Faire la culbute avec un puits


Comment les PDG des compagnies de fracturation s’enrichissent en perdant des milliards


Par Justin Mikulka – Le 29 mai 2018 – Source DeSmog

Flip this well logo on top of oil pumpjacks
Un dérivé du « gisement de pétrole actif 2011 de Signal Hill CA ». Crédit : HayMarketRebel, domaine public

L’année dernière, la société de fracturation Halcón Resources a annoncé une nouvelle stratégie qui a été vendue comme un moyen de générer des bénéfices pour cette société travaillant dans le pétrole et le gaz de schiste précédemment en difficulté. La société avait vendu sa participation dans les champs de pétrole de Bakken afin de doubler la production de schiste dans le bassin Permien au Texas. À l’époque, Reuters a qualifié l’opération de « revirement époustouflant » pour le PDG, Floyd Wilson, et la bonne nouvelle a immédiatement fait grimper le prix de l’action Halcón de 35%.


« La vente de nos actifs opérée dans le bassin de Williston transforme Halcón en une société à bassin unique axée sur le bassin du Delaware, où nous disposons de plus de 41 000 acres », a déclaré Wilson dans un communiqué. Il faisait son discours et les investisseurs ont répondu.

Toutefois, le déménagement faisait partie d’une formule familière pour l’industrie du schiste, qui utilise le forage horizontal et la fracturation hydraulique pour libérer le pétrole et le gaz des formations de schiste : emprunter beaucoup d’argent, forer beaucoup de combustibles fossiles à perte, faire la culbute avec l’entreprise pour obtenir un profit.

Comme le souligne l’article de Reuters, l’objectif ultime de Wilson est de susciter l’enthousiasme suscité par le potentiel de ses puits dans le bassin Permien, puis de faire la culbute avec Halcón, tout comme il a fait la culbute avec d’autres sociétés de production dans le schiste : « Se concentrer sur le Permien pourrait aider Wilson à réaliser son rêve de longue date, vendre Halcón au plus offrant. »

Wilson s’est fait un nom dans l’industrie en faisant cette opération trois fois auparavant. Il a vendu Hugoton Energy au géant de la fracturation, Chesapeake Energy, pour réaliser de gros bénéfices. Puis il a fait faire la culbute à la société 3TEC à Plains Exploration & Production, puis a vendu sa société Petrohawk au géant de l’énergie, BHP. Cette dernière vente était une victoire importante et nécessaire pour Wilson. Comme un analyste l’avait dit à Dealbook à l’époque, « Petrohawk avait exploité pratiquement toutes les sources de capital possibles ». Lorsque vous êtes à court de personnes prêtes à vous prêter de l’argent, il est temps de faire la culbute.

Ces accords ont fait de Wilson un pétrolier respecté et ont rassuré les investisseurs sur le fait qu’il ferait de même avec Halcón.

« Nous réussirons », a déclaré Wilson à un intervieweur en 2013. « Je le fais depuis longtemps. Rien ne m’empêche de dormir la nuit ».

Il parle avec la confiance d’un homme très riche qui, bien qu’il ait déjà conduit Halcón à la faillite, a bien été indemnisé. C’est une formule simple utilisée par Wilson : emprunter beaucoup d’argent, prédire que vous avez découvert un importante gisement de pétrole, essayer de produire le plus de pétrole possible, même si les coûts dépassent les revenus, augmenter le cours de vos actions et essayer de vendre l’entreprise au meilleur prix.

Le Permien sera-t-il enfin le terrain qui convient à Wilson et Halcón ?

2013 et le jeu à Utica

C’était en 2013, quand Wilson affirmait que rien ne l’empêchait de dormir. À l’époque, lui et Halcón avaient une autre chose à faire avec le jeu du schiste à Utica, qui s’étend sur des parties de l’Ohio, de la Pennsylvanie, de la Virginie de l’Ouest et de New York. Comme Reuters l’a dit, il allait « faire ce qu’il fait le mieux : embellir une société pétrolière et la vendre au plus offrant ».

Cependant, la stratégie à Utica n’a pas porté ses fruits. « Halcón a eu des résultats décevants lorsque la boule de la roulette a atterri sur la très prisée zone d’Utica en 2013 », a noté le site d’investissement SeekingAlpha l’année suivante. Lorsque même la presse financière fait des comparaisons avec des jeux de hasard aléatoires, les investisseurs devraient peut-être simplement éviter Wall Street et se diriger directement vers les tables de roulette à Las Vegas.

Halcón a pris un bouillon dans les champs de pétrole de schiste d’Utica, mais Wilson n’a pas été choqué par cet échec. En dépit de promesses de gros résultats et d’une bonne production, il n’avait apparemment aucun problème à en rire lors d’un échange avec un analyste de Goldman Sachs lors d’un appel à investisseurs en 2015 :

Jason A. Gilbert, Goldman Sachs & Co : « D’accord. Et puis dernière question, si je peux, quels sont vos projets pour à Utica ? ».

Floyd C. Wilson, président et chef de la direction de Halcón : « C’est quoi Utica ? »

À cette époque, Wilson avait déjà les yeux rivés sur un nouveau plan de réussite pour Halcón : le schiste marin de Tuscaloosa.

Forages dans le puits de pétrole de schiste d’Utica près de Granville, Ohio. Les échantillons de schiste d’Utica sont gris brunâtre foncé ou presque noirs. Crédit : James St. John, CC BY 2.0

2014 à Tuscaloosa : Deuxième frappe

Maintenant, vous pouvez probablement deviner comment le prochain pari de Wilson va porter ses fruits puisque vous n’avez probablement pas beaucoup entendu parler des gisements de pétrole de Tuscaloosa Marine Shale (TMS), une bande étroite qui s’étend principalement dans le centre de la Louisiane. Cela n’a pas empêché Wilson et Halcón de donner des assurances optimistes sur ce terrain de jeu pétrolier peu connu. Contrairement aux efforts infructueux dans les schistes d’Utica, Wilson a vendu le Tuscaloosa comme un champ de pétrole de classe mondiale.

« Nous sommes bien partis dans le TMS et le capital de notre partenariat avec Apollo nous aidera à accélérer nos activités », a déclaré Wilson dans un communiqué de 2014. « Le TMS est en train de devenir un terrain de jeu pétrolier de classe mondiale. »

Le site d’investissement Motley Fool a parlé de la hausse du cours de l’action Halcón en 2014, grâce au potentiel du TMS, mais a indiqué qu’il s’agissait d’une « formation de schiste relativement inconnue et non prouvée ». La chose essentielle concernant les actifs inconnus et non prouvés est qu’il est facile d’en vendre le potentiel de bénéfices futurs parce que la réalité est « inconnue ».

Au même moment, les actions de Halcón se portaient bien et Wilson faisait des promesses au sujet de la Tuscaloosa, la société brûlait d’énormes quantités de fonds empruntés. Halcón avait une dette de 4 milliards de dollars lorsque le rêve Tuscaloosa s’est finalement évaporé, rejoignant l’Utica comme un autre échec.

Comme l’a souligné Forbes en 2015, « Même pendant les périodes les plus sombres, Halcón ne vivait pas au dessus de sa trésorerie – il ne faisait que joindre les deux bouts en émettant continuellement davantage d’actions et en vendant des dettes. »

Mais après avoir joué durement avec les investisseurs, Halcón a pu réduire sa dette en 2015 et le titre a de nouveau enregistré une forte augmentation – 35% en quelques jours seulement. Malgré tout, le titre d’un article de Forbes mentionnant la hausse du cours de l’action était précédé des mots pressants « Pas encore mort … ».

Récompensé pour la faillite

Le prochain chapitre de l’histoire de Halcón ne se demandera pas pourquoi Wilson ne perd pas le sommeil la nuit, même après avoir perdu à plusieurs reprises des milliards de dollars de l’argent d’autres personnes.

Même dans l’industrie du schiste, où le statu quo est la perte de grosses sommes d’argent, cette pratique peut parfois rattraper une entreprise. Wilson a couvert la dette de Halcón tout en promettant des gisements de pétrole de classe mondiale fondés sur des actifs non prouvés, mais lorsque cela n’a pas fonctionné, la possibilité d’emprunter davantage d’argent s’est tarie et Halcón s’est déclaré en faillite.

Les investisseurs ont perdu environ 1,8 milliard de dollars, une grande partie de la dette de Halcon ayant été effacée lors de la faillite, fournissant ainsi la fameuse carte « sortie de prison » pour la firme de schiste et en particulier pour Wilson.

