Fracturation hydraulique en 2018


Une autre année à prétendre faire de l’argent


Par Justin Mikulka – Le 18 décembre 2018 – Source DeSmog

Plus de torchage, plus de déchets. Source : WildEarth Guardians. CC BY-NC-ND 2.0

 

En 2018, l’industrie pétrolière et gazière a promis que son chouchou, la révolution du schiste argileux, cesserait de se concentrer sur une production sans fin et qu’elle ferait plutôt des profits pour ses investisseurs. Mais alors que l’année tire à sa fin, il est clair que cela ne s’est pas produit.


Au lieu de cela, l’industrie de la fracturation a aidé à établir de nouveaux records pour la production pétrolière américaine tout en continuant à perdre d’énormes sommes d’argent – et cela, c’était avant la récente chute des prix du pétrole.

Mais beaucoup de gens de l’industrie et des médias donnent l’impression qu’il s’agit d’une histoire très différente et plus rentable.

Promesses non tenues et production de disques

Au début de cette année, l’industrie de la fracturation avait besoin de prouver qu’il s’agissait d’un bon investissement (et pas seulement pour ses PDG, qui reçoivent des salaires énormes).

En janvier, le Wall Street Journal vantait la perspective que les frackers puissent enfin gagner « de l’argent réel… pour la première fois » cette année. « Les foreurs de schistes répondent aux appels de plus en plus nombreux des investisseurs qui ont réprimandé les sociétés pour avoir pompé toujours plus de pétrole et de gaz alors même qu’elles subissent des pertes », a écrit le journaliste pétrolier et énergétique Bradley Olson.

L’histoire d’Olson cite un gestionnaire d’actifs énergétiques qui prédit (toujours) malencontreusement que pour l’industrie pétrolière et gazière, ce sera différent cette fois-ci.

« Cette fois-ci, ça va être différent ? Je pense que oui, un peu », a déclaré Will Riley, gestionnaire d’actifs énergétiques. « Les entreprises chercheront à augmenter un peu la croissance, mais à un rythme plus modéré. »

Malgré cet optimisme précoce, Bloomberg a noté en février que même le bassin Permien – « le champ pétrolier le plus chaud d’Amérique » – faisait face à des « pièges cachés » qui pourraient « paralyser » l’industrie.

Il avait raison. Ces pièges se sont révélés être l’horrible réalité des finances de cette industrie en ruine.

Et cette fois n’était pas différente.

Aux abords du Permien au Nouveau-Mexique, The Albuquerque Journal a rapporté que l’industrie est « sur la bonne voie cette année pour dépasser la production record de pétrole de l’an dernier », selon Ryan Flynn, directeur exécutif de la New Mexico Oil and Gas Association. Pourtant, ce pétrole a parfois été escompté jusqu’à 20 $ le baril par rapport aux prix mondiaux du pétrole parce que le Nouveau-Mexique n’a pas l’infrastructure nécessaire pour transporter tout cela.

Qui serait assez fou pour produire plus de pétrole que l’infrastructure existante ne peut en produire dans une année où l’industrie a promis de faire preuve de retenue et de se concentrer sur les profits ? Le Nouveau-Mexique, par exemple. Et le Dakota du Nord. Et le Texas.

Dans le Dakota du Nord, la production record de pétrole a donné lieu à des rabais de 15 $ le baril et plus en raison des contraintes d’infrastructure.

Le Texas connaît une histoire similaire. Oilprice.com cite une prédiction de Goldman Sachs sur les escomptes « environ 19 à 22 $ le baril » pour le quatrième trimestre de 2018 et les trois premiers trimestres de l’année prochaine.

Les producteurs de pétrole des gisements en décomposition à travers le pays semblent avoir résisté à l’envie de régner sur la production et ont plutôt produit des volumes records de pétrole en 2018. Ce faisant, tout comme l’industrie des sables bitumineux au Canada, ils ont créé une situation où le marché dévalue leur pétrole. Comme on pouvait s’y attendre, ce n’est pas une recette pour faire des profits.

L’industrie du schiste bitumineux est plus rentable que jamais – ou est-ce vrai ?

Cependant, Reuters a récemment analysé 32 entreprises de fracturation et a déclaré que « les entreprises américaines de schistes sont plus rentables que jamais après un troisième trimestre solide ». Comment est-ce possible ?

Ce que nous lisons un peu plus loin révèle ce que Reuters considère comme des « profits » :

« Le déficit de trésorerie du groupe s’est réduit à 945 millions de dollars alors que le brut de référence américain a atteint 70 dollars le baril et que la production a grimpé en flèche », a rapporté Reuters.

Ainsi, « plus rentables que jamais », ces 32 entreprises accusent un déficit de près d’un milliard de dollars. Cela ne correspond pas à la définition acceptée d’un profit.

Une analyse distincte publiée plus tôt ce mois-ci par l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis et le Sightline Institute a également examiné 32 entreprises de l’industrie de la fracturation et est arrivée à la même conclusion : « Les 32 sociétés d’exploration américaines de taille moyenne incluses dans cet examen ont déclaré des flux de trésorerie négatifs de près d’un milliard de dollars en septembre. »

Carly Woodstock
@stopthefrack

9 années de pertes se poursuivent pour nous, dans le secteur de la fracturation hydraulique

La production de pétrole et de gaz augmente, mais les pertes de liquidités continuent de couler.

Les chiffres ne mentent pas. Malgré les prix du pétrole les plus élevés depuis des années et une production pétrolière record, l’industrie de la fracturation a continué à dépenser en 2018 plus que jamais. Et d’une manière ou d’une autre, les petites pertes de l’industrie peuvent encore être interprétées comme étant « plus rentables que jamais ».

Les mathémathiques floues de l’industrie de la fracturation

L’une des pratiques utilisées par l’industrie pour masquer sa longue série de pertes d’argent est de changer les montants des objectifs pour que cela signifie être rentable. Le Wall Street Journal a récemment mis en lumière cette pratique, il écrit : « Les prix de forage de schistes à bas seuil de rentabilité ne concordent guère avec les bénéfices nets des Frackers. »

L’industrie aime bien parler de « seuils de rentabilité » faibles et de la rentabilité de chaque puits – mais d’une façon ou d’une autre, les entreprises elles-mêmes continuent de perdre de l’argent. Cela peut mener à des déclarations comme celle-ci de Chris Duncan, analyste en énergie chez Brandes Investment Partners :

Vous vous grattez toujours la tête pour savoir comment ils peuvent avoir une rentabilité à deux chiffres, mais ça ne se répercute jamais sur le rendement total de l’entreprise.

Se gratter la tête, en effet.

L’explication est assez simple : Les entreprises de schistes ne comptent pas une bonne partie de leurs dépenses d’exploitation dans le calcul du « seuil de rentabilité ». Pratique pour eux, mais très trompeur sur l’aspect économique de l’effritement parce que la prise en compte des coûts d’exploitation de l’une de ces entreprises conduit souvent ces soi-disant profits vers le rouge.

Le Wall Street Journal explique la faille dans les prétentions douteuses de l’industrie de l’insolvabilité du seuil de rentabilité : « Les seuils de rentabilité excluent généralement les coûts clés tels que le terrain, les frais généraux et même parfois le transport. »

D’autres astuces, note le Wall Street Journal, incluent les entreprises qui ne réclament que le seuil de rentabilité de leurs terrains les plus rentables (connus dans l’industrie sous le nom de « sweet spots ») ou qui utilisent des coûts artificiellement bas pour les entrepreneurs en forage et les sociétés de services pétroliers.

Bien que le mystère de l’effritement des finances de l’industrie semble être résolu, le mystère de la raison pour laquelle les compagnies pétrolières sont autorisées à faire de telles déclarations trompeuses demeure.

Ryan Popple
@rcpopple

La formule de la fracturation hydraulique dans le shale aux USA … 1.) emprunter des milliards à des taux d’intérêt bas 2.) perdre de l’argent en forçant le pétrole et le gaz des champs marginaux 3.) laisser quelqu’un d’autre coincé avec les pertes financières et la destruction environnementale.

Wall Street continue de financer un modèle économique non durable

Pourquoi l’industrie de la fracturation continue-t-elle à recevoir plus d’investissements de Wall Street malgré le non-respect de ses « promesses » cette année ?

Parce que c’est comme ça que Wall Street gagne de l’argent. Que les sociétés en faillite soient rentables ou non n’a pas vraiment d’importance pour les dirigeants de Wall Street qui s’enrichissent en faisant les prêts que l’industrie en faillite a du mal à rembourser.

Le risque que la hausse des taux d’intérêt fait courir à l’industrie en difficulté en est un excellent exemple. Même les entreprises de schistes qui ont fait des profits à l’occasion l’ont fait tout en accumulant d’importantes dettes. À mesure que les taux d’intérêt augmenteront, ces sociétés devront emprunter à des taux plus élevés, ce qui augmentera les coûts d’exploitation et réduira la probabilité que les sociétés de schistes qui perdent des liquidités, remboursent un jour cette dette.

Continental Resources, l’une des plus grandes entreprises de fracturation, est souvent présentée comme un excellent investissement. L’Investor’s Business Daily a récemment noté que « dans l’industrie de l’exploration et de la production pétrolière et gazière aux États-Unis, Continental est le quatrième titre de l’industrie de l’exploration et de la production, avec une note de 98 sur 99 [Investor’s Business Daily] Composite Rating, soit la note la plus élevée possible ».

Pourtant, lorsque Simply Wall St. a analysé la capacité de l’entreprise à rembourser sa dette de plus de 6 milliards de dollars, le site de nouvelles boursières a conclu que Continental n’était pas bien placée pour rembourser cette dette. Toutefois, elle a fait remarquer que « [l]a taille même de Continental Resources signifie qu’il est peu probable qu’elle fasse défaut ou annonce la faillite dans un avenir rapproché ». Pour les frackers, être au sommet de l’industrie signifie apparemment être too big to fail.

Avec la hausse des taux d’intérêt, le bon sens pourrait suggérer que Wall Street limiterait ses prêts aux sociétés de schistes. Mais quand le bon sens s’est-il invité à Wall Street ?

Même le Houston Chronicle, un grand journal près du centre du boom de la fracturation hydraulique, a récemment demandé : « Combien de temps peut durer l’effondrement des dépenses ? ».

James Osborne
@osborneja

Au cours de la dernière décennie, les entreprises de fracturation américaines ont dépensé plus d’argent qu’elles n’en encaissent – environ 80 millions de dollars par année dans les 60 plus grandes entreprises. Avec la répression des investisseurs et la hausse des taux d’intérêt, certains se demandent combien de temps encore cela va durer.

The Chronicle note la série épique de pertes d’argent pour l’industrie et comment les faillites fracassantes ont déjà fini par « escroquer les prêteurs et les investisseurs sur plus de 70 milliards de dollars en prêts en cours ».

Alors, la fête est finie ?

Pas selon Katherine Spector, chercheuse au Center on Global Energy Policy de l’université Columbia. Elle explique comment Wall Street conciliera l’investissement dans ces entreprises en difficulté pendant une période de taux d’intérêt plus élevés : « Les banques vont gagner plus d’argent [grâce à des taux d’intérêt plus élevés], alors elles vont vouloir verser plus d’argent à leurs actionnaires. »

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF