De meilleures armes pour une planète plus sûre


Orlov
Orlov

Par Dmitry Orlov – Le 6 mars 2018 – Source Club Orlov

Beaucoup de gens semblent avoir perdu le fil quand il s’agit d’armes nucléaires. Ils pensent que les armes nucléaires sont comme les autres armes et sont conçues pour être utilisées en temps de guerre. Mais c’est une pure inertie mentale. Selon toutes les preuves disponibles, les armes nucléaires sont des armes anti-armes, conçues pour empêcher l’utilisation d’armes, nucléaires ou pas. Par essence, si elles sont utilisées correctement, les armes nucléaires sont des dispositifs de suppression de la guerre. Bien sûr, si elles sont mal utilisées, elles représentent un risque grave pour toute vie sur Terre. Il y a aussi d’autres risques pour toute la vie sur Terre, tel que le réchauffement planétaire incontrôlé causé par la consommation incontrôlée des hydrocarbures ; peut-être devons-nous inventer une ou deux armes pour empêcher cela aussi.


Certaines personnes estiment que la simple existence d’armes nucléaires garantit qu’elles seront utilisées quand différents pays dotés d’armes nucléaires se retrouveront financièrement, économiquement et politiquement in extremis. Pour en « faire la demonstration » ils mettent en évidence le principe dramaturgique de l’arme de Tchekhov. Anton Tchekhov a écrit : « Если вы говорите в первой главе, что на стене висит ружье, во второй или третьей главе оно должно непременно выстрелить. А если не будет стрелять, не должно и висеть » [« Si vous dites à l’acte I qu’il y a un pistolet accroché au mur, alors il faut obligatoirement qu’à l’acte II ou III, il fasse feu. Sinon, il ne devrait pas être suspendu là. »].

Et si vous faites remarquer que nous parlons de stratégie militaire et de géopolitique, pas de théâtre, on peut citer ensuite Shakespeare : « Le monde est une scène et tous les hommes et les femmes ne sont que des acteurs ; ils font leurs sorties et leurs entrées… » et croire que c’est quod erat demonstrandum. Maintenant, je suis tout à fait d’accord avec Tchekhov en matière de dramaturgie, et je suis aussi d’accord avec Shakespeare, à condition de définir « le monde » comme « le monde du théâtre » dans lequel les deux mondes de la géopolitique et de la physique nucléaire sont dramatiquement différents.

Laissez-moi l’expliquer en des termes qu’un bon dramaturge comprendrait. S’il y a une bombe nucléaire accrochée au mur dans l’acte I, il y a de fortes chances qu’elle soit encore accrochée à ce mur lors du dernier baisser de rideau. En attendant, peu importe combien d’autres armes sont présentes sur scène pendant le jeu, vous pouvez être sûr qu’aucune d’entre elles ne sera utilisée. Ou peut-être qu’elles le seront, mais alors tout le public sera mort, auquel cas vous devriez certainement demander à être remboursé parce que la pièce a été présentée comme un spectacle familial.

Dans le monde réel, il est difficile de prétendre que les armes nucléaires n’ont pas été utiles comme moyen de dissuasion contre la guerre conventionnelle et nucléaire. Quand les Américains ont largué des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, ils ne l’ont fait que parce qu’ils pouvaient le faire en toute impunité. Si le Japon, ou un allié du Japon, avait possédé des armes nucléaires à l’époque, ces attaques n’auraient pas eu lieu. Il existe un nombre considérable d’opinions selon lesquelles les Américains n’ont pas atomisé le Japon pour obtenir une victoire (les Japonais se seraient rendus), mais pour envoyer un message à Joseph Staline. Staline a reçu le message, et les scientifiques et les ingénieurs soviétiques ont ont mis l’affaire en train.

Il y a d’abord eu une période inconfortable, avant que l’URSS teste avec succès sa première bombe atomique, alors que les Américains envisageaient sérieusement de détruire toutes les grandes villes soviétiques en utilisant des frappes nucléaires. Mais ils ont mis ces plans de côté parce qu’ils ont calculé qu’ils n’avaient pas assez d’armes nucléaires à l’époque pour empêcher l’Armée rouge de conquérir toute l’Europe occidentale en représailles. Mais le 29 août 1949, lorsque l’URSS a testé sa première bombe atomique, ces plans ont été mis de côté – pas tout à fait de façon permanente, on en reparle plus bas – parce qu’une seule explosion nucléaire résultant d’une réaction soviétique à une première frappe américaine, aurait effacé, disons, New York ou Washington. Cela aurait été un prix trop élevé à payer pour détruire la Russie.

Depuis lors – à l’exception d’une période comprise entre 2002 et il y a deux jours – la capacité des armes nucléaires à décourager une agression militaire est restée incontestée. Il y a eu quelques défis en cours de route, mais ils ont été traités. Les Américains ont jugé bon de menacer l’URSS en plaçant des missiles nucléaires en Turquie. En réponse, l’URSS a placé des missiles nucléaires à Cuba. Les Américains ont pensé que ce n’était pas juste, ce qui a provoqué la crise des missiles de Cuba. Finalement, les Américains ont été contraints de se retirer de Turquie, et les Soviétiques ont reculé à Cuba. Une autre menace pour le pouvoir de dissuasion des armes nucléaires a été le développement d’armes anti-balistiques capables d’abattre des missiles à tête nucléaire (en fait seulement les missiles balistiques, on en reparle plus tard). Mais cela a été largement reconnu comme une mauvaise chose, et une percée majeure a eu lieu en 1972, lorsque les États-Unis et l’URSS ont signé le Traité sur les missiles anti-balistiques.

Pendant toute cette période, le principe qui maintenait la paix était la Destruction Mutuelle Assurée : aucune des deux parties ne devait provoquer l’autre au point de lancer une frappe nucléaire, car une telle action était garantie comme suicidaire. Les deux parties en ont été réduites à mener une série de guerres par procuration dans divers pays du monde, au détriment notable de ces pays, mais il n’y avait aucun risque que ces conflits indirects éclatent en une conflagration nucléaire à grande échelle.

Entre-temps, tout le monde a tenté de s’opposer à la prolifération nucléaire, empêchant un plus grand nombre de pays d’accéder à la technologie des armes nucléaires – avec un succès limité. Les cas où ces efforts ont échoué témoignent de la valeur dissuasive efficace des armes nucléaires. Saddam Hussein, en Irak, n’avait aucune « arme de destruction massive » et a fini par être pendu. Mouammar Kadhafi de Libye a renoncé volontairement à son programme nucléaire et a été torturé à mort.

Mais le Pakistan a réussi à acquérir des armes nucléaires, et par conséquent ses relations avec son ennemi juré traditionnel sont devenues beaucoup plus polies et coopératives, au point qu’en juin 2017, tous deux sont devenus membres à part entière de l’Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) avec la Chine, la Russie et d’autres nations eurasiennes. Et puis la Corée du Nord a fait quelques percées en matière de bombes nucléaires et de missiles balistiques. Les États-Unis en ont été réduits à des menaces futiles et des postures guerrières alors que la Corée du Sud a exprimé un nouveau respect pour son voisin du nord. Les deux cherchent maintenant à se rapprocher.

En 2002, la perspective d’une dissuasion nucléaire en continu a subi un revers majeur lorsque les États-Unis se sont retirés du traité ABM. La Russie a protesté contre cette décision et a promis une réponse asymétrique. Les responsables américains ont ignoré cette protestation, pensant à tort que la Russie était finie en tant que puissance nucléaire. Depuis lors, les Américains ont dépensé des sommes d’argent prodigieuses – des milliers de milliards de dollars – en construisant un système de défense anti-missiles balistiques. Leur objectif était simple : permettre de lancer une première frappe contre la Russie, en détruisant une grande partie de son arsenal nucléaire ; ensuite, utiliser les nouveaux systèmes ABM américains pour détruire tout ce que la Russie parviendrait encore à lancer en réponse. Le 2 février 2018, les Américains ont décidé qu’ils étaient prêts et ont publié un réexamen de leur posture nucléaire dans lequel ils se sont expressément réservé le droit d’utiliser des armes nucléaires pour empêcher la Russie d’utiliser sa force de dissuasion nucléaire.

Et puis, il y a deux jours, tout s’est bien terminé lorsque Vladimir Poutine a prononcé un discours dans lequel il a dévoilé plusieurs nouveaux systèmes d’armes qui annihilent complètement la valeur du bouclier antimissile américain, entre autres choses. C’est la réponse que les Russes avait promis de livrer lorsque les États-Unis se sont retirés du traité ABM en 2002. Maintenant, 16 ans plus tard, le processus s’est terminé. La Russie s’est réarmée avec de nouvelles armes qui ont rendu le traité ABM complètement hors de propos.

Le traité ABM portait sur les missiles balistiques, ceux propulsés par des roquettes qui font accélérer le missile à une vitesse  proche de la vitesse d’évasion. Après cela, le missile suit une trajectoire balistique – comme un obus d’artillerie ou une balle. Cela rend son chemin facile à calculer et le missile facile à intercepter. Les systèmes de défense antimissile américains reposent sur la capacité de voir le missile sur un radar, calculer sa position, sa direction et sa vitesse, et lancer un missile en réponse de telle sorte que les deux trajectoires se croisent. Au point de rencontre, le missile intercepteur est activé, détruisant le missile attaquant.

Aucune des nouvelles armes russes ne suit des trajectoires balistiques. Le nouveau Sarmat est un ICBM sans le « B ». Il manœuvre tout au long de sa trajectoire et peut voler dans l’atmosphère plutôt que surgir au-dessus d’elle. Il a une courte phase de mise à feu, ce qui rend difficile son interception après le lancement. Il a la possibilité de parcourir des chemins arbitraires autour de la planète, par exemple par le pôle sud, pour atteindre n’importe quel point de la Terre. Et il transporte de multiples véhicules de rentrée hypersoniques manœuvrables dotés d’armes nucléaires qu’aucun système de défense antimissile existant ou prévu ne peut intercepter.

Parmi les nouvelles armes dévoilées il y a deux jours, on a un missile de croisière à propulsion nucléaire d’une portée pratiquement illimitée et qui dépasse les Mach 10, et un drone sous-marin à propulsion nucléaire qui peut descendre à des profondeurs beaucoup plus grandes que n’importe quel sous-marin existant et se déplacer plus vite qu’aucun navire existant. Il y avait également un canon laser mobile présenté lors du show, dont on sait très peu de choses, mais qui est susceptible d’être utile quand il s’agira de faire frire des satellites militaires. Tout cela repose sur des principes physiques qui n’ont jamais été utilisés auparavant. Tous ont passé les tests et sont en cours de production ; l’un d’entre eux est déjà utilisé en service de combat actif dans les forces armées russes.

Les Russes sont maintenant fiers de leurs scientifiques, ingénieurs et soldats. Leur pays est à nouveau en sécurité. Les Américains ont été arrêtés en chemin et leur nouvelle posture nucléaire ressemble maintenant à un cas sévère de lordose. Ce genre de fierté est plus important qu’il n’y paraît. Les systèmes d’armes nucléaires avancés ressemblent un peu aux caractéristiques sexuelles secondaires des animaux : comme la queue du paon ou les bois du cerf ou la crinière du lion, ils témoignent de la santé et de la vigueur d’un spécimen qui a suffisamment d’énergie à dépenser pour des accessoires bien visibles.

Pour être en mesure d’exploiter un missile de croisière nucléaire hypersonique à portée illimitée, un pays doit disposer d’une communauté scientifique saine, de nombreux ingénieurs bien formés, d’une armée professionnelle hautement qualifiée et d’un establishment de sécurité compétent capable de garder l’ensemble secret, avec une économie industrielle puissante et assez diversifiée pour fournir tous les matériaux, processus et composants nécessaires sans avoir recours aux importations. Maintenant que la course aux armements est terminée, cette nouvelle confiance et compétence peut être transformée à des fins civiles.

Jusqu’à présent, la réaction occidentale au discours de Poutine a suivi de près l’illogisme des rêves que Sigmund Freud a expliqué en utilisant la blague suivante :

  1. Je n’ai jamais emprunté de bouilloire
  2. Je vous l’ai retourné intacte
  3. Elle était déjà cassée quand je vous l’ai empruntée.

Un exemple plus commun est l’excuse d’un enfant pour ne pas avoir fait ses devoirs : je l’ai perdu ; mon chien l’a mangé ; je ne savais pas que je devais le faire.

Dans ce cas, les commentateurs occidentaux nous ont proposé ce qui suit :

  1. Il n’y a pas de telles armes ; Poutine bluffe
  2. Ces armes existent mais elles ne fonctionnent pas vraiment
  3. Ces armes fonctionnent et c’est le début d’une nouvelle course aux armements nucléaires

Prenons ces arguments un par un :

  1. Poutine n’est pas connu pour bluffer ; il est connu pour faire exactement ce qu’il dit qu’il va faire. Il a annoncé que la Russie apporterait une réponse asymétrique aux États-Unis qui se retiraient du traité ABM ; et maintenant c’est le cas.
  2. Ces armes sont une continuation des développements qui existaient déjà en URSS il y a 30 ans mais qui ont été mis en sommeil jusqu’en 2002. Ce qui a changé depuis lors, c’est le développement de nouveaux matériaux qui permettent de construire des véhicules volant au-dessus de Mach 10, avec leur surface chauffant jusqu’à 2000ºC, et, bien sûr, des améliorations spectaculaires dans le domaine de la microélectronique, des communications et de l’intelligence artificielle. La déclaration de Poutine selon laquelle les nouveaux systèmes d’armes entrent en production est un ordre : ils vont donc entrer en production.
  3. Une grande partie du discours de Poutine ne portait pas sur des questions militaires. Il s’agissait d’augmentations salariales, de routes, d’hôpitaux et de cliniques, de jardins