Le directeur financier de Huawei pris en otage pour faire chanter la Chine


Les néoconservateurs cherchent à saboter les négociations commerciales avec la Chine.


2015-05-21_11h17_05Par Moon of Alabama – Le 7 décembre 2018

CNN rapporte que le chef de cabinet de la Maison-Blanche, John Kelly, devrait bientôt démissionner. Il y a déjà eu des rumeurs similaires, mais cette fois-ci, les nouvelles sont peut-être vraies. C’est mauvais pour la politique de Trump et des États-Unis. Kelly est l’un des rares contrepoids à John Bolton, conseiller en matière de sécurité nationale. Son remplaçant sera probablement celui que Bolton choisira. Le contrôle de la politique de Trump sera ainsi confié aux néo-conservateurs.

C’est Bolton qui, il y a une semaine, a intentionnellement endommagé les relations entre les États-Unis et la Chine.

Le ministère de la Justice des États-Unis a pris des dispositions pour que le Canada arrête le directeur financier de Huawei, Meng Wanzhou, pour violations présumées des sanctions américaines à l’égard de l’Iran. L’affaire ne porte pas sur les sanctions récemment imposées par Trump, mais sur une prétendue collision avec le régime de sanctions précédant l’accord nucléaire avec l’Iran. Les détails ne sont pas encore connus.

Meng Wanzhou est la fille du fondateur et principal actionnaire de Huawei, Ren Zhengfei, et a été formée pour être son successeur. L’entreprise est extrêmement bien considérée en Chine. C’est l’un de ses joyaux et, avec 170 000 employés et 100 milliards de dollars de revenus, un acteur politique important.

L’arrestation, le 1er décembre, a eu lieu pendant que le président Trump négociait avec le président chinois au sujet des relations commerciales. Trump n’était pas au courant de l’arrestation imminente, mais Bolton en était informé :

Bien que le ministère de la Justice ait informé la Maison-Blanche de l’arrestation imminente, M. Trump n’en a pas été informé. Et le sujet n’a pas été abordé lors du dîner avec M. Xi.

Le conseiller de M. Trump pour la sécurité nationale, John R. Bolton, a déclaré sur NPR qu’il avait été prévenu à l’avance de l’arrestation,…

Bolton aurait sûrement dû en informer Trump avant son dîner avec Xi, auquel Bolton a participé, mais il ne l’a pas fait.

Agrandir

C’était un piège. L’arrestation est une gifle publique donnée à la Chine, et même personnellement contre Xi. Elle ne restera pas sans réponse. Quoi que Trump ait pu convenir avec Xi, cela ne vaut plus rien. John Bolton a délibérément saboté les pourparlers et les relations entre les États-Unis et la Chine.

Huawei est un fabricant chinois d’équipement de télécommunication. C’est le leader mondial de la technologie sans fil 5G, qui remplacera bientôt les réseaux sans fil que nous connaissons aujourd’hui, avec des capacités de transfert beaucoup plus élevées, des temps de réponse plus rapides et de nombreuses nouvelles fonctionnalités.

A sa fondation en 1987, Huawei a copié la technologie de Cisco et d’autres fabricants américains. Aujourd’hui, c’est une puissance technologique en elle-même. C’est l’un des plus grands inventeurs dans le domaine de la 5G et, au cours des dernières années, il a déposé des milliers de brevets à ce sujet. Son succès sur le terrain est véritablement dû à la compagnie elle-même :

Pour la 5G, les entreprises chinoises ont commencé très tôt à développer leur savoir-faire. Huawei y a investi 600 millions de dollars dans la recherche depuis 2009, selon un porte-parole de l’entreprise, et a engagé 800 millions de dollars supplémentaires pour cette année. La société teste actuellement des équipements 5G avec des opérateurs de télécommunications européens, notamment BT, Deutsche Telekom et Vodafone.

Au début de 2017, 10 % des 1 450 brevets essentiels pour les réseaux 5G étaient entre les mains des Chinois, selon les analystes de Jefferies, qui ont écrit qu’ils s’attendaient à ce que ce chiffre augmente. Ce nombre comprend les droits de propriété intellectuelle détenus par Huawei, un autre équipementier chinois, ZTE et d’autres.

La part de Huawei dans les brevets 5G a encore augmenté depuis. A l’heure actuelle, c’est le seul fournisseur 5G qui peut construire un réseau complet.

L’entreprise dépend toujours de puces informatiques fabriquées à Singapour, à Taïwan et aux États-Unis. Mais Huawei et d’autres entreprises chinoises investissent maintenant dans leur propre technologie de fabrication de puces. Ils ont l’intention d’utiliser le procédé 7 nanomètres que peu d’autres entreprises dans le monde proposent. Huawei investit également dans l’informatique quantique.

L’arrestation de Meng Wanzhou et un certain nombre d’autres incidents survenus ce jour-là ont donné lieu à leur lot de théories du complot intéressantes dans la sphère du web chinois (via Peter Lee, liens ajoutés) :

Red @OmeletteRed – 19:09 UTC – 6 déc 2018

Une explication convaincante de l’enlèvement de  [la directrice financière de, NdSF] Huawei, écrite par un camarade dans le groupe de discussion du serveur Deng Gang Central. Il y a peut-être beaucoup plus qu’il n’y paraît dans l’arrestation par le Canada, à la demande des États-Unis, du directeur financier et héritier putatif de Huawei, Meng Wanzhou (lien ci-dessous).

Des sources chinoises ont rassemblé les faits suivants :

Avril 2017 : Un directeur du géant chinois de la technologie Huawei a personnellement escorté le célèbre physicien Zhang Shoucheng, né à Shanghai, depuis son hôtel à Shenzhen. Ce professeur de physique à l’Université de Stanford, Zhang, était en ville pour assister à un sommet sur les hautes technologies.

Sept. 2018 : Le professeur Zhang reçoit un prix européen de physique, un titre honorifique de plus pour lui. Ses travaux en physique quantique devraient révolutionner l’industrie mondiale des semi-conducteurs. Yang Zhenning, le premier scientifique chinois à recevoir le prix Nobel de physique (en 1957), a prédit que Zhang serait le prochain.

1er décembre 2018 : Le professeur Zhang et Meng Wanzhou doivent assister à un dîner en Argentine, où se tient le sommet du G20.

1er décembre 2018 : En chemin, Meng est arrêtée par le gouvernement canadien pendant son transit aérien par ce pays.

1er décembre 2018 : Le professeur Zhang tombe d’un immeuble aux États-Unis, prétendument un suicide. On dit qu’il souffrait de dépression, il avait 55 ans.

1er décembre 2018 : Un incendie se déclare pendant la nuit dans une usine de l’ASML, le leader mondial de la lithographie aux ultraviolets extrêmes (EUV). L’EUV est crucial pour la production de la prochaine génération de semi-conducteurs et les entreprises technologiques américaines et chinoises, ainsi que la société coréenne Samsung, sont en concurrence pour être les premières à la mettre sur le marché. On sait que le principal producteur chinois de semi-conducteurs, SMIC, a commandé à ASML pour 120 millions de dollars américains de technologie EUV, la livraison étant prévue pour début 2019. Après l’incendie, ASML a annoncé qu’elle s’attendait à des retards dans la livraison de ses produits, notamment ceux devant être livrés début 2019.

Le professeur Zhang était également un investisseur en capital-risque. Il a été l’un des associés fondateurs d’un fonds basé dans la Silicon Valley qui investit principalement dans les technologies en phase de démarrage. Danhua Capital, également connu sous le nom de Digital Horizon Capital, détient des actions dans des start-ups de la Silicon Valley qui travaillent sur l’intelligence artificielle, la cybersécurité et les drones. Danhua est soutenu par Zhongguancun Development Group, une entité publique financée par la mairie de Beijing. La société a fait l’objet d’un examen minutieux de la part de la Commission pour l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS) qui soupçonne (pdf) que son objectif est de voler l’important savoir-faire américain pour le transférer en Chine.

La famille de Zhang dit que sa mort n’a rien à voir avec les tensions entre les États-Unis et la Chine.

Les services d’espionnage et l’armée américaine n’aiment pas Huawei. Ils ne peuvent plus facilement pirater l’équipement qu’il vend. Convaincre Cisco ou toute autre entreprise américaine de laisser des portes dérobées dans leur équipement est très simple. On peut toujours menacer la direction ou le conseil d’administration de ces entreprises d’une enquête fiscale ou d’autres activités douteuses. Ce n’est pas si facile quand l’entreprise est hébergée en Chine. Cela nécessite que la NSA ou d’autres acteurs fassent plus d’efforts pour atteindre leur objectif :

Il y a quelques années la NSA avait piraté les serveurs de Huawei dans le but d’enquêter sur ses opérations et ses liens avec les agences de sécurité chinoises et l’armée et de créer des portes dérobées pour qu’elle puisse espionner aussi les réseaux utilisant du matériel Huawei.

Les États-Unis font pression sur divers pays pour qu’ils n’utilisent pas d’équipement Huawei. Il prétend que le gouvernement chinois pourrait l’utiliser pour espionner. C’est forcément ce que pensent les espions américains puisqu’ils le font eux-mêmes. L’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Japon ont déjà accepté d’exclure Huawei. Aujourd’hui, Andrus Ansip, commissaire européen chargé de la technologie, a également mis en garde contre l’utilisation de Huawei. Ansip était auparavant premier ministre du protectorat américain qu’est l’Estonie. Il est connu pour être une taupe américaine et n’est pas pris trop au sérieux :

L’Allemagne, quant à elle, s’est déclarée opposée à l’exclusion de tout fabricant du projet de construction de réseaux mobiles 5G.

Meng Wanzhou, la directrice financière de Huawei arrêtée, comparait aujourd’hui au Canada. Il est probable qu’elle s’opposera à son extradition vers les États-Unis. Il est difficile de se conformer complètement aux sanctions américaines et Huawei ne l’a peut-être pas toujours fait. D’un autre côté, les allégations américaines de violations des sanctions peuvent n’être basées sur du vent.

Elles ne sont certainement pas la véritable raison pour laquelle Meng Wanzhou a été la cible d’une arrestation. La Maison-Blanche l’a même admis.

Agrandir

Meng Wanzhou a été pris en otage comme objet de chantage dans les négociations commerciales avec la Chine. Ce  » chantage «  pourrait également être utilisé pour pousser Huawei à fournir à la NSA des portes dérobées dans ses équipements. C’est le style des pirates somaliens ou des princes saoudiens. La cruauté de cette opération de chantage est à couper le souffle. C’est typique du comportement néo-conservateur d’utiliser de telles mesures extrêmes. La politique étrangère de Trump est dirigée par des néo-conservateurs et ils créent à nouveau d’énormes dégâts, comme lorsqu’ils ont falsifié les renseignements pour préparer le terrain à l’invasion de l’Irak.

Melania avait raison lorsqu’elle a raconté à un intervieweur en Afrique que son mari était entouré d’ennemis au sein de son administration. Ce sont des gens qui se sont opposés à lui pendant la campagne de 2016 ou qui se sont inscrits tôt dans la campagne dans l’espoir d’obtenir un emploi dans l’administration Trump et, dans les deux cas, ont compris qu’un président qui n’avait pas l’habitude de penser sérieusement à autre chose qu’aux affaires pourrait être manipulé ou trompé pour diriger selon leur propre intérêt plutôt que dans celui des « déplorables ».

Ces néoconservateurs cherchent un rôle hégémonique encore plus dominant dans le monde pour les États-Unis. On n’avait pas vu de tels impérialistes depuis l’époque de McKinley et de la guerre américano-philippine.

Bolton, Pompéo, sa nouvelle camarade Mary Kissel, les douzaines d’escrocs globalistes de l’administration Obama, les gens qui trouvent les manières grossières de Trump répugnantes, tous sapent l’administration de l’intérieur et Trump ne fait rien contre cela.

Trump est-il compétent en matière de politique fiscale et de négociations commerciales ? Je pense que oui, mais il laisse les néoconservateurs détruire la possibilité de relations politiques rationnelles en Europe et au Moyen-Orient…

… et avec la Chine.

William Barr vient d’être nommé procureur général. Il occupait déjà ce poste sous l’administration de G.W. Bush et croit en l’ » exécutif unitaire « , la dictature du pouvoir exécutif. Kelly s’en va. Bolton et Pompeo ont l’oreille de Trump et vont le manipuler pour qu’il choisisse un de leurs amis comme remplaçant de Kelly. Le ministre de la Défense Mattis sera le prochain à se faire virer. Lorsque toutes les personnes choisies par Bolton seront en place, la politique étrangère américaine deviendra encore plus radicale qu’elle ne l’est déjà.

Prendre en otage le directeur financier de l’une des principales entreprises chinoises pour prendre le contrôle de sa technologie et servir de chantage dans les négociations commerciales est déjà une mesure extrême qui aura des effets néfastes à long terme sur les relations américano-chinoises. Imaginez la suite quand le peu qui reste de comportement légal et de décence dans la politique étrangère américaine sera complètement éliminé.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par jj pour le Saker Francophone

www.pdf24.org    Envoyer l'article en PDF