La prochaine guerre contre la Chine


Pilger

Par John Pilger – Le 2 décembre 2016 – Source CounterPunch

Quand je suis allé à Hiroshima en 1967, l’empreinte de l’ombre sur les marches était toujours là. C’était l’impression presque parfaite d’un être humain à l’aise : les jambes écartées, le dos plié, une main sur son côté alors qu’elle attendait l’ouverture d’une banque. À huit heures et quart, le matin du 6 août 1945, elle et sa silhouette furent gravées dans le granit. J’ai regardé l’ombre pendant une heure ou plus, inoubliable. Quand je suis revenu plusieurs années après, elle n’était plus là : emportée, disparue, un embarras politique.

J’ai passé deux ans à réaliser un film documentaire intitulé La prochaine guerre contre la Chine, où les preuves et les témoins mettent en garde contre le fait que la guerre nucléaire n’est plus une ombre, mais une éventualité. La plus grande accumulation de forces armées américaines depuis la Deuxième Guerre mondiale est bien avancée. Elles sont dans l’hémisphère nord, sur les frontières occidentales de la Russie, en Asie et dans le Pacifique, face à la Chine.

comingwar-quad-approved4

Le grand danger que cela suscite n’est pas une nouvelle, ou il est occulté et déformé : un ramdam de grossières informations fausses qui fait écho à la peur psychopathique imposée à la conscience publique pendant une grande partie du XXe siècle.

Comme la renaissance de la Russie post-soviétique, la montée de la Chine comme puissance économique est qualifiée de « menace existentielle » au droit divin des États-Unis de réguler et de dominer les affaires humaines.

Pour contrer cela, en 2011, le président Obama a annoncé un « pivot vers l’Asie », ce qui signifie que près des deux tiers des forces navales américaines seraient transférées en Asie et dans le Pacifique d’ici 2020. Aujourd’hui, plus de 400 bases militaires américaines encerclent la Chine avec des missiles , des bombardiers, des navires de guerre et, surtout, des armes nucléaires. De l’Australie au Japon et à la Corée, à travers le Pacifique, et à travers l’Eurasie de l’Inde à l’Afghanistan, les bases forment, dit un stratège américain « le noeud coulant parfait ».

Une étude de la RAND Corporation – qui, depuis le Vietnam, a planifié les guerres de l’Amérique – est intitulée, Guerre avec la Chine :