Après la faillite, Wilson, fortement motivé, est resté le PDG du Halcón nouveau et amélioré. Un article du Houston Chronicle ne pouvait s’empêcher de souligner l’ironie dans un titre : « Même en cas de faillite, les patrons du secteur pétrolier se voient promettre des richesses ».

« Les personnes qui s’en sont sorties sont celles qui les ont conduites à la faillite », a déclaré Praveen Kumar, directeur exécutif du Gutierrez Energy Management Institute de l’Université de Houston. « Qu’ont-ils appris ? Si peu. »

Qu’ont-ils appris ? Que le chemin de la richesse dans le secteur du pétrole de schiste consiste à jouer le plus possible avec l’argent des autres tout en veillant à ce que les dirigeants s’enrichissent même lorsque la société perd des milliards.

Wilson est non seulement resté PDG de Halcón après la faillite, mais 10% des actions de la nouvelle société ont également été dédiées au « plan d’incitation à la gestion » de Halcón.

La renaissance d’Halcón

Les champs de pétrole et de gaz recouvrent les terres autour de Midland, au Texas, dans les schistes du Permien. Crédit : EcoFlight, CC BY 2.0

Ce que Wilson a appris de la faillite est probablement ce qu’il a toujours su. La clé pour faire faire la culbute à une société de pétrole de schiste est de faire de grandes promesses, de trouver un peu de pétrole et de gaz, et de le pomper autant que possible, tout en finançant l’entreprise avec des dettes.

Après avoir frappé à Utica, Tuscaloosa et dans le Bakken, Wilson promet maintenant que le schiste du Permien sera le générateur de fonds de Halcón.

Au sommet de sa forme, Halcón emprunte à nouveau de l’argent et le perd à la poursuite de la production de pétrole. Les résultats de la société pour le premier trimestre de 2018 ont été cités comme « décevants ». Perdre de l’argent peut être décevant pour les investisseurs, en l’occurrence.

Mais selon le Motley Fool, ces retours décevants ne ralentissent pas Wilson et Halcón. Et pourquoi le devrait-t-il ?

Le PDG continue d’accumuler beaucoup de richesses alors qu’il promet des résultats et emprunte de l’argent – ce que sa société perd ensuite, alors même qu’il gagne plus de 7 millions de dollars par an en rémunération. Après l’annonce des résultats du premier trimestre 2018, le Motley Fool a écrit ceci :

Halcón Resources a mis en place un plan ambitieux pour augmenter sa production à la vitesse de l’éclair afin de compenser les ventes d’actifs au cours des dernières années. C’est un gros pari sur la hausse des prix du pétrole, car la société dépense de manière significative ses flux de trésorerie pour atteindre les objectifs qu’elle souhaite atteindre le plus rapidement possible.

Quelqu’un veut-il parier comment cela va se terminer ?

Halcón est un excellent exemple du stratagème de Ponzi, à savoir l’histoire du pétrole issu de la fracturation en Amérique. De grosses promesses qui conduisent à des prêts énormes qui mènent à plus de promesses. Et tandis que les investisseurs sont plumés et que 280 milliards de dollars sont gaspillés, les PDG de ces sociétés s’en vont très riches, ainsi que ceux, à Wall Street, qui ont donné leur accord.

Mais la réalité est que la plupart des champs de pétrole de schiste en Amérique n’ont jamais été rentables. Comme le dit le proverbe du secteur, « Vous ne pouvez pas réparer une mauvaise roche ».

Mais vous pouvez la vendre et Wilson vend de la mauvaise roche dans le secteur du schiste depuis des années.

« En fin de compte, bon nombre de ces sociétés n’avaient pas d’actifs très intéressants au départ », a expliqué Leo Mariani, analyste chez NatAlliance Securities, à Bloomberg. « Vous pouvez passer par la faillite et éponger la dette et c’est très bien, mais les actifs qui en résultent ne sont toujours pas plus attrayants. »

Mais c’est un sujet de préoccupation pour les investisseurs et les analystes. Floyd Wilson ne semble pas être troublé par de telles choses et emprunte à nouveau et perd de l’argent aussi vite que possible. Il a expliqué cette stratégie au Wall Street Journal en 2012.

« Nous nous précipitons dans les escaliers et nous espérons simplement ne pas tomber », a déclaré Wilson.

Même lorsque des PDG du secteur des pétroles de schiste, comme Wilson, chutent et effacent des milliards d’argent d’autres personnes, leurs chutes semblent être amorties par davantage d’argent.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF