La crise due à l’attaque sur l’infrastructure pétrolière saoudienne est terminée


Nous attendons maintenant la prochaine


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − Le 19 septembre 2019

La crise due à l’attaque de drones et de missiles yéménites sur deux installations pétrolières saoudiennes est pour l’instant terminée.

Les Saoudiens et les Américains accusent l’Iran d’être à l’origine de cet « acte de guerre », comme l’a nommé le secrétaire d’État, Pompeo. Les Saoudiens bombardent le Yémen avec des bombes américaines depuis 2015. On se demande bien comment Pompeo appelle ça.

Les forces yéménites alliées aux Houthis Ansarallah ne nient pas que leurs drones et leurs missiles de croisière soient des copies de plans iraniens. Mais ils insistent sur le fait qu’ils ont été construits au Yémen et lancés depuis ce pays.

Le Président Trump ne lancera pas d’attaque militaire contre l’Iran. Ni les Saoudiens, ni personne d’autre. L’Iran les a dissuadés en leur expliquant que toute attaque contre l’Iran entraînera, en rétorsion, une guerre totale contre les États-Unis et leurs alliés du golfe Persique.

Trump a envoyé Pompeo en Arabie Saoudite pour consoler la famille de gangsters saoudiens qui se prétendent rois. Il a bien sûr essayé de leur vendre plus d’armes. Lors de son vol de retour, il a eu une série inhabituellement pacifique de questions – réponses avec des journalistes. Il a déclaré :

Je viens ici dans un état d’esprit diplomatique. Pendant que le ministre des Affaires étrangères iranien menace de mener une guerre totale et de se battre jusqu'au dernier Américain, nous sommes ici pour mettre sur pied une coalition visant à instaurer la paix et à trouver une solution pacifique à ce problème. C'est ma mission, ce que le Président Trump veut absolument que je m'efforce d'accomplir, et j'espère que la République islamique d'Iran voit les choses de la même façon. Il n'y a aucune preuve de cela dans sa déclaration, mais j'espère que c'est quand même le cas.

La crise est donc terminée et nous attendons à nouveau la prochaine. Dans quelques jours ou quelques semaines, nous assisterons à d’autres attaques contre les ressources pétrolières de la partie occidentale du golfe Persique. L’Iran, avec l’aide de ses amis, peut jouer ce jeu encore et encore et il le fera jusqu’à ce que les États-Unis renoncent et lèvent les sanctions contre ce pays.

Les Houthis continueront à attaquer les Saoudiens jusqu’à ce qu’ils mettent fin à leur guerre contre le Yémen et compensent les dommages de guerre.

Tant qu’aucun soldat américain ne sera tué, les États-Unis ne riposteront pas parce que Trump veut être réélu. Une guerre totale autour du golfe Persique entraînerait des prix stratosphériques de l’énergie et ferait chuter l’économie mondiale. Ses électeurs n’aimeraient pas ça.

Dans nos articles précédents sur l’attaque d’Abqaiq, nous avons dit que l’usine de stabilisation du pétrole brut attaquée à Abquaq n’avait aucune défense antiaérienne. Quelques diligents chercheurs ont depuis lors découvert qu’il y avait une unité de défense antiaérienne Patriot, jusque-là inconnue, dans la région qui était elle-même protégée par plusieurs canons de défense antiaérienne de courte portée :

Michael Duitsman @DuitsyWasHere - 7:02 UTC - 18 sept. 2019

Sur le papier, les défenses antiaériennes attachées à l'installation de traitement du pétrole d'Abqaiq sont plutôt redoutables... du moins selon les normes de 1995. Une batterie de Shahine SAMs (système français Crotale datant du début des années 1980) 3 ou 4 sections de canons antiaériens, chacune avec 2 canons jumeaux de 35 mm et une unité de conduite de tir

Agrandir

Mais un système Patriot ne couvre que 120° de l’horizon. Les drones attaquants venaient de l’ouest tandis que les ennemis de l’Arabie Saoudite sont à l’est et au sud. L’ancienne version Patriot 2 des Saoudiens n’est pas non plus d’une grande utilité contre les drones volant à basse altitude et les missiles de croisière.

Il est aussi étrange que le système radar de l’unité Patriot ait été éteint.

Poutine is a Virus @PutinIsAVirus - 4:53 UTC - 19 sept. 2019

Aucun système Patriot n'était actif au cours des derniers mois - du moins de façon régulière - à proximité de l'usine pour détecter les missiles de croisière volant à basse altitude ou les drones. L'autre installation la plus proche se trouvant à Barhain, utilisant Sentinel 1 CSAR sat pour la détection

Agrandir

Les satellites équipés d’un radar à ouverture synthétique peuvent voir le radar du Patriot et d’autres systèmes de défense aérienne. Aucun n’a été détecté autour d’Abqaiq.

L’explication de cette situation est probablement plutôt classique. Le colonel Pat Lang était en poste en Arabie saoudite en tant qu’officier de liaison militaire. Comme il l’a récemment fait remarquer :

Ne sous-estimez jamais la paresse irresponsable des Saoudiens. D'après mon expérience, ils éteignent tous les systèmes ATC et de défense aérienne qui nécessitent des effectifs ou une surveillance lorsque cela les gêne, comme c'est le cas le week-end. Selon moi, si c’est bien les Houtis Ansarallah qui l'on fait [cette attaque, NdT] ils feront bientôt quelque chose de similaire pour prouver qu'ils en sont bien les responsables.

Abqaiq a été attaqué dans la nuit du vendredi au samedi. C’est le week-end en Arabie Saoudite.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « La crise due à l’attaque sur l’infrastructure pétrolière saoudienne est terminée »

Les commentaires sont fermés.