US : le coût de l’hégémonie


Pourquoi l’Amérique ne devrait pas dominer le monde

La stratégie de primauté armée de Washington après la guerre froide a échoué. Il faut une grande stratégie pour le plus grand nombre, pas pour le plus petit. Stephen Wertheim

Par Stephen Wertheim − Le 10 février 2020 − Source Foreign Affairs

wertheim_pg_rgb
De l’huile sur le feu : des véhicules militaires américains au Koweït, février 2010 – João Silva / The New York Times / Redux

L’effondrement de l’Union soviétique a révélé la faillite du communisme international. Avec le temps, l’absence de l’ennemi de la guerre froide a également révélé la faillite des ambitions mondiales de Washington. Libérés de leurs principaux adversaires, les États-Unis ont eu une chance sans précédent de façonner la politique internationale selon leurs souhaits.

Ils auraient pu choisir de vivre en harmonie avec le monde, de retirer leurs forces armées et ne les déployer qu’à des fins vitales. Cela aurait pu aider à construire un monde de paix, en renforçant les lois et les institutions qui entravent la guerre et que la plupart des autres États accueillent favorablement. Sur cette base de sécurité et de bonne volonté, les États-Unis auraient pu exercer un leadership sur les défis déjà connus à venir, notamment le changement climatique et la concentration non maîtrisée des richesses.

Au lieu de cela, Washington a fait le contraire. Il a adopté une grande stratégie qui faisait la part belle aux menaces et aux méthodes militaires, et il a construit une forme d’intégration mondiale qui servait les intérêts immédiats de quelques-uns mais mettait en péril les intérêts à long terme de beaucoup. Au mieux, ces priorités étaient erronées. Au pire, elles ont fait des États-Unis un acteur destructeur du monde. Plutôt que de pratiquer et de cultiver la paix, Washington a poursuivi la domination armée et a lancé des guerres futiles en Afghanistan en 2001, en Irak en 2003 et en Libye en 2011. Ces actions ont fait plus d’ennemis qu’elles n’en ont vaincu. Elles ont tué des centaines de milliers de civils et exténué une génération de militaires américains. Elles ont endommagé les lois et les institutions qui stabilisent le monde et les États-Unis. Elles ont rendu le peuple américain moins sûr.

Alors que les États-Unis ont exagéré les menaces militaires et ont ensuite investi des ressources pour les contrer, ils n’ont pas assuré le bien commun mondial. Bien qu’ils aient mené des efforts louables pour lutter contre la pandémie de sida et le changement climatique, le bilan global est sombre. Depuis 1990, les États-Unis, bien qu’ils ne représentent que 4% de la population mondiale, ont émis environ 20% du dioxyde de carbone total du monde, principal contributeur au changement climatique. Bien que la Chine soit désormais le premier émetteur mondial, les émissions par habitant des États-Unis restent deux fois plus élevées que celles de la Chine. Les dirigeants américains ont alterné entre nier le problème et prendre des mesures insuffisantes pour le résoudre. On ne sait pas encore si l’humanité peut empêcher la température globale de la planète de s’élever de 1,5 à 2,0 degrés Celsius par rapport aux niveaux préindustriels ; sinon, les dommages peuvent s’avérer irréversibles et les incendies, les sécheresses et les inondations peuvent proliférer.

Pendant ce temps, la croissance économique qui a contribué au changement climatique n’a pas profité à suffisamment de personnes. Certes, l’extrême pauvreté a chuté à l’échelle mondiale depuis le début des années 90. Cette réalisation spectaculaire est essentiellement le résultat de la croissance en Chine et en Inde, selon des termes acceptés mais à peine reconnus par les États-Unis. Au cours de la même période, cependant, la part des revenus allant au 1% le plus riche de la population mondiale n’a cessé de grimper, tandis que celle des 50% les plus pauvres a stagné. Le reste du monde, y compris la grande majorité des Américains, s’est en fait appauvri. La richesse est désormais concentrée au point que l’on estime que 11,5% du PIB mondial se trouve dans des paradis fiscaux, non imposé et non comptabilisé. Les révoltes populistes [et populaires, NdT] de ces dernières années étaient prévisibles. Et les dirigeants américains portent la responsabilité directe de ces résultats, étant à l’origine d’un ordre économique qui place le capital au premier plan.

Le président américain Donald Trump se décrit souvent comme rompant avec le schéma de base de la récente politique étrangère américaine. Beaucoup de ses détracteurs le voient également de cette façon. En vérité, Trump a poursuivi et même intensifié le programme de l’après-guerre froide de ses prédécesseurs : n’épargnez aucune dépense pour l’hégémonie militaire, et épargnez peu pour le climat ou le bien-être de quiconque n’est pas riche. Trump se démarque principalement parce qu’il décrit ce programme comme une croissance nationale plutôt que comme un leadership international clairvoyant. À cet égard, il a raison.

La stratégie de Washington après la guerre froide a échoué. Les États-Unis devraient abandonner la quête de la primauté armée au profit de la protection de la planète et de la création de plus d’opportunités pour plus de personnes. Il faut une grande stratégie pour le plus grand nombre.

LA MACHINE DE GUERRE

Les champions, et les critiques, de la grande stratégie américaine après la guerre froide ont qualifié le projet d’«hégémonie libérale». Mais les objectifs et les méthodes ont toujours été plus hégémoniques que libéraux. En dépit de divergences sur l’opportunité et la manière de promouvoir le libéralisme, les décideurs politiques américains ont convergé pendant près de trois décennies autour de la prémisse que les planificateurs du Pentagone ont énoncée en 1992 :

Les États-Unis devraient maintenir une supériorité militaire si écrasante qu’elle dissuaderait ses alliés et ses rivaux de contester l’autorité de Washington.

Cette supériorité est rapidement devenue une fin en soi. En recherchant la domination au lieu de la simple défense, la stratégie de la primauté a plongé les États-Unis dans une spirale descendante : les actions américaines ont généré des antagonistes et des ennemis, qui à leur tour ont rendu la primauté plus dangereuse à poursuivre.

Pendant la majeure partie des années 90, les coûts de cette stratégie sont restés quelque peu cachés. La Russie étant écrasée et la Chine pauvre, les États-Unis ont pu, simultanément, réduire leurs dépenses de défense et étendre l’OTAN, lancer des interventions militaires en ex-Yougoslavie et pour la première fois stationner des dizaines de milliers de soldats au Moyen-Orient. Pourtant, à la fin de la décennie, la domination américaine avait commencé à provoquer un retour de flamme. Oussama ben Laden et son groupe terroriste al-Qaïda ont déclaré la guerre aux États-Unis en 1996, citant la présence de l’armée américaine en Arabie saoudite comme principal grief ; deux ans plus tard, al-Qaïda a bombardé les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, tuant 224 personnes. Les décideurs américains, pour leur part, exagéraient déjà la menace que représentent les «États voyous» faibles et se préparaient à des interventions militaires ambitieuses pour promouvoir la démocratie et les droits de l’homme. Ces pathologies ont façonné la réaction trop militarisée de Washington aux attentats du 11 septembre 2001, les États-Unis étant entrés dans des conflits successifs dans lesquels leurs capacités et leurs intérêts n’ont pas dépassé ceux des acteurs locaux. Le résultat fut une guerre sans fin.

Aujourd’hui, alors que les États-Unis luttent pour s’extirper du Moyen-Orient, la Chine devient une puissance économique et politique, la Russie s’affirmant comme un gêneur. Ce résultat est exactement ce que la primauté était censée empêcher. La montée d’un concurrent proche ne représente pas nécessairement un grave danger pour les États-Unis, que la dissuasion nucléaire protège des attaques. Mais s’accrocher au rêve d’une primauté sans fin assurera des ennuis, rendra obligatoire le confinement des rivaux et provoquera en retour l’insécurité et l’agression. La Chine n’a pas encore engagé une opération coûteuse de domination militaire en Asie de l’Est, sans parler du monde, mais les actions américaines pourraient pousser Beijing dans cette direction.

SUPPORTER LES COÛTS

La primauté n’a pas simplement échoué à assurer la sécurité, ce qui est sa raison d’être étroitement définie. Elle a également endommagé l’environnement, sapé les intérêts économiques de la plupart des Américains et déstabilisé la démocratie. L’armée américaine consomme plus de pétrole et produit plus de gaz à effet de serre que toute autre institution sur terre, selon le projet Costs of War de la Brown University. En 2017, les émissions de l’armée américaine ont dépassé celles de pays industrialisés entiers, comme le Danemark et la Suède.

La primauté n’offre pas non plus d’avantage économique net. Des années 1940 aux années 1960, la prépondérance militaire américaine a lubrifié le capitalisme international en contenant le communisme et en facilitant l’expansion du dollar, auquel toutes les autres monnaies étaient rattachées. Mais après l’effondrement du système monétaire de Bretton Woods puis de l’Union soviétique, les devises ont flotté et les marchés mondiaux ont été intégrés. En conséquence, la force militaire américaine s’est largement détachée de l’ordre économique international.

Aujourd’hui, le statut du dollar américain en tant que monnaie de réserve, qui permet aux Américains d’emprunter à moindre coût, repose en grande partie sur la dépendance du monde au dollar, la stabilité de la monnaie et le manque d’alternatives attrayantes – des facteurs qui ne dépendent plus de la projection mondiale de la force américaine qui a aidé à les inaugurer à l’origine.

Et la quête de la primauté conduit maintenant les États-Unis à éroder leur propre situation financière en maintenant des querelles inutiles avec des États tels que l’Iran, en leur imposant des sanctions paralysantes et en forçant les tiers qui utilisent le dollar à leur emboîter le pas. Ces actions ont contraint les États européens à rechercher des alternatives au dollar et ont fait baisser la part de celui-ci dans les réserves de change mondiales.

L’armée américaine coûte plus cher que l’ensemble des sept plus grandes forces armées qui la suivent au palmarès.

L’armée américaine contribue au commerce mondial en protégeant les voies maritimes à travers lesquelles transitent les marchandises – y compris le pétrole. Mais cela ne nécessite pas une domination mondiale ; cela nécessite des partenaires locaux efficaces pour gérer les tâches quotidiennes, avec une présence aérienne et navale légère des États-Unis qui peut être renforcée si, et quand, ces partenaires ne peuvent pas surmonter un véritable défi pour la sécurité maritime. Quels que soient les avantages économiques que la primauté puisse produire indirectement, ce qui est certain, c’est que, année après année, les États-Unis dépensent la moitié de leur budget discrétionnaire fédéral pour financer une armée plus coûteuse que l’ensemble des sept plus grandes forces armées qui la suivent au palmarès. Les dépenses militaires sont l’un des moyens les moins efficaces de créer des emplois, se classant derrière les réductions d’impôts et les dépenses d’éducation, de soins de santé, d’infrastructures et d’énergie propre. Les 6 400 milliards de dollars – estimés – versés jusqu’à présent dans la «guerre contre le terrorisme» auraient pu reconstruire des communautés à travers les États-Unis qui ont été dévastées par la finance, la crise et la récession qui a suivi. Maintenant, de nombreux membres de ces communautés en veulent aux élites politiques qui ont permis leur effondrement.

La primauté a également rongé le système politique américain, qui a à son tour produit des dirigeants irresponsables pour exercer le pouvoir de cette primauté. Pendant la guerre froide, la nécessité de contrer un adversaire menaçant a parfois contribué à unifier des factions politiques et des groupes sociaux disparates aux États-Unis. La quête de primauté après la guerre froide offre un contraste pervers. Les États-Unis ont créé un kaléidoscope d’ennemis étrangers, que les responsables américains et les médias ont encouragé le public américain à craindre et à punir. Il n’est pas étonnant qu’au cours de la deuxième décennie de la guerre contre le terrorisme, un démagogue ait pu transformer la haine des étrangers en une prémisse qui l’a propulsé à la présidence, divisant encore plus le pays.

