La désinformation globaliste sous les feux de la rampe – Mohamed El-Erian


Par Brandon Smith – Le 9 janvier 2019 – Source Alt-Market.com


Dans cette nouvelle série d’articles « Sous les feux de la rampe » que je publierai par intermittence, j’ai l’intention de mettre en lumière certaines personnes qui travaillent au sein d’institutions globalistes ou qui expriment souvent des sentiments pro-globalistes. Plus précisément, je décrypterai la propagande provenant directement des pontifications des globalistes. J’entends souvent les gens dire que les analystes alternatifs devraient « nommer l’ennemi » plus souvent dans leur travail. Bien sûr, si nous voulions être radical dans ce but chaque fois que nous publions quelque chose, chaque article serait plus long qu’un livre.


Je suggère souvent à ceux qui veulent savoir qui sont les globalistes d’identifier simplement les personnes qui font explicitement la promotion du globalisme. Ce n’est pas comme si les élitistes étaient invisibles. Ce sont généralement des narcissiques, et les narcissiques ont tendance à beaucoup l’ouvrir. Ils sont toujours à la recherche d’attention – c’est l’une de leurs plus grandes faiblesses et cela les rend facilement identifiables.

Mais qu’est-ce que le « globalisme » ? C’est une combinaison d’éléments idéologiques. D’abord et avant tout, ces adeptes croient en la centralisation totale du pouvoir. Cela signifie l’effacement à terme de toutes les frontières nationales, de toutes les divisions économiques, de toutes les distinctions culturelles. Ils veulent un système mondial unique, avec une seule autorité économique, une seule monnaie et un seul gouvernement mondial.

Ce système est parfois présenté comme une sorte d’« utopie » du futur, dans laquelle la guerre appartiendrait au passé et la pauvreté serait éradiquée. Le coût d’une telle utopie n’est cependant jamais mentionné. L’extermination complète de l’individualité, du choix personnel, de la libre pensée et de l’autosuffisance est le prix du contrat globaliste avec le diable.

Les globalistes ont également tendance à soutenir des programmes qui favorisent ouvertement ou indirectement le contrôle de la population. Cela comprend les programmes qui se présentent comme étant respectueux de l’environnement. Les régimes de taxation du changement climatique et du carbone en particulier visent à réduire l’accès à l’énergie, rendant impossible l’expansion de la production et réduisant ainsi les moyens de subsistance de la population actuelle.

Les marionnettes politiques de l’agenda globaliste ne sont pas toujours évidentes à détecter. Elles peuvent même parfois attaquer le globalisme et prétendre lutter pour le nationalisme ou contre l’idéologie du changement climatique. Nous appelons ces politiciens « opposition contrôlée ».

La façon la plus facile de déterminer si un politicien est contrôlé est d’identifier les personnes dont il s’entoure. Avec qui sont-ils associés ? Qui les « conseille » ? S’ils sont régulièrement entourés de globalistes et d’élites bancaires connues, ils sont des marionnettes, sciemment ou inconsciemment. Leurs actions ne serviront jamais que des intérêts globalistes, et une fois leur carrière terminée, il sera clair que leur rhétorique pro-souveraineté avait l’air de bien sonner quand ils étaient au pouvoir, mais chaque politique qu’ils affirmaient faisait en fait avancer le globalisme ou faisait paraître les anti-globalistes comme des gens absurdes et dangereux.

Il y en a aussi beaucoup qui plaident en faveur de la globalisation sans vraiment connaître le mal qu’elle implique. Nous appelons ces gens des « idiots utiles ». Ces péquenauds sont habituellement aspirés dans cette idéologie par des marques particulières de propagande.

Certaines propagandes font appel au sentiment de supériorité ou de vanité des gens, suggérant qu’ils sont beaucoup plus brillants que la majorité parce qu’ils acceptent le récit de l’establishment et qu’ils sont donc plus utiles à la société. D’autres propagandes jouent sur la peur des gens de se tenir à l’écart de la « pensée dominante ». Elles cherchent à créer l’illusion du consensus (la propagande sur le réchauffement climatique le fait souvent), dans laquelle les gens sont convaincus que « tout le monde sait » qu’un mensonge particulier est en fait une vérité universelle. Les faits peuvent suggérer le contraire, mais le faux consensus est conçu pour faire en sorte que les gens se sentent réticents à exprimer leurs doutes sur les points de vue dominants. Ils ont peur d’être réprimandés par leurs amis, leur famille ou le grand public. Et ainsi, ils se taisent, ne réalisant jamais que des millions d’autres personnes pourraient partager leurs doutes et qu’ils ne sont pas une minorité isolée.

La propagande repose sur une désinformation calculée. Habituellement, les globalistes utilisent d’autres personnes pour cette tâche. Ils exploitent les médias contrôlés, ou ils exploitent l’opposition contrôlée, ou ils utilisent des agents de désinformation anonymes pour attaquer quiconque a le courage de présenter publiquement la vérité. Mais comme nous l’avons déjà dit, la plupart d’entre eux sont narcissiques et ne peuvent se tenir à l’écart des projecteurs.

Dans l’article de cette semaine, je me concentrerai sur Mohamed El-Erian, qui a été très actif dans les médias le mois dernier. Certains de mes lecteurs reconnaîtront peut-être ce nom ; El-Erian a été un promoteur actif d’un système monétaire global basé sur le système du panier de DTS du FMI. Il suggère qu’une monnaie mondiale pourrait être un moyen efficace de combattre les « dangers » du « nationalisme populiste ».

El-Erian est un conseiller économique de la firme Allianz, la société mère de PIMCO, l’une des plus grandes sociétés d’investissement au monde. De nombreux fonctionnaires de la Réserve fédérale travaillent au sein de PIMCO avant ou après leur passage à la banque centrale, notamment l’ancien président de la Fed Ben Bernanke et Alan Greenspan. El-Erian a été président du Global Development Council de Barack Obama et a travaillé comme directeur adjoint du FMI dans les années 1980.

Dans un tel contexte, il n’est pas surprenant qu’El-Erian répande la désinformation en faveur de l’agenda globaliste.

Récemment, M. El-Erian a participé à des discussions avec les médias et a rédigé un article d’opinion pour Bloomberg News, dans lequel il a présenté un certain nombre de faits fallacieux sur la situation de l’économie et la culpabilité des banques centrales. Jetons un coup d’œil à certains des éléments les plus importants de la désinformation.

El-Erian affirme qu’il n’y aura pas de récession

Tout d’abord, soyons clairs – les États-Unis et la majeure partie du monde sont en récession/dépression depuis le krach de 2008. Si votre économie doit être soutenue artificiellement par l’impression fiduciaire de la banque centrale pendant dix ans juste pour empêcher le système de sombrer dans le chaos, alors votre économie est en déclin rapide et permanent. Dissimuler cette situation avec des mesures de relance de la banque centrale peut masquer l’état de récession d’une manière technique, mais une croissance fondamentalement négative constitue toujours une menace si l’on y met fin en retirant la prise.

C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui alors que la Fed durcit sa politique et retire des liquidités à l’économie. À l’heure actuelle, les marchés de l’immobilier, de l’automobile, du crédit et des actions sont sur le point d’entrer en territoire baissier. Tout cela a débuté APRÈS que la Fed a commencé à relever les taux d’intérêt et à réduire son bilan. Il devrait être évident pour quiconque a un peu de bon sens que l’économie s’effondre, et elle s’effondre à cause de la Fed.

El-Erian sait qu’il ment, c’est pourquoi il se couvre en faisant remarquer que même si nous « ne subirons pas de récession », nous verrons un « ralentissement si nous n’élaborons pas de politiques favorables à la croissance ».

Pourquoi des globalistes comme El-Erian mentiraient-ils au sujet de la véritable menace qui pèse sur notre système économique ? D’une part, ils sont les coupables du crash de 2008, ils ont créé la « bulle de tout » qui a suivi, et maintenant ils sont délibérément en train de faire éclater cette bulle pour provoquer une nouvelle crise. Il leur incombe de cacher l’instabilité jusqu’à ce qu’ils soient prêts à blâmer un bouc émissaire prédéterminé. J’ai également constaté dans mes recherches qu’il est très courant pour les globalistes et leurs partenaires médiatiques de tenter de garder le public le plus inconscient possible avant chaque accident, en publiant toujours des déclarations dans les médias sur la « reprise imminente » quelques mois seulement avant le début d’une crise.

Cela permet d’accomplir deux choses : Premièrement, cela signifie que le public sera pris au dépourvu et qu’il ne sera pas préparé à la crise qui produira le maximum de panique. Deuxièmement, cela trompe la communauté financière en lui faisant garder son capital dans le système alors qu’elle devrait liquider ses avoirs et échapper à la ruine. Avant chaque krach boursier, y compris la Grande Dépression, il y avait un chœur d’élitistes et de marionnettes médiatiques qui disaient aux gens qu’ils seraient « idiots » de sortir des marchés.

Alors que la cabale bancaire et les globalistes vendent leurs avoirs et positionnent leur propre capital pour faire face au krach, ils ont besoin de plus grands fous pour acheter. Les investisseurs particuliers, les traders du dimanche et les hedge funds finissent généralement par être ceux là.

El-Erian défend les banques centrales

L’ancien fonctionnaire du FMI déplore l’idée que les banques centrales pourraient être davantage critiquées pour le resserrement de leur politique et les conséquences qu’elle pourrait avoir. El Erian accuse plutôt les troubles à Washington, y compris l’arrêt du gouvernement.

Je préviens depuis un certain temps déjà que Donald Trump est la parfaite distraction pour disculper les banques centrales alors qu’elles éliminent les mesures de relance de l’économie et entreprennent délibérément une démolition contrôlée de la bulle financière qu’elles ont créée après 2008. J’ai décrit le statut de Trump en tant qu’opposition contrôlée dans un récent article.

La rhétorique d’El-Erian en tandem avec l’habitude constante de Trump de s’attribuer le mérite de la bulle boursière appuie ma position. Trump a parfois critiqué la Fed pour avoir augmenté les taux d’intérêt et menacé le marché haussier des actions. Toutefois, lorsque Trump prétend également qu’il est la cause du rallye boursier des deux dernières années plutôt que de s’en tenir à la vérité, c’est-à-dire que le rallye boursier est une bulle frauduleuse créée par la Fed, ses plaintes contre la banque centrale se révèlent comme les fanfaronnades d’un caractère infantile. Si l’administration de Trump était effectivement le véritable moteur de la hausse des cours boursiers, il n’aurait pas besoin de la Fed pour continuer à manipuler les marchés par des mesures de relance.

M. Trump a également affirmé récemment que sa propre guerre commerciale avait déclenché la « secousse » qui a fait chuter les marchés actions le mois dernier. On ne peut pas nier que Trump s’est mis sur le billot comme la cause du prochain accident.

La guerre commerciale de Trump et l’arrêt du gouvernement sont déjà utilisées par les globalistes comme une couverture pour leur démolition contrôlée de l’économie. El Erian n’est qu’un des nombreux élitistes qui répandent le mensonge que Trump est le coupable de cet accident, plutôt que les banques centrales.

En attendant, El-Erian prévient que les fluctuations de 1000 points du Dow Jones deviendront monnaie courante – ce qui est le seul commentaire véridique qu’il a fait récemment. Cependant, il agit comme si cela ne devait pas être une préoccupation, comme si une telle volatilité était normale. Pourquoi 2017 a-t-elle été si calme en terme de performance boursière, alors que 2018 a été si violente ? Quelle était la différence ? La réponse est évidente : en 2018, la Fed a haussé agressivement les taux d’intérêt jusqu’à leur taux d’inflation « neutre » et a élargi ses réductions de bilan.

Comme je l’ai indiqué dans mon article intitulé « La Réserve fédérale fait du sabotage – Et les experts sont inconscients », publié en juin 2017, la Fed a évoqué la « bulle de tout » et la Fed savait que cette bulle allait finalement imploser. Les banquiers centraux savent bien ce qu’ils font. Rien n’est une coïncidence.

El-Erian dit que l’économie restera forte

Les globalistes utilisent souvent des statistiques erronées pour dénaturer la véritable santé de l’économie. Les chiffres du chômage sont un outil de prédilection. Bien que les statistiques officielles indiquent des taux de chômage sans précédent, le Bureau of Labor Statistics a choisi d’omettre certains détails importants, tels que le fait qu’environ 96 millions de personnes ne sont pas considérées comme des chômeurs parce qu’elles sont sans emploi depuis trop longtemps. Le BLS comptabilise également les personnes sous-employées avec un nombre minimal d’heures de travail comme s’il s’agissait de travailleurs pleinement employés.

Bien sûr, le taux de chômage continue de baisser, car de plus en plus de personnes sont rayées de la liste, et de plus en plus de personnes s’installent pour des emplois de services à temps partiel peu rémunérés, car ce sont les seuls emplois créés dans la plupart des économies locales.

Je ferais remarquer que Donald Trump avait fait cette même observation honnête au cours de sa campagne électorale, pour ensuite se vanter du nombre d’emplois manipulés après son entrée au bureau ovale.

Une autre statistique que les globalistes aiment utiliser est le PIB. Le chiffre officiel du PIB est une fraude construite sur de nombreuses erreurs. La tactique la plus importante pour faire mousser le PIB consiste à calculer les dépenses publiques comme s’il s’agissait de production. En d’autres termes, le gouvernement vole votre argent par le biais de la fiscalité, vous empêchant de l’utiliser pour produire, puis le verse dans des programmes gouvernementaux inutiles, qui sont ensuite comptabilisés dans le PIB. Cela inclut même des programmes hautement non productifs comme Obamacare.

Le PIB ne tient pas non plus compte de l’inflation réelle. Oui, les consommateurs américains dépensent chaque année une part croissante de leurs revenus, mais ce n’est pas parce qu’ils sont plus riches que l’année précédente. C’est parce que la plupart des biens et services ont coûté plus en raison des pics d’inflation annuels. [Le calcul du PIB est aussi changé pour inclure la prostitution par exemple, NdT].

Le PIB ne représente pas la production légitime ni la santé de l’économie, pas plus que les statistiques du travail. El-Erian fait ce que font tous les globalistes, qui désinforment le plus possible le public jusqu’à un effondrement du système. Plus le public ressent de la peur et de l’incertitude en période de crise, plus il devient malléable et plus les globalistes ont le pouvoir de prendre en main le processus. Si un désastre financier peut en même temps être imputé aux ennemis idéologiques des globalistes (activistes de la souveraineté et défenseurs du marché libre), tant mieux pour eux.

Au fur et à mesure que cette série avancera, vous constaterez que des globalistes comme El-Erian avancent de concert avec un même récit, indiquant une conspiration cohésive et non une coïncidence aléatoire.

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « La désinformation globaliste sous les feux de la rampe – Mohamed El-Erian »

Les commentaires sont fermés.