Le dernier dictateur européen est dans une situation délicate


Par Dmitry Orlov – Le 15 août 2020 – Source Club Orlov

https://1.bp.blogspot.com/-_USjrAXmZoM/WnxPEWDUOGI/AAAAAAAAH6w/bxDkCNXm2FcDSSw2gnfBmpEHAwWMuq8OwCPcBGAYYCw/s728/greatdictator.jpg

L’un de mes passe-temps est de suivre les progrès, ou la régression, du syndicat de la révolution de couleur. J’ai prédit il y a quelque temps que le changement de régime initié et orchestré par l’Occident allait devenir de moins en moins efficace au fil du temps, et cela s’est avéré être le cas dans une certaine mesure, mais pas entièrement. D’une part, les révolutions de couleur sont devenues moins menaçantes pour les systèmes politiques sains, passant de quelque chose qui pouvait être allumé et éteint par télécommande – depuis Washington – à quelque chose comme une infection opportuniste affectant les régimes morbides.

Un bon exemple d’une révolution de couleurs comme maladie mortelle est ce qui s’est passé en Ukraine en 2014 ; c’est maintenant un État en faillite partiellement démantelé et contrôlé à distance par le Département d’État américain et la CIA. Il serait vraiment en faillite s’il n’y avait pas d’interventions périodiques du FMI ; lorsqu’elles cesseront, comme c’est le cas au Liban, la monnaie s’effondrera avec ce qu’il reste de l’économie, le gouvernement sera forcé de démissionner et le territoire sombrera dans le chaos. Pour l’instant, il est maintenu en vie pour fournir à l’OTAN un terrain d’entraînement supplémentaire, pour faciliter le pillage de ses derniers actifs et aussi pour le maintenir comme un poil à gratter mineur contre la Russie.

Un bon exemple d’infection opportuniste est ce qui se passe actuellement à Beyrouth à la suite des feux d’artifice et de l’explosion massives de nitrate d’ammonium qui a détruit le port et dévasté la moitié de la ville. C’était un tabassage en règle : d’abord un gouvernement en faillite, puis le refus du FMI de venir en aide, et enfin le coup de grâce de cette gigantesque explosion. Pour faire face à cette catastrophe humanitaire, plusieurs nations ont envoyé des équipes d’urgence. Mais au lieu d’aider à sauver les gens des décombres et de travailler assidûment à consolider les bâtiments endommagés et à rétablir les services, les gens se sont précipités dans les rues pour jeter des pierres sur la police, exigeant la démission de tout le gouvernement – ce qu’il a fait. C’est formidable ; maintenant, ils n’ont plus de gouvernement non plus ! Cela a-t-il été utile ? Oui, si vous faites partie des forces extérieures qui souhaitent utiliser le Liban pour déstabiliser la région. Non, si vous êtes un civil libanais qui essaie de survivre.

Un exemple d’infection opportuniste qui n’a pas réussi à s’implanter parce que l’organisme d’État était trop sain est la révolution de couleur qui a échoué de façon spectaculaire au Venezuela. Où est Juan Guaidó (alias « Random Guy D’oh ») maintenant ? Malgré les efforts assidus de Washington pour appliquer toutes les ficelles de la révolution colorée, le président Nicolás Maduro reste au pouvoir.

Et maintenant, nous avons un exemple quelque peu similaire en Biélorussie, mais là, le résultat sera probablement différent car le président Alexandre Loukachenko, surnommé le dernier dictateur d’Europe, a fait tout son possible pour s’auto-liquider.

À l’heure actuelle, pratiquement tout le pays, soit 9,5 millions d’habitants, s’est opposé à ses manières étranges et à ses forces de sécurité musclées, et bien que les cartes qui lui ont été distribuées n’aient pas été très bonnes, c’est son entêtement à mal les jouer qui l’a mis dans cette situation difficile. À ce stade, il ne semble pas impossible qu’il soit forcé de partir, peut-être pour rejoindre l’ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch dans la ville russe de Rostov.

La Biélorussie est un petit pays qui a des frontières avec la Russie, l’Ukraine, la Pologne et la Lituanie. « Bela » est un préfixe qui signifie « blanc », « Rus » signifie simplement Russie et, dans un pays où le blanc est bon, le noir est mauvais et le politiquement correct est que lorsque vous votez pour le Grand Leader, cela signifie quelque chose comme « la Russie pure » – pure et blanche comme la neige . La majorité de ses habitants parlent le russe comme première langue et le biélorusse – qui se situe quelque part entre une langue et un dialecte et qui est moins différent du russe que certains dialectes régionaux que l’on trouve en Russie même – parce qu’ils sont obligés de l’étudier à l’école.

Pour commencer, la position du Belarus est en effet peu enviable. La plupart de ses échanges commerciaux se font avec, ou via la Russie : 60 % des importations proviennent de Russie, 40 % de ses exportations sont destinées à la Russie et 20 % à l’UE, mais sont fabriquées à partir de matériaux russes. Les résultats économiques du premier semestre 2020 sont tout simplement épouvantables. Une grande partie de l’industrie biélorusse date de l’ère soviétique et repose sur des technologies de production dépassées. Par conséquent, 57 % d’entre elles fonctionnent à perte, et cette année, les pertes ont été multipliées par six. Elle était déjà très endettée, mais son endettement a encore augmenté de 15,6 % ; un tiers de ses recettes est désormais consacré au service de la dette.

Le Belarus n’est pas et ne peut pas être autosuffisant, loin de là. Il dépend essentiellement des 10 milliards de dollars par an d’aide de la Russie – une somme considérable pour un pays dont le PIB n’est que de 60 milliards de dollars. Sa survie économique dépend de son appartenance au syndicat eurasien et de son union politique de plus en plus hésitante avec la Fédération de Russie. De nombreux biélorusses se rendent en Russie pour y travailler ou y vivent et envoient des fonds à leur famille restées au Belarus. Si sa relation avec la Russie devait être perturbée, ce pays serait rapidement en faillite.

D’autre part, si tout se passe comme prévu et que l’union politique entre la Russie et le Belarus se réalise pleinement comme prévu, le Belarus finira par cesser d’exister et se dissoudre dans les régions de Brest, Gomel, Grodno, Minsk, Mogilëv et Vitebsk de la Fédération de Russie. Leur PIB par habitant augmenterait de 60 %, tout comme leur salaire moyen et leur pension d’État.

Elles bénéficieraient complètement des grandes infrastructures fédérales et des programmes de protection sociale. Cette fusion pourrait être assez indolore pour les biélorusses, qui ne sont, en substance, que des Russes avec quelques caractéristiques régionales. Elle serait coûteuse pour la Fédération de Russie, mais la dépense serait compensée par la conversion de la subvention de 10 milliards de dollars par an des dépenses externes en dépenses internes. En dépit de cette situation précaire, le Belarus a pu maintenir une société pacifique et ordonnée, de nombreuses institutions du socialisme d’État de l’ère soviétique restant intactes. Contrairement à ses anciens voisins soviétiques, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie et l’Ukraine, qui ont perdu un quart ou plus de leur population depuis l’effondrement de l’URSS, la population du Belarus est restée stable.

Bien sûr, une telle évolution ne plairait pas aux États-Unis, à l’UE ou à l’OTAN, qui verraient dans cette évolution une renaissance partielle de l’Union soviétique mais, n’étant pas russes – ou biélorusses – aucune de ces entités ne devrait avoir son mot à dire en la matière. Cependant, il y a un autre acteur qui ne serait pas satisfait d’une telle évolution : le président Alexandre Loukachenko. Si le Belarus se dissolvait comme il se doit, il serait au chômage. Loukachenko est un dictateur et, étant un dictateur, il souhaite « dicter ». Il n’a pas envie de se voir soumis à un diktat, et faire la dictée du Kremlin. Il ne ressent pas non plus le besoin d’être rétrogradé au poste de gouverneur de la région de Minsk, qui peut être sommairement démis de ses fonctions d’un seul coup de la puissante plume de Poutine pour des causes telles que la « perte de confiance » ou la « non-conformité ». Loukachenko a donc entrepris de prévenir un tel scénario par une connivence implacable. Et cette connivence l’a mis dans une situation un peu délicate.

Loukachenko est sournois, mais pas rusé, ni intelligent, et il a fini par se retrouver dans une impasse. Les Russes étaient prêts à accorder un traitement préférentiel au Belarus tant que le processus d’intégration politique et économique complète – signé en 1997 – restait sur la bonne voie. Pour faire échouer cet effort, Loukachenko a eu recours à toutes sortes de cafouillages et de tracasseries bureaucratiques, cherchant à faire échouer le processus.

Image illustrative de l’article Oléoduc Droujba
Source Wikipédia

Loukachenko a également essayé d’extorquer des concessions à la Russie, exigeant que la Russie fournisse du pétrole au Belarus aux mêmes prix que ceux payés par les régions voisines de la Fédération de Russie. Il a tenté de faire chanter la Russie en profitant de son contrôle sur l’oléoduc Droujba (Amitié) qui traverse le territoire biélorusse sur le chemin de la Russie vers l’UE. Vous voyez, il souhaitait continuer à gagner de l’argent en important le pétrole russe à des taux artificiellement bas, en le raffinant et en exportant les produits raffinés à des prix majorés vers, entre autres destinations, l’Ukraine, où il servait à alimenter les chars et les véhicules de transport de troupes utilisés pour tuer les Russes dans le Donbass. Les Russes n’ont pas eu beaucoup d’estime pour ce stratagème, et le 1er janvier 2020, le pétrole a cessé d’atteindre les raffineries biélorusses via l’oléoduc Druzhba. Voyez-vous, Loukachenko a oublié un élément clé : les nouveaux terminaux pétroliers construits par la Russie à Luga dans la région de Leningrad et ailleurs ont rendu l’oléoduc Droujba superflu en permettant de livrer le pétrole par tanker.

Loukachenko a également travaillé à la diversification de la politique étrangère biélorusse en dehors de la Russie. Ses relations avec l’Occident ont permis d’inonder le Belarus d’ONG occidentales, y compris celles qui sont plutôt désireuses de lancer une révolution de couleur et de faire disparaître son régime. Il s’est efforcé d’élever une génération de nationalistes biélorusses qui idolâtrent l’Occident et ont une vision négative de la Russie. Ainsi, en corrompant l’esprit des jeunes, il a rendu le Belarus moins attrayant en tant que futur territoire russe. Et il a fait certaines remarques d’une grossièreté indescriptible, comme de parler de la Seconde Guerre mondiale, appelée en Russie la Grande Guerre patriotique, au cours de laquelle l’Armée rouge, alors qu’elle luttait pour la libération du Belarus, a subi 178 000 morts et plus de 580 000 blessés, en ces termes : « ce n’est pas notre guerre ». Si ces mesures visaient à aliéner les Russes et à ralentir l’intégration, elles ont également aliéné une majorité de biélorusses résolument pro-russes qui souhaitent que le Belarus ait les meilleures relations possibles avec la Russie.

Tout cela a préparé le terrain pour un grand bouleversement politique. Le déclencheur en a été une élection contestée à laquelle la plupart des opposants de Loukachenko – tous encore plus anti-russes que lui – ont été empêchés de participer. Selon les résultats officiels des élections, Loukachenko a obtenu 80,1 % des voix, alors que seulement 10,1 % sont allés à son principal adversaire, Svetlana Tikhanovskaya, une humble ménagère dont la principale promesse de campagne était de convoquer des élections anticipées et de démissionner dès qu’elle serait élue. S’il est possible que Loukachenko ait réellement remporté les élections, ses chiffres étaient probablement plus mauvais et, sentant la fraude dans les bureaux de vote, les gens sont sortis et ont commencé à protester.

Tikhanovskaya a d’abord refusé d’accepter les résultats des élections, affirmant qu’elle avait gagné, mais elle s’est calmée maintenant et, depuis la Lituanie voisine, demande aux gens de cesser de protester. Une telle volte-face ne peut être imputée à une simple lâcheté personnelle, car Tikhanovskaya est gérée par des professionnels. Il est plus probable que ce soit parce que cette révolution colorée avait un objectif limité – mettre Loukachenko entre le marteau et l’enclume – et que cet objectif limité a déjà été atteint.

Les protestations n’ont pas cessé mais ont continué à s’étendre et à se transformer. Après que les combats entre les manifestants et la police ont fait un mort, des centaines de blessés et près de sept mille détenus, la vague suivante de manifestations était composée de femmes dont les maris et les proches font partie des détenus. Les forces de sécurité biélorusses ont fait preuve d’une sévérité épouvantable dans la gestion des manifestations – il s’agit, après tout, d’un État policier dirigé par un dictateur ; d’autres manifestations ont éclaté, protestant contre la brutalité policière.

Aujourd’hui, à peine une semaine après les élections, une grande partie de la Biélorussie est devenue résolument anti-Loukashenko. De plus en plus de grandes entreprises se mettent en grève. Le drapeau blanc-rouge-blanc des oppositions est visible partout. C’est d’ailleurs le drapeau de l’occupation : c’était le drapeau du pays sous l’occupation allemande pendant la première guerre mondiale, puis sous l’occupation nazie pendant la deuxième guerre mondiale et pendant trois ans pendant le chaos des années 1990 après l’effondrement de l’URSS et le pillage du Belarus par tout le monde, mais surtout par les Polonais, les Britanniques et les Américains. La révolution est définitivement dans l’air.

Le Syndicat de la Révolution des Couleur est maintenant en mode turbo et désireux d’engloutir et de dévorer le cadavre en décomposition du système politique biélorusse. Mais il n’est pas certain qu’il y parvienne car, étant une dictature, le Belarus n’a pas besoin d’un système politique. Loukachenko a toujours le soutien de la Russie – puisque ses opposants politiques sont beaucoup plus anti-russes que lui, la Russie n’a pas d’autre choix. Tant que la police, l’armée et les forces spéciales lui restent fidèles, sa capacité à rester au pouvoir reste assurée.

Trois scénarios semblent envisageables.

  1. La révolution colorée peut réussir, forçant Loukachenko à quitter le pouvoir et à faire face à son assassinat, son arrestation ou l’exil. La Biélorussie pourrait alors devenir un État enragé, contrôlé à distance, russophobe et se dépeupler rapidement sur le modèle ukrainien. La Russie acceptera des millions de réfugiés biélorusses, comme elle l’a fait avec les Ukrainiens après le putsch de Kiev en 2014.
  2. Loukachenko peut encore réussir à réprimer la rébellion, rester au pouvoir et continuer à jouer son double jeu consistant à courtiser et à s’aliéner la Russie. Cette danse perpétuelle sur le fil du rasoir semble moins probable que les deux autres. Loukachenko n’est peut-être pas brillant, mais il n’est pas idiot, et les leçons de la crise actuelle sont trop évidentes pour être ignorées.
  3. Loukachenko peut réussir à réprimer la rébellion et aussi avoir une révélation, comprendre que ce mandat présidentiel sera le dernier, annoncer que le Belarus a été trahi par ses « partenaires occidentaux » et travailler assidûment pour guider le Belarus vers la sphère de sécurité qu’est l’acceptation dans la Fédération de Russie avant d’accepter héroïquement une retraite honorable. Cela semble de plus en plus probable. Pas plus tard qu’aujourd’hui, Loukachenko a parlé à Poutine, a dit à ses forces de sécurité de faire preuve de modération « parce que nous sommes, après tout, des Russes » – c’est à dire « des gens bons et raisonnables » –  et a évoqué les méthodes de la révolution colorée employées sur le territoire biélorusse par des puissances étrangères.

La position russe face à tous ces développements possibles est peut-être difficile à comprendre : pourquoi le gouvernement russe n’adopte-t-il pas une approche plus active ? Le fait est là que la Russie n’a pas besoin du Belarus. Elle n’a pas besoin de ce territoire parce qu’il manque de ressources naturelles, parce qu’il est trop au nord pour être valable comme terre agricole, parce qu’il ne produit rien que la Russie ne peut pas produire elle-même et parce qu’il s’étend vers l’Ouest, ce qui le rend coûteux à défendre. Comme je l’ai dit, l’oléoduc de Droujba n’est plus un atout précieux. Si le Belarus passait du côté obscur comme l’Ukraine l’a fait, ne pas donner 10 milliards de dollars par an pour subventionner le Belarus permettrait d’économiser de l’argent et fermer la Russie aux exportations biélorusses en créant des emplois en Russie. Mais si le Belarus veut rejoindre la Russie, la porte d’une intégration politique et économique complète reste ouverte.

Vous pourriez vous demander « Mais qu’en est-il du peuple biélorusse ? » La Russie ne se préoccupe-t-elle pas des 9,5 millions de personnes qui sont à toutes fins utiles russes – avec beaucoup moins de spécificités régionales que, par exemple, la Bouriatie, la Iakoutie ou Touva – et dont beaucoup sont très favorables à la Russie, voire carrément patriotes russes ? Si, elle s’en préoccupe, c’est pourquoi il existe une procédure simplifiée qui permet aux citoyens biélorusse de devenir citoyens de la Fédération de Russie. La Russie, et beaucoup d’autres pays d’ailleurs, n’apprécie peut-être pas particulièrement le Belarus en tant que régime, mais elle accorde une grande valeur à la population et l’accepte totalement, comme ses propres citoyens. Ils peuvent s’installer en Russie pendant que le Belarus deviendra une zone de nature sauvage et un parc d’attractions ethnographiques. Ce serait un résultat acceptable, je pense, en ce qui concerne la Russie.

À l’heure actuelle, la souffrance du peuple biélorusse en raison de la brutalité policière et de l’incertitude générale est certainement regrettable. D’un autre côté, il est très divertissant de voir le dernier dictateur d’Europe se balancer lentement dans le vent, au bout de la longue corde de ses nombreuses erreurs et mauvais calculs.

Les cinq stades de l'effondrement

Dmitry Orlov

Le livre de Dmitry Orlov est l’un des ouvrages fondateurs de cette nouvelle « discipline » que l’on nomme aujourd’hui : « collapsologie » c’est à-dire l’étude de l’effondrement des sociétés ou des civilisations.

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

   Envoyer l'article en PDF   

2 réflexions au sujet de « Le dernier dictateur européen est dans une situation délicate »

Les commentaires sont fermés.