COMMENT réparer LA globalisation

Les Américains et leurs dirigeants doivent agir maintenant pour mettre fin à la spirale descendante de la primauté. Cela ne nécessitera pas de renverser les définitions familières des intérêts fondamentaux des États-Unis : sécurité pour la nation et son peuple, prospérité pour tous et préservation de la République constitutionnelle. Mais ces intérêts doivent être liés aux réalités nationales et internationales de 2020, plutôt qu’à celles de 1947.

h_8.02547908
Maisons détruites par les drones US à Pekha au Pakistan octobre 2019 – Stefanie Glinski / Eyevine / Redux

Les États-Unis devraient chercher à transformer la globalisation en une force gouvernable et durable, qui protège l’environnement, répartit équitablement les richesses et promeut la paix. Un tel programme rassemblerait les Américains et amènerait leur pays dans un alignement sain avec le reste du monde. Le changement climatique affecte tout le monde, et deux des rares tendances communes aux deux partis politiques américains soutiennent de plus en plus le progressisme économique et la profonde méfiance de l’intervention militaire. Une stratégie pour transformer la globalisation transcenderait également l’impasse actuelle entre le nationalisme de «l’Amérique d’abord» et la nostalgie de «l’ordre international libéral» dirigé par les États-Unis. Le premier est implacablement hostile au monde extérieur – et nuit aux États-Unis en les définissant par opposition aux autres plutôt qu’en rapport avec ses propres intérêts. Le second plonge les intérêts américains dans une vague abstraction, et heurte le monde en le subordonnant à la direction américaine. Une meilleure approche consisterait à se concentrer sur les intérêts concrets et les menaces majeures qui nécessitent véritablement une action au-delà des frontières.

Le premier d’entre eux est le changement climatique. Rien ne résume mieux la débilité des priorités américaines que le fait de voir Washington affecter au moins 81 milliards de dollars par an à ses forces armées pour assurer un approvisionnement abondant en pétrole bon marché dans le monde, selon Securing America’s Future Energy, un groupe de défense des énergies propres. Les États-Unis devraient s’efforcer de réduire la dépendance du monde à l’égard des combustibles fossiles plutôt que de la protéger.

Le monde a encore une chance d’éviter les impacts climatiques les plus graves. Pour préparer le terrain, les États-Unis devraient utiliser leur pouvoir de marché et leur influence internationale. Au niveau national, ils devraient accroître considérablement les investissements dans l’agence de recherche et développement du ministère de l’Énergie, lever des taxes sur les producteurs et les importateurs de carburants émettant du carbone et augmenter les crédits pour les véhicules électriques et autres énergies renouvelables. Dans le même temps, les États-Unis devraient adopter une série de normes réglementaires vertes sur lesquelles conditionner l’accès étranger à son grand marché, conformément aux exigences d’émissions de CO2 que l’administration Obama a imposées aux automobiles importées.

À l’échelle mondiale, les États-Unis devraient rechercher des résultats beaucoup plus ambitieux que les normes nationales volontaires d’émission établies par l’accord de Paris sur le climat en 2015. Après avoir rejoint cet accord, Washington devrait ratifier l’amendement de Kigali au Protocole de Montréal, qui appelle à limiter considérablement l’utilisation d’hydrofluorocarbures et devrait insister pour que les agences multilatérales de développement, telles que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, soutiennent uniquement les projets qui entraîneraient une réduction des émissions.

Les États-Unis devraient également rallier le monde industrialisé pour fournir aux pays en développement la technologie et le financement nécessaires pour contourner les combustibles fossiles. La coercition sera moins efficace et moins juste que l’aide matérielle. Washington peut relancer cette initiative en investissant au moins 200 milliards de dollars dans le Fonds vert des Nations Unies pour le climat et en ouvrant des discussions sur l’allègement de la dette avec les pays du Sud.

Les États-Unis devraient transformer la globalisation en une force gouvernable et durable.

Un point de blocage serait la Chine, qui rejette, de loin, le plus de dioxyde de carbone de tous les pays – plus d’un quart du total mondial – mais est également en tête dans la production de masse des technologies énergétiques à faible émission de carbone. La plus haute priorité dans les relations des États-Unis avec la Chine devrait être d’écologiser le comportement chinois, un objectif qui empêcherait une politique de confinement de type guerre froide. Washington devrait encourager Pékin à continuer d’innover dans les technologies renouvelables, en partie en intensifiant la recherche et le développement aux États-Unis, et devrait pousser la Chine à mettre en œuvre ces technologies dans sa production d’énergie nationale et ses pratiques de développement international.

Une nouvelle stratégie américaine ne ferait pas que verdir l’économie mondiale ; elle la démocratiserait également. Comme Joseph Stiglitz, Todd Tucker et Gabriel Zucman l’ont récemment expliqué dans ces pages, le prochain président américain devrait lancer une campagne pour lutter contre l’évasion fiscale mondiale en soutenant la création d’un registre mondial pour révéler les véritables propriétaires de tous les actifs et empêcher les sociétés de transférer de l’argent vers des filiales dans des juridictions à faible imposition. Ces mesures à elles seules augmenteraient les recettes fiscales américaines d’environ 15%. Encore plus de revenus proviendraient de la mise en place d’un impôt minimum mondial pour mettre fin à la course aux paradis fiscaux qui taxent le moins. Washington pourrait utiliser ces revenus pour s’assurer que les travailleurs américains bénéficient de la transition des combustibles fossiles. De cette façon, la protection de l’environnement, la justice économique et le rétablissement de la confiance dans le gouvernement créeraient un cercle vertueux.

COMMENT METTRE FIN À DES GUERRES SANS FIN ET NE PAS EN engager DE NOUVELLES

Il ne suffira pas, cependant, de simplement mettre des initiatives écologistes et sociales-démocrates en-tête de la primauté militaire américaine, dans la poursuite de laquelle les États-Unis se sont formellement engagés à défendre environ un tiers des pays du monde – et officieusement des dizaines d’autres – et maintenir un archipel de plus de 800 bases étrangères. Les États-Unis devront également démilitariser leur politique étrangère.

La première étape essentielle serait de mettre fin à l’ère de la guerre coûteuse et contre-productive qui a commencé après les attentats du 11 septembre. Les États-Unis devraient retirer leurs forces aériennes et terrestres d’Afghanistan dans un délai de 12 à 18 mois et même plus tôt d’Irak et de Syrie. Elle devrait ramener ces troupes chez elles plutôt que de les repositionner ailleurs dans la région. Washington devrait bien sûr essayer de négocier les meilleurs règlements possibles pour les conflits dans ces endroits, et il devrait continuer à fournir une assistance aux gouvernements afghan et irakien après leur avoir remis les installations et équipements appropriés. Mais les États-Unis devraient se retirer de ces zones de conflit même en l’absence d’accords crédibles pour mettre fin aux combats. Washington n’a pas le pouvoir d’exiger ce qu’elle n’a pas pu imposer au cours de deux décennies de guerre. Bien que les retraits puissent faire reculer des alliés et partenaires américains à court terme, la région doit trouver son propre équilibre des pouvoirs afin de parvenir à la paix et à la stabilité dans le temps.

En effet, aucune logique stratégique ne justifie la poursuite de la guerre contre le terrorisme, qui se perpétue en produisant de nouveaux ennemis. C’est pourquoi une fin rapide et totale serait préférable. Si des attaques importantes se produisent, les États-Unis devraient réagir militairement mais avec des restrictions claires quant à savoir contre qui, où, et pendant combien de temps ils peuvent combattre. Ses dirigeants devraient faire de la retenue une vertu politique, déclarant que les États-Unis vaincront les terroristes en partie en évitant les types d’attaques aveugles que les militants exploitent pour s’enrichir et attirer de nouvelles recrues.

Aucune logique stratégique ne justifie la poursuite de la guerre contre le terrorisme.

En conséquence, le prochain président devrait réduire considérablement les opérations dites d’assassinat ciblé. Les «frappes préventives», dans lesquelles les drones visent des personnes non identifiées, devraient cesser immédiatement car elles frappent des cibles sans valeur, tuent des civils innocents et provoquent des retours de flamme. Toute utilisation de frappe de drones devrait être soumise à une conception plus littérale de «menace imminente» que la définition élastique appliquée par l’administration Obama et encore élargie par Trump. Le Congrès, pour sa part, devrait remplacer l’autorisation de 2001 pour l’utilisation de la force militaire, qui a été adoptée après le 11 septembre, par une version beaucoup plus étroite qui permet au président d’utiliser la force contre des organisations spécifiques, dans des pays spécifiques, et pour une période donnée et interdit les opérations meurtrières contre tous les autres. Le Congrès peut également dissuader le président de lancer des frappes illégales en habilitant les tribunaux fédéraux américains à examiner les poursuites après coup engagées au nom des victimes.

Anti-American protesters in Sanaa, Yemen, May 2017
Manifestants anti-américains à Sanaa, Yémen, mai 2017 – Mohammed Mohammed / Xinhua / Eye vine / Redux

Au-delà du démantèlement de la guerre contre le terrorisme, les États-Unis devraient également abandonner les ennemis inutiles, en particulier les États faibles qui ne menaceraient pas les États-Unis autrement que par leur attitude belliqueuse à leur égard. Prenez la Corée du Nord. Washington devrait abandonner le fantasme selon lequel le régime de Kim Jong Un se dénucléariserait complètement sous la pression extérieure ; les États-Unis devraient plutôt chercher à normaliser leurs relations avec la Corée du Nord et à instaurer la paix dans la péninsule. Cela nécessiterait un processus étape par étape dans lequel les États-Unis, agissant avec leurs partenaires, lèveraient les sanctions et offriraient une aide au développement en échange de l’acceptation par la Corée du Nord de mesures de maîtrise des armements, y compris le plafonnement de son arsenal nucléaire, l’arrêt des essais de missiles et autres actions belligérantes, et autoriser les inspections de l’ONU. Ce processus offrirait le meilleur moyen de faire face à la menace nucléaire : il rendrait les intentions de la Corée du Nord moins antagonistes et limiterait ses capacités dans la mesure du possible. Il est également peu probable qu’il provoque la prolifération au Japon et en Corée du Sud, qui vivent maintenant avec la capacité nucléaire de la Corée du Nord depuis 14 ans. Bien que certains puissent être tentés de conditionner la négociation diplomatique sur le nucléaire à l’amélioration des droits de l’homme en Corée du Nord, les abus du régime ne diminueront probablement que s’il ne se sent plus assiégé.

L’Iran est un autre ennemi qui mérite d’être abandonné. Les États-Unis devraient mettre un terme à leur rancune contre la République islamique en levant les sanctions et en revenant au respect du Plan d’action global commun, l’accord sur le nucléaire que Washington et d’autres grandes puissances ont négocié avec Téhéran. Cet accord a prouvé non seulement que la diplomatie avec l’Iran est possible, mais aussi qu’il s’agit de la méthode la plus efficace pour faire face aux tensions bilatérales. Une soif de vengeance, qui semble conduire la politique américaine envers l’Iran sous Trump, n’est pas un intérêt américain légitime. En fait, aucun intérêt américain – pas même l’objectif d’empêcher l’Iran de développer des armes nucléaires – ne justifierait une guerre étant donné que la diplomatie avec Téhéran a fonctionné.

Dans le reste de la région, Washington devrait être guidé par la maxime «pas d’amis permanents, pas d’ennemis permanents». Il devrait dégrader les relations avec des partenaires tels que l’Arabie saoudite et indiquer clairement qu’ils sont responsables et doivent se défendre eux-mêmes. Les États-Unis devraient fermer presque toutes leurs bases militaires dans la région. En conserver une ou deux pour les forces aériennes et navales, peut-être à Bahreïn et au Qatar, donnerait à Washington ce dont il a besoin : la capacité d’assurer l’accès aux voies maritimes internationales en cas de menace sérieuse que les acteurs régionaux ne peuvent pas gérer eux-mêmes. Plus largement, les États-Unis devraient cesser d’être partisans dans des différends tels que la guerre civile au Yémen et le conflit israélo-palestinien ; il contribuerait davantage à résoudre ces combats en s’appuyant sur la diplomatie sans prendre parti.

COMMENT TRAITER AVEC LA CHINE ET LA RUSSIE

Au cours des trois dernières années, l’administration Trump et une escouade d’analystes de la défense ont proposé une stratégie de «concurrence des grandes puissances», qui intensifierait généralement la contestation géopolitique au service de la maximisation de la puissance militaire de Washington. C’est exactement le contraire qui est nécessaire. La concurrence entre les grandes puissances est inévitable, mais elle devrait être un sous-produit des intérêts sous-jacents et ne doit guère être souhaitée en elle-même. Alors que les États-Unis tentent d’obtenir la coopération de la Chine et de la Russie pour lutter contre le changement climatique et gouverner la finance mondiale, ils devraient éviter les rivalités militaires coûteuses et les guerres à grande échelle ruineuses. Washington devrait donc réduire considérablement sa présence militaire déployée comme tête de pont en Asie et en Europe, tout en conservant la capacité d’intervenir si l’une ou l’autre puissance menace vraiment de devenir un hégémon hostile dans sa région.

Malgré l’alarme croissante à Washington, la Chine n’est pas prête à dominer l’Asie de l’Est par la force. Ayant grossi en proportion de l’économie chinoise, l’Armée de libération du peuple reste concentrée sur les problèmes locaux : défendre le continent chinois, régler à son avantage des différends sur les petites zones frontalières et les îles, et prévaloir dans ce que la Chine considère comme sa guerre civile non résolue avec le gouvernement de Taiwan. Une nouvelle administration devrait abandonner les réactions excessives de ses prédécesseurs à l’expansion militaire chinoise. Afin d’éviter un grave accrochage dans la mer de Chine méridionale, où les intérêts de Pékin dépassent ceux de Washington, les États-Unis devraient se soustraire aux conflits de juridiction maritime et cesser les opérations de liberté de navigation et de surveillance près des îles contestées. Il ne vaut pas la peine de contrarier la Chine sur ces questions.

La Chine n’est pas prête à dominer l’Asie de l’Est par la force.

La possibilité que la Chine devienne plus belliqueuse si elle continue de se renforcer est une préoccupation légitime. Pour tenir compte de cette possibilité sans prendre des mesures qui la rendent plus probable, Washington devrait renforcer les défenses des alliés américains en Asie d’une manière qui ne provoque pas la Chine. Les États-Unis peuvent fournir à leurs alliés des capacités de défense aérienne dites anti-accès / déni de zone, telles que des systèmes de surveillance et de missiles améliorés, qui entraveraient gravement toute attaque chinoise sans signaler une posture offensive. Ils pourraient alors remballer leur armement offensif. À Taïwan, une telle approche répondrait à l’objectif américain de longue date de préserver un statu quo pacifique, dissuadant une invasion chinoise tout en dissuadant Taïwan de penser qu’elle pourrait soutenir ses aspirations d’indépendance avec les forces américaines.

S’ils adoptaient cette approche, les États-Unis auraient encore amplement le temps de mobiliser et de déployer leurs forces si la Chine devenait belliqueuse. Pour l’instant, Washington doit faire un sérieux effort pour s’assurer la coopération de Beijing sur des objectifs centraux, particulièrement le changement climatique. Tenter de contenir la Chine serait une grave erreur, garantissant l’inimitié chinoise et orientant les ressources vers une escalade militaire au lieu d’une coopération environnementale. Les États-Unis devraient clairement mettre la priorité sur le danger réel de rendre la planète inhabitable, avant la perspective spéculative et gérable d’un pair agressif.

Les relations des États-Unis avec la Russie nécessitent également une refonte. La Russie, avec une économie plus petite que celle de l’Italie, n’est pas un aspirant crédible à l’hégémonie en Europe et n’a pas besoin de menacer la sécurité des États-Unis. Le fait que, selon un sondage Gallup réalisé l’année dernière, une majorité d’Américains considère la Russie comme une «menace critique» témoigne de décennies d’échec politique, notamment dû aux provocations américaines – expansion de l’OTAN et interventions militaires illégales – et de l’hostilité russe – culminant dans son ingérence électorale américaine en 2016. Le prochain président américain devrait mettre fin à ce cycle en poursuivant une politique qui respecte la vision cohérente de la Russie concernant ses intérêts vitaux : préserver son régime, éviter les gouvernements hostiles dans son «étranger proche» et participer aux principales discussions diplomatiques et sécuritaires européennes.

Parce que ces objectifs correspondent aux intérêts américains, les États-Unis devraient apaiser les inquiétudes de la Russie en mettant fin à l’expansion de l’OTAN et en rejetant la candidature actuelle de l’Ukraine à l’adhésion à l’alliance. Ils devraient ensuite, en consultation avec leurs alliés, entamer un retrait sur dix ans des forces américaines stationnées en Europe. La plupart de ces troupes devraient rentrer aux États-Unis, bien que certaines forces aériennes et navales puissent rester avec l’accord des pays hôtes. En outre, les États-Unis devraient encourager la Russie et l’Ukraine à conclure un accord par lequel la Russie cesserait de soutenir les séparatistes dans l’est de l’Ukraine et cette dernière, avec les États-Unis, reconnaîtrait la Crimée comme faisant partie de la Russie. Un tel règlement permettrait aux États-Unis de lever bon nombre de leurs sanctions et de jeter les bases de relations décentes.

Ces mesures, en plus d’être enracinées dans les intérêts américains, serviraient à rassurer la Russie sur les questions de sécurité alors que les deux puissances s’attaquent au changement climatique et à la corruption financière. La Russie dépend des revenus du pétrole et du gaz, et certains Russes pensent que leur pays, ou les parties de celui-ci qui dégèlent, bénéficieront commercialement du réchauffement des températures. La Russie est également un leader mondial du blanchiment d’argent et de l’évasion fiscale. Aucune stratégie américaine ne sèvrera la Russie des pétrodollars ou de la kleptocratie [sic ! N’oublions pas que l’auteur de l’article est un américain, bien installé dans l’establishment, pour qui la russophobie est un must. NdT]. Cependant, en minimisant les points de friction, Washington rendrait plus probable que Moscou tempère sa résistance aux campagnes internationales sur le climat et la finance. Cela pourrait même, à terme, ouvrir la porte à des échanges mutuellement bénéfiques grâce à la recherche scientifique et au transfert de technologies vertes. À tout le moins, le retrait militaire américain aiderait à empêcher la Russie de devenir désespérée et agressive sous la pression internationale.

LE CHOIX

Le moment est venu de souhaiter bon voyage au moment unipolaire. En trois décennies, les États-Unis ont accru leurs déploiements et engagements militaires jusqu’au point de rupture. La mauvaise gestion de la globalisation a laissé les Américains ordinaires et le climat de la Terre dans le même état pitoyable. Pour corriger le tir, les États-Unis devraient faire le choix conscient de se retirer militairement – pour construire un monde qui soit habitable, gouvernable et prospère.

Les États-Unis doivent utiliser leur pouvoir et leur influence pour relever des défis que les bombes et les balles ne peuvent pas résoudre. C’est une tâche de grande stratégie au sens large. Plus que cela, c’est une tâche pour la politique. Une grande stratégie pour le plus grand nombre doit être exigée par le plus grand nombre afin que leurs dirigeants poursuivent le bien commun.

Stephen Wertheim

Note du Saker Francophone

Une fois n'est pas coutume, nous traduisons un article venant d'un site Système pur jus. Il s'agit d'une analyse sans concessions des politiques extérieures US depuis 1945. Analyse qu'un anti-système sincère ne peut qu'approuver - mise à part la position russophobe, et faussaire, avérée de certaines affirmations, qui est un must pour le Système, nobody is perfect.

Alors se pose la question de savoir comment des analystes système lucides sur les vérités de situations peuvent encore croire que ces politiques insanes peuvent être amendées, il s'agit là d'une affaire de foi, pure et simple.

En tout état de cause, personne ne les écoute.

Traduit par jj, relu par Marcel pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « US : le coût de l’hégémonie »

Les commentaires sont fermés.