Rumeurs de guerre


Par James Howard Kunstler – Le 27 Mai 2019 – Source kunstler.com

Résultat de recherche d'images pour "images tambours de guerre"La course à l’effondrement économique est une compétition internationale qui suscite des menaces et des tensions qui font naître le spectre de la guerre. Le centre en cours d’implosion de cet effondrement est celui de la technocratie industrielle basée sur les combustibles fossiles. Toutes les nations le vivront selon des calendriers différents. Ce scénario se déroule lentement, douloureusement et de manière trompeuse – d’où mon expression : la longue urgence.


En suivant un média simpliste incapable d’analyser les illusions du jour, on pourrait penser, par exemple, que les États-Unis et la Chine sont engagés dans une bataille symbolique pour le titre de champion du monde des poids lourds. Au lieu de cela, les deux flippent devant un déclin potentiel de l’activité qui les empêchera de subvenir aux besoins de leurs populations actuelles, même à un niveau de confort proche de celui qu’elles avaient récemment atteint.

Pour la Chine, cela signifie beaucoup ces derniers temps. Jusqu’au tournant du millénaire, la plupart des Chinois vivaient comme si le XIIe siècle n’avait jamais pris fin. Depuis une vingtaine d’années, une nouvelle classe moyenne chinoise assez importante conduit des voitures sur les autoroutes, mange des cheeseburgers, porte des blue-jeans de marque, fait des selfies au bas de la Tour Eiffel, et rêve même de voyages sur la lune. Ils ont à peine eu le temps de devenir décadents.

C’était tout un exploit d’y arriver. La Chine a comprimé sa version de la révolution industrielle en quelques décennies, rattrapant un Occident fatigué et blasé qui a mis deux cents ans à atteindre la « modernité », et maintenant elle semble nous surpasser – ce qui est la raison de tant de tension et d’anxiété dans nos relations. La vraie nouvelle, c’est qu’on est tous déjà à l’apogée de ce film. Personne ne surpassera personne.

La raison en est le déclin de l’énergie abordable pour faire fonctionner les systèmes incroyablement complexes sur lesquels nous avons appris à compter. La Chine n’a jamais eu beaucoup de pétrole. Elle importe aujourd’hui plus de 10 millions de barils par jour, dont la plus grande partie vient de très loin, devant traverser des zones maritimes très aléatoires comme le détroit d’Ormuz et les Moluques. Elle fonctionne surtout au charbon, et là aussi, elle a largement dépassé son apogée – et je n’entre pas dans les ramifications écologiques de ce qu’elle brûle encore. Même certains observateurs intelligents en Occident pensent que les Chinois ont fait des progrès gigantesques en matière d’énergie alternatives et qu’ils seront bientôt libérés de leurs vieilles limites, mais c’est une chimère. Ils ont connu les mêmes déceptions que nous au sujet du vent et du soleil. L’énergie alternative n’est tout simplement pas une question d’argent ou de physique. De plus, vous avez absolument besoin de combustibles fossiles pour y parvenir, même dans le cadre d’un projet scientifique.

Les États-Unis ont l’impression, avec suffisance et stupidité, que le « miracle du pétrole de schiste » a mis un terme à nos inquiétudes énergétiques. Cela vient d’un lien insensé de vœux pieux entre une population harcelée, un gouvernement malhonnête et les médias d’information au cerveau endommagé dont il a été question plus haut. Nous voulons, de toutes nos forces, croire que nous pouvons continuer à exploiter les autoroutes interétatiques, WalMart, l’agro-Business, DisneyWorld, l’armée américaine et les banlieues telles qu’elles sont, pour toujours. Ainsi, nous tournons nos fantasmes rassurants sur « l’indépendance énergétique » et « l’Amérique saoudite ». Pendant ce temps, les compagnies pétrolières de schiste ne peuvent pas gagner un sou en retirant ce produit du sol. Pour l’instant, les prêts à taux d’intérêt ultra bas, qui s’appuient sur tous ces vœux pieux, permettent de poursuivre le racket et de soutenir les illusions de l’Amérique.

La déception suscitée par cette erreur de pensée sera épique. En fait, c’est déjà le cas, si l’on considère le nombre de personnes en âge de travailler sans travail ou sans but précis qui mettent fin à leur vie en raison d’une overdose d’opioïdes dans le pays intérieur. Les hispters de Brooklyn et de la Silicon Valley n’en sont pas arrivés là parce qu’une grande partie de la baisse de productivité du capital américain continue d’affluer dans leurs comptes bancaires, ce qui leur permet de profiter d’une vie ensoleillée, de macchiatos au caramel, de soupers en direct depuis la ferme et d’opérations de réaffectation sexuelle.

Les États-Unis et la Chine ressemblent davantage à deux passagers d’un navire en train de couler qui se précipite vers une bouée de sauvetage unique – qui dérive toujours hors de portée des deux parties désespérées sur un courant historique puissant. C’est ce courant qui dit littéralement aux nations de s’occuper de leurs propres affaires, de se préparer à suivre leur propre voie, de s’efforcer d’une manière ou d’une autre de devenir autosuffisantes, d’affronter enfin les limites de la croissance, de simplifier et de réduire toutes leurs opérations.

Hélas, les États-Unis et la Chine – et tout le monde – seront apparemment entraînés à continuer comme avant et à hurler à ces reconnaissances transformationnelles (comme les agonies du Brexit). En attendant, nous pouvons choisir de nous battre pour ce championnat du monde chimérique simplement parce que nous avons encore les moyens d’y arriver. Un tel concours accélérerait certainement le voyage jusqu’à notre destination finale, et pas dans le bon sens du terme.

Too much magic : L'Amérique désenchantéeJames Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

 

Note du Saker Francophone

À relier à l'article de Pepe Escobar sur l'idée que les Chinois peuvent souffrir plus et plus longtemps que les occidentaux.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Rumeurs de guerre »

Les commentaires sont fermés.