La Chine va de l’avant en dépit du chaos et des menaces


Pékin met le turbo pour ses Nouvelles Routes de la Soie et d’autres plans de jeu stratégiques malgré le Covid-19 et la guerre hybride américaine


Par Pepe Escobar − Le 7 mai 2020 − Source Asia Times

Un soldat chinois monte la garde (Archives). Photo : AFP/Getty

Au milieu de la plus profonde contraction économique depuis près d’un siècle, le président Xi Jinping avait déjà très clairement indiqué, le mois dernier, que la Chine devait être prête à relever sans relâche des défis étrangers sans précédent.

Il ne faisait pas seulement référence au possible découplage des chaînes d’approvisionnement mondiales et à la diabolisation permanente de tous les projets liés aux Nouvelles Routes de la Soie, ou Initiative « Belt and Road ».

Un document interne prétendument divulgué, secret et introuvable en Chine, mais néanmoins obtenu par une obscure source liée à l’Occident, a même déclaré, en substance, que le jeu habituel de blâmer la Chine à propos du virus est comme le contrecoup de Tienanmen, une fois de plus.

Selon ce document secret et introuvable, la Chine devrait « se préparer à une confrontation armée entre les deux puissances mondiales » – une référence aux États-Unis. C’est comme s’il s’agissait d’une stratégie agressive déployée par l’État chinois en premier lieu, et non en réponse à l’escalade massive de la guerre hybride 2.0 par le gouvernement américain.

À toutes fins utiles, la diabolisation hystérique de la Chine à Washington a maintenant dépassé les précédentes, entre autres la diabolisation de la Russie.

Ce que Pékin avait l’habitude de définir comme une « période d’opportunité stratégique » est terminé. Des rumeurs ont circulé dans les cercles d’information selon lesquelles les dirigeants du PCC [Parti Communiste Chinois, NdT], pensaient que cette fenêtre d’opportunité stratégique durerait sans entrave jusqu’à la date clé, 2049 [marquant le centenaire de la fondation de la République Populaire de Chine, NdT] – lorsque le « rajeunissement national » aurait dû être pleinement accompli.

Oubliez cela. Il s’agit maintenant de la guerre hybride 2.0 déployée par les États-Unis pour contenir la superpuissance émergente, quoi qu’il en coûte. Et cela implique qu’une pléthore de plans chinois sont maintenant en mode-turbo.

La première chose à faire est de restaurer la productivité de la machine « Made in China ». Lors de sa récente visite dans la province du Shaanxi, historiquement cruciale pour le PCC, le président Xi a insisté sur ce point, associé à une offensive anti-pauvreté. Il avait promis d’éliminer la pauvreté cette année.

De manière significative, et contrairement à toutes les prévisions occidentales, les exportations chinoises ont augmenté de 3,5 % en avril, contre une baisse de 6,6 % en mars. Cela bouleverse totalement la logique du découplage. Le gouvernement japonais, par exemple, accélère la relocalisation des usines de Chine, dans la précipitation. Pas vraiment une stratégie très intelligente.

Ces usines quittent une nation qui a pratiquement éradiqué le Covid-19. Et si elles s’installent au Vietnam, eh bien, c’est aussi une économie socialiste (avec des caractéristiques vietnamiennes).

La croissance du PIB chinois a chuté de 6,8 % au premier trimestre 2020. La reprise est déjà là. Officiellement, le taux de chômage était de 5,9 % fin mars – sans compter les travailleurs migrants qui sont retournés dans les grandes villes après avoir passé le sommet de Covid-19 à la campagne. On prévoyait un taux de chômage de 20 %, qui s’est ensuite réduit.

La reprise sera un mélange de mesures de stimuli économiques pour les entreprises, grandes et petites, d’investissements dans les infrastructures et de tickets de consommation pour une grande partie de la population active. Le système du hukou – qui lie les droits sociaux au lieu de résidence – sera également réformé. La date clé à surveiller sera le 22 mai, lors de la session reportée de l’Assemblée Populaire Nationale.

Les Nouvelles Routes de la Soie sont en bonne voie

Sur le plan géopolitique, l’analyse du groupe de réflexion français CAPS [Centre d’Analyses, de Prévision et de Stratégie, NdT], une entité du Ministère des Affaires Étrangères à Paris, est pratiquement devenue un mantra à travers l’Occident.

Le CAPS s’inquiète du fait que la Chine est devenue indispensable, tout en s’interrogeant sur ses « valeurs » et son « agenda caché ». Alors que l’UE est totalement paralysée et qu’elle prouve de visu son manque de pertinence à de multiples niveaux, notamment en ce qui concerne l’accord sur un plan de sauvetage efficace pour tous ses membres, l’Occident – en déclin -, presque en bloc, est terrifié par le fait que la Chine est en train de devenir la première puissance mondiale de façon irréversible.

Même après avoir subi le coup massif du Covid-19, Pékin semble contrôler toutes les variables fondamentales de sa politique économique (institutions financières, grandes entreprises). Le PCC va redoubler d’efforts pour développer l’ensemble de la machine de production parallèlement à l’application généralisée des techniques d’IA.

Ce qui semble établi maintenant, c’est que la Chine va d’abord garantir ses propres intérêts nationaux – en termes de chaînes d’approvisionnement et d’exportations mondiales. À court et à moyen terme, l’accent sera mis sur certaines Nouvelles Routes de la Soie terrestres et maritimes, y compris la Route de la Soie de la Santé.

Même avec le Covid-19, les échanges commerciaux de la Chine avec les pays de la Belt and Road ont augmenté de 3,2 % au premier trimestre, ce qui n’est pas négligeable, même si l’on compare avec les 10,8 % enregistrés pour l’ensemble de l’année 2019.

Selon le Ministère du Commerce, les échanges commerciaux de Pékin avec 56 pays de la Belt and Road, répartis entre l’Asie, l’Afrique, l’Europe et l’Amérique du Sud, représentent un pourcentage très important (30 %) du total des échanges annuels. Comparez maintenant ce chiffre à la contraction de 13 à 32 % du commerce mondial prévue par l’Organisation Mondiale du Commerce pour 2020.

Ainsi, même si une baisse du commerce au premier trimestre de 2020 était plus que prévisible, elle devrait se redresser rapidement, notamment en ce qui concerne l’Asie du Sud-Est, l’Europe de l’Est et le monde arabe.

La Belt and Road doit faire face, comme prévu, à une myriade de défis à court et moyen terme, tous liés à une connectivité défaillante : ruptures de la chaîne d’approvisionnement, restrictions généralisées en matière de voyages et de visas, contrôles frontaliers sévères, retards dans les projets en raison de l’augmentation des coûts.

Citons par exemple le train à grande vitesse Jakarta-Bandung, long de 150 km et d’un coût de 6 milliards de dollars, en Indonésie, où les experts techniques chinois ne reviennent que lentement après avoir été absents en raison de restrictions gouvernementales. Le long du corridor économique Chine-Pakistan, la quarantaine obligatoire des techniciens chinois a gelé les progrès pendant au moins deux mois. Il en va de même pour les projets au Bangladesh et au Sri Lanka.

Selon un rapport de l’Economist Intelligence Unit, le Covid-19 fera dérailler l’initiative Belt and Road en 2020. Cela n’a peut-être été le cas que pendant les quatre premiers mois de l’année. Même dans le cadre de la pandémie du Covid-19, Pékin a signé des accords pour de nouveaux projets Belt and Road au Myanmar, en Turquie et au Nigeria.

Le train à grande vitesse Chine-Laos, long de 414 km, reliant le Yunnan, via Vientiane, à la Thaïlande, la Malaisie et Singapour, reste sur les rails, son achèvement étant prévu pour la fin 2021. L’ASEAN est désormais le premier partenaire commercial de la Chine, avant même que l’UE ne soit submergée par la crise.

Surveiller le yuan numérique

La principale conclusion à tirer de tout cela est que la macro-stratégie complexe du PCC ne sera pas perturbée. Cela implique que la Chine restera le principal moteur de l’économie mondiale, avec ou sans découplage, et que la Belt and Road Initiaive sera au cœur de la stratégie de politique macro-étrangère de la Chine, associée à une solide volonté de multilatéralisme.

Bien que de vastes pans de l’économie mondiale, en particulier dans les pays du Sud, n’aient aucune intention de se découpler de la Chine, Pékin devra être prêt à contrecarrer la guerre hybride menée par Washington sur tous les fronts – géo-économique, cybernétique, biologique et psychologique.

Comme Kishore Mahbubani l’a détaillé dans son dernier livre, cela ne signifie pas que la Chine aura l’intention – et la capacité – de devenir un nouveau gendarme du monde. Elle va certainement faire jouer à fond sa puissance économique et financière, comme dans la mise en œuvre prudente du yuan numérique, peut-être soutenu par l’or.

Et puis, il y a la nouvelle donne en constante évolution, responsable des nuits blanches de l’establishment américain : le partenariat stratégique entre la Russie et la Chine.

Il y a deux semaines, un développement géopolitique extrêmement important a été pratiquement enterré par l’hystérie autour du coronavirus.

Moscou est tout à fait conscient que Washington déploie des systèmes de défense antimissile très près des frontières de la Russie, ce qui lui donne la possibilité de lancer une première frappe nucléaire. Pékin suit cette évolution avec inquiétude.

Le fait que Moscou en soit conscient n’est qu’une partie de l’histoire : le point essentiel est que la Russie est confiante que des armes sophistiquées comme le Sarmat et l’Avangard s’en occuperont.

Plus complexe est la question des laboratoires d’armes biologiques du Pentagone dans l’ancienne URSS – une question également suivie de près par Pékin. Moscou a identifié un laboratoire près de Tbilissi en Géorgie, et 11 d’entre eux en Ukraine. Et en 2014, lorsque la Crimée a été réunifiée avec la Russie, les scientifiques ont également trouvé un laboratoire à Simferopol.

Toutes ces informations – armes nucléaires et biologiques – comme me l’ont confirmé des sources d’information, sont échangées au plus haut niveau du partenariat stratégique entre la Russie et la Chine.

Le prochain grand mouvement sur l’échiquier géopolitique est la négociation en équipe de leurs relations bilatérales avec les États-Unis.

Rien ne pourrait être plus rationnel, étant donné qu’ils sont considérés comme les deux principales « menaces » pour les États-Unis, selon la Stratégie de Sécurité Nationale.

Il s’agit d’un changement de paradigme majeur.

Pepe Escobar

Traduit par Michel, relu par jj pour Le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « La Chine va de l’avant en dépit du chaos et des menaces »

Les commentaires sont fermés.