement en 2002 dans un discours en l’honneur de Milton Friedman :

Bref, selon Friedman et Schwartz, en raison de changements institutionnels et de doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande dépression ont été beaucoup plus graves et importantes qu’elles ne l’auraient été normalement en période de récession.

Permettez-moi de terminer mon exposé en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. J’aimerais dire à Milton et Anna : En ce qui concerne la Grande dépression. Tu as raison, on l’a fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à toi, on ne recommencera pas.

Et pourtant, cela se produit de nouveau aujourd’hui. Au fur et à mesure que l’économie s’effondre, les institutions bancaires achètent de plus en plus d’actifs et consolident leur pouvoir, et à chaque fois, une gestion économique globale est suggérée comme une solution possible à la crise même qu’elle a créée.

Ma question n’a jamais été « Y aura-t-il un crash ? » Un crash des États-Unis est mathématiquement inévitable, il se produit maintenant de manière accélérée, et progresse de différentes manières depuis 2008. Au lieu de cela, ma question a toujours été : « Comment les globalistes comptent-ils s’en sortir ? »

Dans mon article « La guerre commerciale de Trump : un écran de fumée parfait pour un crash boursier », publié en mars 2018, j’ai expliqué exactement comment ils comptent s’en tirer. Dans cet article, j’ai examiné le nombre étrange de similitudes politiques entre Donald Trump et Herbert Hoover, y compris l’utilisation de barrières douanières à grande échelle juste avant l’effondrement du système financier américain. Alors que ce sont les hausses de taux d’intérêt de la Réserve fédérale qui ont exacerbé et prolongé la Grande dépression pendant de nombreuses années, ce sont les politiques de Herbert Hoover (et parfois l’étalon-or) qui ont été mises en cause.

En d’autres termes, Donald Trump suit presque exactement la même voie que Herbert Hoover, et la guerre commerciale de Trump avec la Chine est utilisée par les élites bancaires comme couverture pour leur sabotage de l’économie américaine. En fin de compte, c’est Trump et tous ses partisans « populistes » qui seront responsables de la déstabilisation de notre structure financière. Les banquiers centraux ont un bouc émissaire parfait.

L’atout et le faux paradigme gauche/droite

Mais comment les élites bancaires et les globalistes pourraient-ils prédire le comportement de Trump afin d’en tirer profit ? Eh bien, si vous regardez les antécédents de Trump ainsi que le nombre d’élites qu’il a placées dans son propre gouvernement, la réalité de la situation devient claire : Trump est une marionnette, et il l’a toujours été.

Dans mon article « Trump joue de la flûte enchantée pour l’agenda du Nouvel ordre mondial », j’ai décrit l’histoire de Trump avec les élites bancaires, y compris sa relation avec Wilber Ross, agent bancaire de Rothschild, qui a sorti Trump de ses dettes et l’a sauvé des effets de la faillite dans les années 90. La plus grande promesse électorale de Trump en 2016 était de « drainer le marais » à Washington D.C. des élitistes financiers et des globalistes auxquels Hillary Clinton était si étroitement liée. Mais lorsqu’il est entré à la Maison-Blanche, il a fait de Wilber Ross son secrétaire d’État au Commerce, embauché des brutes de Goldman Sachs comme Steven Mnuchin et Gary Cohn, et il a amené dans son gouvernement des psychopathes bellicistes comme John Bolton et Mike Pompeo.

Les globalistes n’ont pas à prédire le comportement de Trump, ils dictent le comportement de Trump. Ainsi, le faux paradigme gauche/droite règne à nouveau en maître ; le même paradigme auquel beaucoup de partisans de Trump pensaient échapper en se ralliant contre une présidence Clinton.

Les groopies actuelles de Trump ignorent complètement ce fait, cependant. Je n’ai pas vu une seule d’entre elles faire face à la question du gouvernement de Trump ou de ses associations avec les Rothschild. Soit elles l’ignorent totalement, soit elles prétendent que Trump « garde ses ennemis près de lui » ou « utilise leur expertise pour libérer l’Amérique ». C’est de la folie, mais cela montre le pouvoir que les faux paradigmes ont. Les conservateurs avaient tellement peur de Clinton qu’ils ont sauté dans le train de l’administration de l’opposition contrôlée de Trump, et ils refusent d’admettre qu’ils se sont fait avoir.

Mais comment les globalistes ont-ils bénéficié de la présence de Trump à la Maison-Blanche ?

M. Trump a ensuite attaché tellement d’importance à la performance de l’économie et surtout des marchés boursiers qu’on lui reprochera sans aucun doute tout crash qui se produirait aujourd’hui. C’est un comportement étrange si l’on considère ses déclarations de campagne, y compris son affirmation selon laquelle la Fed maintenait délibérément des taux d’intérêt bas pour protéger Obama, et que le marché boursier était une bulle géante frauduleuse. Aujourd’hui, M. Trump exige que le taux des fonds fédéraux soit abaissé et que les mesures de relance soient renouvelées, et il n’a cessé de tweeter sur le fait que l’économie qu’il dirige est « la plus forte jamais vue ».

Pour ceux qui suivent de près la santé de l’économie américaine, les déclarations de Trump peuvent sembler illusoires. Si vous comprenez que Trump est une opposition contrôlée et qu’il joue le rôle scénarisé du méchant, ses déclarations sont parfaitement sensées. L’économie américaine n’est PAS plus forte que jamais, en fait, elle est dans son pire état depuis le crash de 2008, comme je l’ai montré en détail dans mon article « L’effondrement des fondamentaux de l’économie américaine s’accélère ». Trump s’enroule autour de l’implosion de la bulle de Tout comme une mascotte de la destruction financière, et il essaie d’entraîner tous les conservateurs avec lui.

La Chine et le faux paradigme Est/Ouest

L’autre côté du mécanisme de contrôle d’un crash de cette ampleur se trouve à l’autre bout du monde – la Chine. Ce n’est pas seulement Trump qui doit agir d’une certaine manière pour couvrir le crash de la bulle de Tout, la Chine doit aussi jouer son rôle. Le faux paradigme Est/Ouest est peut-être le plus répandu de tous les faux paradigmes, car même de nombreux membres du mouvement pour la liberté pensent que les gouvernements chinois ou russe s’opposent aux élites américaines et européennes. Ce n’est tout simplement pas vrai.

La Chine, en particulier, entretient des relations de longue date avec les globalistes occidentaux. En fait, la Chine moderne a été essentiellement construite par eux.

La famille Rockefeller et la Fondation Rockefeller ont influencé les développements sociaux et politiques chinois depuis la fin des années 1800. Au début, cela semblait inoffensif, la fondation lançant des programmes sociaux et sanitaires dans les zones rurales, mais comme l’ont fait remarquer les historiens ayant accès aux archives Rockefeller, les Rockefeller ne cherchaient pas à montrer leur capacité de charité philanthropique, mais à exercer une grande influence dans la société et la politique chinoises. Pour plus d’informations, je vous recommande vivement de lire l’étude de Frank Ninkovich sur la domination des Rockefeller en Chine depuis un siècle dans le Journal Of American History.

La banque centrale de Chine est actuellement liée à la Banque des règlements internationaux, souvent appelée « banque centrale des banques centrales » et, comme l’admet un article paru dans Harpers en 1983, la BRI rédige essentiellement des politiques pour toutes les banques membres – cela signifie que la banque centrale chinoise ET la Réserve fédérale sont toutes deux contrôlées par les globalistes de la BRI. Cela est d’autant plus évident ces dernières années que toutes les grandes banques centrales ont opéré avec un étrange niveau de coordination pour soutenir les marchés boursiers d’autres pays, y compris les marchés boursiers de pays qui sont censés être en conflit.

La Chine travaille maintenant en étroite collaboration avec le FMI – le yuan a été introduit dans le système du panier de DTS, et la Chine a demandé à plusieurs reprises que le panier de DTS remplace le dollar américain comme structure de réserve globale. Le FMI discute ouvertement de l’introduction d’un système de monnaie numérique sans cash basé sur la technologie de la blockchain, qui, je crois, remplacera probablement TOUTES les monnaies lorsque le moment viendra.

Cela signifie que la guerre commerciale est une farce. En ce qui concerne les élites de la Chine et des États-Unis, il n’y a pas de division ni de conflit. Ils veulent tous la même chose : la centralisation globale.

L’écran de fumée de la guerre commerciale

Pendant de nombreuses années, j’ai averti que la prochaine guerre globale serait une guerre économique globale entre l’Est et l’Ouest, et que cette guerre serait conçue par les globalistes comme une distraction massive pendant qu’ils introduiraient leur système économique global unique. Le nœud de cette guerre économique serait la vente éventuelle des bons du Trésor américain par les banques centrales étrangères ainsi que la fin du dollar comme monnaie de réserve globale.

Ce que beaucoup de gens en faveur de la guerre commerciale ne semblent pas réaliser, c’est que le statut de réserve globale du dollar faisait partie de l’accord initial avec la Chine. La Chine a obtenu un excédent commercial et un accès aux marchés américains, les États-Unis ont gagné un bassin de main-d’œuvre bon marché, l’accès à des produits bon marché et notre monnaie a été acceptée par les Chinois comme le fondement du commerce international. Mais cette dynamique ne sert plus les intérêts globalistes dans le nouveau système qu’ils espèrent créer.

Comme le décrit un article publié en 1988 dans le magazine The Economist des Rothschild, l’économie américaine doit être revue à la baisse pour ouvrir la voie au nouveau système monétaire global. Le globaliste Mohamed El-Erian a confirmé ce plan dans un éditorial de 2017 pour The Guardian. Et, comme l’a déclaré le globaliste George Soros en 2009, la Chine a l’intention de jouer un rôle plus important au FMI et de devenir le moteur économique du « nouvel ordre mondial », tandis que les États-Unis sont prêts à passer au second plan dans les affaires globales à mesure que le reste du monde se détournera du dollar.

C’est peut-être la raison pour laquelle les ventes des bons du Trésor américain à 10 ans ont des résultats lamentables, et pourquoi les Chinois sont maintenant prêts à menacer de ventes massives de leurs obligations du Trésor américain par l’intermédiaire de leurs médias publics. La Chine ne s’est PAS pliée aux barrières douanières américaines comme tant de gens l’ont prédit au cours de l’année écoulée. En fait, la Chine a creusé son déficit commercial encore plus loin.

La Chine est le premier exportateur/importateur mondial. Les Chinois établissent maintenant la norme pour le commerce international, et plus les États-Unis. Si la Chine donne suite aux menaces de ventes des bons du Trésor américain, ou si elle renonce au dollar comme monnaie de réserve, la plupart de ses partenaires commerciaux, sinon tous, feront de même. Les conséquences seraient dévastatrices pour l’économie américaine, qui a une base manufacturière minimale et dépend entièrement de l’acceptation internationale du dollar pour maintenir les prix bas et soutenir ce qui reste de notre structure financière.

Alors que les partisans de la guerre commerciale continuent d’insister pour que le secteur manufacturier revienne aux États-Unis, cela ne s’est toujours pas produit. Pourquoi les entreprises dépenseraient-elles tant d’argent pour reconstruire des usines aux États-Unis alors qu’elles peuvent simplement rester en Asie et utiliser les usines existantes et la main-d’œuvre bon marché ? Rien ne les incite à revenir. Si les barrières douanières augmentent, elles peuvent facilement augmenter les prix à la consommation pour soutenir leur résultat net.

Les États-Unis se préparent à une chute spectaculaire. Ceux qui prétendent que la Chine ne ferait jamais une telle chose ne comprennent pas l’économie chinoise. Le marché américain ne représente que 18 % des exportations chinoises et la consommation américaine est en baisse. La grande majorité du PIB de la Chine provient de la consommation intérieure, et l’affirmation selon laquelle la Chine dépend des marchés américains pour survivre est l’un des mensonges les plus largement perpétués de la dernière décennie. Les Chinois subiront un coup dur pour leur économie, certes, mais pas du tout le même coup que l’économie américaine s’ils suppriment le dollar comme principal mécanisme commercial.

La guerre commerciale n’a de sens que si on la considère sous l’angle globaliste. La Chine souffrira dans une certaine mesure, mais les États-Unis subiront un désastre économique dont ils ne se relèveront jamais, et seuls les globalistes en bénéficieront réellement. Avec l’augmentation des tensions, probablement jusqu’à la fin de 2019, je soupçonne que la Réserve fédérale augmentera les réductions de son bilan sous couvert de la guerre commerciale. Je soupçonne également que la banque centrale chinoise mettra enfin un terme aux mesures de relance qui ont maintenu les marchés globaux à flot au cours des quatre derniers mois. Cela finira par déclencher l’effondrement des marchés en plus des fondamentaux déjà en chute libre.

Les États-Unis perdront la guerre commerciale, Trump et les conservateurs seront blâmés pour l’effondrement, la Chine sera déjà prépositionnée comme le prochain moteur économique du monde, et le FMI et la BRI présenteront leur système monétaire global unique comme la solution au problème qu’ils ont créé. La réussite ou l’échec de ce plan dépendra en grande partie de la mesure dans laquelle un nombre suffisant de personnes mettront de côté leurs préjugés et accepteront que tout cela n’était qu’une farce depuis le tout début.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF