Selon un ancien fonctionnaire américain, Al-Qaeda en Syrie est « un actif » pour la stratégie américaine


Par Moon of Alabama – Le 3 avril 2021

La Turquie a lancé une nouvelle campagne de relations publiques visant à blanchir Al-Qaïda en Syrie. Des journalistes « occidentaux » ont été invités dans le gouvernorat d’Idleb par une agence turque pour tourner des films sur Hayat Tahrir al Sham, l’entité d’Al-Qaïda dirigée par Abu Mohammad al-Jolani qui règne sur Idleb.

Le service public de radiodiffusion américain a envoyé une équipe pour suivre l’évènement et a obtenu une interview avec Jolani lui-même :

Dans sa première interview avec un journaliste américain, Jolani a déclaré au correspondant de FRONTLINE, Martin Smith, que son rôle dans la lutte contre Assad et ISIS, et dans le contrôle d'une région où vivent des millions de Syriens déplacés qui pourraient potentiellement devenir des réfugiés, reflétait des intérêts communs avec les États-Unis et l'Occident.

Jolani a déclaré à Smith que son groupe, Hayat Tahrir al-Sham, ne représentait aucune menace pour les États-Unis, et que le gouvernement devrait le retirer de sa liste de terroristes désignés.

"Avant tout, cette région ne représente pas une menace pour la sécurité de l'Europe et de l'Amérique", a déclaré Jolani à Smith. "Cette région n'est pas une base de départ pour porter le djihad à l’étranger".

Il n’y a bien sûr aucune raison de croire de telles inepties :

Aaron Y. M. Zelin, dont les recherches au Washington Institute for Near East Policy portent sur les groupes jihadistes en Afrique du Nord et en Syrie, a déclaré à Smith qu'il était difficile de connaître les intentions de Jolani "parce qu'il a toujours été un caméléon". Zelin a déclaré dans une interview réalisée le 8 mars : "Comment pouvez-vous faire confiance à quelqu'un qui essaie simplement de survivre et de rester au pouvoir, parce que c'est la seule façon dont il peut le faire ?".

Quand même – PBS blanchit le gars. Il suffit de voir ce passage :

Depuis le début du conflit en Syrie il y a dix ans, les forces du régime Assad et ISIS ont commis des violations des droits de l'homme à grande échelle. Les actions du régime Assad, a déclaré Jolani à Smith, correspondent à la définition du terrorisme parce qu'il "tue des innocents, des enfants, des pauvres, des femmes."

Les organisations de défense des droits de l'homme ont également documenté les violations commises par Hayat Tahrir al-Sham, qu'il s'agisse d'attaques aveugles contre des zones civiles ou d'arrestations arbitraires.

Les « arrestations arbitraires » semblent légères par rapport aux « violations des droits de l’homme à grande échelle ». Et ce, jusqu’à ce que vous appreniez, à la lumière de l’actualité récente, comment Hayat Tahrir al Sham gouverne réellement :

Trois femmes et un homme ont été lapidés à Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, lundi, sur ordre du groupe militant islamiste Hay'at Tahrir Al-Sham (HTS).

Selon des sources proches de HTS, qui ont parlé au journal en langue arabe de The New Arab, Al-Araby Al-Jadeed, les personnes exécutées ont été accusées d'"adultère" et de "tentative de meurtre".

Ils ont été brutalement exécutés dans le centre-ville et la sentence a été exécutée par les appareils de sécurité, selon les sources.

Mais le gouvernement américain et ses médias n’ont jamais eu de mal à s’allier avec des entités qui commettent de tels crimes. En fait, ils les considèrent souvent comme des outils précieux. D’anciens responsables américains n’ont aucun problème à l’admettre :

James Jeffrey, qui a été ambassadeur des États-Unis sous les administrations Républicaine et Démocrate et, plus récemment, représentant spécial pour l'engagement en Syrie et envoyé spécial auprès de la coalition mondiale pour vaincre ISIS sous l'administration Trump, a déclaré à Smith que l'organisation de Jolani était "un actif" pour la stratégie américaine à Idleb.

Jeffrey est-il désormais en infraction avec la loi sur la protection des identités dans les services de renseignement ?

La loi sur la protection des identités en matière de renseignement de 1982 (Pub.L. 97-200, 50 U.S.C. §§ 421-426) est une loi fédérale américaine qui fait de ceux qui ont accès à des informations classifiées, ou de ceux qui cherchent systématiquement à identifier et à exposer des agents secrets et ont des raisons de croire que cela nuira aux activités de renseignement extérieur des États-Unis, un crime fédéral.

Probablement pas. La loi ne protège que les agents couverts et il est depuis longtemps évident que Jolani et son groupe travaillent dans l’intérêt des États-Unis.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF