La politique de la Fed a permis à l’industrie de la fracturation hydraulique de perdre 280 milliards de dollars


Par Justin Mikulka – Le 11 mai 2018 – Source DeSmog

Stock market numbers over oil drill pumpjack
La plupart des gens ne connaissent probablement pas l’acronyme ZIRP. Cela veut dire politique de taux d’intérêt à zéro et c’est la politique qui a involontairement créé la bulle américaine de la fracturation hydraulique, qui n’est qu’une de ses nombreuses conséquences.

Et bien que la plupart des gens ne sachent pas grand-chose (voire rien) sur la ZIRP ou la Réserve fédérale (Fed), il est probable qu’ils soient conscients de l’impact que cette politique a sur leur propre vie.

Avez-vous de l’argent sur votre compte chèque ? Avez-vous la chance d’avoir des économies ? Avez-vous remarqué que vous ne touchez aucun intérêt sur cet argent depuis presque 10 ans ?

Vous pouvez remercier la Fed et la ZIRP pour cela. L’un des résultats de la politique de taux d’intérêt à zéro de la Fed est que l’épargnant américain moyen se retrouve avec un taux d’intérêt proche de zéro sur son argent à la banque. C’est l’une des raisons pour lesquelles la ZIRP est souvent décrite comme un transfert de richesse des épargnants américains aux débiteurs. Comme l’industrie du schiste argileux est très endettée, ces entreprises bénéficient directement de cette entente.

Vous trouverez ci-dessous un tableau des taux des certificats de dépôt (CD) depuis 1980 – un investissement historiquement sûr qui a donné aux gens un rendement décent sur leur épargne.

Données de Bankrate.com

 

Depuis 2010, si vous aviez placé votre argent sur un CD, vous n’avez pas même pas pu suivre l’inflation en raison du faible taux d’intérêt. Ce n’est pas censé être comme ça que ça marche.

Et comme le montre le graphique suivant, ce n’est pas comme ça que ça marche historiquement. Le graphique ci-dessous représente le taux des fonds fédéraux depuis 1950 (il s’agit du taux d’intérêt que les banques s’appliquent mutuellement pour prêter de l’argent excédentaire à court terme). Il est très clair qu’à partir de 2008, le graphique s’est aplati (en raison de la ZIRP) et qu’il est resté ainsi pendant des années – ce qui n’était jamais arrivé auparavant.

Image : Banque fédérale de réserve de Saint-Louis

Lorsque ce graphique s’est stabilisé après la crise financière de 2008, l’épargne personnelle des Américains a cessé de produire un intérêt significatif.

La ZIRP a été conçue pour regonfler la bulle du logement

Bien que la ZIRP ait été dévastatrice pour les retraités et les autres épargnants qui aimeraient gagner un intérêt sur leur argent à la banque, elle a réussi à regonfler la bulle immobilière. Parce que même si vous n’avez pas pu obtenir d’intérêt sur votre épargne au cours de la dernière décennie, les taux hypothécaires ont été historiquement bas.

Ces faibles taux ont incité les gens à acheter des maisons et à se refinancer. Le graphique ci-dessous montre comment la ZIRP a donné lieu à des taux d’intérêt historiquement bas pour l’hypothèque à taux fixe de 30 ans.

Image : Banque fédérale de réserve de Saint-Louis

 

Une fois de plus, on entend parler de la surchauffe des marchés de l’immobilier parce que la ZIRP a duré très longtemps. En ce qui concerne le marché de l’habitation, la ZIRP a certainement travaillé pour regonfler le marché… et créer de nouvelles bulles immobilières.

En réponse, la Fed relève les taux et promet d’autres augmentations en 2018 et 2019, ce qui a également commencé à faire augmenter les taux hypothécaires.

Bill McBride dirige le blog économique Calculated Risk. Il est largement reconnu comme quelqu’un qui a prédit la bulle immobilière et la reprise. La feuille de route de McBride est reconnue dans le titre de cet article de Business Insider de 2012 : Le génie qui a inventé le blogging économique révèle comment il a tout bien fait et ce qui s’en vient ensuite.

McBride a dit à DeSmog que la ZIRP a certainement aidé le marché immobilier. « En ce qui concerne la ZIRP, la politique d’assouplissement quantitatif de la Fed a fait baisser les taux longs, ce qui a aidé le marché immobilier à se redresser », a-t-il dit.

L’assouplissement quantitatif est un autre programme de la Fed qui a aidé les grandes banques et c’est un outil utilisé lorsque les taux d’intérêt sont déjà à zéro et ne peuvent donc plus être réduits.

Le problème quand on essaie de regonfler un marché, c’est qu’il tend à regonfler tous les marchés. Il serait difficile d’affirmer que le marché boursier n’a pas non plus été regonflé par cette politique. C’était une épopée épique pendant que cette politique était en place.

Et la ZIRP a joué un rôle déterminant dans la création de l’industrie américaine du pétrole et du gaz de schistes et dans le financement de sa série épique de pertes financières au cours de cette même période.

La ZIRP alimente des emprunts massifs dans l’industrie du schiste argileux

La ZIRP a alimenté l’industrie du schiste de deux façons principales. L’une d’entre elles est que, contrairement aux autres, les grandes entreprises et les investisseurs ont pu emprunter de grosses sommes d’argent à des taux très bas, ce qui n’est pas notre cas. C’est ce qu’on appelle communément l’« argent gratuit » à l’époque de la ZIRP parce que si vous payez peu ou pas d’intérêts sur un prêt, il est effectivement gratuit. Cette relation a été détaillée pour la première fois sur DeSmog en 2014.

De combien d’« argent gratuit » parlons-nous ? Selon le livre d’Helen Thompson, Oil and the Western Economic Crisis, les chiffres sont énormes :

QE et ZIRP ont considérablement augmenté la disponibilité du crédit pour le secteur de l’énergie. La ZIRP a permis aux compagnies pétrolières d’emprunter auprès des banques à des taux d’intérêt extrêmement bas, la valeur des prêts syndiqués aux secteurs du pétrole et du gaz passant de 600 milliards de dollars en 2006 à 1 600 milliards en 2014.

Aimeriez-vous emprunter un milliard de dollars à des taux d’intérêt extrêmement bas ? Bien sûr que oui. Mais vous, vous ne pourrez pas, contrairement à l’industrie du schiste argileux.

La deuxième méthode principale par laquelle la ZIRP a financé la « révolution »  du schiste argileux, est par l’intermédiaire du marché des obligations pourries. Les obligations pourries sont des obligations émises par des entreprises – avec l’aide de banques d’investissement qui obtiennent leur part – dont la cote de crédit est inférieure à « classe d’investissement ». Pour être une obligation de première qualité, il faut un certain niveau de confiance que l’entreprise émettrice va rembourser les intérêts et le capital de l’obligation « dans les bons comme dans les mauvais moments ».

Comme il y a moins de chances qu’un émetteur d’obligations pourrie soit en mesure de rembourser les intérêts et le capital, ces obligations récompensent les investisseurs en leur promettant des rendements supérieurs. Si l’entreprise se porte bien, les investisseurs sont bien payés pour leur pari. Si ce n’est pas le cas, ils sont perdants parce qu’ils ont investi dans de la « camelote ».

À l’inverse de la personne moyenne qui ne s’intéresse pas à l’épargne, il existe d’énormes sociétés de placement qui doivent offrir des rendements constants à leurs clients.

Il fut un temps où c’était facile. Vous voulez un rendement de 4% ? Mettez-le dans un taux du marché monétaire ou un taux de CD qui garantit 4%. C’est fait.

Cependant, dans un environnement ZIRP, ce n’est pas une option. Les investisseurs doivent donc choisir des actifs plus risqués comme les obligations à haut risque pour obtenir (espérons-le) un retour sur investissement « traditionnel » (c’est-à-dire le rendement), comme l’a expliqué Lawrence McDonald à CNBC :

Le marché a soif de rendement et la Fed pousse les gens à faire ce genre de choses. Les grands gestionnaires d’actifs en veulent et les entreprises le savent et elles émettent toute cette merde.

« De la merde ! » Comme des obligations pourries pour les compagnies pétrolières de schiste qui n’ont jamais fait d’argent. Mais Wall Street continue à travailler avec ces sociétés pour émettre cette « merde » et les grands gestionnaires d’actifs continuent à l’acheter, comme Wolf Richter l’a noté dans Business Insider en 2015 :

Malgré l’effondrement des prix du pétrole et du gaz, les acteurs de la révolution du schiste ont obtenu plus de financement de Wall Street, dont les clients aveuglés par la ZIRP ont continué à avaler les nouvelles obligations à haut risque, les prêts à effet de levier et les actions, prenant des risques énormes et espérant gagner un peu d’argent supplémentaire dans un champ de mines tenu par la Fed où les actifs décents sont bien trop surévalués.

La ZIRP a été très, très bonne pour l’industrie du schiste et Wall Street, comme l’a noté The Economist :

Les faibles taux d’intérêt facilitent l’emprunt des entreprises du schiste, et les banques avides de prélever des frais encouragent le spectacle.

Et c’est un spectacle. Bien que l’industrie du schiste ait perdu plus de 250 milliards de dollars, elle a été récompensée pour ce comportement.

Comme DeSmog l’a expliqué plus tôt dans cette série, l’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices, Wall Street est heureux de prêter du cash à des sociétés qui perdent de l’argent parce que les banques et les sociétés d’investissement se font de l’argent en faisant des prêts ou en vendant des obligations pourries et en collectant des frais sur ces transactions.

Parce que les entreprises de schistes n’ont jamais fait de profit, elles doivent continuer à faire ce qu’elles ont toujours fait, c’est-à-dire emprunter plus d’argent pour forer plus de puits, ce qui leur coûte plus cher chaque jour. Si les sociétés de schistes cessaient d’emprunter, elles devraient soit réduire considérablement la quantité de pétrole produite, soit probablement se déclarer en faillite – comme l’ont fait de nombreuses sociétés dans le schiste.

Hausse des taux de la Fed : Est-ce le début de la fin du financement dans le schiste ?

Federal Reserve Building in D.C.
Bâtiment de la Réserve fédérale à Washington. Crédit : AgnosticPreachersKid, CC BY-SA 3.0

 

La ZIRP se termine lentement. La Fed a augmenté les taux et a promis de continuer à les augmenter jusqu’en 2019.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour l’industrie du schiste qui devra maintenant refinancer tous ses prêts à des taux plus élevés. Mais comme dans toutes les bonnes bulles – et malgré les signes avant-coureurs – l’industrie pétrolière déborde d’optimisme en 2018. Et l’argent de Wall Street continue d’affluer à des niveaux records, avec beaucoup d’acheteurs toujours impatients de s’emparer de ces obligations pourries.

Selon Bloomberg, « les sociétés d’énergie cotées en bourse ont été en mesure de financer un montant record de 9,25 milliards de dollars d’émissions en janvier ».

Mais malgré le rythme record des obligations à haut risque pour les sociétés du secteur de l’énergie, beaucoup de gens mettent en garde contre le problème (ou la crise) que la hausse des taux d’intérêt par la Fed va créer pour le marché des obligations à haut risque et l’industrie du schiste. Le problème a été assez bien résumé par le sous-titre de cet article de Seeking Alpha : « Le resserrement de la Fed affecte négativement les prix des obligations pourries. »

Négativement à quel point ? La société de données financières Pitchbook a récemment mis en lumière certains des risques, d’après des informations fournies par l’Office of Financial Research (OFR) du Trésor américain, qui indique que le risque financier lié aux hausses des taux d’intérêt est à un niveau record. « Une hausse de 1% seulement des taux d’intérêt entraînerait des pertes de 1 200 milliards de dollars sur l’indice Barclays U.S. Aggregate Bond Index – avec des pertes encore plus importantes si l’on inclut les obligations à haut rendement dites pourries », rapporte M. Pitchbook.

Le retour aux taux des fonds fédéraux, même à des niveaux historiquement bas, de l’ordre de 5% – là où ils se situaient juste avant la crise financière de 2008 – serait dévastateur pour le marché des obligations pourries et l’industrie du schiste – ainsi que pour tous les gestionnaires d’actifs qui possèdent actuellement cette camelote.

Pitchbook note que l’OFR affirme que « le risque d’un retournement des taux d’intérêt est maintenant plus élevé que lors du ‘massacre obligataire’ de 1994 qui a conduit le comté d’Orange, en Californie, à la faillite et a déclenché la crise du peso au Mexique ».

Il est important de garder à l’esprit que même les grandes sociétés pétrolières de schistes comme Continental Resources n’ont pas été en mesure de payer les intérêts sur l’argent qu’elles doivent déjà à ces taux historiquement bas, un point qui vaut pour l’ensemble du secteur. Les entreprises ont emprunté de l’argent pour payer des intérêts sur l’argent qu’elles ont déjà emprunté.

Pleine vitesse, en avant toute… vers un mur de la dette et des taux d’intérêt plus élevés

Le film (et le livre) Le casse du siècle met en vedette plusieurs investisseurs qui ont tous vu la bulle immobilière pour ce qu’elle était, puis parié contre Wall Street et ces mauvaises créances qui alimentaient la bulle immobilière. Ils avaient raison et ont fini par gagner des milliards. Cependant, ils ont passé des années à savoir qu’ils avaient raison, mais ils ont vu la bulle immobilière se poursuivre.

Ivy Zelman, analyste du marché immobilier au Credit Suisse, a été l’une des personnes qui ont identifié très tôt la bulle immobilière, et elle note que s’il était clair qu’il y avait un problème, il n’était pas évident de comprendre quand le comportement financier imprudent allait prendre fin.

« Avec le recul, ce n’était pas si difficile à voir », a dit Zelman. « Mais il était très dur de savoir quand ça s’arrêterait. » Ce sentiment fait écho au fameux axiome de Wall Street : « Le marché peut rester irrationnel plus longtemps que vous ne pouvez rester solvable. »

Tout comme la bulle immobilière, la bulle de schiste a duré beaucoup plus longtemps que prévu (selon certains). Bien sûr, cela signifie simplement que l’industrie est beaucoup plus endettée qu’en 2014, lorsque les gens ont commencé à mettre en garde contre ce problème. Si les choses tournent mal maintenant, elles seront bien pires qu’en 2014.

En 2014, Ivan Sandrea, associé de recherche à l’Oxford Institute for Energy Studies, a posé cette question :

Qui peut, ou voudra, financer le forage de millions d’acres et de centaines de milliers de puits à perte ? La bienveillance des marchés financiers américains ne peut pas durer éternellement.

Bien qu’une industrie qui n’a jamais fait d’argent et qui est très endettée ne puisse durer, elle peut continuer plus longtemps que prévu. Tout comme la crise du logement l’a fait.

Même Wilbur Ross, actuellement secrétaire américain au Commerce, a mis en garde contre le problème de la dette de l’industrie du schiste à la fin 2015. Il a souligné deux problèmes spécifiques : la hausse des taux d’intérêt et le « mur» de la dette à échéance à partir de 2018.

Ross a dit à CNBC que les entreprises étaient « à court de temps » parce que « vous avez un mur de maturités à partir de 2018 jusqu’en 2021 [et] 2022 ».

Et nous y voilà : en 2018, avec la hausse des taux d’intérêt et le fait que l’industrie du schiste accumule des niveaux records de nouvelles dettes au moyen d’obligations de pacotille tout en faisant face à un mur de dettes.

En janvier, William White, chef du comité de révision de l’OCDE basé en Suisse et ancien économiste en chef de la Banque des Règlements Internationaux, a commenté dans The Telegraph les impacts du ZIRP et de l’« argent gratuit ».

« Neuf années d’argent prêté en urgence ont eu une série d’effets pervers et ont attiré les marchés émergents vers la dépendance à l’égard de la dette », a dit M. White.

Cela ressemble à une description précise des neuf dernières années de l’industrie du schiste argileux. Mais ce n’était pas tout ce que White avait à dire : « Tous les indicateurs du marché ressemblent beaucoup à ce que nous avons vu avant la crise Lehman, mais la leçon a été oubliée. »

Il semble que l’industrie du schiste argileux et les investisseurs qui l’ont financée sont prêts à réapprendre ces leçons. Cependant, comme nous le savons, Wall Street prospérera quoi qu’il arrive.

La question qui demeure est de savoir qui paiera pour renflouer Wall Street et l’industrie du schiste si la bulle éclate ?

Si l’on se fie à l’histoire, ce sont les mêmes contribuables américains qui n’ont pas touché d’intérêts sur leurs économies au cours des neuf dernières années.

Justin Mikulka

Note du Saker Francophone

Cet article est tiré d'une série : L’industrie du schiste argileux creuse plus de dettes que de bénéfices.

J'en profite pour cette vidéo bonus de Gilles de la chaine youtube Heu?reka. Ces vidéos sur l'économie au sens large sont bien faites et didactiques. Celle-ci sur le pétrole explique que la fixation des prix est un mécanisme de spécialistes, d'algorithmes et que ce ne sont pas les marchés qui vont prévenir d'un éventuel pic.

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF