Les manifestations violentes à Hong Kong atteignent leur dernier stade


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama − 14 août 2019

Les émeutes à Hong Kong sont sur le point de se terminer.

Les manifestations, qui avaient débuté en juin, étaient dirigées contre une loi qui aurait permis l’extradition des criminels vers Taiwan, Macao et la Chine continentale. La loi a été retirée et les grandes manifestations se sont tues depuis. Il ne reste que quelques milliers d’étudiants qui, comme conseillé dans un éditorial du New York Times, cherchent intentionnellement à provoquer la police par une « violence marginale » :

De telles actions sont un moyen de faire du bruit et d'attirer l'attention. Et s’ils incitent la police à réagir avec une force inutile, comme cela s’est passé le 12 juin, le public désapprouvera et sera dégoûtée des autorités. Les manifestants devraient intensifier de manière réfléchie la non-violence, voire même recourir à une force modérée, pour pousser le gouvernement à bout. C’était l’objectif de nombreuses personnes qui ont encerclé et barricadé le quartier général de la police pendant des heures le 21 juin.

Les manifestants utilisent maintenant les mêmes méthodes violentes que celles employées lors des manifestations de Maidan en Ukraine. Les États-Unis semblent espérer que la Chine interviendra et créera une deuxième scène de Tianamen. Cette tentative américaine de révolution de couleur avait échoué mais était un excellent instrument pour diaboliser la Chine. Une répétition à Hong Kong permettrait de déclarer un « choc de civilisation » et d’accroître l’hostilité « occidentale » contre la Chine. Mais même si la Chine est prête à intervenir, il est peu probable qu’ils accordent États-Unis une telle faveur. Son gouvernement s’est dit confiant que les autorités locales seront en mesure de gérer le problème.

Il y a des rumeurs selon lesquelles des oligarques de Hong Kong auraient été à l’origine des manifestations pour empêcher leur extradition en raison d’accords obscurs conclus en Chine. Il peut y avoir une certaine vérité en cela. Le président chinois Xi Jingpin mène une campagne acharnée contre la corruption et Hong Kong constitue un environnement privilégié pour lutter contre ce crime.

L’ancienne colonie britannique est dirigée par une poignée d’oligarques qui détiennent des monopoles sur les marchés du logement, de l’électricité, du commerce et des transports :

Le livre à lire est Le terrain et la classe dirigeante à Hong Kong (2010) d'Alice Poon, qui explique comment l'absence de droit de la concurrence a créé une richesse scandaleuse pour les magnats. C’est un sujet complexe, mais l’essentiel est qu’à Hong Kong, tous les terrains sont à bail et appartiennent en définitive au gouvernement, qui les utilise comme un moyen de générer des revenus. Cela remonte à l'époque de l'empire où la politique britannique exigeait que les colonies s'autofinancent. Le système a permis de réduire les impôts et d’attirer les entreprises, mais l’un des effets secondaires a été qu’il incitait le gouvernement à rationner les terres pour les maintenir coûteuses. Cela importait peu lorsque l’économie locale comprenait quelques commerçants, mais dans le monde technologique moderne de 2012, le gouvernement est en conflit avec toute personne et chaque entreprise désirant un espace abordable. En effet, cela incite le gouvernement à fausser et à nuire à l'économie, voire à la société.

Ce système a permis à une poignée de familles de Hong Kong de devenir incroyablement riches en mettant la main sur des terres bon marché dans les jours qui ont précédé le boom économique de la ville.

Les loyers et les prix des appartements à Hong Kong sont élevés. Les gens de la partie continentale qui achètent des appartements, avec probablement de l’argent gagné illégalement ne font qu’augmenter la pénurie. C’est l’une des raisons pour lesquelles les manifestants de langue cantonnaise de Hong Kong ont insulté les citoyens du continent parlant le mandarin. hkgdpLes habitants de Hong Kong sont également attristés par la diminution de leur importance. Hong Kong a perdu sa position économique autrefois importante. En 1993, la part de Hong Kong dans le PIB de la Chine était de 27%. C’est maintenant moins d’un dixième de cela et la ville est plus ou moins sans-intérêt pour la Chine continentale.

 

La démocratie à Hong Kong se limite à défendre les intérêts des oligarques :

Dans la législature de 70 sièges, seulement la moitié des membres sont élus directement. L'autre moitié est sélectionnée par des groupes d'intérêts particuliers - tels que les professions financières et immobilières -, ce qui signifie que le corps tend à être contrôlé par une élite affairiste majoritairement pro-Pékin, plutôt que par des électeurs. La directrice générale Carrie Lam, soutenue par Beijing, n'a également pas de mandat populaire.

Les manifestations actuelles ne sont sûrement pas une incitation à lever ces restrictions ou à investir à Hong Kong. Elles sont contre-productives.

Alors que les protestations contre le projet de loi sur l’extradition ont pu être soutenues par certains magnats, il est évident qu’il existe également une forte influence du gouvernement américain. Ce sont les États-Unis, pas certains oligarques, qui sont à l’origine de la phase actuelle des émeutes.

En 1992, le Congrès a adopté la loi sur la politique entre les États-Unis et Hong Kong, qui préconise les politiques «pro-démocratiques» du gouvernement américain à Hong Kong. Certains sénateurs et lobbyistes demandent maintenant une loi sur les droits de l’homme et la démocratie, visant à renforcer l’ingérence. Avant les manifestations de juin, le secrétaire d’État – et ancien patron de la CIA -, Mike Pompeo, a rencontré le dirigeant de la «démocratie» à Hong Kong, Martin Lee, puis le magnat des médias «pro-démocratie», Jimmy Lai. L’ONG US, la National Endowment of Democracy finance plusieurs des groupes de manifestants.

Une telle ingérence est contraire à la loi fondamentale de Hong Kong :

La région administrative spéciale de Hong Kong édicte elle-même des lois interdisant tout acte de trahison, de sécession, de sédition, de subversion contre le gouvernement populaire central ou de vol de secrets d'État, et interdit aux organisations ou organes politiques étrangers de mener des activités politiques dans la région. et interdit aux organisations ou organes politiques de la région d’établir des liens avec des organisations ou organismes politiques étrangers.

En dépit de cette loi, le National Endowment of Democracy des États-Unis consacre des millions de dollars aux organisations de Hong Kong :

hkned-s
Agrandir

Le responsable politique du consulat américain à Hong Kong, le plus grand au monde, rencontre des voyous notoires comme Yoshua Wong.

hkconsul-s
Agrandir

Le fait que certains manifestants chantent (vidéo) l’hymne national américain et agitent des drapeaux américains  ou tirent avec des lance-grenades fabriqués aux États-Unis (vidéo) ne motivera pas les habitants patriotes à les rejoindre. Les manifestants arborent également les drapeaux de la grenouille Pepe et utilisent ce symbole, représentant une frange politique de droite, sur leurs tracts et leurs libelles. Cela convient plutôt à Hillary Clinton et à Dominic Raab qui les soutiennent.

Agrandir

Utiliser le drapeau colonial britannique pour appeler les «colons» chinois à quitter le pays nécessite quelques exercices de gymnastique cérébrale.

hkcolonists-s
Agrandir

L’équipement des émeutiers provient « d’étrangers » qui créent des dépôts de masques à gaz, de casques, de pointeurs laser, etc., que des manifestants de confiance distribuent ensuite à leurs semblables. Mystérieusement, des centaines de tickets de métro apparaissent et sont distribués gratuitement aux étudiants universitaires qui, pendant leurs vacances actuelles, composent la masse du black bloc violent qui attaque la police.

hkstrangers-s
Agrandir

La Confédération des syndicats de droite de Hong Kong est financée depuis longtemps par des organisations américaines de changement de régime. Le fait que ce syndicat représente les travailleurs de l’aéroport est peut-être la raison pour laquelle les manifestations ont récemment augmenté. Les trois derniers jours, les manifestants ont bloqué l’aéroport de Hong Kong et violemment empêché les personnes de partir sur leurs vols réservés.

Les voyageurs qui parlaient mandarin ont été attaqués. La scène est devenue extrêmement moche lorsqu’un journaliste du Chinese Global Times a été battu jusqu’à s’évanouir. Les manifestants ont affirmé qu’il se trouvait avec la police et empêché les ambulanciers paramédicaux d’atteindre et de prendre soin de l’homme. Ce n’est que lorsque la police est intervenue que les secouristes ont pu évacuer la personne inconsciente. L’un des émeutiers qui a battu l’homme avait un drapeau américain à la main (vidéo). Lorsque la civière a été sortie de l’aéroport, un autre manifestant avec un drapeau américain sur un bâton a couru après et a battu le patient (vidéo).

James Griffith, un producteur de CNN International, était sur place.

𝕘𝕣𝕚𝕗𝕗𝕚𝕥𝕙𝕤 @jgriffiths - 14h24 UTC · 13 août 2019
 
La confrontation hideuse entre une foule de manifestants et un homme qui, selon eux, est un policier caché est en cours depuis plus d'une heure maintenant. Ils ont attaché  les mains de l’homme et l'ont battu au lieu de le déplacer. Il s’est évanoui deux fois. ...
 
C'est tellement moche, coléreux et nihiliste. Ils ont demandé aux jeunes qui ont dit qu'il faisait semblant, et s'il ne faisait pas semblant, ils ont dit qui s'en fichaient. On a demandé : et s'il mourait, on s'en fout. On leur a demandé ce qu’ils pensaient qu’il allait se passer s’il était un policier et qu’il mourait, "alors ils vont fermer Hong-Kong ? Bien ! Nous sommes prêts pour cela, nous le voulons." ...
 
Ce mouvement était réputé pour avoir écarté des milliers de personnes dans la rue afin de laisser passer une ambulance. Il bloque désormais une civière tandis qu'une poignée de personnes plus raisonnables en larmes essaie de les raisonner. ...
 
Les moments les plus surréalistes ont été des gens (voyant un gilet de presse) venus «m'expliquer» ce qu'ils reprennent clairement de Telegram, affirmant que le mec est à 100% un flic parce que quelqu'un l'a cherché sur Google, ou qu'il avait des armes, selon un autre mec, ou qu’il faisait semblant de s’évanouir.

Lire le fil entier de Griffiths ici. Il y a aussi beaucoup de vidéos de la scène qui documentent l’horrible comportement.

Plus tard, Griffiths a expliqué :

𝕘𝕣𝕚𝕗𝕗𝕚𝕥𝕙𝕤 @jgriffiths - 17h44 UTC · 14 août 2019
 
(1) Homme retrouvé avec une arme semblable à un numchuk, relâché après une brève confrontation et montrant sa carte d'identité.
 
(2) Homme accusé d'être un policier caché, battu et retenu avec des attaches zip. Un ambulancier l'a atteint pour lui donner de l'oxygène et de l'aide après son évanouissement, évacué en ambulance après 4-5 heures.
 
(3) Un homme, confirmé par la suite comme étant journaliste du Global Times. Brièvement retenu puis relâché après l'intervention des secouristes.

Un autre journaliste « occidental » a exprimé une compréhension plutôt misérable de la liberté de la presse :

Melissa Chan @melissakchan - 20h40 UTC · 13 août 2019
 
Ce qui est arrivé à l'homme arrêté et maltraité physiquement par certains manifestants à l'aéroport de Hong Kong est effroyable et doit cesser maintenant. Mais il travaille pour le Global Times, un organe de propagande de l'État chinois, et il n'est pas journaliste et ne devrait pas s'appeler ainsi.
hkchan-s
Agrandir

Melissa Chan travaillait pour Al Jazeerah, l’organe de propagande de l’émir du Qatar. Elle travaille maintenant pour DW, l’organe de propagande du gouvernement allemand. Selon ses propres critères, elle n’est pas une journaliste, ni ne devrait l’être.

L’aéroport a maintenant reçu une ordonnance du tribunal lui permettant de restreindre d’autres manifestations.

La police se retient toujours autant qu’elle peut. Dans la plupart des autres pays, cette scène, dans laquelle un policier battu tire brièvement son arme, se serait terminée de manière meurtrière.

Le mois dernier, le gouvernement de Hong Kong a fait sortir un ancien officier supérieur de la retraite pour prendre en charge les manifestations. Depuis, la tactique de la police a changé. Là où auparavant les manifestants avaient réussi à construire des barricades et à lancer des pierres, ils sont maintenant arrêtés et se retrouvent en prison. Des policiers en civil ont attrapé des leaders émeutiers dans la rue.

Les populations locales se tournent de plus en plus contre les émeutiers. Ceux qui dépendent du tourisme ont de bonnes raisons d’appeler à la répression. Le comportement violent des manifestants donne à la police plus de latitude pour réagir durement. Il existe de nombreuses méthodes supplémentaires pouvant être utilisées. La police s’est abstenue jusqu’à présent de cerner et d’arrêter en masse des émeutiers, une tactique utilisée dans de nombreux autres pays. Ses véhicules à canons à eau ont été montrés mais pas mis en action. La police n’a pas encore réprimé les communication avec les « étrangers », même s’il est probable qu’elle écoute certaines d’entre elles. Cette phase finale viendra bientôt.

Il existe également une date de fin automatique pour les émeutes. Le 2 septembre, le nouveau semestre commence et les étudiants vont reprendre leurs études. Les émeutiers vont perdre leur masse critique. Toute l’histoire finira par être un échec de plus, les États-Unis ne réalisant aucun de leurs objectifs.

Les Chinois de la partie continentale qui voient le chaos à Hong Kong dans toute sa splendeur vont maintenant rejeter tout discours « pro-démocratique« .

Pendant ce temps, la Chine intensifie la mise en place de la Nouvelle route de la soie et Trump perd sa guerre commerciale :

Répondant à la pression des entreprises et aux craintes grandissantes qu’une guerre commerciale ne menace l’économie américaine, le gouvernement Trump retarde la plupart des taxes à l’importation qu’il prévoyait d’imposer sur les produits chinois et en supprime d’autre par ailleurs.

L'administration a annoncé qu'elle envisageait toujours d'appliquer 10% de droits de douane sur environ 300 milliards de dollars d'importations ...

Toutefois, sous la pression des détaillants et d'autres entreprises, le bureau commercial du président Donald Trump a annoncé qu'il reportait jusqu'au 15 décembre les droits de douane sur près de 60% des importations destinées à supporter les nouvelles taxes à compter du 1er septembre. Parmi les produits qui vont bénéficier du sursis de trois mois et demi il y a des biens de consommation populaires tels que les téléphones portables, les ordinateurs portables, les consoles de jeux vidéo, certains jouets, les écrans d’ordinateur, les chaussures et les vêtements.

L'administration supprime également complètement d'autres articles de la liste tarifaire, sur la base de ce qu'elle a appelé «la santé, la sécurité, la sécurité nationale et d'autres facteurs».

L’agriculture russe prospère grâce aux ventes à la Chine, tandis que les agriculteurs américains perdent des parts de marché. Le volet anti-chinois du MAGA de Trump n’a encore remporté aucun succès.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF