Le vent tourne contre les études de genre… mais pas assez vite


Par Lance Welton – Le 1er septembre 2018 – Source Unz Review

genderstudies
Le fait que quelqu’un puisse étudier pour un diplôme en « études de genre » est une preuve frappante que les marxistes culturels tiennent les universités occidentales par la gorge. Les études de genre sont centrées sur la « déconstruction » postmoderne dans le but d’autonomiser les femmes et les déviants sexuels assortis. Mais aujourd’hui, c’est l’étude du genre elle-même qui est en train d’être complètement déconstruite. Le Premier ministre hongrois, Viktor Orban, l’a interdite dans les universités d’État hongroises, au moment même où un éminent psychologue suédois a mené une vaste étude empirique prouvant que les études sur le genre n’ont aucun sens.

M. Orban a annoncé que son gouvernement mettrait en œuvre une politique proposée pour la première fois l’année dernière : abolir les programmes d’études sur le genre dans les universités hongroises. Il y a deux universités avec des départements d’études sur le genre, toutes deux à Budapest – l’Université d’Europe centrale (CEU) soutenue par George Soros, et l’Université Eötvös Loránd, fondée en 1635. Cette dernière ne prend que dix étudiants par an dans son programme d’études de genre.

Cela fera de la Hongrie le seul pays de l’UE qui n’autorise pas l’enseignement de la théorie homosexuelle [Queer Theory, NdT] à la charge du contribuable. Et le gouvernement d’Orban est d’une honnêteté rafraîchissante quant aux raisons pour lesquelles les études de genre sont « envoyées en Sibérie ».

« Le sujet de cette discipline va à l’encontre de tout ce que le gouvernement pense des êtres humains », a déclaré Bence Retvari, ministre des Ressources humaines, devant le parlement hongrois l’année dernière. « Les études sur le genre – comme celle sur le marxisme-léninisme – peuvent être qualifiées d’idéologie plutôt que de science, et il est donc douteux qu’elles atteignent le niveau scientifique attendu d’un cursus universitaire. » [Attaque à la liberté académique ou opposition à la pseudoscience : La Hongrie a-t-elle raison d’interdire les études sur le genre, RT, 19 août 2018].

Il n’y a pas que les membres du parti nationaliste Fidesz d’Orban qui partagent ce point de vue. « Cette étude (…) détruit la pensée axée sur les valeurs qui est encore présente dans les pays d’Europe centrale », a écrit Lőrinc Nacsa, démocrate-chrétien (et membre de la coalition d’Orban) l’année dernière. « Notre problème brûlant est la question démographique, qui ne sera pas résolue en étudiant les minorités sexuelles et en approfondissant la philosophie féministe. »

Le gouvernement a également déclaré que le sujet ne transmet aucune connaissance utile à la Hongrie, de sorte qu’il produit effectivement, aux frais des contribuables, des diplômés inemployables ou qui devront partir à l’étranger, l’émigration étant un grave problème pour les anciens pays du bloc soviétique. [Le gouvernement d’Orban abolit les études de genre en Hongrie, Hungary Journal, 10 août 2018].

Même aux États-Unis, les diplômés en Études sur les femmes ne sont pas vraiment employables. [I Have a Degree in Women’s Studies, So Why Can’t I Pay the Rent ? par Christine Stolba, The Women’s Quarterly, automne 1999]

Bien que certains gauchistes hongrois aient critiqué la décision du gouvernement parce qu’elle impliquait l’arrêt d’un cours « sur les inégalités entre les sexes », cette politique a recueilli le soutien des plus grands spécialistes des sciences sociales du pays, ce qui est d’autant plus remarquable que les spécialistes des sciences sociales dans l’anglosphère sont invariablement de gauche. Les chercheurs en sciences sociales hongrois sont cependant nationalistes.

« Les libéraux sexistes ont déjà causé des dommages irréparables dans l’âme des générations qui ont grandi au cours des dernières décennies. Nous devons les combattre sans compromis et remporter une victoire complète, sinon ils finiront par nous détruire », écrit le sociologue ( !!!!!) Balint Botond dans le quotidien Magayar. [Hungary to Stop Financing Gender Courses : PM Aid, Reuters, 14 août 2018]

En revanche, Orsolya Lehotai, qui fait des recherches en sciences politiques à l’Université d’Europe centrale, a déclaré l’année dernière au secrétariat suédois pour la recherche sur le genre que le gouvernement associe les « études de genre » au communisme, mais que l’ère communiste était « libératrice » pour les femmes. Le gouvernement, a-t-elle affirmé, considère les études sur le genre comme féminisant les hommes, alors qu’il estime que les hommes sont nécessaires pour combattre les réfugiés islamiques. Et il voit le sujet comme masculinisant les femmes pour qu’elles ne veuillent pas d’enfants, sapant la Hongrie comme bastion contre le multiculturalisme, et sapant la vie familiale. [Ambivalent situation for gender studies in Hungary, Swedish Secretariat for Gender Research, December 19, 2017].

Cependant, c’est en Suède – avec ses quotas rampants en matière de genre, même pour les postes au sein du gouvernement [La Suède met en œuvre le niveau d’égalité 2.0, The Local, 4 juin 2018] – que certaines des recherches universitaires les plus accablantes sur les études de genre ont récemment vu le jour.

Guy Madison, professeur de psychologie à l’Université d’Umeå dans le nord de la Suède [https://www.youtube.com/watch?v=zm22a9AKylU], et son équipe ont systématiquement démontré ce qu’est l’étude de genre.

Ils ont analysé « 2805 déclarations tirées de 36 articles de revues évaluées par des pairs, échantillonnées à partir de la liste suédoise des études sur le genre », comparant celles des chercheurs en « études sur le genre » et celles des scientifiques qui ont étudié les différences de sexe, en codant les déclarations pour les biais et les jugements de valeur. Ils ont dûment prouvé que les déclarations des chercheurs des « Gender Studies » étaient objectivement plus élevées en termes de préjugés et de jugements de valeur [Objectivity and realms of explanation in academic journal articles concerning sex/gender, By Guy Madison & Therese Söderlund, Scientometrics, August 2017] .

La même équipe a analysé les articles évalués par les pairs, ligne par ligne, pour voir dans quelle mesure les affirmations empiriques appuyées par le texte environnant étaient bien étayées et si l’étude appliquait une perspective d’« études de genre ». Ils ont constaté qu’une étude ayant cette perspective était positivement associée à de faibles niveaux de soutien empirique pour ses énoncés [Comparaisons de contenu et d’indicateurs de qualité scientifique entre des articles de revues à comité de lecture ayant plus ou moins une perspective de genre, par Guy Madison & Therese Söderlund, Scientometrics, avril 2018].

Et pour aggraver encore la situation, ils ont prouvé qu’en comparant « les littératures qui tiennent compte du genre socialement construit » et celles qui acceptent le « sexe biologique », « les premières sont moins citées et publiées dans des revues avec donc un facteur d’impact plus faible que le second ». [Caractéristiques des publications d’études de genre, par Guy Madison & Therese Söderlund, Scientométrie, août 2015].

En d’autres termes, les universitaires ne lisent pas vraiment les articles sur les études de genre et, s’ils le font, ils ne les considèrent certainement pas comme méritant d’être cités – la citation étant la mesure acceptée que quelque chose est une contribution importante au savoir.

Étonnés par les conclusions de Madison, les chercheurs suédois en études de genre n’ont pu répondre qu’avec une longue liste de critiques fallacieuses, telles que les études de genre ne devraient être étudiées que par des personnes ayant des qualifications en études de genre – plutôt que de prouver son point central, que ce domaine est tout à fait anti-scientifique [Les études de genre peuvent-elles être examinées ? Reply to comments on Söderlund and Madison, par Guy Madison & Therese Söderlund, Scientometrics, mai 2016].

Bien sûr, presque toutes les matières avec « Études » à la fin sont des absurdités politisées. Même les « études religieuses » supposent que les causes des différences religieuses sont entièrement environnementales parce que toutes les religions sont une « réponse » à la même chose : le numineux ; un sens de la crainte profonde au cœur de la vie. En d’autres termes, les études religieuses sont en fait une forme de théologie chrétienne extrêmement libérale [The Ideology of Religious Studies, par Timothy Fitzgerald, Oxford University Press, 2000].

Mais la différence est que les études de genre visent ouvertement à détruire la société occidentale, l’empêchant de se défendre contre l’ennemi à la porte en semant la confusion et la désunion culturelle.

Le gouvernement hongrois le comprend. Espérons que d’autres gouvernements ne tarderont pas à emboîter le pas et cesseront de financer ce non-sens idéologique.

Il n’y a pas de meilleur exemple de cette absurdité que la réponse du professeur Emma Rees, directrice de l’Institute of Gender Studies à l’Université de Chester en Angleterre, à la décision d’Orban  :

« Les universités doivent faire preuve d’ouverture d’esprit, surmonter les difficultés intellectuelles, contester les conventions et jeter les bases socioculturelles mondiales nécessaires à un avenir meilleur et plus équitable. » [Institut d’études sur le genre, page Facebook de l’Université de Chester, 17 août 2018].

Rees ne peut pas voir que « l’ouverture d’esprit » et « surmonter les difficultés intellectuelles » ne peuvent pas aller de pair avec le dogme qu’un « avenir meilleur » est fondamentalement « plus équitable ».

Et ce n’est pas un étudiant de premier cycle, ses facultés critiques non binaires n’étant pas encore complètement développées, c’est le directeur de l’ensemble du département.

Nous avons encore un long chemin à parcourir.

Lance Welton est le nom de plume d’un journaliste freelance vivant à New York.

Traduit par Hervé, relu par Cat pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF   

Une réflexion au sujet de « Le vent tourne contre les études de genre… mais pas assez vite »

Les commentaires sont fermés.