L’effondrement de l’économie commence en Asie de l’Est


en raison de l’effondrement des naissances et des populations en âge de procréer

Par Chris Hamilton – Le 12 janvier 2019 – Source Econimica

Résultat de recherche d'images pour "Chine, Japon, Corée du Sud et du Nord, Taiwan et Mongolie images"

La croissance de la demande qui crée les fondements des économies de l’Asie de l’Est (Chine, Japon, Corée du Sud et du Nord, Taïwan et Mongolie) est en train de s’effriter. Ces pays (réunis) représentent un peu plus de 20 % de la population mondiale et consomment 27 % de l’énergie mondiale totale. De 2000 à 2016, cette région (dont la Chine est le fer de lance) a représenté 48 % de la croissance mondiale de la consommation énergétique totale. Ainsi, lorsque je vous dis que ces pays entrent économiquement dans une phase de déclin économique à long terme (ou qu’ils s’effondrent peut-être carrément), les répercussions se feront sentir partout.

Pourquoi ce déclin ou l’effondrement des leurs économies nationales ? Cela fait simplement suite à un déclin massif de la population qui a déjà eu lieu (passé). Le graphique ci-dessous détaille la baisse de 44 % des naissances depuis les doubles pics observés en Asie de l’Est en 1967 et en 1989. Il s’agit d’une pénurie continue de plus de 14 millions de naissances en moins par an depuis 1995. Maintenant, cette pénurie de naissances sera aggravée par la chute rapide de la population des 15 à 39 ans, représentée par la ligne rouge ci-dessous (j’exclus les 40 ans et plus parce qu’ils ont si peu d’enfants, relativement, qu’il en résulte une distorsion). D’ici 2035, la population de l’Asie de l’Est en âge de procréer diminuera de 30% soit -202 millions (ce n’est pas une estimation, cette population est déjà née et avance juste en âge). En l’absence d’un changement systémique (ou en s’éloignant de l’urbanisation inflationniste en cours ?), les naissances continueront à chuter et les populations nationales finiront par s’effondrer.

eco_breakd_p1

Il convient de noter plus haut la marque basse de seulement 15 millions de naissances en 1996 […] et les séquelles discrètes de la courbe en forme de L. Ceux nés en 1996 auront 23 ans en 2019, ou entreront généralement dans l’âge adulte. Sur une base annuelle, il s’agit d’une baisse relativement soudaine de plus de 50 % du nombre de nouveaux adultes, de nouveaux employés potentiels, de nouveaux parents potentiels, de nouveaux consommateurs potentiels entrant dans l’économie… et ce n’est que le début de la « nouvelle normalité ». Chaque année, à partir de maintenant, on assistera à une baisse de 50 % (par rapport à il y a seulement cinq ans) de la demande potentielle et des employés potentiels qui quitteront les économies des régions en difficulté. Toute la surcapacité économique, la surcapacité de logement et les créances irrécouvrables seront laissées « nageant nues » parmi la demande qui s’effondre continuellement.

La situation, nation par nation, est détaillée ci-dessous… montrant à la fois les naissances annuelles (colonnes bleues) et les populations en âge de procréer (ligne rouge).

Taïwan

  • Naissances annuelles : baisse de 58 % ou -250 000 naissances par an par rapport au pic de 1980 ;
  • Population en âge de procréer : -37 % ou -3,5 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 1995.

eco_breakd_p2

Japon

  • Naissances annuelles : baisse de 62 %, soit -1,5 million de naissances par an par rapport au pic de 1950 ;
  • Population en âge de procréer : baisse de 40 % ou -18 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 1974.

eco_breakd_p3

Corée du Sud

  • Naissances annuelles : baisse de 69 % ou -730 000 naissances par an par rapport au sommet de 1960 ;
  • Population en âge de procréer : baisse de 31 % ou -8,3 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 1995.

eco_breakd_p4

Chine

  • Naissances annuelles : baisse de 45 % (à partir de 2018) ou -13,7 millions de naissances par an par rapport au pic de 1989 ;
  • Population en âge de procréer : baisse de 31 % ou -177 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 2005.

eco_breakd_p5

Populations en âge de procréer et populations âgées

Je montre ci-dessous la population en âge de travailler en Asie de l’Est (âgés de 15 à 59 ans) par rapport à la population âgée de 60 ans et plus. La montée en flèche du volume des personnes âgées est une dynamique inverse de la baisse de la population en âge de travailler.

eco_breakd_p6

Ci-dessous, on voit l’évolution d’une décennie sur l’autre en fonction de l’âge des travailleurs par rapport aux personnes âgées. La décennie 2020-2030 sera un enfer démographique. Le nombre de personnes âgées de 60 ans et plus augmentera de 122 millions, alors que la population en âge de travailler diminuera de près de 80 millions. Cela brisera toutes les mauvaises promesses faites dans les bons moments et apportera une tempête économique et financière.

eco_breakd_p7

Conclusion

Malheureusement, je n’ai pas de solutions pour résoudre ce qui va se passer. Je pourrais montrer des problèmes démographiques similaires parmi les principaux marchés d’exportation de l’Asie de l’Est : en Europe (une population qui consomme 14% de l’énergie mondiale), en Eurasie (8%) ou en Amérique du Nord (21% de l’énergie mondiale). Mais la croissance dans ces régions est au passé, et seule l’Asie de l’Est (Chine) a été en mesure de retarder la chute économique finale par le biais du plus grande jeux de dette de l’histoire. Malheureusement, elle a toujours été vouée à l’échec et une période indéfinie de déclin mondial pur et simple est maintenant en cours. Les réductions des taux d’intérêt, les dépenses au titre du déficit et l’achat d’actifs par la banque centrale ne suffiront pas à corriger ou à atténuer la baisse de la demande, ni à permettre une croissance suffisante pour soutenir le système actuel. Il est temps d’arrêter de prétendre que nous pouvons nous sortir de la bulle de la dette et des actifs dans laquelle nous nous trouvons au milieu d’un déclin à long terme qui ne fait que commencer.

Il est peut-être encore temps de repenser tout le système, de sauver les bons côtés, de laisser tomber les mauvais et de reconnaître la douleur de la réalité… avant que cela ne soit choisi pour nous, probablement au pire moment et au pire endroit possible.

Si on regarde les autres régions :

Europe (y compris la Russie)

  • Naissances annuelles : baisse de 42 %, soit -5,5 millions de naissances par an depuis le pic de 1950 ;
  • Population en âge de procréer : baisse de 26 % ou -69 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 1988.

eco_breakd_p8

Amérique du Nord (États-Unis/Canada)

  • Naissances annuelles : baisse de 10 % ou -0,5 million par an depuis le double pic de 1960 et 2007 ;
  • Population en âge de procréer : augmentation de 3 % ou +3,5 millions d’ici 2035 par rapport au sommet de 2018.

eco_breakd_p9

Chris Hamilton

Note du Saker Francophone

Il manque une donnée dans l'analyse de l'auteur, l'impact présent et futur de la robolution. C'est un choix massif au Japon qui pourrait changer la donne ou au moins atténuer les effets du vieillissement de la population.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF