Un bon départ


Par James Howard Kunstler – Le 14 Juin 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "images oberlin college racism"
Les Campus Wokesters aux prises avec des problèmes de limites se sont « réveillés » pour de bon jeudi lorsqu’un jury de l’Ohio a ajouté 33 millions de dollars supplémentaires en dommages-intérêts punitifs en plus des 11 millions de dollars déjà requis contre l’Oberlin College pour avoir mené une campagne de « justice sociale » visant à ruiner l’activité d’une pâtisserie d’une petite ville, implantée depuis quatre générations, qui avait suivi l’arrestation de trois étudiants noirs de l’Oberlin College en 2016.


L’incident déclencheur s’est produit le lendemain de l’élection présidentielle, lorsque le campus de l’Oberlin College a subi un choc émotionnel collectif en raison des résultats des élections. Gibson’s Bakery and Food Mart, sur la place de la ville d’Oberlin, vend également du vin et des produits de charcuterie et c’est un lieu important du centre-ville d’Oberlin depuis des générations. Les trois étudiants ont d’abord essayé d’acheter du vin avec une fausse carte d’identité et, à défaut, ont tenté de sortir avec deux bouteilles. Ils ont été suivis à l’extérieur par un membre de la famille des boulangers, Allyn Gibson. Une bagarre s’ensuivit. La police a arrêté les enfants. La tentative du collège d’éviter le système judiciaire a échoué. Les trois étudiants ont finalement plaidé coupables en août 2017 face à des accusations de vol et d’intrusion aggravée, et étaient tenus, en vertu de leur entente relative au plaidoyer, de déclarer qu’ils s’étaient mal comportés et que la boulangerie n’était pas un établissement raciste.

Meredith Raimondo

En l’occurrence, la doyenne des étudiants de l’Oberlin College, Meredith Raimondo, avait organisé des journées de manifestations à l’extérieur de la boulangerie Gibson’s, l’accusant de racisme et de profilage systématique d’étudiants noirs, avec des étudiants, des professeurs et du personnel. Parfois, Mme Raimondo semblait diriger la manifestation avec un porte-voix et distribuait des tracts qualifiant les Gibson de « raciste ». Le collège a également abandonné son entente commerciale avec Gibson’s, qui lui avait fourni des beignes et des bagels pendant des décennies. Gibson a ensuite intenté des poursuites contre l’Oberlin College, et Mme Raimondo en particulier, pour diffamation et tentative de ruine de son entreprise.

L’affaire Oberlin est un exemple du syndrome de comportement malhonnête, despotique et sadique répandu qui a ébranlé les campus universitaires de tout le pays et infecté tous les coins de la vie nationale, y compris les géants des médias sociaux, les départements des ressources humaines des entreprises, le Parti Démocrate tout entier, pratiquement tout le show business et les militaires américains. Le wokesterisme emploie les mêmes tactiques que celles utilisées par la Garde rouge de Mao Zedong pendant la « révolution culturelle » chinoise des années 1960 – un fiasco épique de coercition de masse dans lequel des millions d’innocents ont été emprisonnés, torturés et exécutés pour consolider le pouvoir vieillissant et malade de Mao et pour purger tous les dissidents. Même le parti communiste chinois en a eu assez et a annulé l’hystérie après la mort de Mao.

La défense boiteuse d’Oberlin lors de l’action en justice consistait à plaider la pauvreté malgré une dotation de près d’un milliard de dollars – pour une école qui demande 70 000 $ par an en frais d’inscription. Les dommages-intérêts punitifs ont obligé le jury à conclure à une intention malveillante réelle dans le comportement du collège. En fait, le montant de 33,2 millions de dollars accordé par le jury dépassait le plafond prévu par la loi de l’Ohio pour les dommages-intérêts compensatoires limités à un doublement en appel (à partir des 11 millions de dollars).

Dans de nombreux cas comme celui d’Oberlin dans tout le pays – comme la foule qui a attaqué l’auteur Charles Murray (The Bell Curve) au Middlebury College, la foule qui a chassé le professeur de biologie Bret Weinstein au Evergreen College, la foule qui a brutalisé Nicholas Christakas à Yale, les manifestations en série qui ont perturbé de nombreux intervenants à UC Berkeley – le mystérieux dénominateur commun est le consentement des présidents des universités et autres autorités universitaires envers l’hystérie du moment. La vérité, c’est qu’ils étaient au mieux déserteurs et souvent complices de l’action. Le tumulte à Oberlin a peut-être été « déclenché » par les résultats consternants des élections de 2016, mais une grande partie de cette hystérie quasi religieuse se poursuit depuis bien avant l’arrivée sur les lieux du si décrié M. Trump. Les doyens et les présidents de campus ont beaucoup de comptes à rendre. Jusqu’à présent, ils ont tous échappé facilement aux poursuites, avec l’aide d’une presse incroyablement incurable. Le jugement lourd contre Oberlin peut être une mise en garde pour d’autres administrateurs d’université à travers le pays qu’il y a en fait des conséquences pour leur comportement lâche et déshonorant.

Le New York Times n’a même pas fait état de la décision finale concernant la poursuite en diffamation intentée contre Oberlin le lendemain du jour où le jury a accordé des dommages-intérêts punitifs. Ils ne veulent pas le savoir, et ils ne veulent pas que tu le saches. Ce black-out vous dit tout ce que vous devez savoir sur la descente aux enfers de l’ancienne idéologie libérale dans un trou noir d’illusion et de mauvaise foi et sur les échecs effroyables du leadership institutionnel à travers les États-Unis.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Un bon départ »

Les commentaires sont fermés.