Attaque de Nice: pourquoi les terroristes gagnent la guerre du renseignement


Par David P. Goldman – Le 15 juillet 2016 – Source Asia Times

at_truck
Les impacts de balles sont visibles sur le gros camion le lendemain après son parcours à grande vitesse dans la foule célébrant la fête nationale du 14 Juillet sur la Promenade des Anglais à Nice, France, tuant un grand nombre de personnes. Le 15 Juillet, 2016. REUTERS / Eric Gaillard

Encore une fois, un autre criminel connu des services de sécurité a commis un meurtre de masse, le tunisien Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Pourquoi est-ce que la police française permet à un ressortissant étranger ayant un casier judiciaire avec des actes de violence de résider en France? En dehors de l’incompétence totale, l’explication est qu’il était un mouchard pour les autorités françaises. Faire chanter les criminels musulmans pour les informer sur les terroristes potentiels est l’activité principale des agences européennes de lutte contre le terrorisme, comme je l’ai noté en 2015. Chaque musulman en Europe le sait.

Les terroristes, cependant, ont réussi à transformer les indicateurs de police envoyés pour les espionner, les forçant à commettre des attentats-suicides pour expier leurs péchés. Cela est devenu tristement familier; comme Ryan Gallagher l’a rapporté récemment, les auteurs déjà connus des autorités sont engagées dans dix des attaques les plus médiatisées entre 2013 et 2015.

Les terroristes, en d’autres termes, ajoutent l’insulte au préjudice. En redéployant les mouchards de la police comme des kamikazes, les terroristes affirment leur supériorité morale et leur pouvoir sur les gouvernements occidentaux. Le message peut être difficile à percevoir pour le public occidental, et les agences de sécurité et les médias font de leur mieux pour l’obscurcir, mais il est bien entendu dans les circonscriptions de base des groupes terroristes : la supériorité de l’islam tourne autour des criminels dépravés que la police de l’Ouest envoie pour les espionner en les persuadant de devenir des martyrs pour la cause de l’islam.

Ces attaques, en d’autres termes, sont conçues pour impressionner le public musulman autant qu’elles sont destinées à horrifier le public occidental. Avec ces mots, les terroristes disent aux musulmans que les services de police de l’Ouest ne peuvent pas les protéger. S’ils coopèrent avec la police, ils seront découverts et punis. L’Occident craint la puissance de l’islam: il démontre cette crainte en louant l’islam comme une religion de paix, dénonçant la dissidence au nom de la lutte supposée contre l’islamophobie, et en offrant des concessions et des excuses aux musulmans. Les musulmans ordinaires vivent dans la peur des réseaux terroristes, qui se sont infiltrés dans leurs communautés et ont prouvé leur capacité à retourner les efforts des services de sécurité occidentaux contre eux. Ils sont donc moins susceptibles d’informer sur les terroristes potentiels et plus susceptibles de les aider par leur inaction.

En bref, les terroristes gagnent la guerre du renseignement, parce qu’ils ont façonné l’environnement dans lequel les renseignements sont recueillis et échangés. Mais voilà comment les guerres de renseignement procèdent toujours : des espions changent de côté et racontent leurs histoires parce qu’ils veulent être du côté du gagnant. ISIS et al-Qaïda ressemblent à des gagnants aux yeux des populations musulmanes occidentales après avoir humilié les services de sécurité de l’Occident.

En conséquence, les musulmans d’Europe occidentale craignent les terroristes plus qu’ils ne craignent la police. L’Occident restera vulnérable aux attaques terroristes de masse jusqu’à ce que l’équilibre de la peur se déplace dans l’autre sens.

Comme l’armée prussienne envahissait la France pendant la guerre de 1870, le chancelier Otto von Bismarck en Allemagne a demandé l’avis de l’observateur militaire américain, nul autre que Phil Sheridan, dont la cavalerie avait brûlé les agriculteurs de la vallée de Shenandoah dans les dernières étapes du conflit. Que devrait faire Bismarck au sujet des tireurs d’élite français et des saboteurs des villages le long de la route empruntée par les prussiens? Sheridan a dit à Bismarck de brûler les villages, laissant le peuple «sans rien d’autre que ses yeux pour pleurer après la guerre». Cela et pendre les tireurs d’élite, a dit Sheridan.

Comme le général William Tecumseh Sherman, qui a tout brûlé à travers la Géorgie et les Carolines, Sheridan croyait que la guerre est gagnée non seulement en tuant des soldats, mais aussi en leur refusant le soutien d’une population civile aux alentours. Il n’y a rien de particulièrement intelligent dans cette idée. On apprend de la nouvelle biographie de James Lee McDonough sur Sherman comment ce grand homme était simple – un officier compétent, sans l’expérience d’une seule minute de combat avant le début de la guerre, puis un banquier honnête, mais sans succès. Quand la guerre est venue, Sherman est passé proche d’une dépression nerveuse, essayant en vain de convaincre ses maîtres qu’ils auraient à tuer 300 000 soldats du Sud et dévaster la Confédération pour gagner la guerre. Il se distingue alors dans le combat à Shiloh en 1863 et il est devenu le fléau du Sud profond.

L’Union a toujours eu plus d’hommes et plus de ressources; ce qui lui manquait, c’était des généraux avec l’estomac pour faire le travail. Cela signifie non seulement une macabre guerre d’usure menée par Grant, un autre commandant médiocre mais avec une détermination absolue, mais aussi des représailles contre les civils. Lorsque les tireurs embusqués ont tiré sur des soldats de l’Union depuis des villages du Tennessee ou du Kentucky, Sherman a expulsé les résidents, a brûlé les maisons et dévasté les cultures. Il y a des leçons ici pour ce que nous avons l’habitude d’appeler, de façon pittoresque, la guerre mondiale contre le terrorisme.

Détruire ISIS, al-Qaïda et d’autres groupes terroristes musulmans n’est pas particulièrement difficile, beaucoup moins difficile que la tâche de Sherman ou de Sheridan pendant la guerre civile. Elle exige tout simplement de faire des choses dégoûtantes. Les services secrets occidentaux n’ont pas à infiltrer les groupes terroristes, pirater les téléphones, analyser les médias sociaux et ainsi de suite (bien que cela, sans doute, en vaille la peine). Les communautés musulmanes en Occident les informeront sur les terroristes. Elles diront à la police quand quelqu’un est parti en Syrie, et quand il est revenu. Elles diront à la police qui parle de tuer des Occidentaux, qui a une quantité suspecte d’argent, qui est à l’écoute des émissions des prédicateurs salafistes.

Elles diront aux services de sécurité occidentaux tout ce qu’ils doivent savoir, à condition que les services de sécurité occidentaux le demandent de la bonne façon. Je veux dire à la manière de Phil Sheridan. Comme les généraux unionistes victorieux de la guerre civile, l’Occident n’a pas à être particulièrement intelligent. Il a simplement besoin de comprendre le genre de guerre dans laquelle il se bat.

La plupart des musulmans sont des gens pacifiques qui désapprouvent le terrorisme, mais beaucoup ne le sont pas. Les sondages d’opinion montrent une minorité importante et constante de 20% à 40% qui approuve au moins une certaine forme de terrorisme. Le soutien à ISIS est généralement faible, mais il est beaucoup plus élevé pour le Hezbollah, le Hamas et d’autres groupes terroristes. Selon un décompte raisonnable, il y a quelques centaines de millions de musulmans qui, en quelque sorte, approuvent la terreur, bien que très peu d’entre eux prennent part à des attaques terroristes. Mais ils sont la mer dans laquelle les requins peuvent nager sans être observés. Ils ne peuvent pas construire de bombes, mais ils vont détourner le regard des terroristes en leur sein, surtout si ces terroristes sont des relations. Ils craignent aussi des représailles de ces terroristes s’ils informent la police.

at_vive
Des fleurs attachées à une clôture pour se souvenir des victimes de l’attaque du camion à Nice en face de l’ambassade française à Rome, Italie, le 15 Juillet, 2016. REUTERS / Max Rossi

La façon de gagner la guerre est d’effrayer la grande communauté des musulmans qui soutiennent passivement la terreur par l’action ou l’inaction, les effrayer si fortement qu’ils informeront sur les membres de leur propre famille. Effrayer cette importante population musulmane à l’Ouest ne nécessite pas beaucoup d’effort : quelques milliers de déportations feraient l’affaire. Les services de renseignement occidentaux n’ont même pas à expulser les bonnes personnes; les mauvaises personnes savent qui elles sont, ainsi que beaucoup de leurs voisins. La conversation qui suit est facile à avoir. «Je comprends que votre neveu est sur le point d’être déporté, Hussein, et je vous crois quand vous me dites qu’il n’a rien fait de mal. Je pourrais peut-être vous aider. Mais vous devez m’aider. Donnez-moi quelque chose que je peux utiliser et ne pas perdre mon temps à chercher, ou je jure que je vais vous expulser, vous aussi. Si vous ne disposez pas de ces informations, trouvez qui les a

Cette approche pour dégonfler une insurrection a déjà fonctionné à de nombreuses reprises dans le passé. Elle n’est pas caractéristique de la vie en temps de paix dans les démocraties occidentales, bien sûr, pas plus que la chevauchée de Phil Sheridan dans Shenandoah. Nous préférons penser à gagner les cœurs et les esprits. Gagner les cœurs et les esprits d’un peuple, cependant, n’est pas difficile une fois qu’ils vous craignent.

David P. Goldman

Note du Saker Francophone

Ce n'est pas la peine de remonter à Sheridan, il suffit de se pencher sur la bataille d'Alger après la prise en main par les paras. La situation a été réglée car les attentats ont été stoppés, mais le prix politique à payer a été très élevé. Nous sommes tous d'accord pour préférer la méthode de Goldman, mais vu le déni politique actuel, on peut redouter que la situation empire jusqu'à ce que la population réclame les paras. Mais existent-t-ils encore dans l'armée française ?

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Diane pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF