2014: Le front Chine – Russie
Nouvel ADN pour l’humanité?
Cinquième Partie: L’avenir de l’alliance et les états voisins

Février 2015 – UN LIVRE BLANC de Vineyard of the Saker

Note du Saker Francophone

Compte tenu de l’importance de ce document, de par son intérêt et son ampleur, j’ai décidé de le fractionner en plusieurs articles:

1. Le contexte – La Chine et la nouvelle donne en Ukraine
2. Les hélices – Ressources de base, technologies militaires
3. Les hélices – Ressources Financières, autres technologies
4. Politique et alliances
5. L’avenir de l’alliance et les états voisins, la quatrième dimension géopolitique

Cinquième partie: L’AVENIR de l’alliance et les états voisins. la quatrième dimension géopolitique

La plus grande partie des nations du monde aura agi pour résoudre les problèmes. Les peuples de ces nations penseront d’une manière nouvelle et noueront des relations différentes. La souveraineté et les régions retrouveront leur importance. La coopération réglementera la concurrence. La recherche de solutions bénéfiques à tous replacera la domination. Ce qui était auparavant honorable et nécessaire sera perçu comme criminel, si la guerre et le chaos sont les seules solutions offertes par une ex-puissance hégémonique ou une alliance ancienne.

Peut-être verrons-nous subsister l’OTAN sous une forme ou une autre, ou les forces terroristes wahhabites qu’elle a maintenues à coup de milliards de dollars avec les Saoudiens, les Qataris et autres démons. Mais ces forces finiront par devenir rigides et fragiles et ne seront plus viables à moins de se livrer à la piraterie. Elles ne pourront trouver les moyens d’assurer leur subsistance économique.

La Chine agit-elle dans ses propres intérêts?

Bien sûr que la Chine agit dans ses propres intérêts. Mais tout organisme – et une nation n’est pas un édifice, c’est un organisme – a des besoins vitaux. Et l’organisme qu’est la Chine a besoin de sang. Ce sang, c’est le pétrole et le gaz. L’organisme qu’est la Chine a besoin d’un système nerveux qui ne peut être mis hors fonction par une onde de choc ou un sabotage. La sécurité des TI, les radars, les satellites et les systèmes de défense au sol, sont des composantes impératives d’un tel système nerveux. Et en raison de son immensité et de la densité de sa population, cet organisme qu’est la Chine a besoin de stabilité pour pouvoir dormir, se reposer et méditer.

La Russie, elle aussi puissance nucléaire mondiale, peut s’adosser sur l’énorme territoire de la Chine; elle vient raffermir ses défenses de haute mer et assurer la manœuvre des tourelles numériques et électroniques; elle modifie et consolide les cibles géographiques, économiques et financières dont pourrait se servir la Puissance hégémonique pour endiguer et déstabiliser Beijing et y provoquer un changement de régime, renversant du coup le Parti communiste chinois. Rien dans les décennies à venir ne pourra se substituer à ce lien moléculaire aussi vital que constitue la double hélice.

Égalité de l’effet

Ainsi, la métaphore de la double hélice fonctionne tout aussi bien dans les deux sens. La Russie reçoit son sang sous forme de yuans, de prêts, d’accès au réseau de cartes de crédit Union Pay, de co-entreprises, de paiements anticipés, de contrats sûrs et de solutions logiques. En plus de lui offrir un bouclier territorial, la Chine vient multiplier les forces du système nerveux de la Russie. Finalement, la Russie a elle aussi un besoin vital de stabilité pour respirer et prendre son élan dans des secteurs essentiels à son développement. Maintenant que la Chine est à proximité, les Russes trouveront toujours le moyen de se loger. La Chine peut construire des milliers d’unités d’habitation en quelques mois. Il y aura aussi des sources d’approvisionnement alimentaire de rechange. La double hélice assure aux Russes la satisfaction de leurs besoins fondamentaux. La Chine a acheté le plus grand éleveur de porcs d’Amérique et a déjà entrepris des livraisons de porc en Russie. Son efficacité est telle dans certains secteurs de la transformation alimentaire que des escalopes produites aux USA sont expédiées en Chine pour y être nettoyées avant d’être réexpédiées aux USA.

Politiques étrangères et civilisations

Métaphore ou non, la double hélice est une réalité. Elle sert de nouvelle structure d’ADN, mais ne change en rien la politique étrangère ou la société des deux nations concernées. Elle décrit simplement l’architecture du nouvel organisme auquel est confrontée la Puissance hégémonique. Désormais, les deux nations souveraines se présenteront comme formant une double hélice. Il ne s’agit ni d’une fusion, ni d’une alliance, ni même d’une communauté d’intérêts, qui, elles, trouvent leur place dans l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), la Coopération économique de la zone Asie-Pacifique (APEC) et autres organisations. La double hélice est un multiplicateur de force et une projection de puissance dans une quatrième dimension géopolitique. Elle multiplie toutes les molécules ou en accroît la taille. Attaquer ou cibler les TI ou les satellites de l’une des deux nations revient à les frapper toutes les deux. Déstabiliser l’une ou l’autre d’entre elles revient à les frapper toutes les deux. Endiguer l’une d’entre elles revient à endiguer les deux. Diaboliser l’une d’entre elles revient à dénigrer les deux.

Le général Custer a fini par comprendre qu’il ne faisait pas uniquement face aux Sioux lakotas, mais aussi aux Arapahos, aux Arikaras, aux Cheyennes, aux Crows, aux Santees et aux sept bandes lakotas (Pieds-Noirs, Brûlés, Hunkpapas, Oglalas, Minneconjous, Sans Arc et Two Kettle). Il y avait là une leçon. Dans les plaines d’Amérique d’autrefois, les Peaux-Rouges avaient fait comme les Chinois et les Russes d’aujourd’hui. Leur erreur a été de ne pas l’avoir fait beaucoup plus tôt et partout à la fois bien avant d’être submergés par l’invasion des immigrants. La Chine et la Russie ont agi au bon moment.

Le Dragon-Ours

Il est devenu impossible de défaire militairement la Chine-Russie, devenue invulnérable aux sanctions et à la déstabilisation économique, et qui constitue un partenariat unique au monde. La Chine et la Russie sont co-aventuriers au sein d’une nouvelle structure internationale construite sur l’aptitude de chacune des deux nations souveraines à répondre aux besoins réciproques de leur propre peuple.

Que vous regardiez de l’autre côté de la mer Noire depuis la Roumanie ou au-delà de l’Ukraine depuis la Pologne, la Lituanie ou l’Allemagne, ou de l’autre côté de Atlantique depuis le Canada ou les USA, vous voyez le l’Ours-Dragon. De même, que vous regardiez en direction de la Chine depuis l’autre côté du Pacifique, de la mer de Chine orientale ou de la mer de Chine méridionale, vous verrez le Dragon-Ours. La Puissance hégémonique et ses vassaux comprendront que le fait d’attaquer l’un revient à attaquer les deux.

Il est impossible de défaire la double hélice. La Russie et la Chine ont fondé la Communauté économique eurasienne d’une valeur de 2 milliards d’êtres humains (la moitié du monde) et dont la mission initiale s’échelonne sur un horizon de trente ans. Et durant ces trente années, la Russie et la Chine auront construit la Nouvelle route de la soie, la Route de la soie maritime, la Ceinture économique eurasienne; elles auront aidé l’Iran, l’Inde, le Pakistan, le Bangladesh, les pays d’Asie centrale, la Mongolie, les nations de l’Asie du Sud-Est à prendre leur essor, et auront sans doute, entre temps, aussi remis sur pied certaines régions de l’Ukraine et d’Europe orientale, des nations du Sud de l’Europe et peut-être aussi d’Afrique du Nord.

La Russie et la Chine ont connu une très bonne année 2014

Revenons maintenant à la mystérieuse présence de Shoïgu au Zhongnanhai. Et orientons notre réflexion vers une surprise d’ordre géopolitique. Imaginez le général Shoïgu et le premier ministre Li Keqiang en train de discuter du cas de la Corée du Nord. Le contexte : Poutine a tendu la main au régime du Glorieux Leader Kim, et nous connaissons tous la teneur de l’accord auquel Poutine souhaiterait en arriver avec le régime de Pyongyang : abandonnez le nucléaire, et la double hélice vous protégera. Abandonnez le nucléaire, et nous forcerons les USA à quitter la péninsule coréenne. Abandonnez le nucléaire, et la Chine et la Russie vous aideront à construire votre infrastructure. Abandonnez le nucléaire et amorcez votre intégration économique avec le Sud, Russie et Chine comprises. Abandonnez le nucléaire et vous ne serez plus jamais seuls.

En regardant du côté de l’Iran, la Corée du Nord constaterait que la Russie et la Chine offrent leur protection. Et si l’Iran abandonnait ses ambitions nucléaires, alors la double hélice le protégerait. La Syrie a abandonné ses armes chimiques, et malgré tout le chaos causé par l’ISIS et l’OTAN, la Syrie tient encore grâce à la Russie et à la Chine.

Examinons à nouveau l’itinéraire suivi par le général Shoïgu. Où Shoïgu s’est-il rendu après son passage à Beijing? Au Pakistan. Qui soutient le programme nucléaire de la Corée du Nord? Le Pakistan. Shoïgu n’a pas emprunté cet itinéraire par hasard. La Chine pousse le Pakistan à se distancer des USA et souhaite coordonner les opérations antiterroristes avec Islamabad. Il faut aussi tenir compte du retrait de l’OTAN et des USA de l’Afghanistan. La Russie, la Chine et le Pakistan relèveront cette tâche afin de lancer le développement de la Route de la soie eurasienne et de la Ceinture économique. Tout est en train de changer en Asie du Sud. La Chine et la Russie vont remplir le vide.

Il est tout à fait dans la nature de la Chine d’encourager la Russie à lancer des messages symboliques à ceux qui pourraient avoir besoin d’un autre rappel. L’Iran et la Corée du Nord constituent des menaces régionales et mondiales que la double hélice souhaite transformer en partenaires et en marchés.

Une police musclée?

Shoïgu est allé de l’avant avec ces propositions. Il a présenté la paire de bases. Les Chinois connaissent leurs limites et leurs faiblesses. Ils peuvent certes intimider les pêcheurs du Sud-Est voisin, voire couper la route à un navire militaire des USA. Mais dans le rôle du policier musclé, ils ne sont pas à la hauteur de la Russie. Les Chinois jouent le rôle de l’interlocuteur aux paroles apaisantes. Le seul moment où la Chine durcit le ton, c’est dans le cadre de négociations commerciales ou lorsqu’on insulte le Parti ou le peuple chinois.

Toutefois, convaincre de petits régimes d’abandonner leurs armes nucléaires ou chimiques est de l’ordre de la dure réalité de la rue ou des ruelles familière à la Russie, mais à laquelle la Chine n’aspire aucunement. Il faut un président huitième dan en arts martiaux, capable de détruire ses opposants avec ses forces armées dans le monde réel, pour capter l’attention de Pyongyang et d’Islamabad. Il l’a fait en Syrie et il le fait en Iran. Pour y parvenir, il combine généralement bouclier de protection militaire et ententes de développement économique.

La Corée du Nord tente désespérément de produire des armes à partir de ses installations atomiques. Le Pakistan pourrait lui fournir cette technologie. Il est concevable qu’un accord d’assistance militaire russe au Pakistan, signé par Shoïgu, aurait des retombées positives pour ce dernier s’il se tenait à l’écart du programme nucléaire nord-coréen.

La rencontre de Beijing avait peut-être simplement pour but d’assurer Shoïgu que tous les fonds nécessaires à la stabilisation de la péninsule coréenne seront disponibles lorsque Poutine aura convaincu Kim de se joindre aux souverainistes pour forcer la Puissance hégémonique hors de la péninsule.

Poutine a invité Kim à Moscou pour les célébrations du 70e anniversaire de la victoire soviétique sur l’Allemagne. Cela fait suite à sa rencontre avec l’envoyé spécial de Kim, Choe Ryonghae, que Poutine avait invité un mois auparavant, en novembre 2014. Les rencontres personnelles et les échanges de messages se poursuivent, et cela n’a rien à voir avec les célébrations du Jour de la victoire de l’an prochain.

L’effet régional

Cela signifierait pour la Chine et la Russie que, outre la sûreté et la sécurité, il existerait un nouveau marché, des ressources minérales plus facilement exploitables et une économie en développement rapide pouvant utiliser les atouts des deux nations. La Corée du Nord pourrait rajouter ses forces militaires en tant que forces de réserve régionale au cas où la Puissance hégémonique s’attarderait dans la région de l’Asie et du Pacifique. Le désarmement nucléaire implique automatiquement que la Corée du Sud serait activement attirée dans la ceinture économique eurasienne. Il n’y aurait plus aucune menace dans la région contre les alliés de la Puissance hégémonique, le Japon et les Philippines. Le siècle du Pacifique américain prendra fin lorsque les armes nucléaires disparaîtront de la Corée du Nord.

Cela pourrait bien être la façon de penser de Vladimir Poutine, car qu’est-ce que le régime nord-coréen, sinon un gang criminel (des oligarques se drapant dans une rhétorique communiste défunte et une arrogance délirante). Poutine connaît ce type de gens et la façon de traiter avec eux. Seule la double hélice pourrait réussir cette transformation. Aucune des deux nations n’a pu à elle seule influencer la dynastie des Kim.

Les Chinois ont été insultés par Pyongyang et frustrés par Kim. La population chinoise rit de la bouffonnerie du régime nord-coréen. Pékin ne veut de lui que pour s’assurer que les États-Unis ne s’approchent pas plus près de la péninsule. Mais la nouvelle réalité de l’Eurasie émergente modifie les perspectives pour Kim. Une occasion avantageuse s’offre à lui. Une menace mortelle pour son régime peut être éliminée, et il aurait encore la sécurité et la souveraineté. Un geste surprise adroit pour trois gagnants.

L’abandon par Pyongyang de ses armes nucléaires serait un événement géopolitique cataclysmique qui forcerait les États-Unis à admettre l’inutilité de leur présence sur la masse continentale dans la région de l’Asie et du Pacifique. La pression de la population sud-coréenne s’accentuerait pour le retrait des forces américaines. Okinawa aussi voudrait le départ des États-Unis. Finalement, les États-Unis deviendraient simplement une parmi plusieurs puissances utilisant les eaux bleues du Pacifique occidental et les mers côtières de l’Asie. Les États-Unis seraient logiquement forcés de revenir à Hawaï, leur plus lointain avant-poste occidental. Après tout, ils ne protégeraient plus personne d’une quelconque menace.

La Russie et la Chine seraient les défenseurs de la paix et de la stabilité régionales, et plus au sud, l’Inde et le Vietnam, sans la marine US, se joindraient à eux. Les États-Unis sont peut-être une nation de l’Asie-Pacifique, mais pas plus que le Chili ou le Mexique. Par contre, les États-Unis ne sont pas une nation asiatique, ni une nation eurasiatique. Les États-Unis deviendraient ce qu’ils auraient toujours dû être, une nation d’Amérique du Nord.

Le Japon

Après un tel événement, tout se ramène à l’économie harmonisée. Le Japon a besoin de l’assistance eurasienne. L’Occident a gaspillé deux générations de jeunes Japonais en manipulant l’économie et le gouvernement nippon. L’innovation dynamique et la croissance du Japon sont moribondes. Les Japonais ne peuvent même pas fabriquer un coussin gonflable sûr pour leurs automobiles, ou gérer une centrale nucléaire de façon sécuritaire.

Les Philippines

Il est possible que les Philippines restent proches des États-Unis, mais elles seront un vassal asiatique singulier dans la mer de Chine méridionale. Manille peut s’aligner sur l’Australie, mais la Route de la soie maritime et la Banque asiatique d’investissement d’infrastructure les inciteront finalement à choisir entre le progrès et la colonisation perpétuelle.

Que se passera-t-il à Taïwan?

Taïwan restera le dernier os avec lequel le dragon chinois pourrait s’étrangler si la Chine était assez stupide pour tomber dans le piège et tenter de l’avaler. Les dernières élections municipales à Taiwan ont affaibli la base politique du Kuomintang (KMT) et fortifié les agitateurs US pour une Chine libre. Cela constitue certainement un recul pour les relations entre les deux Chines. Toutefois, si cela signifie que Xi devra jouer dur, il pourra alors utiliser son pouvoir économique plutôt que son pouvoir militaire.

Taiwan est en récession perpétuelle. La grande boîte grise et l’économie de reproduction pirate des années 1980 et 1990 ont été éclipsées par l’industrie manufacturière sud-coréenne de semi-conducteurs, d’appareils et de puces, et elles se ressentiront bientôt de la montée du Vietnam, de la Malaisie et des autres acteurs du sud et du sud-est de l’Asie dans le sport électronique national de Taïwan. La plupart des investissements de capitaux taiwanais semblent se diriger vers le continent, vers le Brésil ou vers les concurrents voisins de Taïwan. Le groupe Foxconn est partout sauf à Taïwan; il est même présent au Brésil.

Cela laisse les étudiants taiwanais en colère à la merci des manipulations orchestrées par les États-Unis. Peut-être y aura-t-il des groupes de résistance pour s’opposer avec véhémence à la réunification avec la Chine, mais la faim et le découragement changeront la dynamique quand les États-Unis se replieront et que tous ces jeunes esprits verront l’Eurasie se développer comme la Chine. Ils peuvent bien utiliser Skype et Twitter pour déclencher la révolution, même brandir des parasols colorés, mais cela n’attirera pas des investissements étrangers pour reconstruire leur propre économie.

De manière générale, le Dragon fait preuve d’une patience infinie. Il est certain que Taiwan mettra la patience du président Xi à l’épreuve. Ce dernier espérait convaincre Taiwan d’accepter un arrangement comme celui de Hong Kong: une seule Chine et deux systèmes. Cela n’arrivera pas tant que les États-Unis ne se seront pas repliés à Hawaï. Les États-Unis ont une capacité infinie d’infliger douleur et souffrance à leurs plus fidèles vassaux. À l’exception des Taiwano-Américains, personne en Amérique n’aura conscience des souffrances subies à Taipei, à Kaohsiung, à Taichung et à Tainan tant que les États-Unis ne laisseront pas tomber le morceau.

La Corée du Nord change tout

L’Extrême-Orient et la Sibérie, le nord de la Chine, la Mongolie, l’Arctique, la mer Jaune et la mer du Japon deviendront une zone de commerce, de tourisme et de croissance lorsque la Corée du Nord s’éloignera du précipice. Si la possession d’armes nucléaires par l’Iran est inacceptable pour la Russie et la Chine, elle l’est a fortiori en ce qui concerne la Corée du Nord. Les deux nations, la Russie et la Chine, ont travaillé assidûment pour empêcher la prolifération de telles armes. Et elles ont immédiatement récompensé les nations qui ont abandonné leurs armes de destruction massive.

L’attaque sous fausse bannière contre Sony

Sony est piratée! Ce doit être les Nord-Coréens! La diabolisation de la Corée du Nord est prévisible. Le FBI l’affirme. Toutefois, presque tous les experts indépendants en matière de piratage, ceux qui ont une vaste expérience de la sécurité gouvernementale informatique et de la protection antipiratage, sont convaincus que l’attaque contre Sony ne vient pas de la Corée du Nord.

D’abord il faut comprendre en quoi consistent les connexions Internet en Asie. La Corée du Nord a un seul FAI (fournisseur d’accès Internet). Tout comme pour la Chine qui a un statut de deuxième niveau sur l’Internet et où toutes les connexions passent uniquement par Shanghai, la Corée du Nord ne peut se connecter et se déconnecter de l’Internet que par une seule voie. Il est donc facile pour la NSA de la surveiller et de fournir des preuves de ce type d’attaque. Mais on ne nous présente aucune preuve tangible, pourtant faciles à fournir. On ne nous présente qu’un court document en papier : une tranche de foutaise du FBI. Alors, sauf si elle provient d’un réseau de téléphonie 3G, l’opération de piratage a utilisé un port d’entrée dans l’Internet, à savoir le Star Joint Venture Co.

Les États-Unis doivent s’assurer que la Corée du Nord demeure une puissance nucléaire. Mais ils prennent rapidement les mesures nécessaires pour qualifier de nouveau Pyongyang d’État terroriste. L’espoir des groupes d’experts (pour utiliser le terme à la légère) de la Puissance hégémonique est que cela empêchera la Russie et la Chine d’offrir de l’aide économique en échange de l’abandon des armes nucléaires. Mais le résultat sera celui que les représentants de la double hélice seront en mesure d’obtenir, s’ils peuvent s’entendre avec Kim.

Qu’arrivera-t-il par la suite?

Avec la Corée du Nord débarrassée de son arsenal, la double hélice pourra révéler le programme secret d’acquisition de l’arme nucléaire des Japonais. L’accident de Fukushima constitue un double désastre parce que, comme pour Dimona en Israël, les secrets nucléaires ont filtré. Et le monde sait que le Japon, comme Israël, essayait désespérément de dissimuler un programme d’armes encouragé par les États-Unis et la France.

Tout ce qui vient de la double hélice Chine-Russie sera certainement une surprise qui stupéfiera la Puissance hégémonique. C’est le style des deux nations. La situation mondiale est passée tout près de s’améliorer en 2014, mais elle n’a fait qu’empirer. C’est que, même si de mauvaises choses se produisent toujours, de meilleures choses se produisent toujours aussi. Le feu et la mort en Ukraine et au Moyen-Orient sont terribles, mais l’émergence de l’Eurasie est comme une fleur bourgeonnante, et c’est un poison uniquement pour la Puissance hégémonique.

Des civilisations gagnantes

La plupart d’entre nous vivront suffisamment longtemps pour voir une nouvelle dynamique globale internationale. Certains d’entre nous en seront enrichis. D’autres resteront coincés dans la caverne des élites qui dirigent le monde depuis des siècles. Tout comme le pôle Nord se déplace, les pôles géopolitiques changent. Les pôles économiques changent eux aussi. Une politique de confinement, un traité commercial d’exclusion ou un programme de déstabilisation secret ne peuvent pas arrêter 2 milliards de personnes inspirées par deux dirigeants éclairés qui partagent le même ADN métaphorique. Le changement tectonique est trop grand pour les simples mortels de l’Occident qui sont à court d’idées, de mensonges, de balles, de bombes, de fausses bannières et de mandataires pour vaincre et contrôler l’humanité. La Puissance hégémonique a un mauvais ADN qui ne peut pas s’adapter à l’air frais et au soleil de la vérité. L’humanité gagnera sa liberté et les civilisations prospéreront.

Les Russes et les Chinois gagnants

Les citoyens russes et chinois trouveront à l’intérieur de leurs propres civilisations les solutions aux défis et aux menaces que leur a lancés la Puissance hégémonique. Les motivations existent pour créer des solutions judicieuses qui ne sont ni martiales, ni dominantes, ni injustes, ni fondées sur l’exploitation d’autrui. S’appuyer sur les experts et les ONG de l’Occident revient à ouvrir les portes à l’ennemi et à abriter les terroristes et les saboteurs envoyés par la Puissance hégémonique.

La résistance à l’hégémonie est une leçon historique pour les civilisations russe et chinoise. L’Occident a perdu son attrait, et la magie de ses mots, de ses modèles et de ses idéaux comme ceux de démocratie, de liberté, d’amitié, d’alliés, de partenaires, de succès et de sécurité n’opère plus. L’exceptionnalité et la grandeur ont perdu leur éclat.

Les peuples de Russie et de Chine sont les héritiers de grandes civilisations. Leur culture et leurs institutions sont fondées sur des principes de sagesse et sur des siècles de réalisations profondes en art, en science, en technologie et autres activités humaines. Nul besoin pour eux de chercher à imiter un autre pays, une autre culture ou un autre système éducatif, quel qu’il soit.

La souveraineté, comme l’individualité, est l’entité unique qui doit être chérie. Ensuite, la coopération et le partenariat internationaux sont fondés sur les points forts de ceux qui choisissent de se joindre à d’autres en toute liberté et non sous la contrainte.

L’année 2014 a été une meilleure année pour l’humanité que vous ne le pensez.

Larchmonter 445

Traduit par Jacques B. et Richard S., relu par jj et Diane pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Les commentaires sont fermés.