Un effondrement en 2009 a toujours été une chose certaine


 … tout comme la récession (ou pire) de 2019


Par Chris Hamilton – Le 12 avril 2019 – Source Econimica

Image associée

J’ai récemment expliqué en détail pourquoi une récession est imminente en me basant sur quelques facteurs, principalement le plein emploi parmi les segments de la population en âge de travailler et une croissance démographique minimale dans les mêmes segments. Cependant, aujourd’hui, je voulais souligner l’impact que l’arrivée des femmes sur le marché du travail a eu sur l’augmentation de la population active, mais pourquoi cette croissance a cessé. Je ferai également remarquer que la crise financière de 2008-2009 était une crise démographique qui a été déclenchée des décennies plus tôt.

Les 15 à 24 ans

Le graphique ci-dessous montre les hommes et les femmes âgés de 15 à 24 ans ayant un emploi, de 1960 à aujourd’hui. Après le pic d’emploi des 15 à 24 ans en 1979 (et son déclin durant les quatre décennies suivantes), on retrouve un pic similaire (et le même déclin) parmi la population centrale âgée de 25 à 54 ans 30 ans plus tard … soit en 2009. Il convient de souligner la baisse relativement plus importante de l’emploi chez les hommes que chez les femme […] et le fait que les hommes et les femmes représentent des parts égales de l’ensemble des personnes employées.

eco_sure_p1

Voici ci-dessous le pourcentage d’hommes et de femmes âgés de 15 à 24 ans ayant un emploi. Le pourcentage le plus élevé d’hommes ayant un emploi était de 67 % en 1979 et de 59 % en 1989 pour les femmes. Tous deux ont reculé depuis et stagnent maintenant à 50 %.

eco_sure_p2

Voici ci-dessous la population masculine âgée de 15 à 24 ans qui est employée, de 1960 à aujourd’hui. Bien que la population totale des 15 à 24 ans soit demeurée essentiellement inchangée depuis 1979, le nombre total d’hommes de 15 à 24 ans occupant un emploi a constamment diminué depuis 1979, soit une baisse de 2,7 millions (soit 21 %) au cours des 40 dernières années.

eco_sure_p3

Voici ci-dessous la population féminine âgée de 15 à 24 ans qui est employée de 1960 à aujourd’hui. Le pic d’emplois féminins des 15 à 24 ans a été atteint en 1979 et représente actuellement 1 million de moins que ce sommet (une baisse de 9 %).

eco_sure_p4

Les 25 à 54 ans

Voici ci dessous maintenant les 25 à 54 ans, hommes et femmes qui sont employés. De 1960 à 2000, l’emploi masculin a augmenté de 23 millions, tandis que l’emploi féminin a augmenté de 32 millions. En revanche, depuis 2000, le nombre d’hommes et de femmes employés n’a augmenté que de 1,1 million et celui des femmes de 1,3 million. Aujourd’hui, il y a cependant 600 000 hommes employés de moins qu’en 2007, alors que le nombre de femmes employées n’a augmenté que de 800 000.

eco_sure_p5

Le pourcentage d’hommes de 25 à 54 ans ayant un emploi est en baisse depuis le milieu des années 1960. Cependant, le pourcentage de femmes de 25 à 54 a fortement augmenté de 1960 à 2000, mais, comme pour les hommes, il est en baisse par rapport à l’an 2000.

eco_sure_p6

Voici ci-dessous la population masculine âgée de 25 à 54 ans qui est employée. Avec une croissance démographique minimale et le plein emploi, il y a peu de chances que la croissance de l’emploi se poursuive.

eco_sure_p7

Le graphique ci-dessous présente la population féminine âgée de 25 à 54 ans qui est employée. Il en va de même pour le manque de croissance démographique et la croissance minimale de l’emploi.

eco_sure_p8

Les 55 à 64 ans

Ensuite voici les 55 à 64 ans employés, hommes et femmes. De 1960 à 1994, le nombre d’employés masculins n’a pas augmenté, tandis que le nombre de femmes a augmenté de 2,4 millions. Depuis 1994, l’emploi des hommes de 55 à 64 ans a augmenté de plus de 8 millions et celui des femmes de 7,7 millions.

eco_sure_p9

Voici les pourcentages d’hommes et de femmes âgés de 55 à 64 ans ayant un emploi. On peut voir une baisse du pourcentage d’hommes employés jusqu’en 1994 et la légère hausse depuis. Le pourcentage de femmes de 55 à 64 ans ayant un emploi a constamment augmenté de 1960 à 2008, mais comme le pourcentage d’hommes ayant un emploi, il semble avoir atteint son maximum depuis 2008.

eco_sure_p10

Voici la population masculine âgée de 55 à 64 ans qui est employée. La croissance de la population des hommes et femmes de 55 à 64 ans, et parmi eux, les employés, a été la grâce salvatrice pour les États-Unis au cours des 25 dernières années. Cependant, l’élan de croissance démographique de 55 à 64 ans qui est à l’origine de la croissance démographique touche à sa fin.

eco_sure_p11

Voici la population féminine âgée de 55 à 64 ans qui est employée.

eco_sure_p12

Les 65 ans et plus

Cette poussée démographique révélatrice du baby-boom se dirige maintenant vers le segment de la population âgée de 75 ans et plus (ligne grise ci-dessous) … un groupe qui a un taux de participation au marché du travail de 8 %. Même le taux d’activité des 65 à 74 ans n’est que de 27 %. La croissance de la population âgée n’est pas synonyme d’emploi ou de croissance économique.

eco_sure_p13

Et enfin, voici une juxtaposition de l’absence d’augmentation (nette) des naissances pendant cinq décennies (et maintenant on a un déclin de près d’un demi-million de naissances par an depuis 2007), contre un quasi doublement de la population totale. De grands détails, comme le manque de croissance de la population en âge de travailler, la croissance subséquente de l’emploi et la croissance économique qui en résulte … peuvent être cachés dans les grands nombres.

eco_sure_p14

Conclusion

La population féminine en âge de travailler a été pleinement exploitée et semble maintenant avoir atteint le plein emploi. La croissance démographique en Amérique s’est déplacée vers les personnes âgées, dont les taux de participation à la population active sont très faibles. Actuellement, et du moins pour la prochaine décennie, il n’y a pas d’impulsion claire en faveur d’une poursuite de la croissance de l’emploi, à l’exception de taux d’activité nettement supérieurs aux normes historiques et/ou de personnes âgées qui restent dans la population active bien au-delà des niveaux attendus. Sans la croissance de l’emploi, il n’y a pas d’impulsion pour la croissance de la consommation, la création de nouveaux logements ou la croissance économique.

Chris Hamilton

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF