Les investisseurs se réveillent-ils enfin face à la crise du gaz issue de la fracturation hydraulique en Amérique du Nord ?


La frénésie d’emprunts à long terme de l’industrie gazière en ruines pourrait enfin se heurter à une dure réalité : rembourser les investisseurs.


Par Justin Mikulka – Le 7 février 2018 – Source DeSmog

Flare Off et Pumpjack, champ pétrolifère du bassin Permien, comté de Eddy, Nouveau-Mexique. Crédit : blake.thornberry, CC BY-NC-ND 2.0

Grâce à l’augmentation de la dette, les sociétés dans le schiste ont atteint une production record de pétrole et de gaz, tout en promettant aux investisseurs un gros gain pour l’avenir. Mais plus d’une décennie après le « miracle de la fracturation hydraulique », les investisseurs montrent des signes qu’ils craignent de ne jamais obtenir un remboursement – et, par conséquent, les prêts s’assèchent.

La croissance n’est apparemment plus la réponse pour l’industrie américaine du gaz naturel, comme Matthew Portillo, directeur de l’exploration et de la recherche en production à la banque d’investissement Tudor, Pickering, Holt & Co, l’a récemment déclaré au Wall Street Journal.

« La croissance est une maladie qui ronge cette activité », a dit M. Portillo. « Et il faut y remédier tant que le secteur [du gaz naturel] suscite encore l’intérêt des investisseurs à long terme. »

Les indices que les investisseurs du gaz ne sont plus satisfaits de la croissance à tout prix abondent. Pour commencer, plusieurs grands producteurs de gaz naturel ont annoncé des réductions de dépenses pour 2019.

Après avoir annoncé des licenciements en janvier dernier, EQT, le plus important producteur de gaz naturel aux États-Unis, a également promis de réduire ses dépenses de 20 % en 2019.

De telles promesses de nouvelles restrictions financières sont très probablement le résultat de l’incapacité des producteurs de gaz naturel à emprunter plus d’argent à de faibles taux.

Comme DeSmog l’a signalé, les taux d’intérêt historiquement bas qui ont suivi la crise du logement de 2008 ont été l’un des principaux facteurs qui ont favorisé l’attitude des gens qui dépensent librement et qui perdent de l’argent dans l’industrie du schiste. Wall Street a financé une décennie de production pétrolière et gazière par le biais d’incitations et de primes à la production sur les bénéfices. Ces mesures incitatives ont donné de bons résultats, avec une production record mais des pertes financières importantes.

Cependant, tout comme accorder des prêts hypothécaires à des personnes sans emploi n’était pas un modèle d’affaires durable, prêter de l’argent à des entreprises de schistes qui dépensent tout sans faire de profit n’est pas durable. Les investisseurs de Wall Street sont maintenant inquiets à l’idée de ne pas être remboursés, et les taux d’intérêt augmentent pour les sociétés dans le shale au point où emprunter plus d’argent est trop risqué financièrement pour eux. Et comme elles ne gagnent pas plus d’argent qu’elles n’en dépensent, ces entreprises doivent réduire leurs dépenses.

CNN Business a récemment rapporté que les compagnies pétrolières et gazières ont cessé d’emprunter de l’argent en octobre 2018, mais qu’elles ne sont pas sorties de leurs contraintes. Au lieu de cela, CNN a écrit : « Les investisseurs, craignant les défauts de paiement, ont exigé une prime importante pour prêter aux compagnies d’énergie ».

Comme de nombreuses entreprises en difficulté ne parviennent pas à respecter leurs prévisions de production, comme l’a rapporté le Wall Street Journal, les investisseurs peuvent avoir de bonnes raisons d’être craintifs.

L’époque des prêts illimités à faible taux d’intérêt pour une industrie qui enchaine les pertes depuis une décennie est peut-être sur le point de s’achever.

Comme l’a expliqué Spencer Cutter, analyste de crédit de Bloomberg, à CNN : « Les investisseurs se sont réveillés et ont réalisé que tout était construit sur des dettes. »

Le marché canadien du gaz naturel fait face à une « crise redoutable ».

Les perspectives pour le gaz naturel ne sont guère meilleures au nord de la frontière américaine.

Tout comme le marché canadien du pétrole des sables bitumineux, le marché canadien du gaz naturel est lui aussi en pleine période de pertes. Les problèmes auxquels est confronté le marché du gaz naturel en Alberta, au Canada, sont « bien pires que pour le pétrole », a déclaré Samir Kayande, directeur chez RS Energy, selon Oilprice.com.

Les producteurs canadiens de gaz naturel sont écrasés par les sociétés américaines qui dépensent librement et qui pourraient produire des quantités records de gaz à perte en utilisant de l’argent emprunté.

L’une des raisons pour lesquelles le gaz naturel est si bon marché à l’heure actuelle, c’est que la fracturation hydraulique pour extraire du pétrole aux États-Unis finit par produire d’énormes quantités de gaz comme sous-produit de cette production. Ce gaz qui sort des puits avec le pétrole est appelé « gaz associé ». Et il est tellement abondant que dans des endroits comme le bassin Permien au Texas, le prix du gaz naturel est en fait devenu négatif.

Payer quelqu’un pour prendre un produit pour lequel une entreprise a dépensé de l’argent n’est pas un modèle commercial durable.

De plus, l’industrie pétrolière et gazière américaine choisit de brûler de grandes quantités de gaz naturel dans les champs pétrolifères parce que c’est moins cher que de construire l’infrastructure nécessaire pour le capter. Elle brûle littéralement son propre produit au lieu de le vendre.

Et les producteurs canadiens, qui avaient l’habitude de vendre du gaz sur le marché américain, ne peuvent tout simplement pas soutenir cette concurrence.

Un groupe consultatif sur le gaz naturel auprès du ministre de l’Énergie de l’Alberta s’est penché sur la crise pour les producteurs canadiens de gaz naturel dans le rapport de décembre 2018 intitulé « Feuille de route pour la reprise : Relancer l’industrie du gaz naturel de l’Alberta. » La première ligne du rapport résume le problème :

Les marchés traditionnels du gaz naturel de l’Alberta sont suralimentés. Les prix, et donc les revenus de l’industrie et du gouvernement, sont extrêmement bas et sont de plus en plus volatils localement depuis l’été 2017.

Constatant la situation désastreuse, un cadre d’une entreprise travaillant dans le gaz naturel a prédit que « cela ne fera qu’empirer en 2019 ».

Trop d’offre, pas assez de demande.

Pour remédier à ce problème, le rapport recommandait d’accroître l’offre, de réduire la réglementation et de renflouer les entreprises avec l’appui financier du gouvernement, dans le but ultime de produire plus de gaz et de l’exporter en Asie.

Evin Enry @TulliiLLC

La matière première oubliée : #NaturalGas, #Alberta

Les marchés du gaz naturel de l’Ouest canadien sont confrontés à la faiblesse des prix depuis plus d’un an. Il est important de savoir quelles mesures peuvent être prises pour corriger la situation du marché. https://t.co/ArXPDMTctO

Étant donné que l’Alberta dépend du pétrole et du gaz pour soutenir son économie, il est facile de comprendre pourquoi ses politiciens détestent reconnaître les réalités économiques des industries du gaz naturel (et du pétrole des sables bitumineux).

Cependant, certains autres politiciens pensent la même chose de l’industrie houillère américaine, qui est en train de mourir surtout parce que les énergies renouvelables et le gaz naturel sont des moyens moins coûteux de produire de l’électricité.

Des temps désespérés pour les grands producteurs de gaz

Chesapeake Energy est souvent présenté comme une étude de cas pour le boom de la fracturation. Il s’agit d’une première grande réussite financière (basée sur le cours de son action et non sur ses bénéfices réels) et, en 2008, son PDG de l’époque, Aubrey McClendon, connu sous le nom de « Roi du Shale », était le PDG du Fortune 500 le mieux payé en Amérique.

Depuis ces temps difficiles, Chesapeake a connu une décennie difficile. Le cours de l’action est proche de son plus bas niveau historique, où il est resté pendant des années.

Chesapeake s’est maintenu à flot en empruntant des liquidités et doit actuellement environ 10 milliards de dollars en dette. Incapable de faire de l’argent avec la fracturation hydraulique pour extraire du gaz en Amérique depuis l’époque de ce « Roi du Shale », Chesapeake a une nouvelle stratégie, la fracturation hydraulique pour le pétrole.

Le Wall Street Journal a récemment fait état de ce changement dans la stratégie de Chesapeake, la qualifiant d’« inopportune » avec des « finances déjà à l’os ».

Mais Chesapeake insiste sur cette nouvelle stratégie. Selon le Wall Street Journal, Doug Lawler, PDG de Chesapeake, a déclaré que l’entreprise « prévoit de consacrer au moins 80 % de ses dépenses d’investissement en 2019 à la production pétrolière, car elle considère le pétrole brut comme la clé d’un avenir plus rentable ».

L’un des principaux producteurs de gaz en Amérique et un « pionnier de la fracturation » abandonne la fracturation pour extraire du gaz comme voie vers un avenir rentable. Le fait que Chesapeake croit maintenant que la fracturation pour le pétrole est une voie vers un avenir rentable – malgré toutes les preuves du contraire – donne à cette décision un air de désespoir.

Alors que les politiciens américains des deux partis ont ovationné l’industrie pétrolière et gazière américaine, les investisseurs semblent perdre leur enthousiasme. La soi-disant révolution dans le schiste, le miracle de la fracturation, a peut-être donné lieu à une production record de pétrole et de gaz en Amérique du Nord, mais le véritable miracle – par lequel les sociétés dans le schiste font de l’argent en fracturant pour extraire ce pétrole et ce gaz – ne s’est pas encore produit.

Bill McKibben @billmckibben

Une nouvelle étude fascinante : Aller vers du 100% renouvelable est le moyen le moins cher d’alimenter l’Amérique du Nord en électricité.
https://t.co/bA1yfn652n

L’industrie nord-américaine du gaz naturel fait face à une crise avec un marché excédentaire et des producteurs qui perdent de l’argent. Ces producteurs ont désespérément besoin d’une hausse des prix du gaz naturel.

Toutefois, la hausse des prix du gaz rend les énergies renouvelables encore plus attrayantes pour les investisseurs, ce qui peut conduire le gaz à suivre les traces du charbon et à mourir dans les mains du marché libre.

Cela peut prendre un certain temps, mais les investisseurs finiront par se réveiller – ou par manquer d’argent.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF