La nouvelle sous-normalité


Par Dmitry Orlov – Le 22 novembre 2017 – Source Club Orlov

Après une période de quatre semaines pendant laquelle j’avais la tête sous l’eau pour faire imprimer un livre, j’ai levé les yeux et j’ai remarqué que le monde avait changé. L’astuce de détourner le regard, puis de regarder en arrière est souvent une bonne chose si vous voulez mieux comprendre la façon dont les situations évoluent. Et là, j’ai regardé ce qui s’était passé aux États-Unis, en particulier, au cours des dernières semaines, et je me suis dit : quelle nouvelle étape intéressante de l’effondrement est-ce donc ?

Et puis, ai-je pensé, je devrais vraiment essayer de répondre à cette question. Après tout, j’ai déjà décrit les cinq étapes de l’effondrement dans un livre, et apparemment les gens le trouvent toujours utile. Par exemple, l’édition japonaise du livre a trouvé ses lecteurs parce que mon traitement de l’effondrement financier et politique s’est très bien articulé avec la ruée vers l’endettement infini du Japon et son désespoir, avec en dernière minute l’arrivée du militarisme. Et maintenant que Paris se transforme en un camping de ville bourré de gangs de jeunes migrants troglodytes et que les rives de la Seine se remplissent d’excréments humains – ah, cette douce odeur d’effondrement social et culturel ! – l’édition française s’envole sur les étagères de manière presque effrayante pour un tel sujet. Comme je l’ai déjà dit à mes lecteurs, quand vous remarquerez que mon message est traité dans les médias, il sera temps de saisir votre sac de survie, vos lingots d’or et des cartouches de fusil, de remonter dans votre camionnette et de vous diriger vers les collines.

Il est encourageant de constater qu’il y a encore dans le monde des descendants des habitants autochtones de la Gaule romaine qui possèdent l’aptitude intellectuelle de comprendre que leur pays se dirige vers l’effondrement social et culturel et qui se risquent à faire quelques recherches pour voir à quoi cela pourrait ressembler. Mais en ce qui concerne ce qui semble se passer de l’autre côté du lac, aux États-Unis, ou à travers la Manche au Royaume-Uni, les gens semblent être dans une phase d’effondrement bien à eux. Maintenant, qu’est-ce que c’est ?

Explorons cette question à travers une métaphore. En faisant un diagnostic médical, il est classique d’observer comment le patient répond à divers stimuli, pour voir si on peut classer son comportement comme normal. Le réflexe de la pupille à la lumière – produit en faisant briller une lumière dans un œil – évalue le bon fonctionnement du cortex cérébral (ou son absence). Le réflexe patellaire produit en tapotant légèrement la rotule avec un marteau évalue le bon fonctionnement de la moelle épinière.

Supposons maintenant que vous ayez un patient qui, peu importe le stimulus, répond toujours de la même manière ; par exemple, en criant « C’est les Russes ! ». Et que faire si poser des questions telles que « Pourquoi pensez-vous que ce sont les Russes ? » ou « Que pensez-vous que les Russes ont fait ? » produit un babillage bruyant mais incohérent ? Que faire si, en étant accidentellement bousculé ou effrayé par un bruit ou un éclair de lumière, le patient se met à se lamenter sur le « patriarcat » ou le « privilège blanc » ou les « immigrants illégaux » ou « l’argent sain et la Réserve fédérale » ?

Une autre technique de diagnostic consiste à observer passivement le comportement du patient et à en tirer des conclusions. Le patient semble-t-il engagé envers le monde extérieur, ou semble-t-il pris au piège dans un monde à lui, se balançant d’avant en arrière, agitant les doigts devant ses yeux ou suçant son pouce ? Est-il capable de maintenir des relations sexuelles normales et saines ou évite-t-il de s’impliquer personnellement, se masturbe-t-il compulsivement ou agit-il avec des fantasmes pervers ? Ses réactions de peur sont-elles rationnelles ou basées sur des phobies et des délires paranoïaques ?

Supposons maintenant que vous êtes confronté à un groupe de patients qui refusent de regarder leurs proches mais qui caressent continuellement de petits appareils électroniques rectangulaires, prenant constamment des photos d’eux-mêmes, leur chimie cérébrale étant apparemment contrôlée par le flux de « like » d’autres personnes qui sont frappées du même comportement et présentent une détresse extrême chaque fois que la connexion réseau est perdue ou chaque fois que la batterie se vide ?

Et supposons que parmi ce groupe, les relations hétérosexuelles normales, dont on sait qu’elles produisent spontanément des descendants viables, deviennent rares, alors que tout comportement sexuel pervers et anormal est célébré, tout le monde étant contraint de le reconnaître comme normal ? Supposons que, parmi ce groupe, la sexualité normale reçoive en fait une étiquette négative (« cis-genre ») alors que, chaque fois qu’elle est rencontrée parmi d’autres formes de bétail non humain, l’animal est retiré du troupeau. Ici, elle sera mise en valeur et incitée. Qu’est-ce que cela suppose pour la viabilité du troupeau ? Gardez à l’esprit que dans le schéma normal des choses, les taureaux qui s’identifient à des vaches sont envoyés directement au congélateur.

Et supposons que ce groupe se sente obligé de négliger toute une série de problèmes – problèmes financiers, problèmes de toxicomanie, problèmes environnementaux, crimes, fusillades de masse, détérioration constante des relations internationales et risque croissant de guerre nucléaire, etc. pour se concentrer sur une seule menace fantôme : celle du harcèlement sexuel. L’augmentation de la morbidité ou de la mortalité qui peut être attribuée à l’achat non éthique de faveurs sexuelles sur le lieu de travail est négligeable, mais ce point est ignoré. Au lieu de cela, il y a une orgie de célébration de la victimisation et la diabolisation des auteurs. À son tour, peloter un collègue vient à être considéré comme un crime pire qu’un véritable crime de guerre commis en son nom.

C’est définitivement une sorte d’effondrement, mais de quel genre ? Donnons-lui le nom provisoire d’effondrement mental. Contrairement aux cinq autres étapes, qui neutralisent un ensemble spécifique de fonctions sociales, celle-ci se traduit par une incapacité généralisée à traiter et à répondre à la réalité. Ce qui était auparavant des points focaux de l’adéquation sociale sont devenus des terrains fertiles pour l’inadéquation sociale : une évaluation des risques financiers sobre et prudente est remplacée par une diarrhée irrépressible de dette non remboursable ; le processus politique est remplacé par une rage aveugle et impuissante face à une corruption éhontée ; le commerce est remplacé par la consommation addictive et le jeu compulsif ; la société plonge dans une guerre autodestructrice des sexes ; la culture est remplacée par une succession de manies juvéniles de courte durée.

Il existe une autre méthode de diagnostic : observer le comportement d’autres personnes soi-disant normales et voir comment elles réagissent à la présence et au comportement du patient. Le patient est-il accepté comme un membre du groupe et traité avec reconnaissance ou respect, ou le patient est-il ignoré, activement exclu ou moqué ? Alors, comment le patient – dans notre cas, l’ensemble des États-Unis – va-t-il être considéré par le monde entier ? (Ici, il est utile d’être en mesure de l’observer – en résidant à l’extérieur des États-Unis).

Pour évaluer la réponse internationale à l’effondrement mental de l’Amérique, il est utile de parcourir les cinq étapes de l’effondrement.

  • Sur le plan financier, la plupart des plus grands partenaires commerciaux du monde travaillent avec diligence pour se libérer de leur dépendance au dollar américain et se protéger contre les poursuites judiciaires extraterritoriales américaines ;
  • Sur le plan politique, de nombreux pays, y compris d’anciens alliés comme la Turquie et l’Arabie saoudite, ont compris que les États-Unis ne sont plus un partenaire fiable qui peut garantir leur sécurité et ils tentent de se débrouiller seuls ;
  • Commercialement, les États-Unis ne font plus grand-chose. Le reste du monde est heureux de laisser Walmart et Amazon aspirer le sang financier restant du consommateur américain alors que les tentatives américaines de tenir le monde en otage en faisant payer la « propriété intellectuelle » américaine ont largement échoué ;
  • Socialement, les États-Unis ne sont plus un melting-pot ; le rêve américain est maintenant souvent considéré comme un cauchemar de dégénérescence, de dépendance et de décadence. Peu de gens qui ont le choix choisissent de s’intégrer dans ce qui reste de la société américaine, de plus en plus divisée contre elle-même selon des lignes politiques, régionales, raciales, ethniques et religieuses ;
  • Sur le plan culturel, les États-Unis réussissent toujours à exporter une bonne partie de la culture pop en faisant appel sans relâche au plus petit dénominateur commun. Mais dans de nombreuses parties du monde, l’influence de la culture pop internationale sur la culture locale actuelle, observable dans la façon dont les gens ont des relations les uns aux autres, est de plus en plus insignifiante. Les adultes ne sont pas particulièrement faciles à corrompre par divers shows américains qui ne sont plus que des caprices. Son effet sur les enfants, en particulier, à travers les dessins animés et les films (et en particulier les plus violents), la musique pop et les jeux vidéo, est un peu plus inquiétant, mais c’est généralement considéré comme une distraction plutôt qu’un danger réel.

Comprendre les cinq étapes de l’effondrement et leurs interactions peut être très utile pour ceux qui sont en mesure d’arrêter la chute vers l’effondrement social et culturel à un stade précoce. Mais le faire est impossible sans un niveau de base raisonnable de compétence mentale. Si ce que nous observons aux États-Unis correspond aux premiers stades de l’effondrement mental, alors cela enlève toute idée d’effort pour promouvoir de quelconques incitations.

Pour effectuer un changement positif, il faut être capable de mieux s’informer et de modifier son comportement en conséquence. Mais si une personne est nourrie d’une propagande poussée par la complicité d’entreprises semi-automatisées, et si le comportement de cette personne est déterminé par une combinaison de délires, de dépendances, de compulsions, de rage aveugle et de chance, alors quelles sont les occasions restantes de changer pour le mieux ? Et s’il n’y en a pas, comment devrions-nous réagir ? Nous ne devrions certainement pas blâmer les victimes pour cet effondrement mental. Il y a un principe juridique qui devrait peut-être faire l’objet d’une utilisation beaucoup plus large : le principe de non-imputabilité. Voici une définition pratique :

« Pour que la non-imputabilité criminelle d’une personne soit reconnue, il faut établir qu’elle n’était pas au courant des conséquences de ses actes ou qu’elle était incapable de contrôler de telles actions, et qu’une maladie mentale chronique, la perturbation temporaire de son activité mentale, le manque d’empressement ou une autre condition pathologique était présente. Lorsque au moins l’une de ces conditions pathologiques prévaut en combinaison avec les faits de l’affaire, tels qu’établis par un témoignage psychiatrique médico-légal, le tribunal reconnaît que l’accusé n’est pas pénalement responsable. Des mesures médicales obligatoires, qui ne constituent pas une sanction pénale, peuvent être appliquées à l’accusé par une ordonnance du tribunal ; ces mesures comprennent le placement dans un hôpital psychiatrique général ou spécial. Des mesures semblables sont appliquées dans les cas où l’accusé est criminellement imputable au moment de la perpétration du crime, mais devient mentalement malade avant la détermination de sa peine. [‘La Grande Encyclopédie soviétique’, 3e édition. 1970-1979]. »

Il me semble qu’à l’heure actuelle, une grande partie de la population des États-Unis est dans un état d’effondrement mental, ce qui la rend non imputable. Laissant de côté la question de savoir si elle serait théoriquement capable d’apporter un changement positif à son comportement (la plupart des gens ne le sont pas), la majorité des Américains ne peuvent être convaincus par des faits simples.

Par exemple :

  • La majorité des Américains est incapable de comprendre l’idée que posséder une arme à feu est un prélude à un homicide. La majorité des décès par balle résulte de négligences, d’accidents, de colère ou d’erreur, et non d’efforts de prévention du crime ou d’autodéfense, alors que la présence d’armes à feu augmente la létalité des crimes. Mais peu importe la preuve, la plupart des Américains vous diront que posséder un fusil leur donne un « plus fort » sentiment de sécurité. Beaucoup d’entre eux ne peuvent même pas être détournés de l’idée fausse qu’ils peuvent utiliser des armes légères pour résister à la tyrannie d’un gouvernement armé de drones Predator, de chars, de mortiers, de roquettes et d’hélicoptères d’attaque ;
  • La majorité des Américains est incapable d’accepter l’idée que les États-Unis ne sont pas une démocratie, peu importe qui est président. Vous pouvez énoncer cela de différentes façons, en montrant que les préférences du public n’ont aucune corrélation avec les politiques publiques, et pourtant, ils persisteront dans l’illusion qu’ils peuvent changer les choses pour le mieux… en votant ;
  • La majorité des Américains est incapable d’accepter l’idée que leur industrie de défense nationale représente une très grande menace pour la sécurité nationale, à de nombreux points de vue. Cela hâte l’approche de la faillite nationale ; cela enhardit ses adversaires par le biais des imprudences commises dans tous les conflits récents ; cela crée une classe d’individus brutalisés et psychologiquement endommagés qui terrorisent la population locale ; et cela peut aussi accidentellement déclencher un holocauste nucléaire. Mais la grande majorité des Américains n’écoutera pas de tels arguments et insistera sur le fait que leur complexe militaro-industriel, hypertrophié mais inefficace, les « défend »… De qui ? Des Canadiens ?

On peut trouver de nombreux exemples similaires. Étant donné que de telles personnes ne sont pas responsables, nous ne pouvons qu’être désolés pour elles et essayer de les traiter humainement. Heureusement, un pays peuplé de personnes non imputables n’est la plupart du temps qu’une menace pour lui-même. Cependant, il y a le danger qu’un président non imputable entouré de généraux irresponsables fasse quelque chose d’horrible au monde entier. Ici, nous ne pouvons qu’espérer le meilleur. Ce n’est pas que le meilleur promet d’être si bon ; dans la nouvelle sous-normalité, le mieux que nous puissions espérer est peut-être que la situation restera non létale pour le monde entier.

Les cinq stades de l'effondrementDmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateur de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie », c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par Cat pour le Saker Francophone

PDF24    Send article as PDF