L’histoire ne se répètera pas


Par Andrei Martyanov – Le 24 juin 2021 – Source Reminiscence of the Future

HMS Defender : Moscou publie des images qui montrent qu'un navire de la marine est «chassé» par l'armée russe | Nouvelles du monde | ThePressFree

Au moment où j’étais sur le point de m’installer dans le mode d’anticipation de la vague de chaleur à venir, bang, voici qu’arrive un certain grincement de tuyaux prétendant qu’il peut jouer à la superpuissance. Tout le monde sait déjà que le HMS Defender a prétendu être « furtif » et pouvoir défendre quelque chose mais a violé les eaux territoriales de la Russie près de la Crimée. Des coups de semonce ont été tirés et deux OFAB-250 ont été largués sur la trajectoire du navire britannique, en totale conformité avec le droit international et le droit des frontières de la Russie. Oui, oui, et le Royaume-Uni est une superpuissance mondiale et possède le système politique le plus libre et le gouvernement britannique ne ment jamais, vraiment jamais, jamais (tout le temps).

Voici l’attaché naval britannique à Moscou qui se fait exprimer la position de la Russie par le ministère russe de la Défense. Pas de bruit, et à juste titre – ces choses sont rarement rendues publiques et, qui sait, le Britannique est peut-être un type très gentil qui peut lui-même se sentir gêné.

Voici la vidéo d’un couple de SU-24 faisant leur truc.

Maintenant, deux aspects.

1. Militaire : Le correspondant de la BBC à bord du HMS Defender a confirmé des tirs d’artillerie et des bombardements. Les médias affirment également que l’équipage du HMS Defender était à son poste pendant l’incident, ce qui indique qu’ils l’ont fait « exprès ». J’espère que l’Amirauté britannique, connue aujourd’hui sous le nom de ministère de la Marine, comprend que, dans de telles circonstances, le problème n’est pas que la Russie coule facilement tout ce que la Royal Navy peut décider d’envoyer en mer Noire, mais que la Russie, sans passer au nucléaire, peut déplacer les pierres à Londres de telle sorte que les membres du ministère de la Défense britannique qui survivront devront trouver un nouveau bâtiment approprié pour travailler ou servir.

J’espère qu’ils ont expliqué ce simple fait à tous les gars qui servent sur les navires de la Royal Navy, ainsi que le fait qu’il n’y aura pas les États-Unis pour aider le Royaume-Uni si les crétins de Londres déclenchent un conflit, parce qu’il n’y aura plus d’États-Unis. En fait, voir le Royaume-Uni – une puissance secondaire, qui n’a pratiquement aucune capacité militaire réelle et un PIB réel inférieur à celui de l’Indonésie, et même cela en raison d’une économie de services non productive – essayer de jouer à des jeux d’adultes est plutôt amusant, mais c’est aussi dangereux et cela peut aller jusqu’à une provocation entraînant l’envoi par le fond d’un navire de la Royal Navy et la fuite du Royaume-Uni vers les États-Unis et l’OTAN pour obtenir un soutien. Les Britanniques étaient autrefois très doués pour évaluer leurs forces, mais ce n’est manifestement plus le cas. Ils feraient mieux de consulter les équations de base des salves et de voir par eux-mêmes combien de fuites sont possibles, même contre les systèmes les plus avancés de la Royal Navy (ECM et AD). Je vais donner un indice : beaucoup. Je suis sûr que les Russes savent ce qu’il faut faire face à la famille des Asters. En d’autres termes, sur le plan militaire, le Royaume-Uni est au mieux un chien de salon doté d’une capacité militaire minimale, qui n’est bon qu’à déclencher la guerre, au cours de laquelle le Royaume-Uni cessera d’exister en tant que pays, sans force militaire, en l’espace de 20 à 30 minutes. Je suis sûr que quelqu’un le sait à Londres. Après tout, la Russie n’est pas exactement l’Argentine, et même là, aux Malouines, la Royal Navy s’est fait saigner le nez assez sévèrement.

2. Politique. Le Royaume-Uni est déjà une puissance en phase finale de son déclin, qui prétend que, parce qu’elle a un secteur bancaire développé et une famille royale, cela compte. Ce n’est pas le cas pour des puissances de l’ampleur de la Russie, de la Chine ou même des Etats-Unis qui sont ingouvernables en ce moment. Les jours de gloire du Royaume-Uni sont révolus depuis longtemps, le Royaume-Uni étant passé en mode de second rang immédiatement après la Seconde Guerre mondiale, et cette situation ayant été officialisée par les États-Unis à l’époque de la crise de Suez. Ainsi, les seuls services que le Royaume-Uni peut offrir à son ego démesurément gonflé sont ceux de trouble-fête, soit au service de la mafia globaliste infestant Washington D.C. et Londres, soit en jouant à faire semblant de développer sa propre politique étrangère cohérente. Il peut certainement développer une telle politique, mais elle ne sera pas cohérente en raison de l’incapacité des « élites » de Londres à penser en termes appropriés, puisque l’exceptionnalisme britannique est encore plus profondément enraciné que l’exceptionnalisme américain. En effet, le glorieux passé impérial peut vous jouer des tours et vous faire perdre le sens de l’échelle et de la proportion.

Le Royaume-Uni peut donc certainement continuer à jouer les grandes puissances mais, comme c’est toujours le cas avec les puissances secondaires ou tertiaires, elles se surmènent inévitablement et s’effondrent. En fait, l’histoire britannique du 20e siècle est exactement la pièce à conviction principale d’une puissance en déclin essayant de mener une guerre mondiale et reconnaissant ensuite qu’elle était simplement à court de ressources. Mais c’était pendant la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, le Royaume-Uni est loin de représenter, au prorata de la période, le Royaume-Uni de 1939 et est un pays dont l’armée entière peut tenir dans le nouveau stade de Wembley et dont la marine pense encore qu’elle peut mener une guerre sérieuse et survivre. Il s’agit là d’illusions dangereuses, mais honnêtement, je ne me souviens pas qu’au cours des deux dernières décennies, une seule idée de politique étrangère de bon sens soit venue de Londres. Mais Londres doit faire face à une réalité : l’époque du  » grand jeu «  est révolue depuis longtemps et la Russie peut anéantir tout le Royaume-Uni avec sa marine et son armée en quelques minutes, alors que le Royaume-Uni ne peut pas faire la même chose à la Russie – elle est trop forte et joue dans une autre catégorie que le Royaume-Uni. C’est aussi simple que cela, d’où la russophobie enragée de la classe « supérieure » britannique. Je peux ressentir leur douleur.

Cela, en général, donne un cadre pour l’incident récent et quelqu’un a vraiment besoin qu’un des navires de la Royal Navy soit envoyé par le fond et c’est une question de deviner où ce criminel belliciste (ou ces) se cache principalement – à Londres, ou à D. C. Quelque chose me dit que si l’on regarde de plus près, on ne peut pas dire qu’il s’agisse d’un criminel. Quelque chose me dit qu’en regardant Dieppe en août 1942 et des spécimens comme Mountbatten, qui a vu des milliers de Canadiens sacrifiés pour un objectif politique obscur, on peut se faire une idée qu’il n’y a pas d’atrocité, de stupidité ou de turpitude que Londres ne puisse justifier. Nous l’avons vu aujourd’hui et c’est typique. Les Russes le savent.

Andrei Martyanov

Traduit par Hervé, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF